16/02/2015

Macanudo Inspirado "Gigante"

Un petit prologue pour vous situer ce nouveau cigare le "Macanudo Inspirado". Un cigare développé pour notre bon vieux continent en 4 modules ( minutos, petit piramide, robusto et Gigante), dont l'initiateur n'est autre que Benjamin Menéndez, le responsable de production de tous les cigares premium de la marque. Ceux-ci sont bien sûr entièrement roulés à la main par "General cigar" dans une de leurs 3 fabriques d'Amérique centrale, dont celle-ci situé dans la ville de Danli à 100 km de la capitale du Honduras Tegucigalpa pour l’Inspirado (Tout le monde connaissait, la capitale du H…! ). Son tabac de tripe provient du Honduras, du Nicaragua ( Ometepe) et de République dominicaine ( piloto cubano), ainsi qu'une sous-cape hondurienne de la vallée de Jamastram et d'une cape élevée dans la vallée de San Agustín, toujours au Honduras. Cet Inspirado pourrait connaître quelques similitudes au cigare ‘OSA de CAO’ dont le mélange reste analogue, pour ceux qui le connaissent. ( Pour rappel, le groupe "General cigar" produit déjà la gamme des CAO, Macanudo et les marques Partagas, Montecristo, Hoyo de Monterey, Cohiba, non Cubaines)

Après ces quelques généralités, voyons maintenant ce que m'inspire cet "Inspirado" à mes papilles d'Européen .

Visuellement R.A.S, ce module choisi pour cette dégustation un ‘Gigante' ne peut que séduire le plus réfractaire, tant le module est séduisant, d’une fermeté et d’une souplesse adéquates. Sa cape de couleur Colorado aux veines quasiment absentes démontre encore une fois la rigueur du processus de fabrication dans le choix de la feuille de cape. Contrairement à un torcedore Cubain qui produit une moyenne d’environ 100 cigares/ jour de A à Z, ici la méthode est quelque peu différente, les phases de conception d’un module s’apparenteraient plus à celle d’une chaine d’assemblage automobile, le but étant de produire plus de 200 cigares/ jour par torcedore. Nous sommes bien loin de l’image d’Épinal véhiculée dans les livres !

Pour le parfum ce n'est pas trop ça ! Les flagrances végétales et légères ne galvanisent en rien mon appétit. Peu d’arôme s’en échappe, je reste sur ma faim à moins que tout soit gardé précieusement à l’intérieur !

Dès les premières minutes après sa mise à feu d’une facilité déconcertante, je trouve la perception assez légère, dont l’onctuosité affable contrebalance avec une certaine tannicité de ces arômes.

Pour le moment, difficile de projeter quelques desseins dans cette mélodie aphasique. Rien de vraiment excitant pour le moment, hormis un tirage exemplaire qui embaume la pièce d’un volume de fumée, tel le foin dans une cheminée ! Ce premier temps d’une faible consistance, et d’une longueur un peu courte s’enivre d’un léger goût d’ammoniac qui apparaît dans les premières secondes de chaque nouvelle bouffée, celle-ci s’estompe rapidement en laissant place à des notes plus terreuses et acides qui ne m’enchantent guère dans ce début de fumage...

En seconde partie, après des prolongations endémiques et anémiques, enfin une petite éclaircie semble timidement germer dans ce néant d’incertitude, une improbable fleur sur la banquise vite figée par le froid. ( Petit formule du poète qui sommeille en moi ! MDR…) en effet, la sensation plus grasse et crémeuse éclipse brièvement son absence d’arôme et de consistance, un sursis qui reste assez moyen dans l’ensemble.

Après 40 minutes d’un ennuie total, le poivre fait son apparition sur le fond de la gorge lui apportant un second souffle un poil plus roboratif. Une fois passé ces 2 premières étapes, le 3e temps ne peut qu’être meilleur, si, si je vous assure ! D’ailleurs un conseil, pensez à le fumer par l’autre bout, vous y gagnerez du temps. Lol

Mis à part mes propos outrageux et sarcastique, cette dégustation s’éveille enfin de sa léthargie dans un final plus musclé, plus piquant aussi ( bref, une fin sans équivoque analogue à tout autre cigare)

En conclusion, l’appréciation de ce Gigante m’appartient et j’assume ce jugement. Déçu ! Oui je le suis par tant de rien ! Un Macanudo for Europe, dont son seul but était de me séduire, merci encore pour cette délicate attention Mr Menendez.

À mon avis, cela provient aussi du format. Je pense que le robusto doit mieux se comporter au point de vue intensité et aromaticité. Celui-ci je préfère le laisser aux fumeurs compulsifs du nouvel an et aux fumeuses occasionnelles, n’est qu’euphémisme pour un Macanudo au reflet complaisant et sans âme, « Cigare mon beau cigare, dis-moi qui est le meilleur ? »

Ma note de cœur pour ce Gigante, un 8/20. Maintenant à vous d’essayer et de vous en faire votre propre idée.    

  • Origine: tripe:Nicaragua,Honduras,Dominicaine Sous-cape:Honduras cape:Honduras
  • Format: toro
  • Taille: 152mm x 24mm
  • Bague: 60
  • Poids: 19.7gr
  • Année: 2014
  • Prix: 9,2€ ( Europe )

inspirado_macanudo_01.jpg

inspirado_macanudo_02.jpg


Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20      

18:07 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Macanudo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/05/2013

Macanudo 1968 ( Gigantes )

Enfin, un gros module avec de la personnalité ! Cela faisait quelques mois que je ne fumais plus ce genre de cigare, car souvent déçu par ce manque de charisme que procure ce type de cigare, trop dilué, trop effacé et d'une linéarité mortellement ennuyeuse.

Aujourd'hui avec ce Gigantes, oublié depuis une année dans le cul de basse fosse de mon humidor, eh oui il y a des cigares comme ça, que j'appellerai les "cigares en transit" des cigares qu'on renifle de temps à autre, qu'on observe comme le ferait un entomologiste en épinglant des mouches, des cigares qu'on ne fume plus ! Que l'on remet à plus tard, pourquoi ? Va savoir, À force de les voir trôner parmi les autres vitoles, leurs présences deviennent rassurantes et ne sont plus perçus comme entité fumable. On en oublierait même leurs noms. Heureusement la bague est là pour nous le rappeler, merci Gustave Bock.( inventeur de la bague à cigare)

Bref, voici l'histoire très courte de feu "Macanudo1968 Gigantes".
Une première approche olfactive que je qualifierai de discrete et de gouleyante, aux notes terreuses et boisées. La cape sombre maduro habille un cigare moelleux et très bien charpenté, agréable au toucher. Dès les premières volutes, la sensation généreuse l'emporte sur de jolies notes de café, de chocolat et de pain toasté. Une bonne présence en bouche fait de lui un cigare corpulent, d'une persistance relative où la rondeur l'emporte sur la force. La linéarité de sa palette aromatique, lui suffit à tenir son cap celui de l'équilibre et de la régularité. Loin d'être ennuyeux, le 2e tiers se veut toujours gourmand et onctueux, sur un background semblable au 1er tiers mais agrémenté d'un supplément léger de poivre noir et de saveurs rassasiantes torréfiés. Le final, bien maitrisé d'une sapidité sans âcreté fomente l'ostensible désir, celui de prolonger ce moment.
Un cigare ample, de bonne puissance, très plaisant qui me réconcilie un temps avec ce genre de module. Du moins, pour celui-là ! ( Un cigare adoubé par l'amateur de cigare parmi les meilleurs du monde en 2013 )

Ma note de cœur 15/20 Rigolant

 

  • Origine: tripe: Dominicaine, Nicaragua, sous-cape: Habano connecticut, cape: Honduras
  • Format: half corona
  • Taille: 152mm x 24
  • Bague: 60
  • Prix Belgique: 9.9€

macanudo 1968 gigantes

Cocktail de café rhum/ banane 'caliente'

8 cl de café

1.5 cl de rhum blanc

1.5 cl de Pisang Ambon

sirop de canne

crème fouettée ( bombe )

macanudo 1968 gigantes

 
Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

18:47 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Macanudo | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

28/02/2013

Macanudo maduro crystal

Un petit cigare sympathique sans grande prétention fumé ce dimanche en extérieur lors d'une petite marche dans la campagne neigeuse.

Je me suis procuré ce cigare lors d’un séjour dans le nord de la France ( la civette de Béthune), cela faisait quelques mois que j’attendais patiemment de le déguster, avec toutefois une certaine appréhension ! Ce macanudo maduro à la cape très sombre, plus proche entre nous de l’oscuro me laissait présager une dégustation corsée et puissante sur des saveurs empyreumatiques. Mais j’ai tout faux comme quoi, il ne faut jamais être influencé par la couleur de la cape et de son parfum aux notes de brioché, de chocolat noir et butyrique. Et bien grande surprise, ce macanudo maduro est tout le contraire, il développe de belles saveurs très douces et crémeuses, sur des notes de moka et de chocolat noir. La puissance reste moyenne tout au long de ce fumage jusqu’au 3e tiers, sans amertume, sans piquant. Malgré une complexité aromatique assez minime, qui n’est aucunement rédhibitoire, ce cigare se défend très bien sur ce registre équilibré ‘puissante/ saveur’, très simple et sans surprise qui en fait un compagnon de balade idéale pour une balade en forêt ou une sortie rackette ! ma note de coeur 12/20

Origine: tripe : dominicaine, mexicaine, Sous-cape: mexico san andrean, cape:  connecticut broadleaf
  • Format: robusto
  • Taille: 140mm x 19mm
  • Bague: 50
  • Prix France: 4/5€

 

macanudo maduro crystal, cigare macanudo

macanudo maduro crystal, cigare macanudo

 

Crianttrès mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Macanudo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/05/2012

Macanudo 1968 titan

Je vous présente ce ‘macanudo1968 titans’ un cigare petit par sa longueur environ 10 cm, mais tout de même un joli diamètre de 23 mm ! Je dirais un ‘gros short robusto’ pour faire court !, ce petit module fort sympathique est très étonnant, lorsque je l’ai acheté à la civette des pharaons à Lyon, entre parenthèses rien de pharaonesque dans cette cave à cigares, mais bon c’est une autre histoire ! ce cigare était sous cellophane comme beaucoup d’ailleurs aujourd’hui, ont adopté ce mode de protection de leurs vitoles, de retour chez moi, je retire ce ‘préservatif’ à cigare pour bien l’entreposer dans mon humidor avec ses compagnons de chambrés, et là tout prend son intérêt dans ce mode d’emballage, une fois déshabillé ce petit joufflu s’est mis à dégazer, délivrant un concentré d’arôme d’une puissance jusque-là jamais connu, par forcément agréable au premier abord, des notes essentiellements d’écurie, de crotin de cheval, vraiment étonnant et rien de ragoûtant ! Au bout de quelques jours ces senteurs fortes se sont arrondis dans une normalité acceptable, heureusement ! Je me demande s’il ne faudrait pas emballer ses cigares avec du film alimentaire 48 heures avant une dégustation, WHY NOT ?

Ce que vous devez savoir sur ce cigare: les tabacs utilisés sont muri dans des Tercio ( des balles entourées d’écorces de palme) et des fûts de chêne dont l’intérieur est carbonisé pour enrichir l’arôme pour ce mélange dominicain et Nicaraguayens, ça donne faim ne trouvez-vous pas ? Voici sa brève histoire d’environ une bonne heure et quart, un premier tiers qui démarre sur des notes terreuses et de cuir d’étable, le tirage est facile pour le moment et très régulier, le second tiers est plus sur des notes sucrées et brioché, la fumée est dense, généreuse, puissante qui nous amène sur un troisième tiers plus intense et boisé, quelques noisettes torréfiées, accompagné d’une pointe d’amertume et de bois brulé, une musique que mes papilles ont beaucoup appréciée, mais trop court ! Il me manque bien trois bons centimètres ! la prochaine fois je testerais le ‘Macanudo1968 gigante’, en résumé ce cigare est très bon, beaucoup de profondeur et de caractère, une longueur en bouche très appréciable, ça change vraiment des autres cigares Dominicains, souvent au goût un peu édulcoré. Un cigare qui faut absolument essayer un jour, ma petite note de cœur 16 /20 Rigolant

  • Origine: 

tripe : République Dominicaine, Nicaragua (Esteli, Ometepe), Sous-cape: Habano connecticut, cape: Honduras - San Agustin

  • Format: short robusto
  • Taille: 102 mm x 23
  • Bague: 60
  • Prix Belgique: 8,50€
  • Prix France: 6,50 - 7,50€

macanudo 1968 titan, cigare macanudo


Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Macanudo | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |