24/02/2013

Cigare El Gordito du club "Cubaneria"

Un cigare, une découverte que j’aimerais partager avec vous. L’originalité de sa création par le club cigare ‘Cubaneria' de Monthey en Suisse, c’est l’histoire simple de 13 potes, 13 copains, tous amateurs de bonnes choses et épicurien dans l'âme, dont l’ambition folle un jour à germer dans leurs têtes, de créer et de vendre leur propre création. Ce rêve est devenu une réalité en 2009, ce parcours atypique, vous pouvez le retrouver en détail dans un article du site ( 24 heures ). Cette histoire peu commune m’obligeait à déguster cette ‘el gordito’, et c’est chose faite grâce à Juan Luis, un membre de ce club que je remercie.
El Gordito signifie en Espagnol ‘le gros’, ce qualitatif est une marque d’affection dont personne ne s'offusque en Amérique latine pour désigner une personne qu’on affectionne avec tendresse. Cette dénomination lui va comme un gant avec ses 10 cm pour ses 60 de cepo, ce joli trapu bien gras aux allures de petite ‘saucisse fumé’ lui confère un visuel gourmand et très appétissant, et ni voit voyez rien de péjoratif dans cette description personnel et populiste, car la revendication des membres du ‘Cubaneria' se voulait de « casser l’image snob qui colle aux fumeurs de havanes souvent rédhibitoires. » ( pas tous bien sûr ! )
La double nuance Colorado/ maduro lui procure une petite touche distinguée et raffinée, très séduisante et peu commune. Son parfum léger évoque le cuir, ainsi que l’odeur d’un grenier aux souvenirs passés de vieux objets. Dès l’allumage, une fumée très enveloppante et généreuse enivre l’espace d’une fumée blanche aux notes torréfiées de café et de cuir. La rondeur, ainsi que la longueur en bouche est tout à fait satisfaisante et gouleyante. Aucune agressivité ne vient troubler cette dégustation. Je le fume très facilement, au contraire de certains cigares nicaraguayens qui parfois devienne trop corsé et acre à partir du 2/3e tiers. Doté d’une puissance légère qui n’est pas pour me déplaire rend cet ‘El Gordito' très agréable et fort sympathique. Un cigare que je termine à m’en bruler les doigts. Ma note de coeur 15/20

Un cigare disponible à la vente sur le site ( Lecigare ) ou sur le site du club ( Cubaneria Cigar Club )

el gordito cubaneria, club cigare montey,cubaneria, el gordito

el gordito cubaneria, club cigare montey,cubaneria, el gordito

 

el gordito cubaneria, club cigare montey,cubaneria, el gordito

Article du 16.04/2011 paru dans ( journal.24heures )

Il s’appelle El Gordito. «Le petit gros», en espagnol. Un cigare de 10?cm de long pour 2,4?cm de diamètre, fabriqué au Nicaragua mais entièrement conçu à Monthey. «Nous avons reçu les premières pièces il y a une semaine. Il est très ferme, opulent. Juste le caractère que nous recherchions», s’émerveille Nicolas Bontems, membre du Cubaneria Cigar Club de Monthey.

Ce cercle a été fondé en 2009 par treize copains, tous amateurs de bons cigares et «épicuriens dans l’âme». Ouvriers pour la plupart, ils veulent casser le cliché du chef d’entreprise plein aux as et fumeur de havanes. «Beaucoup de gens autour de nous, notamment des jeunes, apprécient les cigares. Mais ils ont honte d’en fumer en public, à cause de cette image un peu snob», constate Michel Vanay, président du Cubaneria. D’où l’idée de mettre sur pied de soirées de dégustation, de s’échanger des conseils concernant les meilleurs achats à faire et d’aller à la rencontre de la population – par exemple en tenant un stand au marché montheysan.
Nicolas, Olivier et les autres fument relativement peu. Un cigare par jour, deux par semaine, ce plaisir-là n’a rien de compulsif. Il suppose, en outre, de ne pas avaler la fumée. «En hiver, à cause du froid, je ne fume presque pas. Pas question de le faire à l’intérieur», ajoute Michel, ouvrier d’usine. Sur les treize membres de la bande, seuls trois s’adonnent aussi à la cigarette.

Proche du monde du vin
Tous les deux ou trois mois, les fondateurs du Cubaneria se réunissent pour goûter de nouveaux «modules». Objectif: découvrir et nommer les divers arômes et subtilités du tabac. En lisant leur «table des saveurs», on trouve des termes tout droit sortis d’un manuel d’œnologie: agrumes, tanin, noisette, pain d’épices, gouleyant, etc.

«Le monde du vin et celui du cigare sont très proches, confirme Philippe Gex, vigneron-encaveur à Yvorne et fin connaisseur des havanes. Le langage y est très riche. C’est qu’on a le temps de parler en buvant ou en fumant!»

C’est lors d’une de ces soirées privées qu’est né le rêve de créer un cigare exclusif. Entre les amateurs valaisans et le représentant d’une maison nicaraguayenne, le courant passe. Il leur fait goûter plusieurs modules. Les Chablaisiens votent. «Nous avons sélectionné trois feuilles de tabac, cultivées dans trois régions du pays, explique Manuel Valero. Mais seul le fabricant connaît les proportions exactes.» Ils choisissent aussi la taille et l’épaisseur de leur cigare, qu’ils espèrent à la fois «passe-partout» et goûteux. Première commande: 40?boîtes de 25?cigares. Quant à la bague noire aux couleurs du Cubaneria, elle sera imprimée aux Etats-Unis.
«L’investissement de départ est assez important», admet Olivier Sierro. Mais en évoquant le côté «terreux, animal, torréfié et vieux grenier» de El Gordito, le caissier du club se dit heureux d’avoir tenté ce pari. Compte tenu des frais de douane, le cigare local sera vendu au prix de 12?fr.?80 aux membres sympathisants. Et peut-être le trouvera-t-on bientôt dans quelques magasins spécialisés de la région.


06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/02/2013

Dégustation "Gran Corto Honduras" Te-Amo.

Une dégustation qui ne fait pas l'unanimité. Moyenne sur les 12 participants: 53/100. les 3 autres avis viendront s'ajouter par la suite à cette liste.   

Voici les résultats du 1er groupe, pour cette 2e dégustations du Te-Amo gran corto Honduras. Je vous laisse juger des premières impressions. J'espère que prochainement, les autres suiveront ! ainsi que la motivation de déguster les 2 suivants. Je comprends que certains d'entre vous, ne puissent le déguster dans des conditions optimales. Pas facile de se poser en terrasse avec ce froid de canard, le temps d'un cigare. Pourtant cela devrait vous réchauffer, le ‘gran corto’ à la réputation d’avoir une très bonne combustion. Alors que pensez-vous de celui-ci ?

Je compte sur vous pour me faire parvenir vos appréciations cette semaine.


 

Antoine

Comme le précédent, on peut dire que ce Te-Amo a une belle gueule.

Agréable surprise qu'a été ce moment de dégustation après la légère déception du "Te-Amo Dominicain". Pour ma part, j'ai constaté une montée en puissance entre les 3 tiers avec des notes végétales (bois) jusqu'à obtenir une fin fort sympathique. Bref, une petite heure de plaisir!!

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :3/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :15/25

Perception et sensation des saveurs :6/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :12/20

Total :63/100

 

Alain

Ce cigare un brin rustique et d'aspect plaisant délivre une petite heure de fumage (si l'on va au bout!) sans grand plaisir.

A cru, les promesses agréables d'un nez mêlant arômes légers de chocolat et de miel seront vite démenties lors du fumage qui ne révèlera ni richesse ni évolution aromatique notables mais une fadeur "savorique" rédhibitoire. Si la puissance est moyenne, la longueur en bouche est absente et la rondeur inexistante, sinon acide et âcre. Tirage, combustion et cendre corrects ne rachèteront à aucun moment ce cigare sans épices ! Un dégazage au début du 3è tiers (mais peut-on diviser ce type de module en tiers ?) pour tenter d'éliminer un piquant et une amertume s'accentuant, sera inutile. S'il me pique la langue, ce TE-AMO Blend Honduras linéaire et peu goûteux ne me brûlera pas les doigts...

L’aspect visuel :1.5/3

Le toucher :3/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :6/25

Perception et sensation des saveurs :2.5/10

Puissance :5/10

Longueur en bouche :2/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :6/20

Total :40/100

 

Obélux

Ma note globale sera donc de 14, ce cigare est nettement plus agréable que la version dominicaine, déjà a cru des senteurs florales étaient présentes alors que la première dégustation brillait par son absence de saveurs. Je ne pourrais pas parler en terme de tiers sur un cigare de ce type, pas contre a l’allumage j’ai découvert durant les 10 premières minutes des saveurs de raisins grillés, très vite briochés, ce qui m’a rappelé la saveur particulière des pains aux raisins quand ils sont encore tièdes.Par la suite des parfums de cacao sont venus compléter la gamme aromatique, ce cigare est beaucoup plus présent que le précédent, les aromes sont bien présents, je n’ai pas constaté de présence de poivre, ni d’amertumes, juste des saveurs chaudes et briochées, par contre je me dois de souligner une nouvelle fois la qualité de conception, mon module était parfait, et la cendre reste un modèle du genre. Donc ce Blend Honduras m’a séduit face au manque de caractère du précédent et je trouve que le rapport qualité prix et sans aucun doute une des principales qualités de ce cigare. Ma note de Cœur devrait plutôt s’établir autour de 13 mais ayant donné 12 à la version Dominicaine je suis tout de même obligé de noter une différence notable. Le plus juste aurait du être de donner un 11 pâlichon au premier cigare, mais ne regrettons rien, les jeux sont fait. Pour moi ce Blend Honduras aura réveillé ma curiosité, et comble mes attentes sans qu’il s’agisse d’un cigare exceptionnel mais je le trouve honnête et le quatrième tiers et resté présent 10 bonnes minutes, comme quoi ce cigare avait pas mal de chose à me raconter . . . 

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :2/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :20/25

Perception et sensation des saveurs :6/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :6/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :14/20

Total :72/100

 

Edmond

J’ai eu beaucoup de difficulté à retrouver les saveurs d’un cigare du Honduras dans ce gran corto ! Pas franchement mauvais, j’ai apprécié la première approche du test du ‘nez’, un doux parfum composé d’un mélange de cuir, de fumé et de boisé sec assez agréable pour commencer. Dès la mise à feu de cette mini-fusée, la perception est assez généreuse et gouleyante à la fois. Par contre une fois mis sur orbite, il faut creuser pour distinguer sa palette aromatique ! exercice difficile, vu la longueur en bouche très courte de ce module. Ce que j’ai pu distinguer entre autres, ce sont des notes de café léger, de cuir et de goudron sur ce prélude, rien que j’excelle. Côté saveur/ puissance, cela reste correct ma foi. Cela lui donne tout de même du corps malgré une richesse et évolution aromatique assez pauvre. 2e tier/ 3e tier, difficile de les dissocier sur un format aussi court, la sapidité devient plus torréfiée, plus empyreumatique ainsi qu’une fortaleza en hausse. Pas du tout à l’image du Honduras, voire plus proche d’un cigare du Nicaragua. Un cigare qui peut surement plaire à certain, par son côté corsé et moins effacé que le précédent le ( gran corto Dominicana). Ah, j’oubliais ! avant de le déguster, je lui ai infligé une cure à 80% d’humidité pour le réhydrater un peu pendant environ 10 jours. Cela a sensiblement aidé je pense à une meilleure approche gustative, le cigare étant plus moelleux, plus humide.

L’aspect visuel :3/3

Le toucher :3/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :15/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :10/10

Longueur en bouche :2/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :9/20

Total :60/100

 

Alex

Première impression : bien construit, tirage parfait, de ce point de vue, il n'y a rien a redire .
En revanche, niveau gustatif, je serai plus sévère . J'ai trouvé ce cigare plat, assez fade mais pas mauvais pour autant ! C'est tout le problème de cette vitole : Rien d'extraordinaire mais rien de franchement mauvais non plus !
Toujours deux moitiés plutôt que les trois tiers. Un peu plus punchy sur la fin mais avec une pointe âcre.
Bref en conclusion :
Toujours un très bon rapport Qualite/Prix. Un cigare idéal pour un débutant …

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :1/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :4/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :9/20

Total :50/100

 

Thierry

Un cigare qui démarre très bien sur de la noisette grillée finement poivrée, mais qui devient très vite âcre. Combustion excellente. Bague très mal collée. Aspect plus que correct. Au toucher, le centre du cigare est plus mou que les extrémité, donc remplissage irrégulier.

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :1/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :5/20

Total :46/100

 

Ludu ( EMS )

Ce module de blend du Honduras a bien meilleure apparence que son cousin Dominicain, la cape est sombre, jolies nervures, très légèrement gras. J’y sens une odeur de chocolat, un peu de reglisse, et le touché est ferme sans être un bout de bois. Cela s’annonce intéressant. Une fois allumé, c’est terriblement léger, et je ne sens presque rien en bouche, je ne suis pas loin de vérifier que le cigare est allumé, puis progressivement un peu de douceur. La premiere moitié les aromes sont presque absents, très courts en bouche, et la puissance arrive très progressivement.En seconde partie, J’y trouve une saveur un peu épicée, légerement poivrée, mais cela reste timide. J’avais décapité la bête plus serré que lors de la dégustation de la version Blend Dominicain, le tirage est donc plus raisonnable.
Une combustion assez bonne mais légèrement de travers qui a demandé une correction en seconde partie. J’en profite pour dégazer, et je ne sais pas si cela a eu l’effet inverse que celui souhaité, j’ignore si une telle chose est possible, car malheureusement l’âcreté s’est présenté, et cette sensation de piquant va rapidement prendre toute la place laissant une fin désagréable.En conclusion, j’ai préféré ce blend du Honduras à la version Dominicaine, néanmoins je ne pense pas qu'il soit représentatif du terroir du Honduras.

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :2/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :8/25

Perception et sensation des saveurs :3/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :2/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :2/3

Combustion :2/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :7/20

Total :41/100

 

Gwendal

Avec une couleur plus foncée, ce module en impose. Il est très nervuré mais agréable au touché, je note une bague mal collée, dommage.
Je le trouve plus odorant que le Dominicain et plus appétissant. le tirage à froid est facile et me donne un goût de foin, herbacé.
Allumons-le! Come le 1er, la facilité de fumage est au rendez-vous. C'est légé, herbacé et légèrement poivré. Le 1er tier est dans la douceur avec un peu d'amandes grillées mais il s'installe une amertume. A la différence du Dominicain, la cendre tombe rapidement. Le 2em tier gagne en acidité, c'est dommage! Ca pique un peu mais je continu. La comustion est moins droite, je le corrige avec mon chalumeau. Les saveurs n'évoluent pas, ce cigare reste bon mais peu gouteux. Je reste sur ma faim et suis un peu déçu avec cet Honduras qui décroche la note de 55/100 ; vivement la suite !

L’aspect visuel :1/3

Le toucher :2/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :7/10

Puissance :4/10

Longueur en bouche :5/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :10/20

Total :51/100

 

José

Tout d'abord, j'ai dégusté ce cigare dans de très mauvaises conditions. Froid et humide, un peu malade…
Contrairement au Dominican blend, l'aspect de cet Honduras blend était plus que douteux. De la colle presque sur toute la cape et quelques tâches plus claires que la couleur dominante.
Un peu dur au toucher mais très agréable au nez. A cru, j'ai trouvé de l'abricot. Un démarrage pas top, un peu âcre. Par la suite ça c'est rapidement amélioré mais j'ai trouvé la puissance non maitrisée, un peu en dent de scie. Bien que je n'ai pas dû rallumer mon cigare, j'ai dû ajuster sa combustion à plusieurs reprise.
Vu les chiffres, cette vitole s'en tire tout juste avec la moyenne. Mais je renouvellerai l'expérience dans de meilleures conditions. 
 

L’aspect visuel :1/3

Le toucher :1/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :6/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :2/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :10/20

Total :52/100

 

William

Une belle cape foncée, assez rustique. L'aspect est encore gâché par la bague collée à la va vite.

Des arômes boisés le long du cigare, bien moins ternes que la version Dominicana.

Une jolie combustion malgré une tenue de cendre moins bonne que pour le premier cigare.

La puissance évolue légèrement mais sans agressivité.

Ce cigare s'en tire donc mieux que le précédent, malgré un format peu avantageux.

 

L’aspect visuel :1/3

Le toucher :1/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :6/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :8/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :10/20

Total :56/100

 

Damien

Voila encore un cigare qui a de la gueule, et une belle gueule qui plus est. Il y avait de la puissance et du goût, mais aussi trop d'amertume, c'est vraiment dommage, parce qu'il m'a nettement plus plu que son cousin dominicain. Et malheureusement, la qualité de la pose de la cape laisse franchement à désirer...Bref, je suis déçu, ça pourrait être nettement meilleur et nettement mieux fini...Mais je ne désespère pas, j'aime à croire que ce sont là des défauts de jeunesse, je le garde dans un coin de ma tête et je retenterai un jour la dégustation. 

En tout cas, si les deux derniers montent en puissance et en goût toujours en gardant cette maîtrise (et si possible sans amertume), je pense que nous allons passer de bons moments à contempler nos volutes.
 

L’aspect visuel :3/3

Le toucher :3/3

Le nez :1/3

Richesse et évolution aromatique :12/25

Perception et sensation des saveurs :5/10

Puissance :7/10

Longueur en bouche :7/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :2/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :0/3

Note intuitive :8/20

Total :54/100

 

Erwan

L’allumage est aisé et les premières bouffées offrent une saveur fruitée, légère et assez agréable. Ce début prometteur me fait penser à la saveur fraiche et végétale d’un Cumpay (Nicaragua). Le tirage ouvert permet de grosses bouffées ce qui est plaisant. Le cigare ce met en place assez rapidement avec une combustion droite et une cendre résistante.L’évolution gustative va malheureusement tout gâcher dès le fin du 1er tiers avec une dominante grillé et âpre en bouche me faisant penser à un gout de carton brulé. Je fume tout de même le cigare jusqu’à sa moitié en espèrent un changement de cap, en vain…Cette saveur particulière ne me plait gère et je mets donc fin à la dégustation.Bilan mitigé pour ce cigare qui malgré un physique et une construction de bonne facture ne m’a pas convenu niveau saveur et cela dès la fin du 1er tiers. Dommage !

 

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :3/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :2/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :8/20

Total :52/100




06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/02/2013

Roméo & Julieta short churchill

Mon premier mot qui qualifierait ce short Churchill, serait indubitablement, "Gourmand". Un accord parfait entre mer et terre, pour ce cigare boisé au parfum discret et ajustement paré d'une cape au goût iodé, il courtise mon nez avec délice et délicatesse. La construction de ce short, à la fois ferme et moelleux est impeccable, sans défauts apparents, m'annonce que de bons présages. La tête, une fois tranché exhibe une tripe bien aérée, dont l'allumage extrait de ses entrailles fumantes; des notes pâtissières, de noisette et de fruits secs. La bonne longueur en bouche dévoile un joli bouquet d'épices ainsi qu'une rondeur sans équivoque et rassasiante. L'équilibre puissance/saveur est bien maîtrisé et évolutif, qui nous amène sur un 2e tiers plus torréfié et analogue au préambule de cette dégustation. Le final plus âcre, moins plaisant demande un repos salvateur, un affinage de quelques années pour qu'il devienne excellent. Il y a des chances que je revienne de Cuba à Avril avec une jolie boite de 25 de ces petites merveilles, que je conserverai avec attention pendant au minimum 2 ans pour éliminer cette vilaine âcreté du 3ème tiers. Ma note de cœur 16/20 Rigolant un cigare à déguster sans modération.


  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Taille: 124mm x 19,8mm
  • Format: robusto
  • Bague: 50
  • Prix Gestocigars: 8€

 

 

 

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Romeo & Julieta | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

03/02/2013

Zino Embassy Selection 2011

Un jolie robusto sombre et gras, "robuste et réconfortant" résume très bien mon sentiment sur cette dégustation. Dès les premières volutes, il se fait épicer sur un fond d'arôme de café et de vieux cuir le tout très bien équilibré, moelleux et rassasiant et d'une puissance qui s'amplifiera graduellement tout au long de ce fumage, le 2e tiers quant à lui devient plus forestier et poivré sur un fond dominant empyreume de bois brulé qui n'enlève rien à sa rondeur, sans cette amertume qui vous neutralise le palais, un cigare appréciable qui sait se montrer digne et présent aux valeurs franches. Pour information ce cigare repose depuis 8 mois dans ma cave, cela a pu le bonifier ! Je dis cela au vu des critiques qui vont à contre-courant de mon analyse. Un cigare que je désonseille,  à des néophites qui le trouveront surement trop puissant, trop fort. Mais ce Zino est un très bon et très beau cigare. Ma note de coeur 14/20
 

Origine: tripe : Dominicaine ( ligero ), Sous-cape: Dominicaine, cape:  Equateur
  • Taille: 127mm x 20mm
  • Bague: 52
  • Prix Suisse: 10€ 

zino embassy

zino embassy

zino_embassy3.jpg.jpg

 

Crianttrès mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/01/2013

Cigare Pitbull Carlito "toro"

Le « Pitbull » est un cigare, que je devais goûter un jour, c’est chose faite aujourd’hui. On attend d’un cigare au nom évocateur de « Pitbull » un caractère plutôt explosif et bien trempé, limite agressif ! bref par un cigare de tapette, attention n'y voyez aucune homophobie dans mon franc-parler et je n’ai rien contre le mariage gay, à l’inverse ni voyez aucun prosélytisme ! pfff…
Où en étais-je ? Ce cigare pour ceux qui ne connaissent pas son histoire, est une création d' Abdel Fernandez pour le compte de Cyril Pelletier ( civette française Art Tabac à Paris) 2 modules sont disponibles le ‘Carlito' et le ‘Muchacha'. Des cigares confectionnés tous les deux à partir de tabac noir Nicaraguayen.
Ce ‘Carlito' bien au contraire est un cigare très agréable aux senteurs boisés, de café et de chocolat, étonnant pour ce terroir. Une dégustation à l’aveugle aurait sûrement bluffé mes sens, car ce parfum est plus proche d’un Cubain qu’un Nicaraguayen. Cette similitude analogue me fait penser à un ‘Nicarao anno VI'. Dès l’allumage je retrouve un mélange pâtissier ainsi qu’une légère amertume, un mélange assez singulières pour un cigare du Nicaragua.
La perception est onctueuse, veloutée sur fond terreux, notes de chocolat et de café révèle un cigare rustique et plein de rondeur à la fois. La longueur en bouche est satisfaisante, un peu courte tout de même, mais loin de le désarçonner grâce à un bon équilibre saveur/ puissance qui lui donne une belle présence tout au long de sa combustion. La puissance reste modérée jusqu’à la fin du second tiers, mais l’emporte sur le final sans trop l’accabler, sans l’assommer. Un cigare de bonnes factures qui ne vous laissera pas indifférent, une dégustation à renouveler sans emphase cet été sur ma terrasse. Ma note de cœur 15/20


  • Origine:tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Nicaragua
  • Taille: 140mm x 21mm
  • Format: toro
  • Bague: 54
  • Prix France: 13,5€

 

DSC00965.jpg

 DSC00967.JPG

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Pitbull | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

26/01/2013

Don Tomas Clasico rothchild

Un ‘Rothchild’ fort séduisant et très sympathique que j'ai beaucoup apprécié hier soir. Un Don Tomas qui ne laisse pas insensible, les senteurs butyrique, de cuir et de boisé aspirent à une jolie dégustation. Dès le 1er tiers, ce clasico est vraiment singulier, il développe de belles notes de  boisé humide et herbacé, de noisette fraîche, de réglisse. Un premier tiers légèrement astringent, éludé rapidement par un second tiers plus doux et onctueux sans vilaine amertume. Accompagné d'une rondeur attachante et enveloppante. D’une longueur en bouche analogue, et associé à une puissance assez légère initialement, mais bien mesuré tout au long de ce fumage, pour finalement prétendre à une revanche plus téméraire sur la fin du second et 3e tiers. Dans l'ensemble, ce cigare est une réelle surprise. Un format court et aromatique, accessible à tout amateur qui désire découvrir ce terroir du Honduras. Ma note de cœur 15/20 Rigolant pour le goût et son prix.


  • Origine: tripe: Honduras/ Nicaragua, sous-cape: Honduras, cape: Honduras
  • Taille: 114mm x 21mm
  • Format: rothchid/ short robusto
  • Bague: 53
  • Prix France: 2.8€

 

Copie deDSC00961.JPG

Copie deDSC00958.JPG

Copie deDSC00954 copie.jpg

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Don Tomas | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

25/01/2013

Dégustation "TE-AMO" Blend Honduras

Je pense que tout le monde sera d’accord d’ouvrir le second débat avec la dégustation du ‘Gran Corto Honduras’ ce WE et ces prochains jours. Afin de respecter la parité cigarophile de nos 2 blogs, les commentaires seront publiés sur ‘Les cigares selon Edmond’ de la même manière que sur le site de mon ami Erwan (http://cigares-cubains.skynetblogs.be/), commentaires et fiches que vous pourrez envoyer sur ce mail (edmond_dantes@orange.fr). Pour rappel le ‘Gran Corto Honduras’ est un blend long filler ‘totalmente a mano’ composé d’une cape Corojo, d’une sous- cape du Mexique (San Andres) et d’une tripe du Honduras l’ensemble roulé au Mexique.

Malgré le froid qui s’annonce ce WE, je vous souhaite tout de même une bonne dégustation. Certains pourront toujours vous se réfugiez dans leur voiture, cave, garage ou la cabane au fond du jardin ! à vous de voir.

PS/ Au fait ! pensez à retourner vos fiches dégustation à Erwan pour le 'Gran Corto Dominican' pour cloturer la première dégustation, merci.


FICH_DEGUST2013.xls  
  

Te-Amo World Selection Series, Grand Corto Honduras Blend

 

08:52 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

24/01/2013

Gran corto "TE-AMO" Blend Dominicain

Ce Corto Dominicain a malheureusement brillé par son absence, et cette invitation au voyage tant espéré nous a laissés quelque peu sur le quai d’embarquement la valise à la main. Mais ce n’est pas le plus important, tout amateur de cigares se doit d’être curieux. Un cigare même des plus funeste exacerbe nos sens et nous inculquent les bases essentiels d’une dégustion, comme un sportif à l’entrainement échaufferait ses muscles.

Pourtant ce Te Amo Corto aurait pu nous émouvoir, un module au forme de munitions de 127 mm aurait dû cracher le feu ! Eh bien non, celui-ci se révèle au contraire gouleyant, avec une dominante végétale très présente de foin, de boisé sec et de légère amande douce. Son seul véritable défaut est une absence de longueur, avec une richesse aromatique qui manque cruellement de profondeur. Un cigare aux arômes pastel qui cadence cette douce mélopée un peu léthargique.

Par contre, niveau combustion, tirage et cendre rien à dire, mais entre nous ! nous ne sommes pas ici pour vanter la puissance calorifique de ce dernier. Exigeant, objectif ? oui surement. Mais il nous en reste 3 à déguster, soyons confiant. Ma note de coeur 8/ 20 Déçu

 

  • Origine: tripe: dominicaine, sous-cape: mexique, cape: connecticut
  • Taille: 100mm x 23mm
  • Format: gran corto
  • Bague: 62
  • Prix Suisse: 3.95€


 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20


15:36 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2013

Montecristo n°2

Il est toujours difficile d’être objectif devant une marque telle qu’un Montecristo. Sans être influencé par ce nom mythique ! Beaucoup de snobisme, et de forfanterie se cache derrière ce Montecristo n°2, il serait trop affable de songer le contraire. Comment vous l’expliquez ? après une dégustation d’environ 1h30, les pages de mon cahier attestent cette apathie, quand l’inspiration ne parvient pas à me décocher plus de 5 lignes, c’est le signe avant-coureur d’un cigare prosaïque, sans toutefois être mauvais. Je dirais que ce n°2 est merveilleusement ennuyeux ! Un cigare sans aucune surprise, sans vraiment de défauts palpables ! Imaginez que vous dégustiez un bon gâteau au chocolat, dès la première bouchée jusqu’à la dernière vous mangez du gâteau au chocolat, un plaisir linéaire ! Une analogie qui résume bien ma perception sur cette dégustation.

Une régularité et un équilibre qui en fait un cigare plaisant, mais aussi une faiblesse pour d’autres pour un manque d’évolution du 1er tiers au 3e tiers. Une stratégie, un choix de la marque qui se veut accessible au plus grand nombre d’amateurs. Les quelques arômes de ce n°2 sont ici pour flatter le dégustateur occasionnel par ses notes de boisé, d’épice et de cuir, une jolie recette rondement menée que ne m’émeut pas du tout, malgré l’avoir fumé sans honte jusqu’au pied. Ma petite note de cœur 12/20 Sourire pour un bon cigare.


  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Taille: 156mm x 21mm
  • Format: torpedos
  • Bague: 53
  • Prix Suisse: 8.66€

 

DSC00938.jpg

DSC00943.jpg

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20


 

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Montecristo | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

17/01/2013

Don Luis Gold Label "VDS"

Si certains ne connaissent pas encore les VDS ( les Vegas de Santiago ), je leur conseille vivement ce jolie robusto "Don Luis Gold Label", les VDS proviennent essentiellement du Costa Rica et des Caraibes, un terroir dont je ne me lasse pas de découvrir, et j'aimerai beaucoup un jour vous les faire découvrir après la série des TE AMO pourquoi pas ?, je pense que Marc Nehaus ni verra pas d'inconvénient, Marc pour info étant le développeur de la marque en Europe. À méditer, si cela vous intéresse ?

Je reviens donc à cette dégustation, un cigare que j'ai fumé comme à mon habitude à la cave, la porte entre ouverte pour éviter d'être enfumé comme un vulguère jambon. Oui, c'est une cave qui donne sur l'extérieur, très pratique ! Assis sur une magnifique chaise de camping au motifs floraux, je vous laisse imaginer le décor. Il me reste plus qu'à trouver un poster, genre couché de soleil, sable blanc et palmier pour la touche finale. Je lance un appel, si jamais ? Voyez les conditions déplorables dans lesquelles je suis obligé de fumer ! Vivement le printemps que je retrouve ma terrasse.

Un robusto d'une jolie couleur caramel dont la finesse de la cape connecticut laisse songeur, les plus belle qui exalte de belles notes gouleyantes de café et de chocolat au lait. La cape est d'un goût neutre, ni salé, ni piquante, ni sucré, aucune perception qui pourrait influencer cette dégustation. Justement beaucoup affirment que la cape n'apporte rien au fumage, entièrement d'accord, par contre certaines peuvent tromper un dégustateur par une perception irritante,suave ou amer sur le bout des lèvres. Les premières sensations de ce prologue sont ma foi rustique et genéreuse, malgré une longueur en bouche tannique et déplaisante qui contrebalance avec une bonne et enveloppante rondeur. La puissance est là, bien maîtrisé et équilibré. Un démarrage plus tôt encourageant que j'affectionne. Une richesse aromatique honorable sur ce second tiers, note de poivre noir, de café/ chocolat rythme avec brio cette deuxième mi-temps. La puissance augmente et le cigare chauffe dangereusement sur la fin du 2ème tiers, ce qui lui donne une sensation de de fraîcheur et d'emprise. Un cigare qui a du corps, dont l'aspect tannique du début à maintenant disparu pour laisser place à plus de suavité.

Malheureusement, le final trop brûlant le dépouille rapidement en le vidant et l'asséchant de toutes ses saveurs manifestes du début. Un cigare goûteux et très plaisant, pour ceux qui n'ambitionnent pas les 3ème tiers !.  Ma note de cœur 14/20 Rigolant, un robusto aux saveurs franches et roboratifs.


  • Origine: tripe: Costa Rica/ Caraïbe, sous-cape: Equateur habano 2000, cape: Connecticut
  • Taille: 127mm x 19,8mm
  • Format: robusto
  • Bague: 50
  • Prix Suisse: 5.36€

 

 

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20


 

06:33 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Vegas Santiago | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2013

Dégustation "TE-AMO" Blend Dominicain

Si nous commencions cette dégustation ce week-end, par le Blend Dominicain. Il semblerait que vous êtes tous impatient pour en découdre ! Eh, bien chauffez-vous bien les papilles, dégagez-vous les narines, assurez-vous que personne n'arrive à vous déconcentrer ( chien, chat, hamster, enfant, femme, voisin, ect...) Cet événement est aussi relayé sur le blog d'Erwan ( http://cigares-cubains.skynetblogs.be/ )

Le TOP départ est lancé, vous pouvez ci-dessous télécharger la fiche dégustation au format Excel sous forme de règle de calcul ) Nous ferons les comptes la semaine prochaine quand tout le monde sera prêt à rendre sa copie. Bonne dégustation.

 

FICH_DEGUST2013.xls   

14:41 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2013

Fonseca hermosos n°4 ( édition regionale Benelux )

Pour rien vous cacher, je ne suis pas un grand fan de la marque Fonseca, qui est malheureusement l’ombre d’elle-même depuis pas mal de temps. Cette édition 2010 pour le Benelux ne relève en rien mon jugement et ne déroge rien à cette règle, mais j’espère toujours une surprise ! surtout lorsque j’ai affaire à une ER. Mais rien de rien ne sortira de magique de cette dégustation. Et pourtant les premiers instants étaient toutefois agréables. Un doux parfum boisé de cèdre s’émanait de ce jolie ‘corona extra’ ou ‘Corona gorda’, bref de cet hermosos n°4.

Les sensations du premier tiers sont discrètes, avec une bonne rondeur sans aucune agressivité, les notes sont chocolatés, agrémentés de noisettes/ d’amandes torréfiées, de belles notes cubaines. Mais tout cela n’est vraiment qu’éphémère et ne dure qu’un instant, un prélude d’environ 15 minutes ! Avec une combustion excellente, mais un peu trop ! car très véloce, à peine 40 minutes de fumage. Dès le second tiers, tout s'évanouit très rapidement pour laisser place à du médiocre. Une certaine aigreur voit le jour, la puissance s’élève sans vraiment trouver un équilibre satisfaisant avec une longueur en bouche tristement semblable. Des notes d’ammoniacs viennent masquer les arômes tant appréciés au début de ce fumage comme un brouillard qui occulterait votre vision.

Un cigare moyen. Ma note de cœur 12/20 comme quoi une édition régionale n'est pas forcément formidable, je vous conseille de passer votre chemin si vous le rencontrez un jour.


  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Taille: 127mm x 19mm
  • Format: robusto
  • Bague: 48
  • Prix Belgique: 9.8€

DSC00903.jpg

DSC00906.jpg

DSC00907.jpg

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20


06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Fonseca | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/01/2013

Dégustations croisées "TE-AMO"

Bonjour à tous,

Et voilà, les 4 petits joufflus sont arrivés ou le seront prochainement pour les autres. Reste maintenant à choisir avec Erwan " http:/cigares-cubains.skynetblogs.be/" et notre ami Obélux, celui des 4 qui aura l'honneur d'engager les débats. En tous les cas, ils sont très appétissants. J'ai déjà ma petite préférence, mais chutt ! N'influençons personne, je garde ce jugement pour moi. Tout ce que je peux vous dire c'est qu'ils ont tous un parfum très singulier, ce qui promet de très bonnes dégustations.


Ci-dessous, vous trouverez la nouvelle fiche de dégustation que nous avons voulue plus directive et succincte pour aider ceux qui trouveraient l'exercice difficile, cela donnera toujours une note globale sur 100. Chaque dégustation sera jugée par les 15 dégustateurs, qui donnera au final une moyenne sur 100 des 15 notes. Chaque note donnée sera impérativement jointe d'une présentation d'un minimum de 5 lignes, afin de connaitre votre ressenti, libre à vous de vous exprimer sous la forme qui vous conviendra. Aucun jugement ne sera porté à cette prose, rassurez-vous ?

Edmond.


Prochain épisode sur le blog d'Erwan pour les détails de la première dégustation.

 

 

1) L’aspect visuel : 0/3

1= aspect très rustique/ nervures proéminentes/ cape rugueuse/ couleur inégale

2= aspect classique/ nervures proéminentes/ cape lisse/ couleur uniforme

3= aspect excellent/ très légères nervures/ cape lisse et grasse/ couleur uniforme

 
 

2) Le toucher : 0/3

1= toucher très ferme, très léger 

2= toucher très moelleux, mou

3= toucher, ferme et moelleux

 
 

3) Le nez (parfum) 0/3

1= parfum inexistant ou très puissant, désagréable

2=parfum très léger et moyen

3= parfum léger et agréable

 
 

4) Richesse et évolution aromatique 0/25

5= inexistante (absente)

10= moyenne (une dominante sur 1 arome)

15= bonne (2 aromes maximum)

20= très bonne (3 aromes max)

25= excellente (3 à 5 aromes, bonne évolution)

 
 

5) Perception et sensation des saveurs 0/10

2= très fade ou trop puissante

4= moyenne

6= bonne

8= très bonne

10= excellent

 
 

6) Puissance 0/10

2= puissance inexistante/ trop forte/ écrasante

4= puissance très légère

6= puissance moyenne

8= puissance forte et équilibrée

10= puissance modérée et équilibrée

 
 

7) longueur en bouche (durée pendant laquelle les goûts et les arômes restent en bouche) 0/10

2= courte/ éphémère (les aromes s’évanouissent au bout de quelques secondes)

4= moyenne (5 à 10sec)

6= bonne (10 à 15sec)

8= très bonne (20 à 35sec)

10= excellente (les aromes persistent de 40 à 50sec, jusqu’à la prochaine bouffée)

 
 

8) Rondeur en bouche 0/3

1= agressive, acidité, acre ou trop suave 

2= douce/ moyenne

3= grasse et enveloppante/ dense et rassasiante

 

 

9) tirage 0/3

1= Tirage bouché/ trop serré

2= Tirage serré/ moyen

3= Tirage très bon/ ventilé

 
 

10) Combustion  0/4

1= Mauvaise (5 à 10 allumages)

2= Moyenne (1 à 5)

3= Acceptable (1 à 2)

4= Excellente (aucun) 

 

11) Cendre 0/3

1= très friable/ très légère

2= Ferme et irrégulière

3= droite et régulière/ très ferme


 

12) Perception du 4e tiers (une fois le cigare fumé) 0/3

1= exécrable

2= moyenne

3= très bonne

 
 

13) Note intuitive d’ensemble sur cette dégustation 0/20

1 à 5= aucun intérêt/ à éviter

5 à 10= sans plus

10 à 15= pourquoi pas, à l’occasion

15 à 20= à renouveler sans aucun problème

 
 

Total sur 100

09:14 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

04/01/2013

La Aroma del Caribe "robusto"

La marque Aroma del Caribe a fraichement débarquée cette fin d’année 2012 dans nos civettes française, oui effectivement, peut-être pas toutes ! Un cigare du Nicaragua, excepté sa cape élevé en équateur ‘sun grown’, et manufacturé par le maitre cigarier ( José Pepin Garcia ), toujours synonyme de grande perfection, oui mais encore ? Le Nicaragua est un vivier pour grand nombre d’excellent cigare au caractère très identifiable, Casa Magna, Padron, Oliva, Tatuaje, CAO, ect…Ce robusto que je partage avec vous ce jour, se trouve être différent ! Je suis toujours circonspect sur ce genre de nouveauté, peur malheureusement de me retrouver face à un énième cigare destiné à un public très large de par son prix, environ 7.8€ pour le robusto. Souvent les accords mineurs ne tiennent pas les préludes d’un premier tiers.

Mais ce robusto m’a surpris, car très loin de ce que l’on attend d’un Nicaraguayen. Voici l’examen qui résulte de cette dégustation.

Visuellement très ostentatoire, car affublé d’une énorme bague illustrée de motifs à l’image des  ‘vista’ du milieu du XIXe siècles, ce cigare paraît appartenir à un monde disparu, qui fait tout son charme avec ce brin nostalgique. Son parfum est léger, café et saveur automnal se libèrent avec douceur d’une cape ferme et moelleuse, finement salé. La première bouffée est vivifiante, avec une sensation de fraicheur qui s’estompe rapidement sur des notes de café et de noisette fraiche. Malgré une richesse aromatique un peu courte, il se défend par une bonne puissance et longueur en bouche tout à fait acceptable, un peu desséchant dans une première mesure, il laisse place dans un deuxième temps à plus de douceur, de suavité par quelques notes de café et de chocolat au lait. La combustion est constante, la cendre régulière se prolonge avec prétention pour retomber lourdement. Je déplore malheureusement l’âcreté du 3e tiers, proche d’un café serré à l’italienne, me rappel à l’ordre que je fume bien un cigare du Nicaragua ! Ma note de cœur 15/20 Rigolant, quelques fausses notes qui n’ébranlent pas ce fumage que j’ai trouvé satisfaisant, le prix aidant, ce robusto est une réussite.    


  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Equateur sun grown
  • Taille: 128mm x 20mm
  • Format: robusto
  • Bague: 52
  • Prix Belgique: 7.8€

 

 DSC00898.jpg

DSC00897.jpg

 

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/12/2012

Davidoff 100 Years Geneva ( 2011 )

Le cigare 100e anniversaire est un mélange qui se compose exclusivement de tabacs Davidoff obtenus par croisement ou en développant ses propres semences qui ont été soit produites en République Dominicaine ou par un partenaire en Équateur (en étroite collaboration avec Davidoff). Cinq types de feuille différentes ont été utilisés pour le remplissage de la tripe, stockés entre cinq à neuf ans, afin qu'ils puissent développer leur plein arôme et ses caractéristiques. ( feedback Davidoff )

Ce cigare m’a été offert par un ami qui travaille chez Davidoff Genève, un très beau Robusto qui me tardez de goûter. Je suis toujours impressionné par cette marque, pourquoi je ne saurais l’expliquer, peut-être et surement par l’empreinte laissée par M. Zino dans l'histoire du cigare. Il est rare que je les fume, car leurs prix sont à la hauteur de leur exigence, ce qui est souvent discriminatoire pour choisir une autre vitole du terroir cubain par exemple. Mais ce qui est indéniable, c’est la consistance d’un Davidoff, ferme et lourd à la fois, illustre bien la singularité de ces cigares en général, celui ne déroge pas à la règle. Dès que vous le tenez entre vos doigts, il se passe quelques choses de magique. Après l’avoir manipulé entre le pouce et l’index pendant quelques minutes, découvert son fumé léger de boisé, et ses quelques notes de café au lait qui me chatouille les narines au point même d’éternuer, eh oui étrangement cela se produit fréquemment en ce moment ! Bref, après avoir humidifié la tête pour faciliter une coupe franche et net, une perception salée et très piquante se manifeste promptement, c’est une particularité de la nouvelle cape Yamasa dont se drape ce cigare que j’ai déjà observé sur les puro d’oro, une feuille de cape très puissante en goût qui participe au déploiement de ses arômes complexes. Dès la mise à feu, c’est une explosion en bouche, poivre blanc, café, cuir et cèdre se bousculent pour obtenir la première place, mais très vite les saveurs deviennent plus crémeuses avec une légère suavité, le poivre s’estompe au fil du second tiers pour laisser sa place au chocolat noir, cuir et café. La rondeur, ainsi que sa longueur en bouche sont toutefois agréables. La puissance crescendo est très bien réglée comme sur du papier à musique, « un mouvement de danse au rythme et aux tempos invariables, à la mélodie uniforme et répétitive » cette courte phrase provient d’une description du Boléro de Ravel, comme quoi la musique et le cigare peuvent s’accorder à merveille et prétendre aux mêmes sentiments d’écoute et de dégustation.

Ce fut un très délicieux moment passé en sa compagnie, le temps était exceptionnellement idéal pour fumer, un ciel bleu et un soleil radieux ont tempéré cette journée d’hiver aux saveurs printanières. Ma note de cœur 16/20 Rigolant, un cigare encore un peu jeune qui va encore s’arrondir et se bonifier dans les prochaines années.


  • Origine: tripe: Dominicaine et Equateur, sous-cape: Dominicaine, cape: Dominicaine
  • Taille: 127mm x 20mm
  • Format: robusto
  • Bague: 52
  • Prix Suisse: 18€

 

DSC00883.JPG

DSC00884.JPG

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Davidoff, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

19/12/2012

Oliva serie V Maduro Torpedo

La singularité des cigars Oliva série V est typique par la provenance de ses feuilles, puisque la tripe renferme des feuilles cultivées dans la région de Jalapa au Nord de la ville d’Estelli,  la fermentation  plus spécifique lui apporte plus de puissance et de corps. La cape se distingue aussi par une feuille de variété Habano élevée en sun grown ( feuille de cape cultivée sans la protection traditionnelle appelée ‘tapados’) .

Comme toujours, la qualité de fabrication des cigares Nicaraguayens est au rendez-vous. Une cape sans accroc, lisse et grasse qui émane des senteurs typiques souvent rencontré pour ce terroir, mélange de café noir, de goudron et de caramel  peuvent rebuter certain au stade de cet examen olfactif ! Le ventre de ce torpedo est bien ferme, voir trop malheureusement, la tête trop compacte et une tripe trop serrée m'oblige à tailler très haut pour faciliter son tirage. La forme s'apparente plus maintenant, à celle d'un grand robusto, dommage. Dès la mise en bouche, les sensations sont toutefois légères et discrètes, je trouve cette perception timoré étonnante, rien à voir avec ma première impression, comme quoi ?. Les notes de terre, de café dominent la majeure partie de ce premier tiers. Le cigare se consume avec une régularité exemplaire, une qualité de roulage qui impose un certain respect !

Bref, ce prélude m'enchante par sa modestie, qui s'illustre par une longueur en bouche mesurée, qui courtise mes papilles par une belle rondeur. Le 2e tiers se poursuit sur la même allure, toujours onctueux et bien équilibré, il surfe sur des saveurs endémiques de café léger, de cuir et de chocolat. L’ensemble harmonieux présente une puissance bien maîtrisée, une force placide. Le final reste fidèle à ce second opus sans réelle surprise, plaisant mais linéaire malgré tout. L’amertume quasi inexistante de ce 3e tiers  n’est pas pour me déplaire et me permet de savourer un 4e tiers, sans être obliger de gargariser. Ce cigare du Nicaragua m’a surpris pour sa douceur et son équilibre puissance/ arôme sans pour autant perdre de sa virilité. Ma note de cœur 15/20 Rigolant pour un très bon Nicaraguayen, un cigare que je conseille vivement.


  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Nicaragua
  • Taille: 152mm x 20mm
  • Format: torpedo
  • Bague: 52
  • Prix Belgique: 10.9€

 

oliva.1.JPG

  

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Oliva | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/12/2012

Dégustations croisées

Que diriez-vous d'une dégustation croisée entre amateurs de volutes ?

Cette idée originale a germé dans l’esprit d'Obelux, un fidèle lecteur du blog est passionné comme vous et moi de cigare. Cette initiative sera relayée aussi sur le blog d'Erwan ( http:/cigares-cubains.skynetblogsBe ) et le mien, afin de convaincre au minimum 15 participants de jouer le jeu de la dégustation. Celles-ci seront publiées sur les 2 blogs respectifs. À chacun de formuler sa perception du goût, de ses sensations comme bon lui semble ! Nous ne sommes pas ici pour juger, mais pour partager une passion ainsi que la découverte d'autres terroirs. Ne soyez donc pas effrayé à vous exprimer sur ces 2 blogs.

Concrètement Obelux nous propose de nous faire découvrir la marque mexicaine TE AMO, par 4 vitoles assez singulières qui est le " grand Corto " avec ses 62 de cepo, un cigare de révolutionnaire à la Zapata ! Un format assez court, qui devrait séduire tout le plus grand nombre, ce module se décline de 4 façons différentes ( Blend Nicaragua, Blend Dominicain, Blend Honduras et Blend Cubaine ) 

Pour ceux qui désirent se joindre à nous, nous demandons juste une petite participation financière qui correspond au prix d'achat des cigares leur coût d'envoi: 10€ pour les 4 versions, ou uniquement 2 versions pour 5€ ? À vous de nous dire ce que vous préférer. De toute manière ce moment de détente se fera, je pense sur une période de 2 mois à partir de début janvier 2013.

Je compte sur vous pour me donner votre réponse avant Noël ! Afin que notre ami Obelux puisse s'organiser lors de son séjour en Andorre cette fin d'année 2012 pour se procurer les vitoles nécessaires à tous.

Si cette première est concluante, nous pourrons envisager d'autres dégustations croisées l’an prochain, je pense notamment aux cigares du Costa Rica et du Brésil qui sont à découvrir ?

 

TE AMO.jpg


08:09 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

05/12/2012

La Gloria Cubana genios " Belux"

Encore une exclusivité régionale réalisée pour la Belgique et le Luxembourg, le Genios de la Gloria Cubana, ce grand robusto est identique au format du ’Cohiba Maduro Genios’ Un cigare produit en quantité très limité pas plus de 35000 pièces pour le Belux. Un cigare dont l'aspect visuel est généreux, ferme et gourmand. De douces éffluves chocolatées et boisées me mettent en appétit et me donne matière à saliver. Après un léger mouillage de la tête pour faciliter la coupe, la cape se trouve être salé et piquante sur l’extrémité de la langue, un peu comme du ‘wazabi’ pour ceux qui connaissent cette sensation en moin puissant tout de même. Une fois allumée, la perception des premières volutes est enveloppante avec une légère suavité, les notes de café crème, de chocolat et de fruits secs apporte un équilibre sucré/ salé très agréable et plein de douceur qui ne manque pas d’intérêt. La rondeur et la longueur en bouche sont excellentes et grasses. Je déplore sur ce premier tiers un tirage assez moyen, le cigare semble bouché, chose qui peut malheureusement arriver, mais tout de même désespérant pour ce genre de vitole ! Le 2ème tiers compose avec brio les saveurs endémiques du 1er tiers, toujours cette sensation de velouté et de bienveillance. Ce grand robusto surfe sur des saveurs automnales d'amande, de noisette et de chocolat. Une bonne richesse aromatique et une puissance moyenne accompagnent ce second prélude.

Étonnement, le 3ème tiers semble être d'un coup vidé et essoufflé, je dirais illusoire. Pourtant rien ne pouvait présager ce final, la dégustation était pourtant gourmande et sans réels accrocs. Mais une note bien caractéristique d'ammoniac règne malheureusement sans partage sur cet épilogue. Un 3ème tiers quelconque qui n'apporte rien à ce fumage. Mais rien de très grave de ne pas apprécier ce purin, me direz vous ? Ce cigare a néanmoins bien rempli sa mission de me ravir jusqu'au divin. Ma note de cœur 14/20 Rigolant, très bon jusqu'au divin !


  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Taille: 140mm x 20,6mm
  • Format: grand robusto
  • Bague: 52
  • Prix Belgique: 15,30€

 

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20


 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, La Gloria Cubana | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

04/12/2012

Bolivar Fabulosos "Edition régionale Benelux"

Le fabulosos fait parti de mes derniers achat à l'étranger, disponible exclusivement au Luxembourg, Belgique et Néerlande. Bolivar est une marque emblématique à Cuba, synonyme d'une époque coloniale, comme l'architecture singulière de la vieille Havane, la guerre d'indépendance contre les espagnols, la salsa. Elle nous fait voyager dans l'histoire de l'amerique latine pour notre plus grand plaisir. Mais aujourd'hui, pour tout vous dire je ne suis pas d'humeur à rêver, car rien de fabuleux dans cette dégustation. Jusqu'à mettre en doute l'origine de ce Bolivar, mais impossible là ou je me le suis procuré, il n'y pas plus sérieux ! 
Les éfluves préssentaient du bon et rien que du bon, des senteurs butyriques et de bois précieux pour mettre en appétit, suivi des premières bouffées enveloppantes et généreuses, un peu de suavité valorisé par des notes de café crème et de cèdre. Tous les ingrédients étaient pourtant là pour passer un agréable moment. Malheureusement, j'ai vite désenchanté, toutes ses saveurs se sont vite évaporées sur le premier quart d'heure, un véritable mirage. La persistance arômatique, ainsi que la rondeur est plus que moyenne avec une sensation lègère et irritante, déplaisante au fond de la gorge. Le 2e tiers s'est pourtant amélioré, mais sur une courte distance, un peu plus rond, un peu moins désséchant, mais cruellement monocorde. Un manque d'évolution suivi d'une combustion irrégulière et scandaleuse pour un Bolivar devient rapidement agaçant !

Ce fumage se poursuit tant bien que mal sur les mêmes valeurs, jusqu'au 3e tiers qui sonne le glas, d'un nauffrage programmé. Ce final sur fond d'ammoniac prédomine ce 3e tiers, est franchement intolérable.
Vous l'aurez compris, ce fabulosos est sans intêret ! ma note de coeur 8/20 Déçu, et pour ceux qui pensent ce pamphlet insultant, je suis au regret de vous dire que je ne suis pas le seul à éprouver ce sentiment de déception. 

  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Taille: 135mm x 20mm
  • Format: grand robusto
  • Bague: 52
  • Prix Belgique: 11,6€

 

bolivar_fabulosos

bolivar_fabulosos02.JPG

bolivar_fabulosos

 

  

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Bolivar, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/11/2012

CAO "La Traviata" divino

CAO est une marque très reconnue outre-Atlantique, par la régularité et la qualité de ses cigares du Nicaragua. Des cigares dont beaucoup m'ont séduit par leur profondeur de leur arôme et de leur caractère. Depuis peu CAO s'introduit sur le marché européen proposant des modules à des prix attractifs de plus en plus attrayant pour des longs fillers, les plus chères ne dépassent guère les 10 €, ce qui est un point plus que positif pour tous les amateurs que nous sommes. Aujourd'hui CAO, nous propose une de leurs dernières créations les cigares "La Traviata'", des cigares légers au mélanges subtils de tabac noir du Nicaragua et de république Dominicaine et du Cameroun. J'ai testé pour vous le robusto appelé "Divino'".

Je suis assez curieux, de goûter ce module qui fut consacré ‘d'exceptionnel’ avec une note de 93/100 par la revue "cigare Aficionado' !! Je reste toutefois suspicieux sur cette notation, la différence entre eux et nous, c'est que nos amis américains fument à 90% des cigares d'origine Nicaraguayenne, Hondurienne et Dominicaine, quelques rares chanceux fument également du Cubain ! Cela peut altérer certaines dégustations, ainsi qu’un jugement trop indulgent.

Premier contact avec ce Divino, un cigare que je trouve d'une belle facture, un module bien rempli et d'une bonne fermeté, les senteurs à cru s'approchent d'odeurs de salaison et de paille humide un peu perturbant et intrigant.

Dès l'amorçage, les premières bouffées de ce premier tiers ne sont pas très probantes, Limites asséchantes et irritantes sur un fond assez plat de café léger, la longueur en bouche que je qualifierais d’assez courte, avec une richesse aromatique bien pauvre pour ce prélude, ça commence mal ! Le 2ème tiers se révèle timidement sur un meilleur jour, les saveurs sont plus torréfiées avec un peu plus de rondeur et de corps le tout sur des notes de café, de noix et de sous bois, l'ensemble toujours en demi-teinte, mais toutefois meilleur que le premier tiers. La combustion est régulière et lente avec une belle cendre ferme, le 3ème tiers est assurement la partie la plus intéressante mais trop tardive, ce robusto a enfin trouvé sa vitesse de croisière ainsi que son équilibre, il devient plus onctueux sur des saveurs de chocolat et de café avec peu d’amertume et une puissance respectable.

Que penser de ce Divino, je le qualifierais de cigare populaire car son prix en fait un véritable atout, pour 5€ vous déguster un long filler de très bonne qualité, pour le goût je dirais moyen ! Peut-être exceptionnel pour un cigare du Nicaragua ? Je vous laisserais juger par vous-même. Ma note de cœur 12/20 Sourire

 

  • Origine: tripe: Dominicaine, sous-cape: Cameroun, cape: Equateur
  • Taille: 129mm x 20mm
  • Format: robusto
  • Bague: 50
  • Prix Belgique: 5€

 

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans CAO, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |