15/05/2017

IZAMBAR CIGARS "Sovereign" by "Le petit aficionado & Co"

Question : Y a-t-il conflit d’intérêt lorsque qu’un blogger cigare produit son propre cigare ?

Je répondrai, oui certainement ! En même temps je suis chez moi et je n’oblige personne à me lire et apprécier mes écrits. Chacun est toujours libre de se faire sa propre opinion.

C’est pour cela qu’aujourd’hui avec son accord, je partage la dernière publication du blog « Le petit aficionado » qui concerne justement la dégustation de notre dernier module, le « Sovereign ».

izambar cigars, cigare sovereign

IZAMBAR SOVEREIGN

"Sovereign", voici un nom parfaitement choisi pour la troisième création d'Antonio et Edmond (le "Monarch" étant à ma connaissance la deuxième), qui n'a pas été sans me rappeler la fameuse Jaguar du même nom, que possédait le père de mon meilleur ami. Hormis cette allusion qui n'a aucun lien avec le nom de ce robusto (22.20mm x 127mm), je dois avouer que la véritable histoire derrière cette appellation est assez curieuse et pousse à la documentation. Sans rentrer dans les détails, vous découvrirez après avoir effectué les recherches qui vont bien, l'anecdote de monsieur Isambard Kingdom Brunel et de l'incident où il avala par inadvertence une pièce d'un demi-souverain, je n'en dirais pas plus.

Annoncé comme possédant une liga plus puissante par rapport au "Kingdom", je dois dire qu'il a été bien pensé de le différencier de ce dernier en apposant une bague de couleur noire. Est-ce un choix voulu de ses créateurs en jouant sur la psychologie des couleurs pour annoncer un cigare plus costaud que son grand frère ? Je ne peux répondre à leur place, mais si c'est le cas, c'est une très bonne idée qu'ils ont eue là. Une autre chose que j'apprécie dans ce cigare et dans la marque en général, c'est le fait de proposer des produits qui incarnent le luxe et l'élégance, sans forcément tomber dans les travers de certaines marques comme El Septimo. Là où cette dernière se targue de vendre des tabacs exceptionnels à prix élevé (sans que le plaisir soit au rendez-vous en ce qui me concerne ...), Izambar a fait le choix de produire des modules de grande classe et de qualité mais qui restent accessibles à tous (je parle du tarif) ; le plaisir à prix honnête !!! Mais qu'est-ce qui change par rapport au "Kingdom" ?

La composition de la tripe tout simplement. Contrairement à son aîné, notre "Sovereign" se voit privé de son tabac en provenance de la région de Jalapa, pour être remplacé par des feuilles cultivées dans la région d'Ometepe, toujours couplées à du tabac d'Estelli cependant. J'aime ces cigares qui vous font voyager quand vous effectuez quelques recherches, à savoir que l'île d'Ometepe se trouve sur le lac Nicaragua et a la particularité d'abriter deux stratovolcans nommés Concepción et Maderas.

Place maintenant à la dégustation, laquelle s'est faite longuement désirer dès lors que j'ai reçu comme présent deux "Sovereign", entreposés dans un joli écrin. La cape luisante aux reflets chocolatés ne laisse pas indifférent, ni la construction exemplaire d'ailleurs. Pour ce qui est des senteurs perceptibles, je mentirais en disant qu'il n'est pas difficile de ne pas être charmé par ces notes épicées, boisées et timidement terreuses. Les premières bouffées se montrent très rapidement onctueuses et finement poivrées, rejointes après quelques centimètres par la terre humide et l'herbe fraichement coupée.

De discrètes saveurs torréfiées (café en grains et pain grillé) restent en arrière-plan, comme si elles attendaient le moment opportun pour se manifester. Voici un excellent premier tiers où se mêlent saveurs copieuses et onctuosité certaine, soutenues par une puissance parfaitement maîtrisée. De plus, je fais le constat agréable que la cape luisante laisse une légère sensation grasse sur le bord de mes lèvres, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Pour sa deuxième partie, notre "Sovereign" prend un tournant plus délicat et pâtissier, où les notes torréfiées jusqu'ici discrètes, s'affirment pleinement. Les sensations sont quant à elles plus crémeuses en bouche, avec des pointes d'épices légères (muscade et cannelle) et de grillé. Les arômes sont plus fondants, sans oublier de faire preuve d'une extrême profondeur. C'est dans un registre plus animal et minéral, que le troisième et dernier tiers démarre sa prestation, sans pour autant délaisser cette onctuosité si persistante.

Un final assez simple finalement en ce qui concerne ses saveurs, mais qui suit un schéma logique quant au déroulement de la dégustation. À noter que la puissance, aussi présente soit-elle, n'a pas alterné entre montées et descentes, mais a su faire preuve d'une régularité constante fortement appréciable. C'est ravi que je termine la dégustation de ce nouveau module, qui n'est ni meilleur ni moins bon que le "Kingdom", mais qui réussit le pari de se distinguer parfaitement de ce dernier, pour affirmer ainsi pleinement sa propre personnalité.

À Antonio et Edmond je vous dis merci, déjà pour ce présent auquel je ne m'attendais pas, mais surtout pour nous avoir pondu un robusto de choix dans le monde des Nicaraguayens.

Blog: "Le petit Aficionado & Co"

09:33 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/04/2017

Trinidad "Topes" EL 2016

"Un bon cigare, c'est aussi savoir apprécier ses différences"

Malgré un prix prohibitif comme bon nombre d'edicion Limitada cubaine, ma curiosité de déguster un nouveau "Trinidad" l'a emporté sur la raison. Cette convoitise qui anime tout amateur de découvrir de nouveaux accords, de nouvelles frontières olfactives parmi les méandres aromatiques et inattendus, provenant de l'union de quelques feuilles de tabac. En somme le cigare n'est qu'un amour oblatif, un consentement mutuel entre le cigare et soi-même durant un temps compté, dont le seul but est de nous offrir le meilleur.

Ce "Topes", par ses différences m'a vraiment surpris, un peu comme si vous vous attendiez à écouter un morceau de la "Buena Vista Social Club" et qu'au final, c'est une version remixée des Chariots de feu de Vangelis et de Chan Chan qui vous inspire dès les premières bouffées. Le mot juste est déconcertant, un cigare au antipodes d'un "Vigia"par exemple que j'apprécie aussi. Ce "Topes" mérite toute mon attention et bien plus encore.

Vêtu d'un cape mat, très peu grasse et nervurée, on ne peut pas dire que ce "Trinidad" joue la carte de la séduction sur son apparence. Ce module généreux dans ces formes, offre un toucher ferme et musclé, dont la construction sans équivoque laisse présager un tirage sans failles !  La mise en nez m'évoque une persistance riche et butyrique, faite de chocolat noir, d'épices et de sous-bois, déjà très rassasiante et plaisante dans cet avant-propos !

Après un embrasement formel mais efficace au briquet torche, la perception en bouche se révèle de suite riche en goût et de bonne corpulence. Ce "Topes" ambitionne dès le premier temps une forme gustative très empyreumatique, des notes qui vous emmène rapidement sur des accords puissants et riches, ou l'amertume du cacao, le vieux cuir, le bois charbonné et le poivre noir s'harmonisent avec véhémence dans une symphonie pastorale et de saveurs torréfiées.

Dans un second temps, ce "Topes" évolue de manière très linéaire, gardant une forme d'opulence en bouche très rassasiante et conforme dans sa forme. Peu d'évolution dans l'amplitude de ses arômes, qui ne laisse guère de place à la subtilité sur ce registre de terre brûlés et de cacao épicé. Mais ce module trouve sa part de confort en bouche et de complaisance à la fois. A noter aussi, qu'aucune agressivité gustative ne vient violer mes papilles à ce stade de la dégustation, environ 45 minutes je pense et cela, malgré une richesse toujours croissante et attendue dès son approche sur le dernier temps.

Un final qui évolue surtout dans sa consistance et non sur sa complexité, offrant un joli profil aromatique savoureux et harmonieux d'une ardeur puissante et non cuisante. J'avoue avoir un véritable coup de cœur, le premier de l'année  pour ce  "Trinidad" de par sa singularité et ses différences. Seul bémol son prix, mais qu'importe quand on aime, on ne compte pas ! Un cigare à suivre, un très bon limitada...ma note de cœur 17/20

  • Origine: tripe: Cuba, Sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: robusto gordo
  • Taille: 125mm x 22mm
  • Bague: 56
  • Poids: 13,6gr
  • Année: 2016
  • Prix: 29chf

trinidad, topes cigare trinidad

Trinidad "Topes"

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20   

10:15 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Trinidad | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/04/2017

Paradiso "Coloso" Toro

Plus connu dans la production de cigare dominicain, la maison Ashton fière de ses 25 ans, s’aventure pour la première fois dès 2010, sur les terres nicaraguayennes, proposant ainsi la ligne « Paradiso », des cigares manufacturés à base de tabacs sombres, longuement affinés, aux saveurs riches et corsées. Le Coloso ( du latin colossus, ‘statue plus grande que nature’ et celui du grec kolossos ‘statue géante’), légitime fort bien les ambitions de ce cigare, par ses belles mensurations de 62 de cepo pour 171 mm et d’un poids de 31,8 grammes ! En règle générale, je ne fume rien au-delà des 60, pour la simple raison que plus c’est gros, plus le temps à les déguster, semble s’éterniser vers un ennui mortel pour 90% d’entre eux.

J’avouerai que l’idée de déguster ce truc, ne m’enchantait guère, que penser de ce « Paradiso Coloso ». Mais pour une fois, laissons mes a priori au vestiaire.

Visuellement, difficile de passer à côté sans être fasciné par sa double bague chamarrée aux couleurs éclatantes, ostensiblement tape à l’œil, mais juste un petit peu. Une chose, j’aimerais connaître la signification d’apposer une fleur de Lys sur celle-ci ! Peut-être un cigare royalement bon, qui sait ? D’aspect, ce module à l’habit ténébreux offre une certaine appétence par l’opulence de ses arômes, ceux-ci délivrés par une cape maduro aux senteurs tourbées, de vieux cuir et de café ristretto.

Dès sa mise à feu, les premières notes fredonnent cet air plutôt poivré, de fond râpeux et d’un goût légèrement suret, d’humus et de terre à la consistance moyenne et retroussée. Un démarrage que je trouve volubile et dissonant pour le moment dans ce préambule imprécis.

Dans cette première partie, difficile de ne pas apprécier son amplitude gustative, onctueuse et féconde, révélée  par ses notes de terre grasse, de café, de cacao amer, de cuir tanné et d’épices. Le tout doté d’une persistance obligeante à la rondeur incertaine. Une forme qui se façonne et évolue doucement vers un agrément corpulent et copieux, celle-ci offrant des saveurs rassasiantes, scellant désormais cette dégustation sur des notes tourbées et de café noir, après seulement 20 minutes de fumage.

Sur le 2e et 3e temps, c’est une perception grave et ténébreuse, très appréciable si on aime ce goût relatif aux bières de type stout par exemple, d’orge torréfié, de caramel brûlé, d’épices, voire même de sauce worcesters ( sauce anglaise de couleur brune à base de mélasse, de vinaigre de malt et d’épices diverses).

Malgré une évolution aromatique étroite, ce « Paradiso Coloso » s’en sort plutôt bien, et se distingue grâce à une consistance équilibrée et croissante sur chaque aspiration. Cette volupté grisée sculpte inexorablement ma langue de saveurs intenses et roboratives. Ce vocable, avoir « la langue bien chargée », prend tout son sens dès le 3e temps, par cette satiété lourde et pâteuse et non cuisante qu’assouvit mon désir d’explorer ces notes obscures et confortantes sur ce final expressif. En conclusion, ce « Paradiso » en toute conformité avec le Nicaragua, livre un bel échantillon de ce terroir, dont les amateurs apprécieront, je pense. Un gros module qui pour une fois ne botte pas en touche. Ma note de cœur 16/20, une belle surprise en quelque sorte, comme quoi les a priori.

  • Origine: tripe: Nicaragua, Sous-cape: Nicaragua, cape: Nicaragua
  • Format: gros toro
  • Taille: 170mm x 24mm
  • Bague: 62
  • Poids: 31.8gr
  • Année: 2015
  • Prix: 9,5ch

    paradiso coloso cigare

    Paradiso "Coloso"

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20        

 bannière_csadelpuro.jpg

12:33 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Paradiso | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

IZAMBAR CIGARS "KINGDOM & WHISKY"

Une dégustation partagée entre cigare et whisky, vue par un passionné qui organise chaque année "Le salon du Whisky du Val de Travers" qui aura lieu fin d'année en Suisse.

Dans le but de rechercher des pairing qui fonctionnent bien avec différent produits, aujourd’hui nous prenons la mission très difficile, mais réalisable, de trouver au moins 1 produits qui s’accorde avec le cigare d’Izambar : Le Kingdom, double robusto de 21 grammes, de 158 par 54 de cepo d’origine du Nicaragua, se composant d’une cape Rosado Equator, sous cape de Jalapa et d’une tripe d’Esteli / Jalapa, sa couleur d’un Maduro est très agréable au regard. Une dégustation accompagnée par Peter de PMG Scotsman. Qui m’a gentiment accueilli dans son fief lors une belle journée de printemps. Après avoir pris nos marques et s’être mis en condition pour cette jolie dégustation qui nous attend nous avons entreprit ce Kingdom.

IZAMBAR KINGDOM WHISKY

IZAMBAR "Kingdom & Whisky"


Mes notes de dégustation de ce cigare : la couleur si douce non agressive, pas trop foncée et pas trop claire non plus, une teinte de mousse de café. Une odeur aussi douce et légèrement épicée de cèdre et de chocolat, épices, à la fois ferme et souple annonçant un tirage agréable. Mise en bouche à froid légèrement acidulé non agressif, carottage de la tête, tirage à froid facile et très parfumé, notes de tabac de qualité au parfum de sous-bois.


À l’allumage, toujours avec des allumettes il en aura fallu deux pour ce module, une douce odeur s’élève en fumée légère, mise en bouche une entrée en matière très douce et harmonieuse sans aucune agressivité, permettant ainsi au palais de s’acclimater au produit tout en développant des notes de café, crémeux et doux. Ici nous sommes à environ 40 minutes de tirage et déjà plusieurs whiskys dégustés mais à ce stade, nous avons trouvé mon amis Peter et moi, qu’un Allt-A-Bhainne 7 ans de Clan Denny s’accorde bien avec, ni trop agressif, ni pas assez. L’équilibre se fait parfaitement et la dégustation est très agréable, nous pouvons apprécier ici les deux produits tout en les accordant, ne se supplantant pas, ils se respectent et cela est très appréciable.

Allt-A-Bhainne 7 ans de Clan Denny

Allt-A-Bhainne 7 ans de Clan Denny


Mes notes de dégustations de ce whisky : Au nez une note de biscuits à la vanille et de malt doré est très présente. A l’arrivée en bouche je retrouve plus de vanille et plus doux et complété par des notes de miel, en final un zeste d'agrume frais arrive et accompagne parfaitement ce cigare.
Dans le 2ème tiers déjà un peu plus puissant marqué par des notes poivrées, les notes de café continues d’accompagner cet instant de tranquillité.


Arrivée au 3ème tiers, après plus d’une heure de dégustation, montée en puissance et renforcement des arômes poivré, une bouche plus opulente, je dirais que ce cigare accompagnerait aussi bien un morceau de viande douce, qu’un plat de gibier comme j’aime les cuisiner. Et durant toute cette dégustation de nombreux plats me sont venu en tête mon palais
de cuisinier est conquis par cet « IZAMBAR ».
Ni trop agressif, ni trop doux… en finalité il nous emmène dans un voyage gustatif très agréable permettant aux novices et aux l’aficionados d’apprécier un produit de qualité. Prenez le temps de voyager lors d’un break bien mérité… mais prévoyez une heure trente pour cela.

IMG_5473-770x578.jpg

Cambus 25 ans de Clan Denny


Entre le deuxième tiers et le troisième nous avons particulièrement apprécié le Cambus 25 ans de Clan Denny dont mes notes de dégustations après avoir dégusté plusieurs autres produits donc pouvant être altérées sont les suivantes : Au nez plusieurs fruits tropicaux voir de l’ananas, d'orange et d'épices riches restant sur le nez. En bouche il apporte plus de ce fruit, des agrumes confits, plus du litchi et d’autre fruits mélangés, se développant sur leshortbread chaud, en final révèle un style épicé avec des fruits d'été et de la confiture.

botran 15 ans

Botran 15 ans


En fin de dégustation il nous était impossible de faire l’impasse sur les rhums et l’accompagnement idéale pour nous a été un Botran 15 ans. Mais là les notes de dégustations sont bien plus complexes : Nez d’abord boisé, avec une nette dominante vanillée. Puis se développent des notes plus fruitées : raisins secs, bananes séchées, abricots secs, le tout très fondu sur un enrobage de toffee bien moelleux.
En bouche, l’attaque est d’abord moelleuse, mais le rhum révèle vite un caractère puissant, bien typé, avec des notes épicées bien marquées. Le corps est ample, tapissant bien la bouche, et les notes fruitées du nez s’enrichissent de nouvelles déclinaisons : clous de girofle, réglisse, cacao, café noir. Sur la fin, on retrouve les dominantes boisées, voire
tanniques, ce qui nous arrange bien ici, le cigare évoluant sur son âge adulte, son caractère devenant plus puissant le Botran 15 ans le confère une fin idéale.

Pour plus d'information sur ce salon du whisky inédit en Suisse, n'hésitez pas à vous rendre sur leur site: http://www.salonduwhisky.ch

11:53 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/04/2017

Où acheter des cigares en ligne en toute sécurité ?

Comme vous, j’ai aussi été confronté à ce problème lors de mes achats sur internet. Très facile de trouver une boutique en ligne aujourd’hui vous proposant des cigares à des prix défiants toutes concurrences, mais quand est-il exactement ? Peut-on leur faire confiance ? Pour ma part j’en ai testé quelques-uns et j’aimerai ainsi partager avec vous ma petite expérience et ainsi vous faire profiter de mes bons plans.

Le fer de lance de ces boutiques, vous l’aurez compris surfent essentiellement sur du discount et ciblent une catégorie précise de client qui recherche des remises qu’ils ne trouveront pas ou très peu dans la civette de leur ville.

Mais quand est-il exactement ? Peut-on obtenir de la qualité dans l’achat de nos cigares ainsi qu’un bon prix ? Difficile de s’y retrouver parmi ces dizaines de sites qui vous promettent tous monts et merveilles, sans aucune garantie de provenance et de traçabilité de leurs cigares. En effet, peu communiquent sur ce point de détail pour moi des plus importants, quel intérêt de s’offrir une boîte de BHK56 Cohiba avec 40% de remise si en définitive les cigares sont douteux ou complètement faux ? Même avec 40% de remise, ça fait très cher le cigare contrefait, vous ne trouvez pas ? Personnellement il m’est arrivé de commander comme beaucoup d’entre vous des cigares sur le web, mais étrangement il y a toujours un doute qui subsiste ! Qu’est-ce que je fume exactement ? Avec l’expérience du moins je l’espère, j’arrive à ressentir certaines subtilités à la dégustation qui vont assoir ou pas mes convictions ! Je pense aux amateurs, parmi les plus néophytes d’entre eux qui désirent déguster et approfondir leurs connaissances en dégustant comme tout le monde de belle chose et cela sans pour autant se ruiner, j’avoue c’est loin d’être évident dans cette jungle qu’est le cigare discount. Mais c’est parfois possible !

Mon conseil, évitez les boutiques qui ne communiquent pas et ne répondent jamais à vos mails dès que les questions commencent à être gênantes ! Les plus sérieux vous répondront très rapidement à vos questions et à vos doutes. Ils pourront par exemple à votre demande vous fournir le code Habanos situés sur le timbre de la boîte que vous convoitez, ainsi vous serez en mesure de vérifier sur le lien ‘Habanos Verify’ leur authenticité. Soyez donc très prudent, et ne vous laissez pas tenter par des achats du type, la boîte d’Esplendidos à 80€ ou une boîte achetée la seconde offerte !!

Un site boutique que je peux vous conseiller dont je connais personnellement la personne qui le gère, se trouve être un véritable amateur et homme d’affaires à la fois, c’est le site ‘CASA DEL PURO’. Le hasard des rencontres a fait que nous nous sommes croisés un jour, nous avons beaucoup échangé sur le cigare, avec passion comme toujours.  Et naturellement nous en sommes venus à parler du blog ‘Les cigares selon Edmond’ et mon désir de proposer un jour à mes lecteurs un ‘bon plan achat cigare’, c’est chose faîte aujourd’hui !  En effet, nous avons pu négocier ensemble une remise supplémentaire non négligeable de 10% sur l’ensemble du catalogue CASA DEL PURO. Le principe est très simple lors de votre commande vous insérez le code promo du blog : IF48 dans les cases indiquées pour cet effet.

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

 

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

 Boutique Casa del Puro.

Pour information et vérification, tous les cigares sur ce site proviennent exclusivement de l’importateur officiel Suisse (Intertabak) pour la partie cubaine, une véritable garantie de qualité. De plus chaque boîte est affranchie d’un logo supplémentaire, comme ci-dessous.  Toutes les commandes sont expédiées sous 48h maximum à travers le monde. Que dire de plus ?

order cigar, commande cigare, achat cigare, cigare discount quality

 Logo au dos de la boîte.

Peut-être une chose, ne négligez pas pour autant  la petite civette de votre ville, à la seule condition que le service et les conseils soient au rendez-vous bien entendu.

Boutique cigare, achat cigare, cigare sur internet, acheter cigare sur le net, achat cigare qualité, casa del puro, meilleur site achat cigares, cigare cubain discount, prix cigare internet, prix discount cigare, shop cigare suisse. 

NEW IZAMBAR CIGARS "Sovereign"

 

izambar cigars, cigare sovereign

izambar cigars, cigare sovereign

izambar cigars, cigare sovereign

izambar cigars, cigare sovereign

IZAMBAR CIGARS

10:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/03/2017

Romeo & Julieta "Capuletos" EL2016

“L'amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs.” disait William Shakeaspeare

"Le cigare est une fumée faite de la vapeur des soupirs '" Je dirais !

Quel point commun entre amour et cigare ? Eh bien, que ce sont deux histoires qui finissent mal en général, chantait "Catherine Ringer".

Quand pensez-vous ? Joli préambule pour vous peindre l'histoire de ce cigare baptisé "Capuletos", en référence à la famille Capulet issue de la tragédie Shakespearienne Roméo & Julieta. D'ailleurs, une histoire d'amour impossible qui se finira par la mort de nos deux héros. 

Nous voici le lundi 13 mars 2017, 17h50, comme tous les lundis au speakeasy, je suis souvent le premier client à poser mes valises à cette heure de la journée. Derrière le bar, le taulier "Patrick" ou "Robert" pour les intimes m'accueille sans vergogne d'une bise franche et amicale. Certains l'aiment, d'autres le détestent ,ceux-là même qui l'ont aimé le détesteront peut-être demain, ceux qui le haïssaient sans savoir pourquoi, finiront par le courtiser un jour. Mais Patrick quand à lui, fidèle à lui-même derrière le brouillard de ses cigares, "fuck" la vie, "fuck" le monde avec la générosité et le détachement de ces types qui ont bourlingué durant toute leur vie. Un jour quand ce lieu si singulier n'existera plus, beaucoup se souviendront avec nostalgie des moments passés au Speak et de son facétieux locataire. Le plus tard possible, bien sûr !

Désormais, j'aimerais que le lundi soit un rendez-vous avec moi et un cigare de choix de préférence ! Aujourd'hui c'est ce "Romeo & Julieta qui s'est convié à mon cendrier pour cette nouvelle édition.

Ce soir, ce sera un picon bière aux notes amères et caramélisées que je préfère au chardonnay des précédentes fois pour l'accompagner, un choix judicieux qui je l'espère ne me rendra pas nauséeux comme la semaine passée. En effet, le duo chardonnay/ cigares, fumés à jeun durant toute la soirée m'a rappelé de vieilles sensations, analogues aux longues excursions en autocar durant l'école primaire, celles qui vous font détester les transports en commun pour le reste de votre existence !

Visuellement, ce robusto est une pièce "extra". Je sais, elle était facile celle-là !!

Au toucher, sa rugosité rime avec fermeté et souplesse. Son bouquet d'une faible éloquence se complaît au nez avec indolence, ou senteurs boisées, lactées et chocolatées s'harmonisent avec gourmandise.

Dès l'allumage, malgré un démarrage plein de promesses, ce "Capuletos" me laisse un sentiment de déjà fumé ! Une édition limitée de belle facture, comme Cuba sait très bien les faire depuis plusieurs années, mais semble au fil des années se mordre la queue, du moins celle-ci, ça n'engage que moi. D'entrée, les premières bouffées développent une sensation confortable de bonne corpulence, le tout sur un profil aromatique connu et empyreumatique dans son agrément. Une forme que je trouve toujours plaisante bien sûr, mais qui me laisse un sentiment attendu !

Après 30 minutes de chauffe, ce "Capuletos" ronronne désormais de ses notes torréfiées et épicées. Quant à sa longueur, satisfaisante à l'issue de ce premier temps, expose à terme ses notes de bois brûlé et charbonnées qui laisse peu de place à la subtilité.

Le 2ème temps suscite toujours un intérêt gustatif, même si son évolution reste toutefois linéaire. Côté puissance, rien d'éclatant qui puisse donner à ce module de la hauteur pour le hisser au rang d'éditions 2016 majeurs. Malgré tout, cette musique se laisse écouter comme un air de guitare aux notes fumées, de café noir, de brioché et de poivre noir.

Le 3ème temps se renforce d'une richesse aromatique harmonieuse et de bonne consistance. Un cigare d'une puissance honorable, généreuse dans son agrément qui perdure avec véhémence sur des notes endémiques de saveurs torréfiées, de bois brûlé et "cafeinées". Le final devient rapidement cuisant si vous ne mesurez pas vos fréquences d'aspirations. En conclusion, ce "Capuletos" m'a fait passer un agréable moment, même si  j'ai ce sentiment de l'avoir déjà fumé dans une édition précédente. Ma note de cœur 15,5 /20, un bon cigare.

  • Origine: tripe: Cuba, Sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: robusto extra
  • Taille: 130mm x 21mm
  • Bague: 53
  • Poids:
  • Année: 2016
  • Prix: 23,6chf

romeo&julieta, capuletos cigare cubain

Capuletos "Romeo & Julieta"

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20   

 

   

10:41 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Romeo & Julieta | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/03/2017

Partagas robusto "Maduro n°1"

L'attente fut longue pour ce module annoncé au festival Habanos 2015 ! À peine sortie dans les civettes helvétiques que ce cigare sonnait déjà aux abonnés absents. Comme quoi il faut parfois être patient et un peu chanceux tout de même. Malheureusement sa rareté finit par se payer au prix fort surtout lorsqu'il est vendu à la pièce, environ 20€ sur Genève, c’est dommage. Mais en cherchant bien, il est possible de le trouver à 15€ en boîte de 25, et toujours en Suisse.

Bref, voilà 2 ans que ce cigare m'était passé sous le nez avec un certain mépris, je dirais. Même pas eu le temps de pressentir ses humeurs que la porte s'est violemment refermée sur mes convoitises. Mais quelque part, c'est pas mal non plus d'attendre un peu. Ce Maduro n°1 a su me trouver finalement.

Visuellement, il fait plaisir à voir ce Partagas, sa cape "maduro" fine et grasse, drape ostensiblement un corps musclé et souple au toucher.

La construction parfaite d'où s'échappent ses parfums persistants et outrageants, provoque avec délice des flagrances pesées, de cuir, de chocolat, d’une pincée surette et butyrique, finisse d’inspirer ce moment de concert entre seul et moi, assis confortablement dans l'unique causeuse (fauteuil) du "Speakeasy", fort heureusement nous sommes lundi, il n'y a personne !

Tous ces préliminaires terminés, je peux maintenant ouvrir le bal avec une décollation en règle, suivie d'un embrasement circonscrit qui me délecte de ses premières nuances de gris, d’une fumée abondante, roborative, épicée et nerveuse. De suite, il est amusant de percevoir dans ces premières minutes, l'engagement de ce cigare qui persistera tout au long de sa dégustation.

Dans le premier temps, les sensations se focalisent surtout sur l'avant, plutôt rare pour un Cubain qui prédomine le plus souvent sa musique sur l'arrière du palais, une des caractéristiques majeures de ce terroir. Le cigare est vif, puissant, doté d'une rétro olfaction agressive, celui-ci offre tout de même un semblant de rondeur, sensation sèche et épicée alliant la subtilité mesurée du piment d'Espelette à celle de la fève torréfiée     . Ce duo informel offre à ce cigare cette agrément atypique de saveurs fumées, tourbées, bien éloignées des notes boisées, de cèdre et de cuir plus traditionnel au cigare cubain.

D'une richesse prévenante et harmonieuse, ce maduro n°1 exécute avec brio les premières mesures d'une musique naissante, inhabituelle pour Cuba qu'il me tarde de poursuivre dans le prochain couplet.

Dès la seconde partie, c'est un sentiment plus rond, ou consistance rythme avec persistance, le tout sur des accords gourmands de réglisse, de brioche toastée, d'épices et de bois brûlé. Quant à la cendre, elle souffre d'une noirceur étonnante, comparable à celle d'une braise d'anthracite sur le point de s'éteindre. Un cigare dont je me régale de sa bravoure, de sa constance, ou puissance et richesse règnent, évoluent sans partage sur la majeure partie de cette analyse. C'est bon, que dire de plus !

Dans la dernière partie, il faudra mesurer son ardeur en domestiquant son impétuosité, au risque de sombrer du côté cuisant de sa force. Les sensations les plus lourdes sont à présent clairement localisées sur le fond du palais, aux sons âcres et sulfureux de notes "carbonées". J’apprécie sa persistance sur ce frais refrain mentholé qui excite mon avidité, entretient ma curiosité jusqu'à m’en brûler les deux doigts.

Par contre, ce module demande de la maîtrise dans ses aspirations, prendre son temps serait le maître mot de cette dégustation, ne le fumer pas trop vite, surtout sur la dernière partie. Ma note de cœur 17/20, un excellent cigare pour amateur exigeant. Pour conclure, ce cigare a réveillé en moi, l'envie de poser des mots sur une fumée qui puisse satisfaire ma suggestivité. Un bon cigare est celui qui exalte cette envie de s'exprimer !

  • Origine: tripe: Cuba, Sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: robusto
  • Taille: 130mm x 20.6mm
  • Bague: 52
  • Poids:
  • Année: 2015
  • Prix: 20€

partagas, maduro n°1, cigare cubain

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20   

17:34 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Partagas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/02/2017

Carnet de bord de mes dégustations par "IZAMBAR".

Carnet de dégustation cigare.

Vos dégustations méritent toute mon attention ! D’où l’importance de consigner vos expériences sur un support de qualité qui puisse répondre à une envie d’écrire et de conserver dans un livre, le fruit de vos dégustations. D’abord pour une utilisation pratique et personnelle, je l’ai conçu égoïstement pour moi avant tout, il devait répondre à une multitude de point, comme son format A5 par exemple, des dimensions confortables pour griffonner à son aise sans avoir peur de manquer de place tout en respectant votre écriture. On ne déguste pas un cigare entre les apéros et les hors-d’œuvre, s’il vous plaît ! On y met la forme, on se prépare et on se concentre, ce livre appuie l’aspect solennel d’un moment et du cigare que vous allez  choisir pour votre dégustation.

Ce livre n’est pas un guide pour vous apprendre à déguster, mais un recueil dédié à la promenade gustative, à tous ses souvenirs présents et passés qui peuvent en découdre. Il n’y a aucune interdiction, vous êtes libre de consigner ce que vous voulez, chaque cigare est votre histoire. Un peu comme le journal intime d’une midinette, mais je pense que vous préférerez la locution du carnet de bord du capitaine de frégate, celui-ci doit vous suivre dans votre parcours initiatique et évoluer au fil de vos découvertes. N’ayez pas peur de la page blanche, notez ce que bon vous semble, juste ou pas, ça n’a aucune importance, prenez-y du plaisir avant tout et ne voyez pas ce moment comme une punition. Et vous verrez, petit à petit, vos pages se noirciront avec surprise.

Ce livre  comporte 25 fiches numérotées, un index pour les retrouver plus facilement, il comprend aussi un petit lexique pour vous aider à remplir vos fiches, incluant aussi ma petite roue des saveurs et la couleur des cigares.  Livre au format A5, couverture brillante et rigide.

Prix 25€ TTC + 5€ de frais de port pour la France. Commande par mail ( edmond@izambar.com )

carnet dégustation cigare

Carnet de dégustation cigare.

carnet dégustation cigare

carnet dégustation cigare

carnet dégustation cigare

 

Déguster un cigare, c'est comme apprendre à lire, c'est en somme déchiffrer une succession de feuille ! Edmond.

18/02/2017

IZAMBAR CIGARS "Monarch"

« Au royaume des fumeurs, le Monarch est roi ! »

Produit à 100 exemplaires seulement, le Monarch est une démarche avant tout expérimentale, car pour produire un cigare en si petite quantité il faut nécessairement penser de manière très artisanale. L’idée de ce cigare est d’offrir de l’exclusivité provenant d’un terroir comme le Nicaragua, donner la possibilité de déguster des choses bien différentes de ces régions avec des tabacs de qualité, un goût aujourd’hui, malheureusement formaté, galvaudé par les grosses multinationales qui inondent le marché de « stogies » aux saveurs souvent agressives et insipides.           

Le Monarch se présente en tube de verre, comme un vin dans son contenant, bouchonné et ciré pour le protéger des agressions extérieures, comme l’oxydation des phénols par l’oxygène, et les échanges avec d’autres cigares de votre cave qui finissent par s’altérer, sans parler de tous les écarts d’hygrométries sur de longues périodes. Cette méthode de conservation lui permet de conserver toutes ses propriétés aromatiques et une meilleure stabilité sur la durée, offrant ainsi en retour un affinage bien différent.

Posez-vous cette question, aurait-on l’idée de conserver un vin dans une carafe ouverte aux quatre vents ?

Ce Monarch, grâce à son sarcophage de verre pourra se conserver « ad vitam aeternam » grâce à l’humidité intrinsèque de ses feuilles. A son ouverture, il sera conseillé de le laisser s’oxygéner au minimum trois semaines dans une cave à cigares, bien isolé des autres modules afin qu’il reprenne vie après cette longue hibernation. Confectionné d’une liga unique pour ce module, son mélange provient de tabac soigneusement choisi des régions de Jalapa, d’Esteli, et d’Ometepe au Nicaragua. Sur le tube est gravé le mois de roulage, ainsi que sa mise en tube, une traçabilité fort inutile pour les Béotiens, mais très apprécié et indispensable à tous les amateurs éclairés.

Pour l’avoir dégusté à ce jour, ce module rappelons-le, n’a que deux mois de roulage, un cigare toutefois très juvénile qui ne demande qu’à grandir et s’épanouir avec le temps.

A ce jour, voici un petit aperçu de son ambitus gustatif. Primo, au nez son parfum frétille d’une persistance affable, régalant ma convoitise de notes torréfiées, de café freddo, d’un soupçon de vieux cuir et de charme automnal. Délicieux préliminaires qui ne demandent qu’à éclore dès le paragraphe suivant !

Dès l’ouverture des hostilités, les premières lampées de fumée sont de suite généreuses, une sensation confortable s’installe rapidement en bouche avec douceur. Un cigare bénéfique et très souple, où rondeur adipeuse contrebalance avec un léger goût suret sur la longueur. Passé le temps nécessaire à son développement, la perception grasse et onctueuse prédomine ce premier temps, où notes de café crème, de noix de cajou et de fin réglisse embaument les papilles d’une certaine impudeur et de lucidité. Sa puissance toutefois honorable laisse plus de place à une aromaticité audacieuse. Celui-ci gourmand de vérité, sa suavité glisse avec souplesse sur les papilles comme le fondant d’un foie gras sur la langue. Quelle poésie !

En seconde partie, rien ou presque n’a changé ! Notre Monarch après 40 minutes de bonheur semble avoir trouvé une forme gustative qui lui convienne, un cigare résolument onctueux, enveloppant et sans excès. D’une richesse aromatique moyenne, il se déguste avec intelligence et facilité. Ses arômes évoluent très subtilement sur des notes de chocolat au lait, d’amande douce, d’humus, de champignon, ainsi qu’une ‘floralité’ rafraîchissante et très plaisante sur son intégralité. D’une puissance inchangée, ce 2ème  temps persiste dans cette délicate harmonie.

Cette dernière partie ne tranche pas, tout évolue avec pudeur! Une évolution qui s’appuie avant tout sur une corpulence plus révélatrice dans ses saveurs, proche du fruit mûr et fermenté, de boisé humide, de bois vermoulu et de champignon. Un final équilibré doté d’une rondeur grasse, ce module évolue vers plus de richesse en offrant un 3ème  temps plus salvateur et savoureux. Etonnant pour un cigare si précoce, à aucun moment je n’ai ressenti de faussetés dans ses arpèges, grâce à une qualité d’assemblage et une sélection apprivoisée de ses différents tabacs par notre master blender au Nicaragua.  

         

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Equateur
  • Format: churchill extra
  • Taille: 178mm x 23,8mm
  • Bague: 60
  • Poids: 272gr
  • Année: JANVIER 2016
  • Prix Suisse: 44,9chf

 

izambar cigars, izambar monarch

izambar cigars, izambar monarch

IZAMBAR MONARCH

 

"IZAMBAR CIGARS"

Antonio & Edmond

antonio@izambar.com* & edmond@izambar.com*

Tél/ 0041 79  872 87 96 ( Suisse ) & 0033 (0)6 69 18 24 49 ( France )

http://www.izambar.com            

11:36 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

23/01/2017

Aging Room Solera "Fantastico"

La nouvelle ligne « Aging Room Solera »  s’organise autour de quatre capes/ quatre couleurs différentes et se décline en trois modules aux noms encenseurs  qui ne cachent pas ses ambitions avec un « Festivo », un « Fantastico » et un « Fanfare », beaucoup de bruit n’est-ce pas !  J’ose espérer que ce langage tapageur soit à la hauteur de nos papilles. Ces quatre lignes (jaune, rouge, blanche, orange) se composent essentiellement de tabac dominicain, mise à part la ligne blanche qui se pare d’une cape mexicaine maduro et de la ligne orange d’une cape équatorienne shade connecticut, les deuxautres se contentent d’une cape sun grown dominicaine pour le jaune et d’une cape dominicaine corojo pour le rouge.

Celui-ci  dégusté provient de chez « Gestocigars », et n’est disponible qu’en jaune pour le moment. C’est sûrement dû à  son plumage de piaf qui m’a piqué au vif en encourageant mon cerveau à plonger les doigts dans cette boîte, en même temps, difficile de les louper sur son présentoir. Son prix, 9,50chf environ 9€ en Europe finit par me convaincre à me l’offrir, avec cette éternelle réflexion d’optimisme de comptoir,  « On ne sait jamais ! » il m’en reste un peu…(de l’optimisme)

Le soir venu, c’est dans mon speakeasy comme toujours qui me sert accessoirement de cave que je me prépare à le déguster, en ma seule compagnie …

Une fois dépaqueté de son corset dans son plus simple appareil, d’où l’expression « être nu comme un cigare sans bague ! », je découvre un module soigneusement vêtu d’une cape sombre à la  fermeté plutôt musclé dont l’unique fantaisie ombilicale provient d’une petite queue sur la tête !  La cape seyante, peu nervurée et lisse, de couleur maduro titille déjà le nez, de délicates senteurs automnales, un ensemble de notes de sous-bois, de feuille morte, et d’une épice herbacée, terreuse me rappelle un peu les senteurs du cumin. A ce stade, je suis déjà conquis !

Dès l’allumage, premières bouffées, premiers ressentis, c’est une sensation très confortable en bouche qui s’installe, ronde et grasse, sur fond d’épice qui amorce de suite la mesure de cette dégustation. Les notes riches de fruits secs torréfiés, de terre et de brioché  offrent aux papilles une musique corpulente et puissante. Un rancio équilibré, sans amertume dont la persistance se flatte d’une rondeur onctueuse.

Après 20 minutes, je trouve ce premier temps très étonnant, très curieux pour ce terroir, un cigare prometteur pour ceux qui recherche un cigare exigeant au plein arôme et rassasiant, comme le ferait un cigare provenant d’Esteli par exemple (province du Nicaragua).

Dans cette seconde partie,  sa récurrence aromatique  s’installe obséquieusement sur des saveurs tourbées et crémeuses. Sans grande complexité ce «Fantastico » manque un peu de repartie dans son évolution, mais reste toutefois plaisante à déguster. D’une rondeur/longueur égale et respectable, ce 2e temps s’assoit sur une consistance péremptoire des plus équilibrés.

Dans ce 3e temps, cet « Aging Room » se capitalise un peu plus dans une consistance faite de notes de chocolat (petite amertume sur la longueur), de café, de noisette torréfié, de réglisse. Un joli volume de saveur empyreumatique sans  excès. Dans son agrément cet « Aging Room » serait parfait, accompagné d’un Merlot (vin rouge reflétant des notes de cacao). Sans être un cigare d’exception, ce « Fantastico » offre après tout,  un bon moment de fumage. Ma note de cœur 16/20, un bon cigare de belle richesse/ puissance, un cigare pour amateur confirmé.

  • Origine: tripe: Dominicaine, Sous-cape: Dominicaine, cape: Dominicaine sun grown
  • Format: robusto extra
  • Taille: 142mm x 21mm
  • Bague: 54
  • Poids: 17,2gr
  • Année: 2016
  • Prix: 9,5chf ( Gestocigars )

aging room solera

aging room solera

Aging room solera

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20        

      

11:20 Écrit par Edmond Dantes dans Aging room, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2017

Partagas D5 "petit robusto"

Dans la série "D", je vous présente le petit frère du "D4" et grand frère du"D6", un robusto moyennement petit et pas assez pour être un "short robusto" quoiqu'il soit baptisé de "petit robusto", comme son benjamin le D6. Leurs seuls points communs à ses trois là, se passe au niveau de la ceinture avec un seul tour de taille de 50 de cepo, exception faite du "D3" qui n'est qu'un corona gorda en EL de 2003. Bref, difficile ne pas y perdre son latin, avec toutes ces séries contoïdes ( D, E, C, P ), personnellement et à choisir, je préfère qu'un cigare porte un véritable patronyme, comme "Lusitania", Salomones, Sobresalientes, par exemple ! Vocalement plus romantique à entendre pour s'en souvenir.

Ce "D5" sorti en 2011, 36 ans après le "D4", dispose de mensurations très sensibles avec 14 mm de moins sur sa longueur, bien peu de différences me direz-vous ? Si cela perdure cette série risque d'être galvaudée d'ici quelque temps, et finira par être proposé à la coupe ! Je plaisante, bien sûre, quoi qu’on ne sait jamais !

Mais soyons bon dégustateur, et non railleur comme je le suis. Voici un cigare plutôt léger (10,8 gr)et très souple au toucher, d'un aspect séduisant colorado, il offre un bouquet fleuri de boisé, et suavement semé de notes de banane et surette de fromage blanc. Une préface, toutefois appréciable par cette douce musique olfactive.

D'entrée, les premières salves de fumée froides excitent mes papilles d'une sensation très poivrée, clairement roborative. Un cigare qui délivre une musique sur fond de palais aux accords piquants et sourds, légèrement surets. Un début vivifiant qui se traduit par une rétro olfaction puissante, disposant de saveurs peu goûteuses comme celle du bois verni, de sous-bois, et d'humus. D'une rondeur affable, ce "D5" dispose tout de même d'une bonne persistance suave et épicée, assez plaisante. Pour résumé, Cette partie insoumise et musclée, ne demande qu'à s'arrondir et s'anoblir dans son évolution. Sans grande complexité, ce "D5" se distingue surtout par une force maîtrisée qui le maintient avec ardeur dans une dégustation précise et contrôlée.

Dès le deuxième temps, ce "D5" évolue sur un bouquet plus onctueux, de meilleure rondeur et d'une amplitude en bouche plus généreuse qui lui délivre grassement ses saveurs épicées et de petites amertumes, le tout sur une consistance toujours puissante et vivifiante. Un cigare qui ne manque pas de personnalité, malgré une profondeur aromatique de complexité négligeable. Au nez, sa fumée est gracieuse, agréable et gourmande, celle-ci évoque des saveurs de chocolat praliné sur fond torréfié.

La 3e partie se libère d'une puissance toujours grandissante et bien épicée, à la corpulence de torréfié vert et amère, semblable à une bière forte légèrement houblonnée, à la longueur bienséante et rassasiante. Ma note de cœur 15/20, un bon cigare très proche d'un "D4" assis sur l'autorité gustative et non dans la complexité.

  • Origine: tripe: Cuba, Sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: Petit robusto
  • Taille: 110mm x 19mm
  • Bague: 50
  • Poids: 10,8gr
  • Année: 2015
  • Prix: 7,8€ ( casa del puro )

partagas D5,cigare partagas

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20   

bannière_csadelpuro.jpg

10:22 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Partagas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/01/2017

Dégustation du IZAMBAR "Kingdom" par le blogger Vasilij Ratej

"Le cigare est le complément compliment indispensable de toute vie oisive et élégante." George Sand

Vasilij Ratej est en sorte un confrère blogger qui s'est prêté au jeu de la dégustation filmée sur son blog (www.zigarren.zone)  dont voici la vidéo sur le "Kingdom". Si les sous-titre n'apparaissent pas pendant la lecture, n'oubliez pas de cliquer sur la petite icône en bas à droite de la vidéo "sous-titre". 

Bon visionnage.


 

 

09:35 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités, Cigare, Izambar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/08/2016

Gran perfecto "Escurio" de Davidoff

Ce ‘gran perfecto’ avec le ‘corona gorda’ fait partie des deux derniers modules de la ligne Escurio au blend brésilien et dominicain, ayant vu le jour cette année, deux nouveaux formats désuets qui s’ajoute aux trois autres. Personnellement je trouve audacieux pour le coup, en effet je trouve intéressant qu’une marque comme Davidoff, réussisse encore à nous surprendre, voire nous séduire avec ce genre de format peu répandu, à contresens de nos habitudes de fumage.

Notamment, avec ce ‘gran perfecto’ à la Groucho, ou préférez-vous, cet obus maintes fois dessiné dans les Tex Avery, les Tom & Jerry, ainsi que dans beaucoup de Disney comme l’éternel Baby Herman dans ‘Qui veut la peau de Roger Rabbit’, en passant par Pinocchio, à Edgard dans les aristochats, sans oublier Ratigan dans Basil détective, même une gargouille dans le Bossu de notre dame joue du cigare, ainsi que Walrus dans Alice au pays des merveilles, en passant par Hadès le dieux des enfers dans Hercule, tous ces personnages l’ont tous adopté et caricaturé comme accessoire à la bouffonnerie, ou le plus souvent pour marquer le côté obscur et vil de nos semblables, un module gonflé d’orgueil prêt à exploser de concupiscence et d’arrogance !

Quand on y regarde de plus près, moi comme vous, sommes vraiment de sales types ou de véritables clowns, non ?

La dégustation, tout de même…!

Visuellement, rien à signaler  ce ‘gran perfecto’ présente ses meilleurs atouts, une construction parfaite, huilé par une belle cape  maduro/ oscuro luisante en provenance d’Equateur, lissé sur un corps ferme et souple à la fois qui vous délivre des nuances profondes de chocolat en poudre, de café du ‘brésil’ et de terre.  Au mouillage, la cape délivre une légère acidité, suivit à cru d’une saveur fruitée très singulière et prometteuse.

Dès l’allumage, le démarrage se démarque sur le registre de la bienveillance et de la douceur, mais un cigare qui brille par son absence dès les premières aspirations, ou ses arômes dilués sur les dix premières minutes cèderont leur place à une perception, plus grasse en bouche, plus collante et pâteuse. L’ensemble développe une rondeur tropicale, faite de notes humides, plus centré sur le végétal, sur l’humus et le champignon. Un climat agréable, mais lourd qui pourrait paraître d’aphasique par ce manque de puissance sur ce premier temps. La persistance reste moyenne et volatile sur ce terrain fertile à la rondeur féconde qui ne demande qu’à éclore, mais non, il faut encore attendre ! Une introduction que je trouve pour le moment, fatiguée, trop humble à mon goût, pas assez accrocheur je dirai.

Le 2e temps commence vraiment à se révéler, après 40 minutes sur la moitié du fumage, trop tardivement. Rapidement, les doutes font place à plus de générosité et d’impétuosité, le café crème ‘réglissé’ évolue sur une forme plus grave, plus corpulente et épicé. Ou le fumé de la tourbe, et quelques amertumes viennent conforter un caractère plus vif et ténébreux, sur une longueur grandement améliorée, limite corrosif à l’approche du 3e temps. Je trouve ce cigare très tranché pour ma part, une partie sourde et une partie prépondérante qui a tendance à trop vite s’enflammer. Un cigare qui sous ses airs cajoleurs renferme un tempérament très puissant et soutenu. Etrangement, je lui trouve une évolution proche à certains cigares cubains, ceux des plus impétueux qui deviennent très cuisants sur le final et qui vous rassasie pour plusieurs jours en général.

Dans l’ensemble, ce cigare est une petite bombe à retardement dont il faut se méfier, à déguster avec une eau forte, tel qu’un bon whisky tourbé et iodé comme un vieux Bowmore, au pire avec une cachaça du Brésil.   

Ma note de cœur, 16/20 un bon cigare auquel quelques chapitres lui ont été injustement arrachés.

  • Origine: tripe: brésilienne matafina/ Dominicaine piloto, sous-cape: brésilienne, cape: Equateur habana
  • Format: gran perfecto
  • Taille: 127mm x 24mm
  • Bague: 61/50
  • Poids: 17gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 13chf

escurio gran perfecto davidoff

Gran perfecto "Escurio" Davidoff.

escurio gran perfecto davidoff

Walus.gif

Walrus dans Alice au pays des merveilles !

 

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20 

    

16:16 Écrit par Edmond Dantes dans Davidoff, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/07/2016

IZAMBAR CIGARS "Kingdom" double robusto

« Le cigare est art de suggestion et de divination, mais aussi un véritable art de vivre, intemporel et spirituel. » by Edmond.

C’est une dégustation assez particulière que je vous propose de partager dans ces quelques lignes !  Ce cigare très précieux à mes yeux, tire son histoire de ma propre vie et de mon expérience, celle de la ferveur que je porte au cigare, ses parfums qui continuent jour après jour à exalter mes sens de douces volutes, magiques et enivrantes.  C’est avec force et déraison aujourd’hui, que cette passion se concentre et se matérialise au travers, de cette nouvelle marque et module, baptisé IZAMBAR « Kingdom ». Un double robusto de 21 grammes, aux dimensions gourmandes de 158 par 54 de cepo. Un cigare ambitieux, né d’une synergie étroite avec notre master blender au Nicaragua, de moi-même (Edmond) et de mon partenaire Antonio, aussi grand amateur.

En effet, il nous aura fallu plus d’une année de travail, entremêlée de dissections olfactives et gustatives, incertaines parfois, d’évidences au fil des mois, pour concrétiser ce projet en toute probité, afin de  vous offrir un cigare digne d’être dégusté maintenant.

Je compte sur vous pour nous remettre votre analyse, une fois que vous aurez dégusté ce « Kingdom » dans les prochains mois.

 En attendant, voici la mienne ! J’avoue que l’exercice est loin d’être facile.

Visuellement ce double robusto ne laisse pas indifférent, ses mensurations harmonieuses et musclées courtisent l’appétence dès le premier coup d’œil. D’une constitution assez ferme, ce grand corps rigide développe de belles douceurs, comme le café au lait, ou celle de la chicorée  par exemple, jusqu’aux senteurs voisines de sous bois et d’herbe odorante, présage une mise en bouche, profonde et très prometteuse.

Dès son allumage, mes premières aspirations exposent de suite un goût harmonieux, doux et crémeux, une sorte de flou olfactif et ample en bouche, régenté de saveurs plus puissantes et sécurisantes en arrière- plan, un contraste analogue à ces volcans endormis dominant de sublimes paysages placides. Petit conseil, ce cigare au tirage excellent, oblige à la prudence en imposant la règle des gestes lents pour en tirer la meilleure « liqueur » . Vos fréquences  d’expiration seront très vite déterminantes dans cette dégustation, alors ne soyez pas trop preste ! Cela n’engage que moi.  D’une persistance confortable et plaisante, je trouve cette première partie rigoureusement attachante, confortable et de suite  plaisante en bouche. Soufflant  aux papilles un tempérament d’une rigueur intéressante et pondérée,  éveillant avec subtilité ses notes de café crème, de noisette, de biscuits secs ou cookies, aux saveurs épicées et mielleuses.

Le 2e temps évolue sur une forme plus soutenue dès à présent, avec  l’apparition d’un poivre plus persistant, ressenti sur le bout de la langue, sans faire l’impasse sur son agrément crémeux et rassasiant à la fois. Cela, sans altercation licencieuse avec les papilles. D’une évolution relative à son terroir, ce « Kingdom » s’écoute fumer, en arrivant tout de même à me séduire par ce juste équilibre, goût/ puissance, tout à fait honorable. A ce stade de cette partition, ses arômes plus fortifiés diffusent dès à présent, des notes de doux toffee, de crème de café et d’écorce de pain chaud, celui dont l’odeur de boulange vous réconforte au petit matin. D’une longueur aimable et suave, ce cigare trouve son véritable rythme de croisière après une  heure de fumage, un passage obligé que vous apprécierez, tout dépend si vous aimez la quiétude et le confort feutré des gros paquebots ou le côté plus récréatif des petits voiliers !

Dans ce 3e temps, cette dernière partie marque cette transition de la forme crémeuse/ épicée avec celle d’une cuisine de terroir, riche et opulente de saveurs réconfortantes et nostalgiques. En somme ce « Kingdom » sait se montrer impérieux dans sa suffisance sans rien perdre de sa bienveillance dès qu’on le pousse dans ses retranchements dès qu’on le tête un peu trop fort. Un cigare que je trouve étonnant, pour ne pas dire singulier ! Cet « IZAMBAR » est bien plus poivré et coloré dans ce dernier opus qu’en première partie, celui-ci orienté vers une richesse plus expressive, il se déguste jusqu’à la dernière bouffée sans jamais transgresser son équilibre.

En analysant ce cigare sur sa globalité, on peut remarquer une certaine régularité dès le démarrage, puis tout doucement et sans précipitation prendre plus d’aisance et d’assurance, pour finir par se qualifier après 1h30 de délectation, sans fausse note, sans aucune lourdeur ni âcreté, pouvant nuire à ce final enjoué et stimulant.

Je sais ce que vous pensez, que mon analyse n’est peut-être pas très objective et vous avez surement raison !  Mais sincèrement, nous sommes satisfaits du résultat, de cette réalisation qui rend grâce à nos passions communes pour le cigare.

Plus qu’une dégustation, j’ai essayé dans ce récit de partager avec vous un moment, ceux-là même qu’il me plaît de dépeindre dans mes modestes écrits, que certains connaissent déjà.

j’espère avoir excité votre bulbe olfactif, ainsi que votre curiosité.  Ma note de cœur …/20, non pas cette fois ! 

J’ajouterai ceci, « Ce « Kingdom » au royaume des cigares, IZAMBAR a la modestie des grands hommes. » 

Mes remerciements à la fabrique en Estelli au Nicaragua et son génial master blender qui a eu la patience de nous écouter durant tous ces mois dans l’élaboration des mélanges, sans oublier mon ami et associé Antonio Urech, co-fondateur de la société Suisse « IZAMBAR CIGARS ».

 

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Equateur
  • Format: double robusto
  • Taille: 158mm x 21,4mm
  • Bague: 54
  • Poids: 22gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 15,9chf

 

kingdom cigars, cigars izambar, izambar

IZAMBAR CIGARS "Kingdom"

 

pdf.jpg

Télécharger la fiche technique.

 

"IZAMBAR CIGARS"

Antonio & Edmond

antonio@izambar.com* & edmond@izambar.com*

Tél/ 0041 79  872 87 96 ( Suisse ) & 0033 (0)6 69 18 24 49 ( France )

http://www.izambar.com

17:17 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

IZAMBAR CIGARS "Kingdom" double robusto (deutsh )

« Die Zigarre ist eine Art der Einflüsterung und der Voraussagung, aber auch eine wahre Lebensart – zeitlos und spirituell.» von Edmond.

Es ist eine sehr spezielle Degustation welche ich mit Ihnen in den folgenden paar Zeilen teilen möchte! Diese, in meinen Augen sehr wertvolle Zigarre, zieht seine Geschichte von meinem eigenen Leben und meiner Erfahrungen, jenes Eifers, welchen ich den Zigarren zutrage, seiner Düfte, die Tag für Tag meine Sinne mit süssem Zigarrenrauch magisch und berauschend anregen. Heute ist es die Kraft und Unvernunft, welche die Passion konzentriert und materialisiert und die neue Marke, getauft IZAMBAR « Kingdom », hervorgerufen hat. Ein Double Robusto von 21 Gramm, mit den schlemmerhaften Dimensionen von 158 auf 54 Cepo. Eine ambitionierte Zigarre, geboren aus einer tiefen Synergie mit unserem Master Blender aus Nicaragua, mir selbst (Edmond) und meinem Partner Antonio, selbst ebenfalls ein grosser Liebhaber.

In Tat und Wahrheit brauchten wir mehr als ein Jahr Arbeit, vermischt mit zum Teil unsicheren Geruchs- und Kostproben, um dieses Projekt während Monaten ehrlich zu konkretisieren und Ihnen eine Zigarre anzubieten, die es heute verdient gekostet zu werden.

Ich zähle auf Sie um uns Ihre Analyse einzureichen, nachdem Sie diese « Kingdom » in den nächsten Monaten gekostet haben.

In dieser Zeit haben Sie hier die Meine! Ich gebe zu, dass es bei weitem keine leichte Aufgabe ist.

Äusserlich lässt dieser Double Robusto niemanden kalt, seine harmonischen und muskulösen Masse stärken das Verlangen auf den ersten Blick. Aus einer standhaften Verfassung entwickelt dieser grosse Körper eine gute Milde, wie ein Milchkaffe oder die der Endivie zum Beispiel, mit benachbarten Düften von Unterholz und wohlriechendem Gras – ein Vorzeichen für einen tiefen und sehr vielversprechenden ersten Zug.

Von der Anzündung an wurden meine ersten Züge einem harmonischen, sanften und cremigen Geschmack ausgesetzt, einer Art olfaktorischer Unschärfe und intensiv im Gaumen, geführt von stärkeren und beruhigenden Geschmäckern im Hintergrund, ein analoger Kontrast an die schlafenden Vulkane, welche die ruhigen Landschaften dominieren. Ein kleiner Tipp, diese exzellente Zigarre unterliegt der Bedächtigkeit, welche eine Regel einführt, die langsame Gesten auferlegt um den besten Geschmack daraus zu ziehen. Ihre Atmungsfrequenz wird sehr schnell massgebend in dieser Degustation, also seien Sie nicht zu rasch! Dies war zu Beginn ein Problem für mich. Von einer komfortablen und angenehmen Dauer, finde ich diesen ersten Teil sehr anziehend, komfortabel und gleichzeitig wohltuend im Gaumen. Eine, aus dem Gaumen geblasene, interessante und besonnene Strenge erweckt feinsinnig seine Noten nach Kaffee, Nüssen, Biskuits oder Cookies, mit würzigen und süsslichen Geschmäckern.

Der zweite Teil entwickelt sich kräftiger als zuvor mit dem Auftreten eines beständigen Pfeffers auf der Zungenspitze, ohne die cremige und sättigende Annehmlichkeit zu verlieren. Dies ohne einen speziellen Konflikt auf dem Gaumen hervorzubringen. Aus seiner Entwicklung heraus, verführt mich dieser « Kingdom » durch sein gutes Verhältnis von Geschmack und Stärke. In diesem Stadium verbreitet er seine stärkeren Aromen mit Noten von Toffee, Kaffee und der Rinde von frisch gebackenem Brot, welches Sie am frühen Morgen aufmuntert. Mit seiner freundlichen und lieblichen Länge findet diese Zigarre ihren optimalen Rhythmus nach einem « Segen » des Rauchens, ein wichtiger Durchgang den Sie schätzen werden, ganz egal ob Sie die Ruhe und den Komfort der grossen Kreuzer mögen oder die erholende Seite eines kleinen Segelschiffes vorziehen!

Der dritte Teil markiert den Übergang von der cremigen/würzigen Form zur bürgerlichen Küche, reich und opulent von herzerwärmenden und nostalgischen Geschmäckern. In der Summe weiss dieser « Kingdom » sich in seiner Gesamtheit imperial zu zeigen ohne von seinem Wohlwollen zu verlieren, sobald man ein wenig zu fest drückt. Eine Zigarre, welche ich erstaunlich finde, um nicht zu sagen einzigartig! Diese « IZAMBAR » ist viel würziger und farbiger in seinen letzten Zügen als im ersten Teil und orientiert sich nach einem expressiveren Reichtum, sie lässt sich bis zum letzten Zug geniessen ohne je einmal ihr Gleichgewicht zu verlieren.

Bei der Betrachtung dieser Zigarre in ihrer Gesamtheit kann man von Beginn an eine gewisse Ordnung erkennen, welche langsam und ohne Hast mehr Leichtigkeit und Sicherheit gewinnt um nach 1h30 des Genusses ohne falsche Note, ohne Schwere noch Bitterkeit zu charakterisieren und am Ende heiter und stimulierend ist.

Ich weiss, was Sie nun denken, dass meine Analyse nicht sehr objektiv sein kann und Sie haben mit Bestimmtheit Recht! Aber ehrlich, wir sind zufrieden mit dem Resultat dieser Realisierung welche nur dank unserer gemeinsamen Passion für die Zigarre zustande kam.

Mehr als eine Degustation habe ich in diesem Bericht versucht einen Moment mit Ihnen zu teilen, den ich gerne mit meinen bescheidenen Worten beschreibe, die einige bereits kennen.

Ich hoffe Ihre olfaktorischen Nerven, wie auch Ihre Neugier gereizt zu haben. Meine Note von Herzen …/20, nein, nicht dieses Mal!

 

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Equateur
  • Format: double robusto
  • Taille: 158mm x 21,4mm
  • Bague: 54
  • Poids: 22gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 15,9chf

 

izambar cigars, izambar kingdom

IZAMBAR CIGARS "Kingdom"

 

pdf.jpg

Télécharger la fiche technique.

 

"IZAMBAR CIGARS"

Antonio & Edmond

antonio@izambar.com* & edmond@izambar.com*

Tél/ 0041 79  872 87 96 ( Suisse ) & 0033 (0)6 69 18 24 49 ( France )

http://www.izambar.com

17:16 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

IZAMBAR CIGARS "Kingdom" double robusto (español )

El puro es el arte de sugestión y de lo que es divino, es también un verdadero arte de vivir espiritualmente sin preocuparse con el tiempo.” By Edmond.

¡Es una degustación especial que les propongo compartir en las próximas líneas! Este puro, muy valioso a mis ojos, trae su historia de me propia vida y experiencia, resultado de mi admiración por los puros, cuyos perfumes siguen exaltando día tras día mi noción de dulces volutas, mágicas y arrebatadores.

Hoy, es con fuerza e intrepidez que esta pasión se concentra y se materializa a través de esta nueva marca y modelo, bautizado IZAMBAR “Kingdom”. Un doble robusto de 21 gramos, con dimensiones de 158 par 54 de cepo. Un puro ambicioso, nascido de una estrecha sinergia con nuestro master blender en Nicaragua, de mí mismo (Edmond) y de mi socio Antonio, también un grande aficionado.

En verdad, fue necesario más de un año, intercambiando comparaciones olfativas y de sabor, a veces incertas, evidencias durante meses para concretizar este proyecto en toda probidad, a fin de ofrecer un puro pronto para su degustación. Cuento con sus análisis después de saborear este “Kingdom” dentro de los próximos meses. Mientras espero, ¡aquí está la mía! Reconozco que no es un ejercicio fácil.

Visiblemente este doble robusto no nos deja indiferentes, sus medidas harmoniosas y vigorosas cortejan el apetito a primera vista. Con una constitución firme, su grand cuerpo rígido desarrolla bellos aromas dulces como el café con la leche, o la achicoria, por ejemplo, hasta olores cercanos a la madera y la hierba fragante, presagio de un aperitivo profundo y muy prometedor.

Después de encenderlo, mis primeras aspiraciones exponen inmediatamente un sabor harmonioso, dulce y cremoso, un tipo de borrón olfativo y amplio en la boca, controlado por un gusto más fuerte y tranquilizador en el fondo, un contraste similar a estos volcanes inactivos que dominan los sublimes paisajes apacibles. Pequeño consejo: este puro de excelente inhalación, pide prudencia e impone como regla gestos lentos para asegurar la extracción de su mejor “licor”. La frecuencia de la aspiración será determinante para esta degustación. ¡Por eso, no sean tan listos!  Es lo que pienso yo. De una largura confortable creo que esta primera parte es absolutamente acogedora y agradable en la boca. Dejando en el paladar el temperamento de rigor interesante et ponderado, despertando con sutilidad notas de café con crema, de avellana, de galletas secas o cookies, en conjunto con sabores picantes y melosos.

El 2° tiempo evoluciona de manera más durable, con la aparición de una pimienta más persistente, sentida en la punta de la lengua, sin comprometer su sabor cremoso y de agradable saciedad. De une evolución relativa a su región, este “Kindom” se escucha fumar, y llega hasta a seducirme por este justo equilibrio, sabor/fuerza evidentemente honorable. En esta etapa de la degustación, sus aromas más fortificados difunden inmediatamente notas de dulce caramelizado, de crema de café y cáscara de pan caliente, este olor de panadería que reconforta en las mañanas. De una extensión amable y suave, este puro encuentra su verdadero ritmo de crucero después de un “fumo feliz”, un pasaje obligatorio que ustedes aprovecharán, dependiendo de si ustedes aman la quietud y el conforto acolchado de los grandes barcos o el lado divertido de los veleros pequeños.

El 3° tiempo, marca la transición entre la forma cremosa/picante y la de una cocina de la región, rica et llena de sabores reconfortantes y nostálgicos. En resumen, este “kingdom” sabe mostrarse dominante en su suficiencia sin perder su compasión cuando le empujamos a la solitud al aspirarlo un poco más fuerte. ¡Un puro que mi parece sorprendente no por decir singular!  Este “Izambar” es mucho más picante y colorido en este último opus que en la primera parte, orientado hacia una dirección de una riqueza más expresiva y se puede degustarlo hasta el final sin jamás transgredir su equilibrio.

Al analizar globalmente este puro, podemos observar una regularidad desde el principio, y calmamente sin precipitarse, tener más tranquilidad y seguridad para finalmente clasificarlo después de 1h30 de delectación, sin notas falsas, sin ninguna pesadez o acritud que pueda dañar este final alegre y estimulante.

¡Yo sé que ustedes piensan que mi análisis talvez no sea objetivo y seguramente tienen razón! Pero sinceramente, nosotros estamos satisfechos del resultado de esta aventura, fruto de nuestra pasión común por los puros.

Más allá de una simple degustación, he intentado en este relato compartir con ustedes un momento, tal como me gusta describir en mis escritos modestos que algunos de ustedes ya conocen. Espero tener despertado vuestro “bulbo” olfativo y vuestra curiosidad. ¡Mi nota de corazón …/20, no, no de esta vez!

Deseo finalmente acrecentar, “este “Kingdom” al reino de los puros, IZAMBAR a la modestia de los grandes hombres”

Mis agradecimientos a la fábrica de Estelli en Nicaragua y su genial master blender que tuvo la paciencia de escucharnos durante todos estos meses de elaboración de la mezcla, sin olvidar mi amigo y socio Antonio Urech, fundador de la sociedad Suiza “IZAMBAR CIGARS”.

 

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Equateur
  • Format: double robusto
  • Taille: 158mm x 21,4mm
  • Bague: 54
  • Poids: 22gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 15,9chf

kingdom cigars, cigars izambar, izambar

IZAMBAR CIGARS "Kingdom"

 

pdf.jpg

Télécharger la fiche technique.

 

"IZAMBAR CIGARS"

Antonio & Edmond

antonio@izambar.com* & edmond@izambar.com*

Tél/ 0041 79  872 87 96 ( Suisse ) & 0033 (0)6 69 18 24 49 ( France )

http://www.izambar.com

17:16 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

IZAMBAR CIGARS "Kingdom" double robusto ( english )

« The cigar is an art of suggestion and divination, but also a true art of living – timeless and spiritual. » by Edmond.

It is a very particular tasting, which I propose you in this brief paragraphs!  This cigar, very precious in my eyes, takes its story from my own life and my experience, from the enthusiasm which I give to cigars, its flavours which continue day after day to exalt my senses of mild swirls – magic and intoxicating. It is with force and folly that this passion is concentrating and materialising through this new brand and modulus, baptized IZAMBAR « Kingdom ». A Double Robusto of 21 gram, with greedy dimensions of 158 per 54 de cepo. An ambitious cigar, born through a large synergy with our master blender in Nicaragua, myself (Edmond) and my partner Antonio, a big enthusiast too.

In fact, it has taken us more than a year of work, entwined by, sometimes uncertain, odours and tasting dissections to concretise this project with the utmost probity to offer you a cigar good enough to be tasted now.

I count on you to give us your analysis after having tasted « Kingdom » in the next few months.

Meanwhile, here is mine! I admit that the exercise is far by being easy.

Visually, this double robusto leaves no one indifferent; its harmonious and muscled measurements are courting appetite from the first sight on. From a quite strong constitution, this big rigid body develops good gentleness, like the milk coffee or the one of the chicory for example, up until undergrowth woods and fragrant grasses, omen of a profound and very promising appetizer.

From its lighting on, my first aspirations where exposed by a harmonious, gentle and creamy odour, olfactory soft and ample in the mouth, dictated by powerful and secure background flavours, an analogous contrast between the dormant volcanoes of wonderful landscapes. A little advice, this excellent cigar requires prudence by imposing the rule of slow moves to take the best « liquor » out of it. Your breathing frequency will be determining in this degustation, so do not be too hurried! This was my personal problem. Of a comfortable and pleasant persistence, I find this first part rigorously endearing, comfortable and pleasant. Blowing an interesting and pondered temperament, awakening with subtlety its notes of coffee, hazelnut, biscuits and cookies, spicy and honey tones.

The 2nd part comes with a more sustained form than before with the apparition of a more persistent pepper, perceived at the tip of the tongue, without sidestepping its creamy and satiating approvals. This, without indecent altercation with the taste buds. From a relative evolution of its homelands, this « Kingdom » is able to satisfy me very honourable through the good equilibrium of taste/strength. At this stage of this partition, its strengthened aromas are up to now diffusing notes of mild toffee, coffee and crusts of warm bread, which odour comforts you in the morning. With its pleasant and suave length, this cigar finds its veritable cruising speed after a « joy » of smoking, an essential phase that you will appreciate, where everything depends if you like the tranquillity and comfort of big liners or the more recreational side of sailing boats!

In this third stage, this last part marks its transition of the creamy/spicy form with those of a traditional cuisine, rich and opulent of comforting and nostalgic flavours. In sum, this « Kingdom » knows how to show itself imperial in its adequacy without losing anything of its caring as soon as you push it to the limits. A cigar, which I find astonishing, if not unique! This « IZAMBAR » is far more peppery and coloured in this last opus than in its first stage. This is oriented by a more expressive richness, which tastes itself until the last puff without infringing its balance at any time.

By analysing this cigar in its totality, one can remark a certain regularity from the beginning on, then very slightly and without precipitation taking more ease and confidence, to finish by qualifying itself after 1h30 of delectation without wrong note, without any heaviness nor acridity, to be able to finalise cheerfully and stimulating.

I know what you think, that my analysis cannot be very objective and you are surely right!  However, sincerely, we are satisfied by the result of this realisation that only came out thanks to our common passion for cigars.

More than a tasting, I tried in this recital to share with you a moment, which I am pleased to depict in my modest writings, which some already know.

I hope having excited your olfactory corm as well as your curiosity. My heart note …/20, not this time! 

 

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Equateur
  • Format: double robusto
  • Taille: 158mm x 21,4mm
  • Bague: 54
  • Poids: 22gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 15,9chf

 

kingdom cigars, cigars izambar, izambar

IZAMBAR CIGARS "Kingdom"

 

pdf.jpg

Télécharger la fiche technique.

 

"IZAMBAR CIGARS"

Antonio & Edmond

antonio@izambar.com* & edmond@izambar.com*

Tél/ 0041 79  872 87 96 ( Suisse ) & 0033 (0)6 69 18 24 49 ( France )

http://www.izambar.com

12:56 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

IZAMBAR CIGARS "Kingdom" double robusto (italian )

“Il sigaro è arte di soggezione e di divinazione, ma anche un’arte di vivere vera e propria, intramontabile e spirituale.” by Edmond.

È una degustazione abbastanza particolare quella che vi propongo di condividere in queste poche righe! Questo sigaro, molto prezioso ai miei occhi, trae la sua storia dalla mia stessa vita e dalla mia esperienza, quella del fervore che porto al sigaro, i suoi profumi che continuano giorno dopo giorno ad esaltare i miei sensi con dolci volute, magiche e inebrianti. Oggi, è con forza ed irragionevolezza che questa passione si concentra e si materializza attraverso una nuova marca e modulo battezzato IZAMBAR “Kingdom”. Un doppio robusto di 21 grammi, dalle dimensioni golose di 158 per 54 cepo. Un sigaro ambizioso, nato da una sinergia stretta con il nostro master blender in Nicaragua, da me stesso (Edmond) e dal mio partener Antonio, anche lui grande amatore.

In fatti, ci è voluto più di un anno di lavoro, intrecciato di dissezioni olfattive e gustative, a volte incerte, di evidenze emerse nel corso di mesi, per concretizzare questo progetto nella sua integrità, così da offrirvi un sigaro degno di essere degustato.

Conto su di voi per trasmetterci la vostra analisi una volta che avrete degustato il nostro “Kingdom” nei prossimi mesi.

Nel frattempo, ecco la mia! Ammetto che l’esercizio non è affatto facile.

Visivamente, questo doppio robusto non lascia indifferenti, le sue misure armoniose e muscolose stuzzicano l’appetito fin dal primo sguardo.  Con una costituzione abbastanza soda, il suo grande corpo rigido sviluppa delle belle dolcezze, come il caffelatte, o quella della cicoria per esempio, fino agli aromi che ricordano il sotto bosco e di erba profumata, facendo presagire un assaggio profondo e molto promettente.

Fin dalla sua accensione, le mie prime boccate espongono immediatamente un gusto armonioso, dolce e cremoso, una sorta di sfuocato olfattivo e ampio in bocca, controllato da sapori più potenti e rassicuranti in sottofondo, un contrasto analogo a quello dei vulcani addormentati che dominano i loro paesaggi sublimi e placidi. Piccolo consiglio, questo sigaro dal tiro eccellente richiede una certa prudenza, imponendo la regola dei gesti lenti per trarne il miglior “liquore”.  Le vostre frequenze di espirazione saranno molto presto determinanti in questa degustazione, quindi non abbiate fretta!   Ma questa è solo la mia opinione. Con una persistenza confortevole e piacevole, trovo questa prima parte assolutamente accattivante, confortevole e fin da subito piacevole in bocca.  Soffiando alle papille un temperamento dotato di un rigore interessante e ponderato, risvegliando con sottigliezza le sue note di crema di caffè, di nocciola, di biscotti secchi o cookies, dai sapori speziati e mielosi.

Il 2° tempo evolve su una forma più sostenuta adesso, con l’apparizione di un pepe più persistente, percepito sulla punta della lingua, senza trascurare al tempo stesso il fascino cremoso e saziante.  E tutto ciò, senza alterco licenzioso con le papille. Con un’evoluzione relativa alla sua terra, questo “Kingdom” si ascolta fumare, riuscendo comunque a sedurmi grazie al suo giusto equilibrio, gusto/potenza, assolutamente onorevole. A questo stadio dello spartito, si diffondono gli aromi più forti, delle note di dolce toffee, di crema di caffè e di scorza di pane caldo, il cui profumo di forno vi conforta di prima mattina. Con una lunghezza soave e gradevole, questo sigaro trova il suo giusto ritmo di crociera dopo un'ora di fumare, un passaggio obbligato che apprezzerete, tutto dipende se amate la quiete e il conforto felpato dei grandi transatlantici oppure il lato più ricreativo dei piccoli velieri !

Durante questo 3° tempo, quest’ultima parte marca una transizione della forma cremosa/speziata con quella di una cucina legata alla terra, ricca e opulente di sapori riconfortanti e nostalgici.  Insomma, questo “Kingdom” sa mostrarsi imperioso nella sua sufficienza senza perdere nulla della sua benevolenza non appena lo si mette con le spalle contro il muro aspirandolo un po’ troppo forte. Un sigaro che trovo sorprendente, per non dire singolare! Questo “IZAMBAR” è ben più pepato e colorato in questo ultimo atto che nella prima parte, orientandosi verso una ricchezza più espressiva, si degusta fino all’ultima boccata senza mai trasgredire il suo equilibrio.

Analizzando questo sigaro nella sua globalità, si può notare una certa regolarità fin dall’inizio, poi pian piano e senza precipitazione assume più spigliatezza e sicurezza, finendo col qualificarsi dopo 1h30 di diletto, senza false note, senza alcuna pesantezza né alcuna asprezza, suscettibili di rovinare questo finale allegro e stimolante.

So quello che state pensando, che la mia analisi forse non è molto oggettiva, e avete probabilmente ragione! Ma sinceramente, siamo soddisfatti del risultato, di questa realizzazione che appaga la nostra passione comune per il sigaro.

Più che una degustazione, in questo racconto ho provato a condividere con voi un momento, di quelli stessi che amo descrivere nei miei modesti scritti, che alcuni di voi già conoscono.

Spero aver eccitato il vostro olfatto, così come la vostra curiosità. Il mio voto di cuore…./20, non questa volta !  

 

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Equateur
  • Format: double robusto
  • Taille: 158mm x 21,4mm
  • Bague: 54
  • Poids: 22gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 15,9chf

 

izambar cigars, izambar kingdom

IZAMBAR CIGARS "Kingdom"

 

pdf.jpg

Télécharger la fiche technique.

 

"IZAMBAR CIGARS"

Antonio & Edmond

antonio@izambar.com* & edmond@izambar.com*

Tél/ 0041 79  872 87 96 ( Suisse ) & 0033 (0)6 69 18 24 49 ( France )

http://www.izambar.com

10:10 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Izambar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/07/2016

Davidoff "Art Edition Limited" 2016

Davidoff partenaire d’Art Basel dans le soutien de l’art contemporain en République Dominicaine, revient  avec un nouveau cigare appelé « Art Edition limited » marque d’une certaine façon son engagement auprès des artistes insulaires des Caraïbes. Pour cette seconde édition 2016, celui-ci offre un mélange étonnant de tabacs  avec une cape épicée d’origine Habano Equateur , ainsi qu’une tripe constituée de viso Piloto, de San Vicente Mejorado Seco, d’une seco Yamasa et San Vicente Mejorado,  provenant de deux régions différentes de République dominicaine. La sous-cape quant à elle est un piloto.

Pour cette deuxième édition, les  visuels  visibles sur les boîtes sont uniques, un travail de titan réalisé en collaboration avec l’artiste française jamaïquaine et vidéaste « Olivia McGilchrist », une commande représentant tout de même 7000 clichés/ vidéo ! Cette production d’œuvre originale contribue à promouvoir l’art émergent sur ces îles, tous les revenus issus de ces ventes de coffret seront consacrés à des programmes d’actions en faveur de l’art.

Pour cette analyse, laissons son prix entre parenthèses pour une fois ! Connaissant la petite histoire, son prix n’est plus qu’accessoire ! J’aime assez ce genre de module, pas vous ? Ce format des plus singuliers pour ma part et des plus difficiles à rouler, répond à une et seule exigence, l’ « esthétisme » avant tout, bien vu pour cet ambassadeur de l’« Art ». Perfecto rime avec perfection, avant même de l’avoir dégusté, j’en apprécie ses formes, ses nuances, sa texture et son parfum, toutes ses choses anodines que certains trouveront oiseuses, contribuent à fonder une dégustation qui sera sans nul doute bien mieux valorisée par la suite. N’oubliez jamais, prenez toujours votre temps avant de vous engager, un peu comme si vous faisiez la cour à une charmante demoiselle, laissez-vous séduire, vous enivrez de son parfum, sachez apprécier chaque instant ! Respirer, humer, renifler, laisser vous transporter par tous ses effluves suaves et bucoliques, entremêlées d’odeur de cuir, de champignon, de foin fraîchement séché un soir d’été quand la terre exulte sa douceur . (Petit rappel, l’odeur de foin n’est pas une note déplaisante dans un cigare, bien au contraire, celui-ci est gras et très aromatique, grâce au « mille fleurs » qui le compose, ne la confondez pas avec l’odeur de paille bien plus stérile que le foin nourrissant.)    

Dès sa mise en bouche, c’est à cet aspect gras que je pense, dont cette fois-ci je l’attribue au gras des fruits secs à coque ou celui d’un avocat par exemple, cette longueur en bouche définissable et suave qui tapisse généreusement vos muqueuses, vous laissant cette sensation confortable et rassurante, sous la forme d’une onctuosité aimable et douce. Ce préambule offre une large amplitude, dont sa consistance ferme assoit un pouvoir péremptoire et bien équilibré. Ses arômes oscillent avantageusement sur des notes de fruits secs bien sûr, de beurre de cacao, d’épices et de poivre blanc. La rondeur, ainsi que sa persistance approuve un démarrage harmonieux, d’une belle puissance et d’une sociable indolence.  

La suite ne diffère pas à ce préambule bienveillant, fait de saveurs onctueuses et consistantes, ce fameux goût de bois, diraient nos anciens pour exprimer leur ferveur d’une sensation opiniâtre et retrouvée. L’évolution dans cette seconde partie ne suscite pas une grande éloquence, mais s’est se distinguer d’un rancio tout à fait remarquable ( puissance/ arôme).

Le 3e temps propose un engagement plus nerveux dans sa forme jusqu’à présent très constante, les saveurs semblent plus contrariées et empâtées dans cette dernière scène. Cette évolution renforce ses arômes sur un contraste corpulent et avenant à la fois, un final tout en consonance de ses origines.  Une partition champêtre qui se gratifie d’un final plus terreux dans l’ensemble, jalonné de quelques notes de champignon et de saveurs davantage épicées. Dans l’ensemble, ce Davidoff « Art edition» s’en sort plutôt bien. Un cigare que je qualifierai d’engager dès les premières aspirations, doué ainsi d’une musicalité suave et décidée qui ne m’a pas laissé de marbre pour une fois. Ma note de cœur 16/20, un très bon cigare.  

  • Origine: tripe: Dominicaine, sous-cape: Dominicaine, cape: Equateur
  • Format: perfecto
  • Taille: 152mm x 21,5mm
  • Bague: 54
  • Poids: 16,1gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 38chf ( 35€ ) 

perfecto_art edition limited_2016

Davidoff Perfecto "Art Edition Limited"

Olivia McGilchrist_davidoff

Olivia McGilchrist

 

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20        

09:19 Écrit par Edmond Dantes dans Davidoff, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |