L'assemblage

source: http://www.habanos.be

Le secret de l’assemblage

Chaque marque détient ses propres recettes. C’est pourquoi la sélection des feuilles qui permettront les assemblages propres à chacune, est le fruit d’un travail qui débute bien avant l’arrivée des ballots à la manufacture.

Dès qu’il connaît le programme de la production de la manufacture, par marques et tailles, le  »maître assembleur » (ligador) établit la liste de toutes les qualités de feuilles dont il aura besoin pour leur réalisation.

À l’entrepôt central, il effectue sa sélection dans les gigantesques stocks de ballots qui renferment toutes les feuilles, classées par tiempo (ligero, seco, volado et sous-cape), taille, âge, et surtout, zone et terroir d’origine.

Car, et c’est l’un des traits remarquables du tabac cubain, ces Vegas Finas de Primera, à la superficie très réduite, produisent des feuilles aux qualités d’une incroyable diversité. Il n’est pas exagéré d’affirmer que, dans la Vuelta Abajo, le tabac cultivé d’un côte d’un chemin révèle un goût très différent de celui qui pousse de l’autre côté.

Certes, il existe des liens quasiment traditionnels entre chaque manufacture et les zones qui produisent les feuilles requises pour les marques qu’elle fabrique. Néanmoins, le ligador doit tester et vérifier quotidiennement l’arôme des tabacs utilisés. Lui connaît par coeur les  »recettes » de chaque marque et de chaque module. Il est le gardien de leur constance.

Le département des assemblages, fort des ratios spécifiés par le ligador pour chaque Habano, prépare des lots – répondant exactement aux proportions fixées – de chaque classe de feuilles. Lots qui sont remis aux torcedores afin que ces derniers exécutent leur tâche quotidienne.

le département des assemblages a reçu le surnom de La Barajita – le petit jeu de cartes – parce que les qestes effectués lors de l’assemblage des feuilles rappelle l’action de battre des cartes.

Trois ans ou plus après que les plus anciennes d’entre elles ont été récoltées, voici enfin les feuilles prêtes à devenir Habano…

Écrit par Edmond Dantes Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.