15/04/2017

Imaginons ensemble ce qu'il adviendra du cigare dans 50 ans !

Et Le cigare, demain !

Une question qui me taraude depuis quelque temps et je ne pense pas être le seul à me la poser. Pourrions-nous envisager dans nos pires cauchemars, un monde sans cigare, du moins dans celui où nous vivons ?  Projetez- vous dans un monde dont les seuls endroits où nous pourrions exercer notre avidité au cigare, seraient non pas les paradis fiscaux, quoi que.., mais celui de paradis enfumés, un genre de Disneyworld à la gloire de la volute encensé, avec des attractions comme celle « Du triangle noir », où,  à bord d’une embarcation en forme de cig…, vous arpenterez de fausses plantations peintes au pistolet, pour enfin terminer votre périple par celles des fabriques animées de vrais torcedores (bien moins coûteux qu’un automate) et sans oublier, celle de la boutique. Des parcs à thèmes implantés et développés sur deux, trois, îles connues pour leur bienveillance en vers les amateurs. Le paradis, quoi !

cigars robot, cigars izambar

Des endroits décriés comme des lieux de perdition à toute cette humanité fumante qui ne comprend toujours pas que le tabac est un poison ! Imaginez des cohortes d’amateur réservant deux ans à l’avance leur billet, et attendre ensuite d’être tiré au sort pour passer une semaine dans un lounge cigare de 2000m², en « all inclusif ». Ça semble utopique aujourd’hui de l’imaginer, voire de le cauchemarder, mais au vu des pressions gouvernementales, organisation mondiale de la Santé ainsi que diverses associations contre le tabagisme toujours plus présent à ce jour, l’étau de la félicité du « c’est pour votre bien à tous ! » se resserre encore et encore sur nos libertés. Désolé pour ma vision apocalyptique !

Je me suis donc permis de poser la question à différents acteurs du cigare en Suisse et en France, en leur posant cette simple question.

« Comment imaginez-vous le monde du cigare dans 50 ans dans votre pire cauchemar ou dans votre plus beau rêve ?

Réponse de Jean-Charles Rios (directeur chez Gestocigars Genève )

Jean-Charles Rios_gestocigars

…dans mes pires cauchemars.

Nous vivons dans un monde qui est de plus en plus réglementé ou nos libertés reculent, et en lieu et place de la croissance. Par conséquent ce qui pourrait arriver c’est une interdiction pure et simple de fumer le cigare. Ainsi cela deviendra un délit de les importer ,de les vendre et de les fumer.  Nos vies et notre environnement seront clos, et nos désirs infinis.

…dans mes rêves

Des cigares correctement mélangés, bien fermenté bien roulés sans toute la précipitation que nous vivons depuis quelques années déjà, le fait de fumer un cigare qui a un peu de cave le rend meilleur à mon sens. De pouvoir les fumer dans la désinvolture sans cela crée un incident avec l’entourage. Comme par exemple dans les vieux films des années 70’s, ou les émissions tv avec les plateaux enfumés. « c’était, il n’y a pas si longtemps que ça ».

Réponse de Thomas Mathys ( directeur Davidoff Geneva )

Mathys.jpg

Serge Gainsbourg a dit :“ Dieu est un amateur de Havane“. Je n’ai donc aucune inquiétude pour l’avenir et il saura nous orienter dans la bonne direction. Il n’y aura pas de cauchemar mais seulement un beau rêve.

Réponse de Jean-Michel Haedrich (éditorialiste pour la revue « Club Cigare », aujourd’hui retraité).

jean michel haedrich cigare

Comment je vois le monde du cigare dans 50 ans? Je ne vois pas si loin. Dans 50 ans, je ne serai plus que cendres, à l'image du Robusto que je fume.

Soyons réalistes. Si en Europe, nous arrivent tant de puros venus du Honduras, de Saint Domingue et du Nicaragua, c'est parce que le marché américain s'essouffle. Outre-Atlantique aussi, le hobby anti-tabac grignote des parts de marché. Et nous, fumeurs de cigares, nous ne faisons pas le poids. Nous n'avons pas réussi à faire reconnaître nos différences: le cigare n'est pas la cigarette, il ne se fume pas de la même manière, il n'est pas contaminé par autant de produits chimiques…

Avec des sourires de chattes gourmande, Marie Sol Touraine (MST pour les intimes) prend modèle sur l'Australie. Elle ne se contente pas de s'attaquer aux paquets de clopes, elle veut aussi "massacrer" les boîtes de cigares. Y compris les tubes! Une mesure qui va gêner les producteurs de cigares, obligés d'acheter des machines spéciales pour enlaidir ces coffrets dont ils étaient si fiers. “Nos enfants ne doivent pas être attirés par les emballages” argumente MST. Quel argument! Je doute que soient nombreux les gamins capables de casser leurs tirelires parce qu'ils ont craqué pour les (élégantes) boîtes de Behike!

Quel impact cette mesure stupide? Je ne pense pas être une exception: j'achète généralement mes cigares à l'unité. Honnêtement, ces "attaques" ne m'inquiètent donc pas. Je suis plus préoccupé par cette nouvelle politique cubaine dont les dirigeants – obsédés par ce qu'ils croient se passer aux E.u. – veulent à tout prix anticiper la levée de l'embargo et nous proposer des Habanos "au goût américain". Je note, malgré tout, que leurs pièces traditionnelles respectent leurs normes. Je me contente d'éviter leurs nouveautés.

Alors… D'ici 50 ans? Il y a quelque 523 ans. Rodrigo de Jerez fumait tranquillement un des tisons qu'il avait rapporté de Cuba (les douaniers ne l'avaient pas contrôlé) quand sa femme, affolée par la fumée qui lui sortait du nez, appela l'Inquisition. Rodrigo en prit pour deux ans de prison! Les "anti-tabac" étaient impitoyables, en ces temps-là. Vous connaissez la suite: le cigare a fini par triompher.

Alors, si nous ne constituons qu'un microcosme, nous sommes des passionnés. Et tant qu'il se trouveront des hommes et des femmes pour cultiver les feuilles et des hommes et des femmes pour, avec amour et dextérité, rouler ces feuilles… Dans 50 ans, les Edmond Dantès seront encore légions. Légions petites en nombre, comme aujourd'hui, mais toujours actives !

Réponse de Guillaume Tesson (éditorialiste pour Cigars Journal, John Paul et organisateur du Big Smoke Paris)

guillaume tesson cigare

Dans la pénombre du hangar, Ignacio respira en fermant les yeux l’odeur lourde et miellée du tabac fermenté. Dans sa poche, une vibration sèche le tira de sa délectation. Il prit son téléphone et décrocha. La voix de son interlocuteur lui semblait encore plus lointaine que la dernière fois. Ignacio le rassura. Tout était prêt. L’expédition serait assurée comme convenu. La marque historique allait retrouver son lustre passé : les dégustateurs triés sur le volet avaient fait part de leur approbation en termes élogieux. Nouveau terroir, certes, mais savoir-faire ancestral. La même passion, au-delà des aléas climatiques et géopolitiques qui avaient tant abîmé la Terre depuis cinq décennies, la privant de 90% de ses ressources végétales. Ignacio sourit. Comme son arrière-arrière-grand-père là-bas, il était enfin, à son tour, un tabaquero reconnu. Il scanna le code-barre du premier ballot de feuilles de tabac produit par ses soins. Il sourit en lisant sur l’écran du terminal : « Ballot N°0001. Date : Février 2066. Lieu : station expérimentale B-45-11, cratère Victoria. Terroir : planète Mars. Destinataire : Manufacture Partagas, La Havane, Cuba (Terre) ».

Réponse d’Alexis Aazam (directeur à la Couronne, Nyon )

alexis aazam cigare la couronne

 

En 2050, le cigare sera devenu un vrai produit de luxe ! Interdit dans la plupart des pays saufs en Suisse et à l’île Maurice , Cuba, République Dominicaine, Nicaragua et Honduras. Le prix moyen d un robusto sera de 65.- chf et pour le super premium on sera à 1500.- chf le cigare ! Seul les grands collectionneurs seront à même de se voir inviter pour ces rares événements très exclusifs sur les terres même où sont fabriqués les cigares de prestige ! Pour les plus riches, ils pourront décider de la réalisation de leur propre blend fait des meilleurs tabacs du monde. L’univers du cigare ne connaîtra plus que 5 grands producteurs et leur marque associée ! Déguster un cigare sera considéré comme le comble du luxe et de la transgression.

Et vous !  N'hésitez pas à vous projeter dans ce futur et me conter ce que vous y avez vu...Je publierai à la suite les meilleurs histoires.

15:10 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/04/2017

Où acheter des cigares en ligne en toute sécurité ?

Comme vous, j’ai aussi été confronté à ce problème lors de mes achats sur internet. Très facile de trouver une boutique en ligne aujourd’hui vous proposant des cigares à des prix défiants toutes concurrences, mais quand est-il exactement ? Peut-on leur faire confiance ? Pour ma part j’en ai testé quelques-uns et j’aimerai ainsi partager avec vous ma petite expérience et ainsi vous faire profiter de mes bons plans.

Le fer de lance de ces boutiques, vous l’aurez compris surfent essentiellement sur du discount et ciblent une catégorie précise de client qui recherche des remises qu’ils ne trouveront pas ou très peu dans la civette de leur ville.

Mais quand est-il exactement ? Peut-on obtenir de la qualité dans l’achat de nos cigares ainsi qu’un bon prix ? Difficile de s’y retrouver parmi ces dizaines de sites qui vous promettent tous monts et merveilles, sans aucune garantie de provenance et de traçabilité de leurs cigares. En effet, peu communiquent sur ce point de détail pour moi des plus importants, quel intérêt de s’offrir une boîte de BHK56 Cohiba avec 40% de remise si en définitive les cigares sont douteux ou complètement faux ? Même avec 40% de remise, ça fait très cher le cigare contrefait, vous ne trouvez pas ? Personnellement il m’est arrivé de commander comme beaucoup d’entre vous des cigares sur le web, mais étrangement il y a toujours un doute qui subsiste ! Qu’est-ce que je fume exactement ? Avec l’expérience du moins je l’espère, j’arrive à ressentir certaines subtilités à la dégustation qui vont assoir ou pas mes convictions ! Je pense aux amateurs, parmi les plus néophytes d’entre eux qui désirent déguster et approfondir leurs connaissances en dégustant comme tout le monde de belle chose et cela sans pour autant se ruiner, j’avoue c’est loin d’être évident dans cette jungle qu’est le cigare discount. Mais c’est parfois possible !

Mon conseil, évitez les boutiques qui ne communiquent pas et ne répondent jamais à vos mails dès que les questions commencent à être gênantes ! Les plus sérieux vous répondront très rapidement à vos questions et à vos doutes. Ils pourront par exemple à votre demande vous fournir le code Habanos situés sur le timbre de la boîte que vous convoitez, ainsi vous serez en mesure de vérifier sur le lien ‘Habanos Verify’ leur authenticité. Soyez donc très prudent, et ne vous laissez pas tenter par des achats du type, la boîte d’Esplendidos à 80€ ou une boîte achetée la seconde offerte !!

Un site boutique que je peux vous conseiller dont je connais personnellement la personne qui le gère, se trouve être un véritable amateur et homme d’affaires à la fois, c’est le site ‘CASA DEL PURO’. Le hasard des rencontres a fait que nous nous sommes croisés un jour, nous avons beaucoup échangé sur le cigare, avec passion comme toujours.  Et naturellement nous en sommes venus à parler du blog ‘Les cigares selon Edmond’ et mon désir de proposer un jour à mes lecteurs un ‘bon plan achat cigare’, c’est chose faîte aujourd’hui !  En effet, nous avons pu négocier ensemble une remise supplémentaire non négligeable de 10% sur l’ensemble du catalogue CASA DEL PURO. Le principe est très simple lors de votre commande vous insérez le code promo du blog : IF48 dans les cases indiquées pour cet effet.

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

 

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

 Boutique Casa del Puro.

Pour information et vérification, tous les cigares sur ce site proviennent exclusivement de l’importateur officiel Suisse (Intertabak) pour la partie cubaine, une véritable garantie de qualité. De plus chaque boîte est affranchie d’un logo supplémentaire, comme ci-dessous.  Toutes les commandes sont expédiées sous 48h maximum à travers le monde. Que dire de plus ?

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

 Logo au dos de la boîte.

Peut-être une chose, ne négligez pas pour autant  la petite civette de votre ville, à la seule condition que le service et les conseils soient au rendez-vous bien entendu.

Boutique cigare, achat cigare, cigare sur internet, acheter cigare sur le net, achat cigare qualité, casa del puro, meilleur site achat cigares, cigare cubain discount, prix cigare internet, prix discount cigare, shop cigare suisse. 

11/07/2015

Comment aborder la dégustation ?

hero_freudadvertising09.jpg

Comment aborder la dégustation d’un cigare ? J’entends souvent de la part d’amis amateurs s’exclamer, « Moi j’sens rien !! » ou bien s’interroger «comment fais-tu pour ressentir tout ça ? Autant de questions que de sensations possibles, faudrait-il être chaman pour décrypter nos  volutes ou posséder quelques dons de divination appropriés à la dégustation, je ne pense pas ! Vous comme moi, possédons tous la faculté d’apprécier ou  de dévaloriser les choses que nous côtoyons chaque jour, architecture, peinture, musique, danse, dessin, sculpture, les bienfaits de la nature et la gastronomie, correspondent au fondement de la morale, une forme d’eudémonisme impérialiste. Inconsciemment ou consciemment, notre analyse constante de notre monde nous apprend à discerner le beau du laid, le bon du mauvais, et cela en va de même pour un simple cigare, un vin ou une simple tranche de foie gras ! Une expression que nous connaissons tous, lorsque les avis divergent dans une discussion  « Oui mais, les goûts et les couleurs, tu sais…!! » Une expression paradoxale qui ne veut pas dire grand-chose, prenez là au sens propre, pensez-vous que la couleur jaune puisse être perçue verte ou bleue, voire rouge suivant le type de personne. Pensez-vous que le goût de l’agneau peut se rapprocher de la saveur du bœuf ? Bien entendu, tous ceux qui souffrent de problèmes de daltonisme ou de dysosmie seront des exceptions qui ne rentrent pas dans ce schéma. Le problème vient plus généralement d’un vocabulaire inadéquat dans certaines observations pour définir nos émotions. Une couleur au cœur de nombreuses discussions est sans aucun doute celle de la couleur verte et bleue ! La couleur verte est produite à part égale, ou pas, de jaune dans le bleu suivant la quantité de l’un ou de l’autre le vert sera plus jaune ou plus bleu, mais beaucoup affirmeront avec conviction que le vert est bleu ou le bleu est vert !! Rien de physiologique dans tout cela, mais plutôt un vocable mal adapté dans la manière d’aborder notre environnement avec rigueur.

D’ailleurs, heureusement que la nature nous a armés des mêmes aptitudes de perception : la vision, l’ouïe, le goût et l’odorat afin que l’homme puisse rester en harmonie avec son environnement ainsi qu’avec  ses congénères. Toujours à propos de cette expression, je suis d’accord avec vous et je devine votre réflexion, comme quoi la perception d’un individu à un autre peut différer « Moi, je n’aime pas les huîtres ! » ou « Moi, je déteste les cigares Dominicains », ce n’est pas un problème physique, mais plutôt d’ordre de la psychanalyse, je pense, les raisons sont bien plus complexes qu’il n’y paraît, qu’une simple affaire de goût. Tout cela pour vous expliquer avec mes mots que nous sommes tous armés de la même façon et égaux face à cette appétence qui anime notre vie de tous les jours. Bien que nous ayons les mêmes outils pour interpréter le monde, nous ne possédons pas forcément les mêmes acuités pour chacun de nos sens, certains ont une vision extraordinaire de loin et d’autres portent des lunettes !   

Prenons le cas d’une œuvre picturale, vous contemplez un tableau dans un musée comme le radeau de la Méduse d’Eugène Delacroix exposé au Louvre, facile tout le monde le connaît. Face à sa contemplation votre œil produit d’infimes signaux chimiques à votre cerveau qui déclencheront une émotion agréable ou pas en fonction de vos souvenirs, cela peut déclencher des larmes, de la joie suivant certaines personnes ! Malgré tout cette représentation d’Eugène Delacroix restera identique à tout le monde. Hormis votre sensibilité unique en fonction de votre passé, le responsable analytique de ce travail provient des capacités innées de notre cerveau à associer les formes et les couleurs dans le juste équilibre d’une composition ainsi que ses proportions à devenir  harmonieuses à notre œil. Comment fait-on ? Il faudrait remonter très loin dans le temps pour trouver l’ébauche d’une réponse, de manière empirique il semblerait que la nature possède un don avéré pour les proportions. Je pense notamment au fameux nombre d’or ( 1,618 ), dont le nautile ce merveilleux coquillage semble tirer sa beauté en ‘spiralique’.

Couper_45.jpg

Le radeau de La Méduse.

Et si le bon goût en bouche produit par la fumée d’un cigare possédait lui aussi ses proportions universelles pour être appréciées. Comme l’utilisation du nombre d’or par de nombreux artistes, « La naissance de Venus » peint par Botticelli par exemple et certaines œuvres musicales, même des instruments de musique comme le violon respecte ce calcul magique emprunté à la nature !  Et pourquoi pas l’olfactif ? 

L’appréciation de tous ces tableaux attribués à la période romantique des grands peintres du XVIIIe siècle, idem pour le classicisme, donne à nos émotions un sentiment de sécurité, d’ailleurs il est rare de ne pas les trouver plaisants à regarder malgré les sujets mis en scène. Mais que penser d’une œuvre de Braque ou de Kandinsky ? Deux maîtres dans leur domaine, l’un excelle dans le cubisme et l’autre dans l’Art moderne ou l’inverse, difficile pour les néophytes que nous sommes de s’y retrouver dans ce monde plus indistinct. Un œil non averti y trouvera de la sottise, de la lourdeur, de l’inexpérience dans le trait. Pour en déceler la quintessence il faudra nécessairement ouvrir les pores de notre cerveau et sans délecter ! L’exercice demandera du temps, plus de subjectivité sous cette forme d’Art et moins d’objectivité surtout. Laissez votre cerveau interpréter toutes ces distorsions de formes et de couleurs en puisant plus profondément dans notre inconscient aura pour effet de produire de nouvelles visions de ce chaos. Etrangement dans cette forme représentatif, chaque tableau donnera libre court à notre inspiration du moment, aucune personne ne le percevra tel que le nous voyons réellement !! Le cigare a parfois cette magie et oscille entre fantasme et réalité, mais là nous entrons dans le domaine secret et ésotérique de la feuille de tabac noir, un monde où tout béotien se verra condamner à une errance sans retour possible dans sa quête chimérique et "cigaristique". Ce châtiment précieux dont je vous parle, j’en jouis encore aujourd’hui avec grand bonheur !! Mais revenons à nos cigares.

Un cigare s’écoute et vous murmure bien des choses à qui sait l’entendre, si vous êtes suffisamment attentif à ses humeurs, vous percevrez l’idiome de ses arômes. Pour le comprendre dans un premier temps, aiguisez vos sens en les travaillant régulièrement, plus vous serez réprobateur envers vos dégustations, plus vous en apprendrez. Le critique gastronomique devient un maître dans son domaine à force de goûter des plats, il sait reconnaitre la qualité des matériaux utilisés ainsi que le travail accompli pour produire une recette. Un petit conseil, dégustez le plus souvent seul et au calme. Tout dépend si vous fumez ou si vous dégustez !

 Prenez le temps de prendre des notes afin de les interpréter plus tard pour en recréer une petite histoire, un déroulement significatif de votre ressenti. Evitez les mélanges dissonants et trébuchants, sauf si le but recherché comprend bien sûr des associations adéquates. Préférez la neutralité avec un thé tiède et peu sucré ou simplement un verre d’eau, cela évitera de souiller les arômes délicats de votre module à expertiser.     

Si vous suivez parfois des émissions culinaires comme ‘top chef’ ou ‘Master chef’,  il y a une chose primordiale à ne jamais oublier lorsque vous cuisinez, l’assaisonnement ! La dégustation d’un cigare rejoint ce même principe, les premières sensations que nous ressentons face aux premières bouffées concernent cette consistance, cet équilibre en bouche que j’attribue toujours à l’assaisonnement d’un plat. Prenez par exemple le meilleur des mets et le plus cher de la carte d’une des plus belle table étoilée française, si le chef a omis de saler son plat, son insipidité deviendra de suite palpable et insupportable, nul besoin d’être une lumière en gastronomie pour crier haut et fort « S’il vous plaît le sel, merci ! » même si son ajout tardif n’aura qu’un effet illusoire sur le travail accompli et ne pourra pas être savouré à sa juste valeur. Par habitude de goûter différents cigares de terroirs quel qu’il soit, ce sentiment se détecte assez rapidement dès les 20 premières minutes, voire même avant. Ne jamais oublier "qu’une fumée se mange", mâchez là par petite bouffée pour qu’elle circule librement dans toute votre bouche pour en expertiser chaque molécule (un précepte de mon ami  JMH que j’applique souvent lors de mes analyses). Vous comprenez maintenant une des raisons de la dégustation en solo,  car toutes ses mimiques buccales et autres cocasseries s’efforceront de vous ridiculiser avec  lyrisme !     

Chaque cigare possède une composition expressive différente suivant son environnement ( son terroir et son climat ) dont il provient, ainsi que son ADN ( son patrimoine génétique ), sans oublier le travail des hommes ( l’agriculture pour le produire ). Dans un sens certaines feuilles (matériaux) possèderont de meilleures qualités gustatives que d’autres c’est une évidence, prenez une tomate achetée chez votre petit maraîcher dans votre village et celle vendue en grande distribution, elle aura bien meilleur goût. Et bien chaque mélange (liga) contiendra une qualité aromatique en fonction de tous ses facteurs évoqués un peu plus haut.  Mais comment reconnaître la qualité de toutes ces feuilles dans les cigares que nous fumons, tout simplement l’abnégation dans  la dégustation dans toute sa complexité en affutant chaque jour un peu plus votre perception.  

Le pire qu’il puisse arriver serait la disparition d’un terroir et de tout son savoir- faire, l’effacement total d’une identité olfactive et gustative, cela est de notre responsabilité, nous amateur. Prenez le cervantes Molinos de Sancho Panza, un excellent cigare Cubain dont la production vient d’être arrêtée, faute de public aujourd’hui pour l’écouter !   

b4a46e71ec7947328f421f1cae1bc878.jpg

Sancho Panza "Molinos de 2001" offert par mon ami Yann.

Comme pour la cuisine, une fois votre plat correctement assaisonné, il faut ensuite en apprécier la qualité des aliments qui le composent, ceux qui détermineront sa complexité aromatique ! Un bon steak purée, son volcan et sa sauce même très bien salée et poivrée sera effectivement très bon, mais de là à vous extasier ! Nous sommes bien d’accord. Pour certains cigares, c’est à peu près la même chose, rien de très complexe dans la recette en soi, mais d’une bonne consistance, ce qui leur permet de se maintenir à flot dans une moyenne acceptable, je dirai que ces cigares représentent en moyenne 90% du marché et puis il y a les autres…

Comme pour les arts en général, lorsque vous déguster un cigare, celui-ci doit vous suggérer une émotion, une histoire parfois, un frisson pour certain (très rare je vous rassure), selon votre sensibilité et le moment, votre humeur et le lieu où vous vous situez.

La persistance ou longueur en bouche s’apparenterait d’une certaine façon à celle de tenir la note le plus longtemps possible comme le ferait un musicien ou un ténor, voici un autre facteur intéressant et prédominant dans la dégustation d’un cigare, à condition que celle-ci, cette note soit agréable gustativement et non dissonante. Comme vous pouvez le ressentir, une dégustation peut aussi de manière suggestive se mimer à un orchestre symphonique ou un opéra, évoquant une évolution rythmique, une sorte de tempo organoleptique capable de maîtriser l’équilibre du cigare, de la pièce, tout au long de sa combustion. Avec de l’entrainement vous entendrez aussi un jour les cordes, les cuivres et les bois vibrer dans les volutes bleutées de votre double co "Lusitania "par exemple.

Sachez que toute représentation olfactive stockée dans notre cerveau suscite des images souvenirs de celle-ci, on se souvient dans un premier temps de l’aspect et non de son odeur. En effet nous ne stockons pas les odeurs de manière physique mais uniquement par des associations d’images, sans cela il nous serait impossible de se comprendre et d’en apprécier leur originalité. Prenez un exemple, vous sentez l’odeur d’essence de citron dans une pièce, automatiquement votre cerveau  vous sortira la fiche d’un citron. Plus votre cerveau stockera de fiches, plus vous serez capable de les reconnaitre plus tard lorsque vous serez confronté un jour à cette odeur. D’ordre plus philosophique, vous connaissez cette expression « Ma madeleine de Proust » tiré du livre ‘Du côté de chez Swann’, dans le texte cela signifie manger une madeleine et en percevoir une brève et vive émotion, faisant ressurgir des profondeurs un souvenir agréable lié à cette odeur, celui par exemple de votre mère ou de votre grand-mère préparant une pâtisserie lorsque vous étiez enfant, exaltant des flagrances magiques et gourmandes dans l’instant présent, une sorte de film souvenir souvent déstabilisant lorsque cela nous frappe ! En dégustant votre cigare, certaines formes aromatiques vous portent parfois à replonger dans la grâce de vos souvenirs.

91295029.png

Marcel Proust.

Chaque nouvelle dégustation en appelle une autre, une terrible malédiction associée à quelques feuilles de tabac roulées...

Edmond.            

13:37 Écrit par Edmond Dantes dans Cigare, Enquéte | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/06/2015

Where can I find a reliable cigar vendor online ?

Like you, I too have encountered this problem when buying things on the internet. It is very easy today to find an online store offering cigars at rock-bottom prices, but what do we know about them? Are they trustworthy? Personally, I have tested a few and I would like to share with you the experience I have gained and the good deals I’ve managed to find.

These stores are discount-driven and target a specific category of customers looking for money off that they would have trouble finding in their local tobacconists.

But what exactly is the situation? Can we obtain quality when we buy our cigars and at the same time pay the best price? It is difficult to find your way round dozens of sites that promise the earth, with no guarantee of the provenance or traceability of their cigars. Very few mention this information which is, to my mind, essential: what would be the point in buying a box of BHK56 Cohiba with 40% off if the cigars are doubtful or even completely fake? Even with 40% off, it is still a very expensive fake cigar, don’t you think? Like many of you, I once ordered cigars on the web, but there is strangely always an element of doubt! What exactly am I smoking? With experience, I am able, or at least I hope I am, to detect certain subtleties of taste that confirm or refute my convictions! I think of the amateur, the total beginner who wishes to taste and improve their knowledge by tasting like everyone else an excellent product but without breaking the bank, and I admit that it is far from simple in the jungle of the discount cigar. But sometimes it can be done!

My advice is to avoid the stores that do not communicate and never answer your emails when the questions start to become awkward! The most reliable will answer your questions quickly and put your mind at rest. For example, they could provide you on request with the Habanos code on the stamp of the box you are interested in, so that you can check their authenticity on the “Habanos Verify” link. You must therefore be very careful, and not be tempted by purchases of the type “box of Esplendidos for €80” or “one box free for every box purchased”!

One website I can personally recommend, for I happen to know the manager, who is at once both a true cigar lover and a businessman, is CASA DEL PURO. One day our paths crossed by chance, and we talked for a long time about cigars, fervently as always.  And naturally we touched on the subject of the blog “Les cigares selon Edmond” and my determination to one day offer my readers a really good deal in cigars, which I have now done!  Together, we were able to negotiate a considerable additional discount (10%), on all CASA DEL PURO products; the principle is very simple, when placing your order, add the promotion code from the blog: IF48

 

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

Shop Casa del Puro.

For information and verification, all the Cuban cigars on this site come exclusively from the official Swiss importer (Intertabak), which represents a real guarantee of quality. In addition, each box is stamped with an extra logo, as shown below.  All orders are shipped within 48 hours to anywhere in the world. What else can we say ?

 

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

 Logo on the back.

Maybe there’s one thing – don’t ignore your local tobacconist, that is, if the service and advice are up to scratch, of course.           

05/02/2015

R&D "Tabaconist University"

rd.jpg

Après quelques recherches sur internet voici un article que je tenais à vous faire partager et devrait susciter l’intérêt et la curiosité de certain d’entre vous !

‘The Tobacconist University’ situé dans New Jersey dans la ville de Hopewell, est une organisation indépendante
qui fournit des informations éducatives et gratuites pour les consommateurs et professionnels du tabac aux USA.
 

Ils ont récemment créés ce qu’ils appellent un programme de recherche expérimental et développement dont le but est de chercher à créer des produits éducatifs et pédagogiques d’avant-garde pour enseigner, éclairer les consommateurs et les buralistes. Leur premier produit est le ‘Cigares R&D Lab’ issu de cette réflexion. Ces cigares sont produis par Jésus Fuego de J.Fuego Cigares* au Brésil. Voici ci-dessous un peu plus de détail sur le contenu de ce kit. Je trouve cette idée inovatrice et vraiment intéressante qui pourrait intéresser bon nombre de club cigare en France, Belgique, Suisse et Luxembourg ! Le kit comprend 5 cigares ( cape, sous- cape et tripe séparée ) + 1 cigare réalisé à partir de ces 5 feuilles différentes, le coût approximatif est de 30$ prix US.

RDpgGraphic.jpg

C’est ici que nous publions le contenu des résultats qui émane de nos recherches ainsi que les produits éducatifs que nous développons. Chaque cigare R&D est crée afin d’éduquer et éveiller votre palais et votre esprit, c’est pourquoi nous vous encourageons à savourer les produits que nous créons tout en les découvrant.

Les cigares R&D sont certifiés par l’Université des buralistes, ce qui signifie que nous déclarons leur date de création (DDC), la quantité produite (QP), mais nous déclarons aussi nos ingrédients, nous donnons l’accès et les informations des procédés agricoles et des techniques de fabrication. De plus, ils sont exclusivement vendus par l’ Université des buralistes Certifiées. Tout ceci est effectué afin d’assurer une qualité qui soit la plus haute possible, ainsi qu’authenticité et professionnalisme au sein de l’industrie du tabac de luxe.

rd-Brazilian-Corojo-Capa-Especial-Serie-I-cigars.jpg

La philosophie du mariage

En utilisant 3 tripes du Honduras et du Nicaragua (Hondu Nica) nous créons un profile de saveur typiquement d'Amérique Centrale. Si vous avez déjà fumez des cigares de cette région, vous serez relativement familier avec ces saveurs. Il n’y a rien d’incroyable ou de fou dans ces mélanges; pas de goût Péruvien ou Colombien pour déconcerter votre palais ! Cela étant dit, nous avons simplement utilisé des feuilles de Volado et évité les feuilles de Ligero afin de ne pas écraser le goût des arômes. Les feuilles de tripe sont bien distinctes, même si elle reste classique dans son ensemble, mais nous y avons ajouté un peu d’Ometepe, car nous adorons ce goût riche de ce sol. Finalement, cette série "R&D" est conçu autour de cette feuille et c’était notre objectif de le sublimer dans d'un mariage équilibré.

puro-elements2.jpg

Cape : semence Corojo Brésilien

Le  Corojo est la feuilles de cigare la plus connue en terme de variété de semence dans le monde. Originaire de Cuba dans les années 1930, des pionniers de l'or noir l'ont cultivé pendant des années dans la fabrication de cigare dans toute l'Amérique Centrale, jusqu'en dans les années 90 à aujourd'hui et intégré dans cette industrie sous différentes formes. A ce jour, de nombreuses marques de cigare utilisent le Corojo dans leur mélange ainsi que dans leur nom de marque.

Pourquoi le Corojo brésilien ?

La réponse est simple, le brésil est le seul endroit où la plante Corojo n'est pas sensible à la moisissure bleu et aux tiges noires. Mais la raison pour "R&D" corojo brésilien est encore plus profonde que cela. En fait, comme Jesus et Jose Fuego ( deux figures emblématiques du cigares au Brésil ), cette feuille est l’une des plus sous-estimé bien que ces éléments soient impressionnants dans l’industrie du cigare. Il est humble en ce sens qu’il n’écrase et ne submerge pas ses compagnons. Il pousse sous le soleil, il est attractif, foncé et gras mais aucunement extrème en goût. Il est sucré, un petit salé et possède un fort caractère afin de vous éveiller et de vous divertir, pour vous satisfaire. Le Corojo brésilien est une feuille incroyable ! Et l’histoire ainsi que les caractéristiques de cette graine sont aussi incroyable que les gens qui l'ont travaillé et se sont sacrifiés pour la cultiver. Terminer cette lecture de "R&D" lab, tester nos mélanges suivre notre pédagogie et nous pensons que vous serez d'accord avec nous que la feuille de Corojo est vraiment spécial !

Sous-cape : Semence Habano brésilien

La sous- cape Habano brésilienne est vraiment similaire en terme de goût au feuille de corojo brésilienne bien qu’elle soit élevé au soleil. L'une des différences principales est sa texture. Nous choisissons cette feuille qui affecte et met en valeur l' apparence extérieur du cigare tout en restant similaire en terme de goût avec l’objectif initial de notre mélange.

Tripe I

Ometepe est le nom d'une île reculée d'un lac du Nicaragua, au sud de la région de Jalapa, Condega et Esteli. Elle est entouré de deux grands volcans et indubitablement l’un des tabac de cigare qui pousse dans une région des plus unique au monde. L'agriculture du tabac premium a été découverte et développer ici par la famille "Plasencia" dans les années 1990 en s’associant à des fermiers locaux. Le sol d’Ometepe est riche, très minéral d'un brun foncé et argileux. Cela crée un tabac dont le corps est moyen, peu fort et très terreux bien moins fort que ceux que l’on trouve à Esteli par exemple. Bien que la terre arable autour des volcans ne soit pas familière à d'autres régions, l’eau fraiche autour de l’île lui apporte une condensation et une humidité délicate, ainsi qu'un microclimat toujours constant.

Tripe II

La vallée de Jalapa est située au centre nord du Nicaragua, juste à une rangée de montagne à l’est de la vallée de Jamastran au Honduras. Le sol d’argile rouge de Jalapa est réputé pour produire une feuille soyeuse et riche. Ces feuilles qui ne suivent pas exactement ses critères vont devenir des composants de corps moyen avec un caractère propre au cigare nicaraguayen, bien différent mais aussi fort et riche que le tabac qui pousse à Esteli et à Condega.

rd-ashtray_200px.jpg

Tripe III

Azacualpa est une petite vallée située au nord de la vallée de Jamastran au Honduras.

Son micro climat unique et son sol alluvial orange clair produit un tabac équilibré et terreux qui est bien distinct des autres provenant du Honduras, Talagan et Jamastran. Bien que cette feuille soit cultivé à l’ombre à Azacualpa, le rendement des feuilles de tripe cultivées au soleil est bien plus important dans cette vallée.

Cette notre signature et notre contribution d'éveiller vote esprit et votre palais.

Après avoir retirer cette feuille vous réaliserez sa contribution à la dégustation, mais vous ne pourrez pas comprendre à 100% un cigare premium sans en détecter chaque ingrédient. Les cigares "Puro Components" sont des cigares fait entièrement de feuille longue et pleine, mais composé d’un seul ingrédient. Chaque cigare est fabriqué afin que vous puissiez faire l'expérience individuellement de chaqu'un de ses ingrédients en dehors de leur mariage, pour approfondir votre apprentissage des mariages des différents tabacs.

Source: Tabaconist University ( traduction Edmond )

13:12 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités, Enquéte | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2015

Cohiba "Anti-contrefaçon"

cohiba.jpg

Téléchargez le pdf sur ce lien.

Une petite fiche qui vous sera utile à l'avenir lors de vos déplacements à l'étranger. Celle-ci est valable pour tous les cigares "Cohiba" de 2003 à nos jours. Seul le Piramide extra et les nouvelles éditions limitées à partir de 2014 se voient attribuer un filigrane argenté sur la bordure haute et basse de la bague. Dans les prochaines années cette nouvelle bague sera légion pour tous les "Cohiba".

Petite contribution et bel exemple de contrefaçon envoyée par notre ami Aston !

  • cape qui se décolle au niveau de la tête.
  • Mauvaise typo du 'H' de Havana.
  • Le liseré or touche les carreaux blanc de la première rangée.
  • Le 'B' et le 'A' de Cuba se touche.
  • Nervure grossière, défaut de la cape.

09:59 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

15/11/2014

Ligero, seco, volado...Au coeur du cigare !

Comprendre par la dissociation le rôle des différents tabacs que compose la tripe d’un cigare. Voici une expérience intéressante que je souhaite à tout amateur désireux d’approfondir ses connaissances. Cela consiste à déguster indépendamment les 3 feuilles que l’on trouve habituellement réuni au coeur d’un cigare. Celles-ci déterminent la signature olfactive ainsi que son identité de terroir relatif à chaque marque en fonction du pourcentage de chacune d’entre elles. Ces 3 feuilles déterminantes présentent toute un caractère bien différent, afin d’homogénéiser la consistance et l’aromaticité du cigare. Dans l’ordre, en partant du centre, on trouve une première feuille appelée ‘LIGERO’, ensuite vient la ‘SECO’ et pour finir la ‘VOLADO’, ces 3 feuilles composent la tripe. Ensuite viennent 2 autres feuilles, la sous-cape et la cape que nous oublierons aujourd’hui pour ce test. (voir le petit schéma ci-dessous). Afin d’éviter de s’égarer dans des explications agronomiques sur la physiologie du plant de tabac, j’aborderai dans cet article uniquement la dégustation et les saveurs de ces 3 feuilles !

Pour cette expérience, munissons-nous de 3 modules de même format de cepo identique ( 3 robusto). Des cigares provenant de Cuba, je précise !

Voici les questions que nous sommes en droit de nous poser sur chacune d’entre elles !  

  • La feuille de ‘LIGERO’ est dédié à la force ! Mais qu’est-ce que la force ? Cette perception reste très complexe à mesurer et à identifier. Pour un rhum, un whisky, un vin il est très facile d’attribuer un pourcentage d’alcool, 15%, 40%, 45% ou 60% résultant d’une analyse scientifique est incontestable et sans équivoque. Par contre quand est-il pour un cigare ? Il n’existe rien, aucun instrument pour la mesurer, les seuls véritables outils sont nos papilles et les indications divulguées par le fabricant sur le type de tabacs utilisé pour rouler ses cigares quand celui-ci le veut bien, en effet le fruit de ce long travail reste très obscure et souvent gardée secrètement, jalousement au sein des fabriques. J’ai souvent pu remarquer chez certains dégustateurs une confusion entre force et intensité aromatique, ! Ces 2 notions sont complètement différentes, un cigare intense en bouche n’est pas forcément fort et un cigare puissant n’est pas forcément intense. Un bel exemple concerne le Cohiba Behike, classé très fort dans l’échelle Habano, alors que son intensité en bouche reste très moyenne dans son ensemble. La meilleure manière de dissocier ces 2 valeurs se trouve dans la dégustation d’un cigare réalisé à 100% ‘LIGERO’, afin de conforter ce que vous ressentez déjà ou pour mieux discerner ce que vous pensiez savoir ! ( feuille de la partie supérieure du plant de tabac ‘corona')
  • La feuille de ‘SECO’ est techniquement dédié à l’arôme, mais qu’est-ce que l’arôme ? Cette feuille est-elle exceptionnellement aromatique ou a-t-elle besoin de la ‘LIGERO’ comme catalyseur pour réellement exister ? Difficile dans une dégustation de dissocier le goût de la force. Une autre question dont l’intérêt n’échappera à personne; peut-on fumer un cigare confectionné uniquement d’une tripe de ‘SECO’ ? Idem pour les autres feuilles. La meilleure façon de résoudre cette équation se trouve aussi dans la dégustation d’un cigare 100% ‘SECO’. ( feuille de la partie centrale du plant de tabac ‘milieu')
  • La feuille de ‘VOLADO’ est une feuille dédiée à la combustibilité, nous l’avons tous lu dans divers livres dédiés à ce sujet. Oui, mais encore ! À part le fait que ça brûle mieux. Quel goût a-t-elle vraiment ?, Est-elle complètement insipide, sans goût ? ou participe t- elle malgré elle a un équilibre gustatif ? Cette feuille souvent relégué de simple feuille de papier, juste bonne à activer la combustion à surement plus d’atout qu’on ne le pense ! D’où la nécessité de tester ce cigare réalisé à 100% ‘VOLADO’ et ainsi se faire une opinion plus objective et personnelle. ( feuille de la partie basse du plant de tabac ‘bas') 

 

structure.jpg

 

les_cigares_selon_edmond.jpg.JPG 

Si vous désirez participer à cette dégustation expérimentale, écrivez moi en message privé sur edmond_dantes@orange.fr  

Les inscrits: Thierry et ses cigares, Nicolas, Erwan de "Cigares Cubains", Vincent H, José, Aston, Jeffrey, Antonio, Clem, Ludovic, Charly, Rodrigue, Ludolatour, Julien, Damien, Spaceteam32, Vincent M, Yann, Flavien, Erick, Franck.

Les validés: Julien, José, Thierry et ses cigares, Antonio, Charly, Aston, Ludovic, Clem, Erwann, Jeffrey, Vincent H, Vincent M, Nicolas, Yann, Damien, Obelux, Ludolatour, Flavien, Eric, Franck.

10:43 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Enquéte | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

03/09/2013

Le cigare du débutant !!

Beaucoup d’articles traitent de ce sujet, existe-t-il vraiment un tel cigare ? Et comment le définir ? À quoi ressemble-t-il ? Beaucoup apportent de l’oxygène à leur vitole, en vous citant une liste de cigares parfois longue comme mon bras gauche. Chacun veut aider de sa propre expérience, comme moi d’ailleurs et hop ! un de plus. Je vous présente en quelques lignes mon sentiment : ce que j’appellerais par définition le ‘cigare du débutant’.

L’essentiel, c’est d’orienter votre choix en fonction du temps qu’il est nécessaire pour le déguster ! Un cigare d’un format de 10 à 15 cm se déguste en moyenne entre 40 minutes et 1h30 pour le genre robusto par exemple. Restez là assis seul tout ce temps, n’est pas donné à tout le monde !

Nous sommes tous différents, avec des tempéraments, des caractères qui diffèrent d’un individu à l’autre. Les anxieux, les dépressifs, les obsessionnels, les borderlines, les narcissiques, les paranoïaques, etc… aborderont ce moment avec leur sensibilité, leur vécu. J’avouerai que pour certains, c’est peine perdu ! Inutile de croire au miracle, le cigare n’est pas fait pour vous. Fumer un cigare, c’est avant tout l’apprentissage du temps, ce rapport à ces secondes, ces minutes, ces heures qui nous échappent.

Personne à ce jour n’a pu apprivoiser cet espace, sauf peut-être le fumeur de cigare auquel ses nombreuses heures de fumage lui ont permis une certaine réflexion sur le monde qui l'entoure. Et pourquoi pas une certaine forme de sagesse ? Une formule d’un grand sage ’Zino Davidoff’ qui démontre bien cette communion: « Il y a dans les gestes lents, dignes, mesurés du fumeur de cigare une cérémonie qui permet de retrouver des rythmes oubliés et de rétablir une communication avec soi-même. » Je suis d’accord avec vous, c’est quelque peu « Je me la pète graveeeeeee. » Mais j’aime assez l’idée. 

Ne sommes-nous pas les dignes héritiers des prêtres Inca, des sorciers Maya ou autres divinateurs aux pouvoirs prophétiques, tous tiraient assidûment du bâton. Mais restons dans ce monde rationnel qui nous guide tous les jours. Nul besoin de chercher d’autres mondes ténébreux à explorer, le nôtre est suffisamment perfide à mon goût.         

Pour certains se poser 1 heure sans s’occuper, devient inévitablement ennuyeux, insupportable au bout de 20 minutes. Est-ce de la culpabilité ? ou la peur d’être face à ses doutes ? Pour éviter cet état de conscience ou autres idées dépressives,  loin de réveiller en vous vos vieux démons.

Prenez un joker, « faîtes appel à un ami » la première fois, et si vous ne connaissez pas d’ami ! eh, bien…cherchez sur les réseaux sociaux.

Apprenez aussi à dire non ! à tous ceux qui s’agitent autour de vous qui vous rappelle sans cesse votre paresse du moment ! Dieux un fumeur de Havane, foutaise…!! Les 7 péchés capitaux, vous connaissez ? c’est bien de lui ce truc : L’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure, la ‘gourmandise’, la ‘paresse’. Eh, oui ! nous ne voilons pas la face, le fumeur de cigare aime l’inaction dans l’avidité, une oisiveté juste et programmée, nuance !! Le repos du guerrier en somme, c’est bien ça. Après le bain des mouflets, les couches, la vaisselle, les biberons, la bouffe. Y a pas mieux comme guerre des tranchées pour mériter son corona, robusto ou autres formats !

Voici un conseil d’amateur, ben quoi ? je peux, c’est mon blog ! Choisissez un gabarit aux dimensions raisonnable, même si les gros cigares vous attirent, pourquoi me direz-vous ? J’en sais foutre rien, cherchez dans le manuel du genre Humanoïde à la lettre G, grosse bagnole, grosse bécane, grosse bouffe, grande maison, grande gueule, gros c…, gros cigare, grand sensible, etc, etc… et grande intelligence bien sûr ! Les mecs, nous aimons les trucs grand et gros, faut pas chercher c’est comme ça !

Un cigare, heu… oui, je disais qui n’excède pas une longueur de 10 cm et un diamètre de 2 cm, ce type de cigare procure environ 45 minutes de fumage, idéal pour faire le grand saut. Vous trouverez un panel de très bonnes choses dans ses tailles ( du short/ half/ petit robusto au petit corona ) aux saveurs très diversifiées qui vous permettrons par la suite de mieux appréhender les formats les plus longs de 15 à 19 cm de 1hs30 à 2 h, voire 3hs pour un Montecristo A. Envie qui viendra très rapidement en fonction de votre soif de découverte. Un petit corona comme un Por Larranaga, un module facile pour apprendre, et très sympa à fumer. Même si on vous conseille un très bon cigare pour démarrer votre initiation avec un robusto extra du type ‘Épicure Especial de chez Hoyo de Monterey' pour ne pas le citer. Patientez un peu ! Vous risqueriez de trouver le temps long. De plus je doute qu’il soit apprécié à sa juste valeur, éviter de gâcher un bon Havane sur une première cartouche. Imaginez, un buveur de soda en tout genre comprendre et apprécier un grand cru classé dès son premier verre de vin.

Apprécier un cigare demande de la méthode qui s’acquière au fil des dégustations, vous comprendrez l’harmonie de certains, et la dissonance pour d’autres en fumant des choses très différentes, multipliez vos dégustations afin d’aiguiser votre palais et votre nez. Aujourd’hui, les plus beaux terroirs s’offrent à nous, pour notre plus grand plaisir, Cuba, Nicaragua, Honduras,République Dominicaine pour les plus accessibles et d’autres un peu moins comme la Colombie, la Jamaïque, les Canaries, le Costa Rica. Un vaste terrain de jeux d’expérimentations pour les plus assidus et les chineurs de bonnes vitoles.

Faîtes-vous plaisir ! c’est l’essentiel. « Le temps révèle toute chose » de Tertullien.

Ce texte d’un ‘Gros donneur de leçon’ est de moi…!

374306_282771915192811_73980291_n.jpg


 

 

16:52 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte, Raslebol | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

29/03/2013

Histoire de cape...

Exercice difficile pour de s'y retrouver dans toutes ses capes, dans ce billet je me suis amusé à répertorier les différentes capes disponibles sur le marché mondial du cigare. Malheureusement j'ai dû me limiter aux semences les plus connues dont j'ai pu trouver les informations sur le net. Il est possible qu'il y ait des erreurs, ne vous gênez donc pas pour les corriger ! Personne n'est infaillible.
Je pensais tout connaitre sur les capes, eh bien non ! je suis allé de surprise en découverte, certaines de mes certitudes se sont effondrées et d'autres confirmées.

Comme moi, j'espère que cela vous sera utile dans votre approche gustative de vos cigares.

 

  • Cape  Indonésienne ( Sumatra/ Java )

Sumatra est une sous-espèce du "Tabac Noir", Mais il y a différents types de cape cultivée en Indonésie ;  Java / Sumatra et selon le fabricant, la description «Sumatra» peut signifier une feuille de Sumatra ou cela peut signifier une cape de la région de Sumatra qui inclût l’île de Java ( TBN*, VBN*, FIN*, FIK*, DELI* ).

TBN* : croisement de semence connecticut et Besuki de Jember/ cultivée à l’est de l’île de Java en ‘shade grown’, ne pas confondre avec l’exécrable cape indonésienne cultivé pendant le ‘Cigar Boom Era’ dans les années 90 à 2000

VBN* :  cape naturel ( NW) Vorstenlanden de Klaten/ cultivée dans le milieu de l’île de Java,  ‘shade grown’ ( tabac poussant à l'abri de serres de voile )

FIN* :  cape naturel ( NW) de Sumatra de Jember/ cultivée à l’Est de l’île de Java en  ‘shade grown’ ( tabac poussant à l'abri de serres de voile )

FIK* : cape naturel ( NW) de type Connecticut de klaten/ cultivée dans le milieu de l’île de Java en  ‘ shade grown’ ( tabac poussant à l'abri de serres de voile )

DELI* : cape de Sumatra Zandblad ( produit essentiellement pour les cigarios )


Tatuaje 7th Capa Especial

  • Cape USA ( Connecticut )

La ‘shade connecticut’ ou ‘connecticut’ est sûrement  la plus soyeuse et la plus fine des capes, de couleur d’un brun doré ( colarado ) Elle est cultivé en ‘shade grown’ ( sous tapado). La feuille est très élastique et le veinage très fin lui permet d’habiller les plus grands cigares. Une des capes les plus chères à produire au monde de  par ses qualités aromatique et physique. Pour la petite anecdote au 18e siècle, les premières semences  provenaient d’une feuille de tabac appelée ‘ Shoestring’ ainsi que des semences de la Havane. Mais depuis la fin du 19e, c’est une semence à grains fins d’origine de Sumatra qui fût importé pour remplacer la précédente, elle produit aujourd’hui la ‘shade connecticut’ connu de tous.

cigare Zino platinium



  • Cape Connecticut ( Broadleaf ) ou cape Brodleaf Maduro/ CT Broadleaf

Cette feuille de cape est aussi cultivé dans le Connecticut, mais pas seulement !  On peut la retrouver au Honduras, en Equateur, au Costa Rica, au Nicaragua et au Brésil. Comme on pouvait s’y attendre avec la méthode Maduro*. Celle-ci est très sombre et riche de saveurs sucrées. La cape est plus épaisse, le veinage plus saillant d’une texture assez velouté.  

Maduro* : fermentation des feuilles plus longues ( environ 4 ans ) à une température plus élevée environ 51°, alors que la normalité se trouve autour de 43° pour la plupart des feuilles de cape produites  par Cuba par exemple. Mais attention tous les cigares de couleur maduro ne signifie pas qu’ils sont tous enveloppés d’une ‘Brodleaf Maduro’. Voici par exemple d’autres capes maduro : Penn Broadleaf, San Andreas Negra, Costa Rican Morron, Brazilian Matafina, Arapicara, etc…

La CT* Broadleaf est une feuille éléphant très grande et très douce qui ne se travaille pas de la même manière qu’une feuille traditionnelle, elle se manipule sur une table en métal et non sur une table en bois, une fois roulée elle exige aussi un temps de séchage particulier avant de passer à ‘Escaparate’. Une autre caractéristique unique des Maduro est leur capacité à perdre plusieurs tailles pendant leur phase de vieillissement. Par exemple pour réaliser un cigare de 52 de cepo, ils utiliseront un moule de 54 !


Ashton Aged Maduro

CT* : Connecticut

On peut aussi retrouver d’autres déclinaisons de la ‘CT Broadleaf’ ( CT1DW Tobacco Leaf, CTMED Wrapper, Premium Shade Leaf ). Les feuilles proviennent principalement du milieu du plant entre le ‘libre de pie’ au ‘centro gordo’ sauf pour la CT1DW qui utilise les feuilles de ‘corona’, ainsi que celles de la  ‘CT Broadleaf ‘ proviennent de  la partie la plus basse du plant de la ‘mananita’ au ‘centro fino’ ( les feuilles les plus larges )

Petite astuce à retenir ; ( Cape = Connecticut Equateur ), le premier nom veut dire que la semence provient du Connecticut et le 2e qu’elle est cultivée en Equateur.

Il y a aussi la cape ‘Candela’ qui a eu ses heures de gloire sur le marché américain dans les années 60 à 70 a toujours aujourd’hui ses adeptes outre-atlantique. Les cigares ‘Hulk’ ou Double claro sont devenus très rares en Europe. Leur couleur verte est obtenue en accélérant le processus de séchage des feuilles de manière artificielle le plus souvent par des feux, afin de garantir une teneur maximum en chlorophylle d’où cette couleur verte atypique.  

 

 

  • Cape USA ( Pennylvanie ) ou PA Oscuro Wrapper

Cette cape très foncée ‘chocolat noir a grandi en Pennsylvanie. Leur spécificité est d’utiliser uniquement les feuilles de ( Corona ) les plus hautes du plant de tabac. Ainsi qu’une fermentation plus longue afin d’éliminer l’excédent de nicotine propre à ces feuilles. Des feuilles aux saveurs légères et chocolatées. 


Diesel shorty

  • Cape Brésilienne de Bahia ( Arapicara et Mata Fina )

Les deux principaux  types de tabacs cultivés au Brésil sont la feuille de Bahia et celle Arapicara. La feuille de Bahia est décrite comme étant une feuille de cape corsé qui a une qualité aromatique corsée et forte. L’Arapicara d’une couleur brun foncé maduro quant à elle, se veut plus subtil et n’a pas le même arôme puissant. L’enveloppe maduro est lisse et douce. Elle peut ajouter de la complexité à un cigare sans compromettre sa force.

La cape ‘Mata Fina’ est la plus prisée au Brésil cultivé dans en ‘sun grown’ à partir de semence ‘Bahia’ c’est une cape aux arômes terreux et sucré, différente du profil typique des capes Maduro.  A l’origine cette feuille était utilisée comme tripe au lieu de cape. Elle était très rare et utilisées sur les cigares premium.

La cape d’Arapicara est cultivé  dans le centre Est du Brésil dans l’Etat d’Alagoas à partir de semence Bahia. Cette feuille est souvent considéré comme une Maduro Brésilienne, en moins sucré. La cape Arapicara tire son nom de la commune voisine où elle est cultivée.

Malheureusement il est rare d’avoir des précisions sur l’une ou l’autre de ces 2 capes, le plus souvent la provenance est juste : cape = Brésil !!


Dona Flora Mata Fina

CAO Carioca ( cape arapicara )

 

  • Cape Cameroon/ cape africaine

L’Afrique centrale produit aussi une cape de très grande qualité, un tabac introduit par les ingénieurs agronomes de la Seita après la Seconde guerre mondiale dans les années 50 issu de semence de Sumatra introduite par le monopole français. Malheureusement, à l’époque la Seita choisit de vendre ses récoltes sous forme d’appel d’offres par lot de feuilles, une méthode aveugle et néfaste pour les fabricants de cigares car cela ne leur permettaient pas de choisir le meilleur produit. La seita a été accusé aussi d’avoir intentionnellement fait grimper les prix. A la fin des années 70 et début 80, les cigariers abandonnèrent cette cape Cameroon. Et dès 1993, la Seita arrêta sa production de tabac en disant que l’entreprise ne pouvait répondre à ses objectifs. Et c’est le magnat du tabac Richard Meerapfel décédé en 2003 qui repris et sauva cette production de feuille de cape du Cameroon pour lui donner un second souffle. Aujourd’hui la qualité n’est plus contestée. Des capes qui développent des saveurs épicées et sucrées, d’une couleur brun foncé ( colorado maduro ).

Le Cameroun est l'endroit idéal pour cultiver le tabac de cape. Son sol est riche et nécessite peu d'engrais, la température et l'humidité sont très favorables à cette culture et offre des conditions optimales de croissance, un environnement très proche de la Vuelta Abajo. Pour rappel ; les capes de cigares les plus délicates sont «cultivé à l'ombre/ shade grown*»: c'est-à-dire cultivés sous des toiles qui filtre la lumière du soleil. Au Cameroun, la couverture nuageuse quasi permanente agit comme un filtre naturel moins agressive pour les feuilles, éliminant le besoin de tentes, la culture est donc en ‘sun Grown*’.

* les toiles ou les nuages permettent une production de feuille plus délicate et plus fine, parfaitement adapté pour la couche externe d’un cigare )


NUB Cameroon

  • Cape Cubaine ( corojo 99 )

La variété hybride, corojo 99, est l’hybride la plus récent de la semence cubaine pour les capes, cultivée essentiellement à Cuba. Résistante  à la moisissure bleue, elle fût développée à Cuba pour remplacer l'hybride habano 2000 antérieur à celle-ci, quoique l’année soit  plus récente. Aujourd’hui la semence Habano 2000 est cultivée au Nicaragua, Honduras, Equateur en tant que feuille de cape et feuille de tripe.

Pour faire simple, les toutes premières souches du tabac noir développaient dans les années 1920/1930 s’appelait ‘criollo’ ( tripe ) et ‘corojo’ ( cape ), au fil des décennies elles ont subi des mutations génétiques pour accroitre leur résistance au divers maladies, pour donner le Criollo 98 et le Corojo 99 ( Les toutes dernières semences Cubaine ), mais la graine légendaire et ancestrale qui est à l’origine des tout premiers cigares cubains se nommait ’Le Pelo de Oro’, cette graine partiellement disparue serait encore cultivé dans les montagnes du Costa Rica.


Cohiba

Une des capes les plus rares serait la ‘Rosado' qui signifie ‘rosé en espagnol. Cette cape a eu teinte rougeâtre très distincte, très difficile à cultiver en dehors de Cuba. Une petite poignée d’entreprise a la chance d’avoir un approvisionnement de cette feuille. Cela rend la Rosado très rare et très chère. On peut aussi la retrouver en République Dominicaine chez l’opus X d’Arturo Fuente, mais est-ce vraiment une cape ‘Rosado' ?


Bobalu’s Rosado Limitado

  • Cape Nicaragua

Le Nicaragua produit aussi de belles feuilles de cape principalement à partir de semence Cubaine ‘Corojo’ introduit par les émigrants cubains lors de la révolution castriste dans les années 60, on retrouve même aujourd’hui plus récemment l’hybride ‘Habano 2000’ des graines qui ont mystérieusement migré vers ce pays ?, d’autres semences sont aussi présentes; Sumatra, Connecticut, Cameroon, Equateur. Grace à des sols riches et fertiles, la vallée de Jalapa dans le nord du pays produit essentiellement des feuilles de cape plus aux saveurs plus douces que le tabac cultivé en Estelli réputé plus fort et moins approprié pour l’emballage.


Casa Magna Colorado

  • Cape d'Equateur 

Aimez-vous les cigares Arturo Fuente? Que diriez-vous d’un Bahia ou d’un Punch, ou un Joya de Monterrey? Ils utilisent tous des capes équatoriennes dans au moins une de leurs lignes de cigares, comme beaucoup d'autres fabricants de cigares de la République dominicaine, du Honduras et du Nicaragua.

L'Équateur est situé sur la côte nord-ouest de l'Amérique du Sud et a connu une croissance exponentielle sur les capes de ‘cigares premium’ depuis les années 1960. Le climat tropical chaud et humide rend son environnement idéal à la culture du tabac, notamment le tabac de cape. La plupart du tabac est cultivé en Equateur, au pied de la cordillère des Andes dans le sol volcanique et fertile, un autre volcan, le Tungurahua, fait la même chose en crachant ses cendres vers le ciel, pour ensemencer naturellement cette terre unique au monde. Cette cendre se retrouve à toutes les étapes de la production de ses feuilles car très fine elle s’insinue partout, se dépose sur les feuilles pour temporairement bloquer la photosynthèse, mais heureusement emportée par la brumisation des pluies douce équatorienne, elle s’infiltre aussi dans les maisons de séchage et entrave le processus de durcissement. C’est peut-être là le secret de ses qualités physico-chimique des feuilles de cape d’ Equateur. 

Avec son emplacement, L'Equateur est très tempérée ( plus que vous ne pensez ) et presque toujours couvert de nuages ​​légers qui diffusent naturellement la lumière du soleil ( sun grown ) et donne des capes soyeuses à la texture fine de couleur d’un vert uniforme.

Les producteurs utilisent ici des semences de tabac à la fois de la vallée du Connecticut et de Sumatra. Dans chaque cas, le tabac semble plus doux et moins fort lorsqu'elles sont cultivées en Equateur. Ce qui est probablement dû à l'opacité du ciel et de la qualité du sol très différent.


AVO Heritage short robusto

  • Cape Dominicaine

La République dominicaine est surtout connue pour ses feuilles de tripe et de sous cape contrairement à la Vuelta Abajo à Cuba, la République dominicaine n'a pas une grande histoire de tabac de cape en raison de la topographie et le vent qui souffle abondamment en dans la République dominicaine, ce qui rend presque impossible au tabac de cape de croître. La plupart des usines dépendent des importations pour les capes du Cameroun, du Nicaragua, du Brésil, d'Équateur et du Connecticut.

Il a fallu attendre les années 1990 lorsque Carlos Fuente Jr. de Arturo Fuente Cigares ambitionne une mission pour essayer de cultiver avec succès un tabac de cape en République dominicaine. Avec des millions investis et l'utilisation de tentes ombre ( shade grown ), les premières feuilles de cape furent récoltées avec un franc succès en 1992 et le premier puro dominicain fût créé, plus connu sous le nom ‘Opus X’.

Plus récemment en 2006, la firme Davidoff a réussi l’exploit de créer eux aussi une feuille de cape baptisée ‘Yamasa’.

En 1996, M. Kelner ( producteur des tabacs Davidoff ) a commencé à développer des tabacs expérimentaux dans le but de créer un jour une cape pour de futurs puros dominicains. Après l’échec des premières tentatives, il a commencé à expérimenter des semences créoles, méticuleusement croisées avec des semences hybrides et spécialement sélectionnées. En 2003, M. Kelner plante pour la première fois dans la région de Yamasa, une région propice à cette culture. Poussé par la passion et de la patience d'un scientifique, Hendrik Kelner connaissait  très bien le sol riche rouge et argileux de cette région, elle offrirait une cape vraiment unique aux saveurs et  à l'arôme alléchant qui satisferait la norme incomparable des cigares Davidoff. Ce n’est que 3 plus tard, pendant l’été 2006 qu’il a finalement atteint le résultat souhaité. Sa persévérance a payé après 17 ans de labeur, aujourd’hui cette nouvelle cape habille dignement  la nouvelle ligne exclusive des cigares premium ‘Puro d’Oro’ le premier puro Davidoff.


Opux X Arturo Fuente

Puro d'oro gorditos Davidoff

  • Cape Honduras

Cultivées entre l’Équateur et le Nicaragua, les feuilles de cape d'origine hondurienne ont une force et une saveur bien distincte truculente et épicée. Camacho et Puros Indios sont les deux fabricants bien connus dans ce pays. Général Cigar fabrique aussi beaucoup de leurs lignes au Honduras.
Les feuilles de tabac pour cigares premium sont cultivés dans tout le Honduras, mais la région la plus importante est située juste au nord de la frontière du pays avec le Nicaragua dans la région sud-est du Honduras dans une province appelée El Paraiso. Il y a deux domaines où les feuilles de cape sont ici depuis longtemps cultivées: la vallée Jamastran avec son sol fertile et la zone de la ville de Danli. La province porte bien son nom d'El Paraiso' se traduit par "paradis", comme vous pouvez le deviner. Quelle que soit l'origine du nom, la région est un véritable paradis pour les fabricants de cigares.
Un certain nombre de types différents de feuilles de tabac sont cultivées dans les domaines d'El Paraiso, dont chacun possède des caractéristiques distinctives. Ceux-ci incluent la shade grown Connecticut, shade grown corojo ou corojo maduro, shade Talanga ( hybride Connecticut ).

 

 Villiger Talanga robusto      

 
 

08:44 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte, Histoire | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

24/12/2012

L'espace Airkel ( La maison Gérard à Genève )

Vahé Gérard, l'emblématique spécialiste du cigare à Genève, se bat pour redonner aux fumeurs un espace qui leur conviennent, sans gêner les nons-fumeurs. Il a donc créé un nouveau concept de fumoir, baptisé 'Airkel' et basé sur un système de faux laminaire.

"Ce qui se fait en matière de fumoir jusqu'à présent ne permet pas à des fumeurs et des non-fumeurs de se réunir, l'atmosphère y est fort désagréable, puis, par la suite, les odeurs stagnent et ne sont pas plus supportables", explique Vahé Gérard.

"En faisant ces constatations, nous nous sommes mis à rêver à un endroit où nous pourrions de nouveau être réunis sans avoir à subir ni la fumée, ni les odeurs. C'est ainsi que 'Airkel' a vu le jour." "Techniquement l'idée est de prendre la plus grande zone de pulsion d'air frais possible, idem pour l'évacuation d'air vidé. C'est pourquoi nous avons un sol et un plafond qui offrent un renouvellement d'air complet et non pas un transfert de flux." C'est la plus grande différence avec d'autres dispositifs. Aucune poche d'odeurs ou de fuméen'a la possibilité de stagner dans l'espace 'Airkel'. Cequi n'est pas le cas dans les fumoirs utilisés jusqu'à aujourd'hui."

Extrait de l'article paru dans la Tribune de Genève en 2011.

La maison Gérard.

Airkel système

Vahé Gérard en pleine dégustation à droite.

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/09/2012

Pinocchio et son cigare ?

L'oisiveté vue par l'écrivain "Carlo Collodi" auteur des aventures de Pinocchio, dans cette histoire le cigare apparaît comme un accessoire immoral et perfide qui corrompt l'esprit du jeune Pinocchio ! En 1940, le cigare véhiculait une image peu flatteuse de nanti se délectant de leur gloutonnerie, le barreau de chaise vissé entre les dents, donc rien d'étonnant que celui-ci fut détourné dans cet ouvrage pour symboliser la paresse, la gourmandise, le mensonge, l'égoïsme et l'orgueil. L'histoire très simple de ce pantin détourné du droit chemin par de vilains gredins nous amène à une introspection, un face à face avec notre bonne ou mauvaise conscience. Nous avons tous été le Pinocchio d'un jour, qui n'a pas séché les cours, qui n'a pas menti à ses parents pour prendre du bon temps ou voler un carambar chez l'épicier du coin ? Une question me taraude, l'amateur de cigares ne serait-il qu'une marionnette tourmentée et oisive le temps d'une dégustation ?
 
Moi, je préfère cette jolie citation  "Le cigare donne à ceux qui sont pauvres l'illusion de la richesse. Il en donne l'assurance à ceux qui sont fortunés", d'ailleurs tous les fumeurs de cigare ne sont que des illusionnistes incompris,  tout n'est qu' écran de fumée après tout !


les_cigares_selon_edmond_Karlo_kollodi.jpg

Carlo Collodi

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/08/2012

La psychologie du Cigare

Le language des signes de l'aficionados ! 

Dans "Le répertoire du tabac" de 1921, des tentatives ont été faites pour déterminer les caractéristiques psychologiques de ceux qui fument le cigare et venu le "Sigaromanzia" tiré de ce livre Italien.
La psychologie complexe "dell'aficionados", le geste qui accompagne une bonne fumée ...
Il semble que la posture de la main tenant le cigare peut être décriptée et ainsi révéler la personnalité du fumeur à ceux qui le regarde...
Jetons un coup d'oeil à la façon dont on tient notre cigare...
cette étude se nomme " La Sigaromanzia " à méditer !

  1. Bavard, démocratique, généreuse, affable
  2. Raisonnable, réfléchie
  3. Eloquent psychologue, élégant
  4. L'esprit calme et déterminé
  5. incrédule
  6. Nerveux en colère, mais homme de parole
  7. Joviale, amicale, têtu
  8. Sceptique, pratique, vengeur
  9. Elégant et honnête
  10. Solitaire, intéressé
  11. Brutal et égoïste
  12. Econome

La numérotation est de gauche à droite.

books.png

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

15/04/2012

Période de vieillissement du cigare

La quantité de temps pour le vieillissement d'un cigare est une question de préférence. En général, un an produit déjà un grand effet. Déterminer la période exacte est impossible, chaque boîte est différente et réagit différemment au vieillissement. Par conséquent, nous présentons ici une idée approximative de ce qui se passe en général à chaque fois:

  1. 1 an - Un cigare peut être fumé quelques semaines après avoir été roulé, si le fumeur veut profiter de cette saveur du type "Chincales" en français fraichement roulé, sinon vous devez les laisser reposer pendant au moins un an, sans aucune exception. Ils ont certainement une meilleure apparence après une année.
  2. 1-2 ans - C'est le bon moment pour commencer à fumer les cigares du types Honduriens. Il est également le pic pour de nombreux Dominicains c'est là que le cigare est le plus corsé.
  3. 2-5 ans - C'est l'aboutissement pour de nombreux autres cigares. C'est l'âge généralement ou le cigare est plus robuste après une période de ce temps. C'est pourquoi Bolivar, Partagas et Ramon Allonnes sont considérés comme des produits qui vieillissent admirablement bien. La même logique s'applique à tous les pays.
  4. 7-10 ans - les experts considèrent que c'est la période maximale pour le vieillissement des cigares. Après ce moment-là, ils ont tendance à être trop mature et trop faible pour être appréciée.
  5. 10 ans ou plus - à ce stade, nous entrons dans le domaine des cigares "vintage". Beaucoup de ces cigares sont tellement fades et ennuyeux, qu'ils ne valent pas la peine de les fumer, alors que d'autres caractéristiques uniques peuvent effectivement susciter quelques intérêts gustatifs pour des amateurs très éclairés. Une des caractéristiques, c'est l'odeur de moisissure et de saveur de tabac à priser. Une autre particularité de certains produits âgés pendant de longues périodes est le parfum connu sous le nom de " l'odeur du fromage".

davidoff,chateau margot

Chateau Margaux 23 ans d'âge, cabinet de 1989.

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/03/2012

Cigares arômatisés ?

Voici quelques curiosités toujours intéressantes dans le domaine du cigare made US, les cigares aromatisés ! Certains puristes crieront au sacrilège, je les comprends, j'en fait partie, quel intérêt me direz vous ? Imaginez un vin rouge saveur pomme ou saveur fraise, pourquoi pas poulet rôti ? Je ne suis pas contre l'idée, mais dans ce cas changeons l'appellation du produit, on ne peut pas garder le nom de "cigare" pour ce genre de chose, on pourrait appeler ça un "smoke bourbon" ou un "blend bourbon" tout sauf un cigare, je pense que ces produits ne sont pas si mauvais que ça, ils s'adressent principalement à une catégorie de personnes qui désire identifier un goût, une saveur qui soit plus radical en bouche, moins subtile qu'un cigare classique qui demande beaucoup plus de patience, de temps surtout, pour en tirer le meilleurs. Un cigare au grand marnier, c'est beaucoup plus simple, le goût est identifiable sans erreurs possibles et il sera toujours le même six mois plus tard, la différence avec un puro cubain qui lui risque d'être nuancé différemment à chaque dégustation !

Mais par singularité je ne serais pas contre d'essayer un jour ce genre de cigare, mais dans une classification différente...des cigares subversifs.

Ci-dessous un exemple de ce que l'on peut trouver chez nos amis outre atlantique, le tabac est principalement d'origine dominicaine, connecticut, sumatra, cameroun.

 

Le Mark Maker 650 Toro est la combinaison parfaite d'ingrédients raffinés et une expérience de fumer unique. Le tabac à feuilles longues est cultivé dans la République dominicaine, et le bourbon est distillé à partir de blé rouge dans la campagne du Kentucky. Ensemble, ils créent un cigare à nul autre pareil.

13.png

Le cigare Dumante Torpedo a le goût raffiné de la "Liqueur pistache Dumante"

25.png

Au "Grand Marnier cordon rouge"

34.png

Au Whisky "Forty Creek Barrel"

38.png

Le premier cigare au monde assaisonné avec du houblon !

57.png

Comme le nom l'indique celui-ci est au rhum des caraibes.

79.png

Les cigares de "Ted cigars"

 

 

13:28 Écrit par Edmond Dantes dans Divers/ insolite, Enquéte | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/02/2012

Un cigare au nom d'oiseau

Je vais vous faire partager une de mes petites investigations récentes :

Cette petite enquête m' a conduit sur les Iles canaries qui à mon sens ont une part très importante dans l'histoire du cigare, beaucoup sont partis de là pour tenter leur chance à Cuba, je voulais savoir si aujourd'hui en 2012 il existait un "puro" totalmente a mano, après avoir interrogé quelques spécialistes, beaucoup m'ont informé qu'il n'existait plus, les Iles importent beaucoup de feuilles de Cuba et d'ailleurs ( les marques Condal, Pernamil, Vargas en sont les fidèles représentants )

Malgré tout j'ai continué à décortiquer le net à la recherche du dernier des "Puro" et miracle !! je suis tombé sur le site d'une petite finca expérimentale qui produit un puro sur l'île de Las Palma, ils produisent 2 classes de cigare "El sitio" un puro avec tripe,sous cape et cape bien entendu, et le "El lugar" qui contient 30% de cubain, c'est une petite production, introuvable sur le marché européen, il faut par contre les commander directement par mail sur leur site, aucun site marchand ne les commercialise. 

Malheureusement, je n'ai pas eu la chance de les goûter? ce n'est certes pas un cubain !, mais j'aime l'idée que d'autres vitoles existent et restent à découvrir de par le monde... 

Ci un jour un autre curieux que moi en vacance par là se joignait à mon enquéte qu'il me le fasse savoir afin d'organiser une dégustation.

 

leur site http://www.fincatabaqueraelsitio.info/sto/  


 

Couper_3.jpg

El vegueros Antonio Gonzales Garcia dans sa finca

Couper_4.jpg

Gamme El sitio Puro

Couper_5.jpg

Gamme El Lugar cigare avec 30% de tabac cubain


http://player.vimeo.com/video/20030344?title=0&byline=0&portrait=0&color=c9ff23&loop=1

13:13 Écrit par Edmond Dantes dans Enquéte | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |