24/07/2012

Navarre Porthos "grand robusto"

Ce week-end malgré les humeurs du temps j'ai tout de même pris le temps de fumer un cigare, le choix est toujours difficile, c'est un peu comme choisir le parfum d'une glace !
Enfin mon choix s'est posé sur le "Porthos" un grand robusto confectionné par "Navarre", une marque il faut le reconnaitre fait couler beaucoup d'encre sur les blogs, après avoir dégusté il y a quelques mois le robusto "Aramits", ma réserve était de mise sur cette deuxième dégustation dont voici mon humble jugement que certains trouveront dithyrambique et pourquoi pas ?
Ce que j'aime dans un cigare avant de le sentir ou de le palper, c'est son poids au creux de ma main, parfois il se fait léger, voir très léger ou au contraire une certaine lourdeur se fait sentir, un peu comme un plomb de pêcheur, désolé si cette analogie ne vous parle pas, eh bien c'est ce que j'apprécie aussi dans un cigare, ce côté un peu lourd et dense comme le "Porthos" aujourd'hui, ensuite viennent les senteurs, pas mal de suavité pour celui-ci, beurre, Vanille vraiment très agréable et subtile, j'avoue être très étonné jusque-là, mais continuons, à cru le Porthos délivre des notes de végétal humide, de foin fermenté et d'humus, un bouquet qui manque un peu de chaleur et de soleil, voyons la suite, dès l'allumage le premier tiers nous emmène sur des notes très douce et discrète pleine de suavité, une belle rondeur, parfumé de noisette et de muscade, ça commence plutôt bien, la cendre un peu fragile n'entame en rien ce fumage, la combustion est très bonne.
Le deuxième tiers, l'évolution est un peu moyennes, nous restons sur des notes de boiser secs, je dirais du foin avec toujours ces noisettes avec en supplément un fond frais de légère menthe, la persistance aromatique et moyenne mais n'interromps aucunement pour le moment mon plaisir. Le troisième tiers bien évidemment devient plus empyreume, mais sans aucune acreté, sans amertume, juste une petite sensation anesthésiante sur les lèvres, sur la fin le Porthos devient plus piquant et brulant, mais dans l'ensemble j'ai passé un bon moment avec lui, je le laisse rendre l'âme avec environ 3 cm. Une dernière chose qu'on n'oublie pas parfois de dire qui pourrait s'appeler le 4e tiers, c'est cette sensation qui nous reste après fumage, pas toujours agréable malgré de très bon cigare, ici les saveurs resteront douces et suaves pour quelques heures seulement ! Ma note de coeur 15/20 Rigolant, un cigare que j'ai trouvé très subtil et d'une puissance très modérée, pour moi c'est un bon cigare. Et je vous rassure, il n'y a aucun chauvinisme dans cette dégustation.
 
Maintenant je m'adresse à Mr Thierry Frontère, d'abord merci pour votre sens commercial, il y a quelques mois je vous ai écrit pour vous faire part de ma déconvenue après l'achat d'un Aramits dans une civette à Évian, vous m'avez gentiment envoyé gracieusement trois cigares pour vous en excusez ! Encore merci.
Je viens de découvrir sur votre site un nouveau format, un "double Corona", pourquoi pas ? Malheureusement je trouve qu'un double corona devient difficile à fumer de nos jours, j'aurais préféré un gros robusto de 140 mm avec un cepo moyen de 55, peut-être le prochain .

  • Origine: tripe : France, Sous-cape: France, cape: France
  • Format: grand robusto
  • Taille: 150x 20.6mm
  • Bague: 52
  • Prix France: 11,90€

navarre porthos cigare

navarre porthos cigare

navarre porthos cigare

navarre porthos cigare


Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

 





06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Navarre | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |