21/06/2016

Un cubain pas comme les autres, ce cigare "Virtuoso" !

Paul Verlaine aurait très bien pu dire,  « Dans la vie j’aime deux choses, le cigare et toi. Le cigare, pour maintenant et toi pour la vie » Malheureusement non, Verlaine l’argoteur parlait peu, il observait et fumait plutôt la pipe, buvait l’absinthe comme du p’tit lait, comme tant d’autres poètes de son époque, habitués d'endroit comme le « Polidor », rue Monsieur le Prince à St Germain des Près, non loin de la Sorbonne.

« V » comme Verlaine et non comme Vendetta, « Or » comme Polidor et rêverie de fumeur, buveur de " fée verte", voici peut-être les liens d’affinité passée, du génie français à celui de la poésie émanant  d’un cigare, comme le « Virtuoso ».

L’histoire de ce projet est toujours très semblable aux autres, celle avant tout de la passion d’un homme ou d’une femme, qui sans elle ne pourrait enfanter, le « cigare » tant fantasmé par son auteur, Mr Firas ! Ce jeune amateur, doté d’un sens créatif du fait de son métier d’architecte d’intérieur, reconnu vraisemblablement de bon goût par nombre de ses clients, baptise tout simplement sa marque de «Virtuoso», là ou certains y verraient de l’arrogance, détrompez-vous, « Firas » de son prénom, n’a rien d’un garçon présomptueux et abus de sa personne, bien au contraire c’est la passion qui l’anime et qui brille dans ses yeux. Toujours à l’écoute, et réceptif aux moindres remarques que nous pourrions lui faire pour l’aider.

Ce cigare cubain produit à Cuba en quantité très limitée et finalisée en Suisse, ne me demandait pas « comment est-ce possible ? », mais pour l’avoir dégusté à plusieurs reprises, je vous confirme sans hésitation son affiliation à ce terroir. Loin de faire de l’ombre aux marques du catalogue « Habanos », ce cigare reste une curiosité gustative intéressante et innovante, qui ne sera jamais produite pour le moment à grande échelle, ce qui en fait tout son intérêt et son charme aujourd’hui. Déguster ce cigare reste un privilège des rois, comme disait Cocteau, « on ne vit que pour ces quelques instants, intenses et privilégiés, le reste du temps, on attend ces moments-là », la vie de l’amateur se résume avec beaucoup de pertinence, à ces quelques mots, « … le reste du temps, on attend ces moments-là. »  Tellement vrai, ne trouvez-vous pas ?

Autre détail d’élégance et d’ostentation qui ne laissera pas insensible l’amateur, c’est bien sûr cette rose d’or prédécoupé en guise de bague, celle-ci délicatement posée par de véritables doigts de fée, sur cette cape fine et soyeuse de couleur caramel.

Ce robusto choisit pour cette dégustation, offre un corps assez ferme, ainsi qu’une souplesse relative, que je perçois très éloigné des cigares cubains officieux que je connaisse, souvent très mous, du moins une grande partie, cela change pour une fois ! Son parfum timoré de feuille morte, délicatement boisé, évoque quant à lui, une partition automnale plaisante au nez qui ne demande qu’à s’exprimer maintenant.

Dès l’allumage, les saveurs onctueuses se montrent conciliantes, tout en faisant preuve d’une nature éclairée et épicée dans ses premières aspirations. Ainsi qu’une consistance moyenne, adoptant une forme assez grasse et confortable en bouche vers une musique gustative, très accessible dès son démarrage. Sa rondeur flirte l’insolence,  sur des notes animales et végétales, de jeunes cuirs, de poivre noir, de boisé et de fourrage riche et gras (façon foin d’alpage), un ensemble d’une complexité équilibrée et de richesse moyenne, peu corpulente dans sa forme.

Dès le 2e temps, sa forme légère reste posée et constante, sur une évolution plutôt engagée dans la bonne fluidité des saveurs et non sur l’éloquence d’une ponctuation trop dithyrambique et hasardeuse. Un cigare qui pourrait presque provenir d’un métissage entre un «Epicure n°2 »et un « Specially Selected » par exemple. Toujours de consistance moyenne, rien ne vient troubler ce ronronnement de plaisirs gustatifs. Dont personnellement, j’aurais aimé un peu plus de profondeur à ce stade, mais je lui pardonne, car l’ensemble s’enorgueillit d’un bon « rancio » dans sa globalité.

Sur le 3e temps, je note une prononciation des saveurs, légitime à ce stade du fumage. Rien de puissant, juste une progression sans heurt des saveurs rencontrées jusque-là. Pour ceux, désireux d’en découdre, il  faudra attendre le final pour obtenir plus de relief en bouche ou choisir un autre module, plus puissant la prochaine fois. Vous l’aurez compris, ce « Virtuoso » n’a pas pour vocation de vous gifler dès la première bouffée, ni de vous intimider ou de vous insulter.

Ce mélange voulu par Firas, s’adresse avant tout à des amateurs attentifs et exigeants, friands de cigares délicats et plus spirituels qu’assommants.

Ma note de cœur, 16,5/20, pour ce très bon cigare.

  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: gros robusto
  • Taille: 130mm x 22mm
  • Bague: 56
  • Poids: 17,1gr
  • Année: 2015
  • Prix Suisse: non communiqué

Renseignements supplémentaires: info@virtuosocigars.com - Mr Firas Balboul.

 

cigar_virtuoso_cuba

Cigare "Virtuoso"

cigar_virtuoso_cuba.02.JPG

Cigare "Virtuoso" (détail de la tête, façon coiffe médiévale)

cigar_virtuoso_cuba

Cigare "Virtuoso" (déstressé !)

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20                       

 

17:12 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Virtuoso | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/06/2016

IZAMBAR "Caves à cigares/ Humidors"

IZAMBAR, cave cigare, humidors cigars

 

WELLES HUMIDOR "IZAMBAR"

-The Welles humidor is more than just a simple humidor – it is a decorative piece with an ultra-contemporary shape and materials. Some may think it looks like a safe, or perhaps a spaceship that has fallen out of the sky, or a Jules Verne submersible, while others may see a 'cyborg' temple guardian perched on his three stainless steel legs. I wanted this piece to be more fun-looking than a simple cigar container, and above all less austere than the all-familiar traditional 'cigar box'. To achieve this we sought a design more in keeping with the times, while including the features required to preserve our precious cigars at the right humidity using quality materials.

-The Welles can contain up to 300 cigars in three racks made from 6-mm Perspex, designed to hold the main formats available on the market, and an empty space below where a few boxes can be stored.

-The wood used for the inner lining is Okoumé, an African species with qualities equivalent to those of Spanish cedar. 20 mm solid wood. (Note that nowadays true Spanish cedar is a protected species from Central America. Use of this designation, which is unfortunately not monitored, is obsolete and often false.

Many humidors are indeed made from cedar, but from China (Chinese cedar) which is passed off as Spanish cedar. For all of our pieces, we have used Okoumé for ecological and environmental reasons.)

-The bottom of the humidor lights up when the door is opened. More than just a fanciful touch, this cold ambient light shows off your wrappers to beautiful effect and is practical for making your selection.

-The outer casing is made from MDF spray lacquered with an ultra-matt white finish. 40-mm solid wood.

-The piece is supported by three square-cut polished stainless steel bases (60x60) fixed to the body of the humidor by three 5-mm thick plates and four polished titanium screws.

-The door sports a chrome porthole, a hygrometer, a precision thermometer and a mechanical lock.

-The humidor is equipped with a top-end electronic humidification system: the 'CigarSpa', well known for its reliability and its ease of use.

Interior dimensions: H 520 mm x L 320 mm x D 230 mm                 

Exterior dimensions: H 640 mm x L 440 mm x D 360 mm

Exterior dimensions on feet: H 1600 mm x L 760 mm x D 540 mm 

Total weight: 45 kg

Options:

  1. Selection of colours according to the customer's sample.
  2. Engraving and interior or exterior 'graphic' personalisation on quotation only.
  3. artisticcustomization

www.izambar.com / edmond@izambar.com*

11:00 Écrit par Edmond Dantes dans Cave à cigare | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/06/2016

Por Larrañaga "exclusivo Grande-Bretagne" 2014

S’il y a bien un ambassadeur des éditions régionales, je pense bien entendu  à « Por Larranaga », en effet, son insatiabilité à en produire ne compte pas moins de 16 éditions à ce jour ! Dont ce « Sobresalientes » un robusto extra, sortie en 2014 pour la Grande-Bretagne en seulement 5000 boîtes de 10 pièces. Pour l’anecdote, son format 153 x 53 reprend les mensurations exactes du « 681 » de Bolivar, sorti en 2011 pour la Bulgarie, pour ceux qui s'en souviennent ( une information d'importance qui méritait d'être signalé !! )

Un cigare au toucher d’une fermeté moyenne, beaucoup de souplesse et très léger pour sa taille, à peine 16 grammes à la pesée. A part cela, ce robusto extra propose un visuel soigné, cintré d'un costume trois-pièces à la teinte chaude et charnelle de couleur cuivrée. Du côté du nez, ce cigare diffuse une suggestion légère au parfum évanescent de boisé et de chocolat au lait qui manquerait pour ma part d’un peu plus d’assises. Rien de grave, je chipote comme toujours !

Dès l’allumage, les premiers instants perçus, vous amènent sur un parquet lustré, celui sur lequel vous chausseriez les patins pour éviter de contrarier « Madame », le tout accompagné justement, d’une musique feutrée en arrière-plan, qui vous envelopperez de sa bienveillance à la chaleur plaisante et courtoise. (soi environ, les 5 premières minutes seulement… )

Etonnement, les saveurs qui vous endormaient jusque là,  se révèlent bien plus malicieuses, rapidement l’intensité s’ajuste sur une forme plus rythmée, que je préfère à l’ennui d’un cigare que je croyais très léger, comme quoi les a priori ! Au goût, ce cigare nous fait voyager sur des notes épicées, de café crème et de pain frais qui s’accentuent sur la longueur vers un poivré plus râpeux. L’ensemble d’un bon équilibre ne s’offusque en rien, l’harmonie des sens reste toutefois respectée, dans une valse des arômes, agréable et zélatrice. Localisé sur le haut et l’avant du palais à cet instant.

Dans un 2e temps, sa forme onctueuse et épicée ronronne affectueusement et "roborativement" sur des notes de chocolat milka, de poivre et d’écorce de pain plus cuite. Une évolution sans fanfare qui maintient ce « Sobresalientes » sur une consistance posée et satisfaisante à mon bon plaisir. Un cigare cubain pour ma part, très standard en bouche, d’une richesse moyenne dans son évocation et qui maintient toutefois, une musique agréable et non rébarbative dans cette seconde partie.

La 3e et dernière partie, offre un opus plus chargé, tout en gardant une certaine harmonie dans son mouvement, garante d’une onctuosité prévenante. Peu de changements sur cette partition, juste un renforcement des cuivres sur le refrain final. Une conséquence qui rend ce cigare bien plus rassasiant sur la fin, sans pour autant perdre de sa contenance en prenant une tournure vilipendée. En conclusion, ce « Por Larranaga » sans être la meilleure édition régionale qui n’ait jamais existé, m’a procuré un plaisir non dissimulé. Ma note de cœur 16/20, un cigare élégant, de puissance moyenne à découvrir, parfait à déguster en terrasse le dimanche matin après le petit déjeuner.  

  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: grand corona
  • Taille: 153mm x 21mm
  • Bague: 53
  • Poids: 16,1gr
  • Année: 2014
  • Prix UK: 22£ ( 28€ ) 

por larragnaga_gran bretana.jpg

Por Larranaga "Sobresalientes" 2014

por larranaga_gran bretana_sobresalientes

Por Larranaga "Sobresalientes" 2014

 

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20        

 

12:22 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Por Larranaga | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/06/2016

Black Market "Filthy Hooligan"

Petit rappel : La couleur de cape verte que l’on appelle, double claro, candela, AMS (American Market Selection) ou verde, provient d’un processus de séchage prématuré, qui consiste à fixer le pigment vert de la chlorophylle par une augmentation progressive de la chaleur jusqu’à 100°, à l’aide de brûleurs au gaz aujourd’hui, autrefois à l’aide de braises et cela pendant une durée d’environ 48 heures, à cela ajouter une douzaine d’heures supplémentaires pour sécher définitivement le limbe (nervure centrale), et voilà, le séchage est terminé ! Ensuite, les feuilles devenues craquantes et trop fragiles pour être libérées des perches, devront entamer une cure de réhumidification pour être travaillé. Malheureusement, cette méthode très courte ne permet pas un murissement efficace de la feuille par l’oxydation et hydrolyse naturelle provoquée par un séchage traditionnel et contrôlé de 45 jours en moyenne ! Une feuille de tabac est comme un fruit, une fois celle-ci cueillit, elle murît comme le ferait une pomme ou une banane, en produisant des sucres et des acides aminés, une transformation indispensable pour un bon développement du goût, de ses arômes.

« Filthy Hooligan » drôle de nom pour un cigare, enfin passons !

Ce qui est formidable dans le monde du cigare, c’est incontestablement sa diversité, que l’on aime ou pas, on trouve de tout, du meilleur au pire parfois. Même dans un « Black Market », à première vue conçue pour nous faire tirer la langue en le voyant, peu nous amuser gustativement parlant ! Si vous voulez développer votre sens de l’analyse, misez sur l’éclectisme du goût en façonnant votre perception, à tirer parti de chacune de vos dégustations bonnes ou mauvaises.

Voici un cigare qui interpelle par ses couleurs et du fait de son mélange (Honduras/ Panama/ Nicaragua et Equateur), ma foi, une salade composée digne des meilleurs bars à tapas de l’hexagone ! Visuellement, l’effet poteau de barbier verde/ maduro et sa bague, dont le sens m’échappe encore, sont d’un très bel effet mercantile. Un module au toucher, de bonne tension et d’une souplesse toute relative, un cigare très bien confectionné.

Sur cet autre point, son parfum, vous allez me prendre, certainement pour un fou, si je vous dis melon vert et feuille de tilleul, vous rigolez, n’est-ce pas ! Eh bien, voici l’étrangeté de cette cape candela, ici pas de senteurs boisées, ni de chocolat au lait ou de pain chaud fariné. En effet, son odeur si particulière profane quelque peu notre perception, bien établit au cigare et à sa couleur. Au mouillage, c’est  sans surprise que son goût est neutre.

Dès les premiers coups de torche, le démarrage développe d’emblée une saveur plutôt douce dans sa forme, suivit d’un fond futilement poivré. Les notes proposent un profil aromatique cohésif à sa pigmentation, que je perçois d’herbacé comme le foin sec chauffé par le soleil, de tilleul pour l’absence de goût prononcée et de poivre blanc. Sa consistance offre une partition gustative très aérienne, avec un manque notable de profondeur et de contraste sur son agrément. Un duo rondeur, longueur que je trouve effacés et moyens, offrant un fumage facile et passable pour ce 1er tiers !

Le 2e temps se poursuit discrètement sans faire de vagues, soufflant un vent chaud et doux, laissant une sensation de sécheresse en bouche. Dommage que cette partition manque de rythme, de notes plus fortes et plus grasses aussi. Aucunement irritant, ce « Black Market »  se distingue sur un « easy to smoke », un cigare aux notes vertes de foin, d’aneth, de tisane  dont l’assaisonnement épicé relève d’un sauvetage opportun et désespéré ! D’une consistance toujours en dessous de mon seuil de tolérance, ce module prend au fil de son évolution une désagréable décoloration olfactive, confirmant son côté fade et ennuyeux.

Sur ce 3e temps tout aussi empâté et inconsistant, finalise cette dégustation avec la sensation d’avoir dégusté un cigare, qui serait peut-être meilleur en infusion, va-savoir !

Ma note de cœur, toutefois généreuse 12/20, résulte d’avoir éveillé en moi des parfums insoupçonnés dans un cigare, mais malheureusement cela ne suffit pas ! En conclusion, un véritable cigare de camouflage, conçut pour disparaître au nez de tous et sans regret ! Au fait, je n’ai toujours rien compris à la symbolique de cette édition, sale hooligan et l’enseigne de barbier !!

  • Origine: tripe: Honduras/ Panama, sous-cape: Equateur, cape: Honduras/Nicaragua
  • Format: toro
  • Taille: 152mm x 20mm
  • Bague: 50
  • Poids: 14,8gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 10chf

black market, filthy hooligan

Black Market "filthy hooligan"

black market, filthy hooligan

Black Market "filthy hooligan"

 

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20        

08:35 Écrit par Edmond Dantes dans Alec Bradley, Black Market, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |