05/04/2016

Diplomate "Cavalier de Genève"

"Le véritable voyage de la découverte gustative et olfactive ne consiste pas à chercher de nouvelles saveurs, mais tout simplement avoir un nouveau nez pour les ressentir." Beaucoup de Proust, et un peu de moi…

Dans la famille des ongulés, je vous présente, le « Cavalier de Genève », une toute nouvelle marque galopante, lancée il y a tout juste quelques mois sur la Suisse Romande. Cette ligne a vu le jour grâce à un tout jeune amateur, Mr Sébastien Decoppet, inconnu jusqu’à présent du monde feutré du cigare. Sa ténacité, son audace et la passion surtout, lui ont permis de s’entourer des meilleurs pour développer cette ligne, en les produisant par une illustre famille installée au Honduras, les « Plascensia », un des grands noms du cigare premium au monde.

Depuis sa sortie, ces cigares animent déjà la controverse des boudoirs enfumés de l’ensemble de la Suisse Romande à la Suisse alémanique. En effet, à tout juste 24 ans, ce jeune homme est un véritable ovni dans le monde suranné du cigare, un jeunisme que certains trouveront toujours de suspect ou d’inexpérimenté, moi c’est l’audace et la passion qui m’importe et m’anime aujourd’hui, je ne peux que féliciter ses aspirations, destinée, ma foi à la pluralité des sens, essentiellement tournés à nos plaisirs oisifs et fumigés. Excusez moi du peu, mais je le trouve génialement gonflé ce garçon ! J’en serai même, disons-le franchement, un peu jaloux de ne plus avoir son âge à parcourir les Caraïbes, tel un Jack Sparrow du cigare (vous comprendrez pourquoi, un peu plus bas). J’espère bien un jour, réaliser une petite interview pour vous présenter ce sympathique « black beard ».

Pour ce «cigar review», je vous propose de découvrir le module « Diplomate », qui ne m’a pas laissé insensible, une sorte de gros robusto analogue à un Behike 56, mais en un peu moins long de 26mm pour vous donner une idée du format.

Visuellement, ce module offre à la vue, ses meilleurs atouts. Un module musclé, cintré d’une cape lisse aux nuances cuivrées du Brésil, lui donne un toucher soyeux de très belle facture. Celui-ci développe délicatement, un parfum timoré, légèrement aigrelet et épicé.

L’allumage est aisé, les premières salves fécondent les papilles de saveurs légères et onctueuses, dans une perception très surette et épicé. Doucement, l’ensemble s’arrondit sur  des arômes plus automnaux, pouvant suggérer les sous-bois humides dans lesquels les champignons fleurissent sous les troncs pourris, celui aussi de la noisette verte et pas suffisamment mûre qui vous laisse cette pointe d’astringence sur les lèvres. Ce premier temps, sincère et vivant, offre des sensations tout à fait plaisantes dans ce genre de musique. Un cigare pour l’instant très facile, subtil, pourvut d’une corpulence affable qui semble lui convenir pour le moment.

Dans cette seconde partie, le duo acidité/amertume s’équilibre vers une rondeur pleine et confortable en bouche, toujours guidée par une certaine douceur dans sa forme, sa consistance moyenne, rigoureuse et sans grande puissance expose une évolution assez modeste sur des notes toutefois évocatrices de (végétale humide, d’humus, de fruits fermentés et d’épices). Un agrément qui manquerait d’un peu plus d’onctuosité à ce stade, d’un peu plus de gras sur la longueur, ça c’est pour mon côté critique, trop gourmand et pinailleur à la fois !

Le 3e temps se charge de perception plus lourde, et devient plus rassasiant et un peu plus brûlant sur la fin. Une consistance bienvenue, mais trop enthousiaste qui altère un peu son aromaticité à ce stade de la dégustation. Dans son identité, ce « Cavalier de Genève » n’a rien d’un pur sang du Honduras, mis à part une sous cape « Honduras Connecticut », qui pour moi, participe à son petit côté acidulé de son agrément. Nous sommes bien loin et fort heureusement de certains puros honduriens qui vous donnent l’impression de sucer une asperge pendant plus d’une heure, eh bien non,  je ne citerai pas de nom !

Bref, un cigare médium que j’invite à découvrir, destiné à tous les amateurs avides de voyage gustatif et olfactif, plus précisément avec ce « Diplomate ». Ma note de cœur 16/20.

PS / Désolé pour mes jeux de mots dantesques…

  • Origine: tripe: Dominicaine/ Nicaragua/ Paraguay, sous cape: Honduras Connecticut, cape: Habano Brésil
  • Format: gros robusto
  • Taille: 140mm x 22mm
  • Bague: 56
  • Poids: 19gr
  • Année: 2015, je pense !
  • Prix Suisse: 18 €

cigare cavalier de genève de sébastien decoppet

Diplomate "Cavalier de Genève"

cigare cavalier de genève de sébastien decoppet

Sébastien Decoppet "Black beard"

cigare cavalier de genève de sébastien decoppet

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20  

15:36 Écrit par Edmond Dantes dans Cavalier de Genève, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |