24/03/2016

Evènement cigare « Etoiles & Volutes », à Genève

logo.étoiles & volutes.jpg

Réservé à seulement 150 amateurs, Genève, la capitale du cigare, accueillera pour la première fois, un évènement très ambitieux et très attendu, dans un cadre exceptionnel, celui d’une des plus belles table de la cité de Calvin, « l’hôtel Richemond ». Ce lieu magique et séculaire du savoir-vivre, orchestré depuis juin 2015 par son nouveau directeur Christophe Hilty, amateur aussi de plaisirs fumigés, ouvrira ses portes ce 8 juin, à tous les fins gourmets, amoureux de la mise en scène olfactive et gustative, virtuoses ou non, des plaisirs éphémères. (billet d’entrée 280chf, voir condition sur ce lien)

Mais cet évènement ne pourrait avoir de pertinence sans un autre protagoniste d’importance et initiateur de ce projet, Mr Guillaume Chalvin (Responsable de l’agence de communication, d’événementiel et d’édition YOUR CONCEPT BY EVENTS), un personnage que je devais rencontrer bien sûr et ainsi mettre en lumière ses motivations, sur un rendez-vous vraiment osé, voire très risqué, n’ayons pas peur des superlatifs. Je trouve formidable qu’en ces temps de sinistrose économico-politique mondiale et d’ostracisme arbitraire contre nos habitudes délétères, quelqu’un puisse fédérer pas moins de 150 personnes autour d’un évènement cigare!  Eh bien, je ne peux que féliciter cet homme, pour ses intentions audacieuses et vertueuses, à braver les « qu’en-dira-t-on ». 

Rendez-vous pris, le mercredi 16 mars, 16h…  

Couper_15.jpg

Voici une interview de Guillaume, selon les propos recueillis lors de notre rencontre dans le fumoir feutré de la « Réserve », un lieu intimiste et léger, parfait pour apprendre à nous connaitre et ainsi vous le présenter.

16h15, c’est un peu essoufflé que me rejoint Guillaume, s’excusant de son retard ! Son allure débonnaire, les yeux rieurs et charmeurs, Guillaume séduit dès le premier contact par sa simplicité et sa clémence, le genre de gars à qui vous pardonnez tout, surtout pas pour 15 minutes ! D’entrée, Guillaume est le bon copain avec qui vous auriez sûrement partagé votre goûter dans une cour d’école, le mec sympathique, affable et accessible. Passé ces brèves présentations, je l’invite à s’asseoir, s’ensuit un cigare qu’il choisira sur place, un simple Epicure n°2 d’Hoyo et un thé, tout à fait opportun pour débuter cette entrevue, confortablement installés.

évènement cigare genève étoiles & volutes, guillaume chalvin, izambar

Guillaume Chalvin à gauche et moi.

Edmond : Votre première fois ?

Guillaume : Mes parents m’ont toujours interdit la cigarette avant mes 18 ans, patiemment j’attendais l’heure de cette dernière échéance  avec envie, m’imaginant revenir du bureau de tabac, les bras chargés de quelques cartouches de cigarettes, eh bien non, ça ne s’est pas passé comme ça ! Mon père amateur, la première chose que j’ai fumé à mes 18 ans, se trouve être un cigare que je me suis offert pour l’occasion, étrangement, cela m’a plu et  je n’ai jamais touché une seule cigarette de ma vie.

Edmond : Votre meilleur souvenir ?

Guillaume : Enfant, je devais avoir 6 ou 7 ans, ma mission après le déjeuner, était d’apporter à mon père son cigare, rituel que j’exécutais consciencieusement et fascination, celui-ci était toujours enveloppé d’une cellophane que je prenais soin de retirer et de lui tendre ensuite. Je me souviens des odeurs et du portrait imprimé sur la bague, le cigare s’appelait « Mercator », c’est drôle que je me souvienne de ce nom aujourd’hui ! C’est si loin... Difficile d’imaginer cela aujourd’hui, à l’époque, rien n’était anormal d’enfumer la maison où la voiture que nous partagions tous les sept, moi et mes frères et sœurs dans notre DS Citroën, vous imaginez l’ambiance ! C’était un des nombreux privilèges du patriarche, personne n’y trouvait à redire en ce temps, même si ma mère était contre parfois.

cigare marcator

cigare mercator

Edmond : Quel genre d’amateur, êtes-vous ?

Guillaume : Dès 18 ans, fumer a de suite était un moment de pur plaisir, mais faute de moyens et peut-être d’expérience, mes choix n’étaient pas d’une grande exigence, j’étais jeune. Malgré tout, je prenais le temps de goûter à plein de choses, je n’ai jamais été tributaire d’un terroir ou d’une marque. Très curieux, je fumais de tout et essentiellement le W.E, pour commencer, et doucement le vendredi soir avec des copains, le jeudi, puis le mercredi… et très vite, plus régulièrement, je le reconnais. Sinon, j’apprécie toujours autant un cigare de St Domingue, un cigare du Nicaragua, du Honduras, n’en déplaise à certains qui ne jurent que par le cigare cubain, un certain snobisme qui m’agace un peu ! D’ailleurs cette soirée du 8 juin sera dédiée à la pluralité des genres et à l’ouverture des sens, puisque nous aurons du cigare cubain, du dominicain, du costaricain et du hondurien.

Edmond : Que t’apporte le cigare au quotidien ?

Guillaume : Le cigare m’apporte beaucoup de réconfort, je prends plaisir à fumer le soir, lorsque je rentre chez moi, cela m’aide à réfléchir, le bloc note toujours à portée de main. J’ai aussi mon rendez de 11h30 qui fait partie aussi de ces petits moments attendus de fin de matinée, lorsque le temps me le permet. J’apprécie également les moments d’échange et de convivialité entre amis. Mais il m’arrive aussi de ne pas fumer pendant quelques jours, je ne fais pas partie de ces amateurs compulsifs qui éprouve ce besoin, coûte que coûte ! Vous ne me verrez pas grelotter sur un balcon en plein hiver, le cigare aux lèvres, gercés par le froid.  Fumer un cigare doit-être un moment de plaisir et de confort avec soi-même, rien que le fait d’ouvrir ma cave et de choisir un cigare, bonifie cet instant, toucher, palper, sentir, des sensations gourmandes et analogues au choix d’un fromage, par exemple. Je retrouve aussi ce même sentiment lorsque je choisis un tabac à pipe, dont je suis aussi amateur, j’en possède quelques-unes que je réserve principalement pour le soir, trop compliqué la journée pour combiner pipe et travail. L’avantage de la pipe, c’est que son odeur est plus facilement tolérée en société auprès des non-fumeurs, ça dérange de suite beaucoup moins, chose impossible avec le cigare, même si ma femme, j’avoue, est d’une tolérance sans égale, en m’autorisant à fumer dans l’appartement, même si parfois, elle trouve certaines flagrances plus désagréables que d’autres ! Alors qu’entre nous, elles proviennent du même cigare, d’hier et d’aujourd’hui.

Edmond : Ton pire souvenir ?

Guillaume : Ah, je ne devrais pas le dire ! Ce souvenir date des toutes premières fois où je fumais, lors d’un déjeuner en famille dans le Beaujolais, ou sur une terrasse en plein cagnard, je m’y vois encore, je fume, je discute, je rallume, je continue comme ça sur le même tempo pendant un long moment, plus la chaleur aidant, l’espace d’une minute je sens monter la nausée, je deviens pâle, je change de couleur, je vire au vert et là, vaut mieux vite réagir et s’éclipser rapidement, tout en restant stoïque bien sûr, l’air de rien. Moment de solitude que tout amateur a vécu au moins une fois dans sa vie, je pense !

Edmond : Comment, vous est-il venu l’idée de créer cette évènement ?

Guillaume : Lorsque j’étais membre du club « Havane Club de Lyon » créé en 1990, nous organisions déjà des rendez-vous dégustations qui se déroulaient au bar du Sofitel de Lyon, au 7e étage. Je me souviens, nous étions entre 40 et 50 amateurs dans un si petit espace, bas de plafond, à l’époque tout le monde s’en foutait, tout était légalement possible, même si le lieu était loin d’être approprié. Ce club organisait deux fois par an une soirée « Etoiles & Volutes » avec le concours d’un ami, Claude Gabet, qui tient toujours une civette à Lyon. Cet évènement rassemblait environ 400 épicuriens et amateurs de cigares ! En arrivant sur Suisse, il y a 5 ans, j’imaginais déjà un tel rendez-vous sur Genève, qui n’existait pas malheureusement ! Comme, je l’ai fait dans un autre registre pour le « dîner blanc » le 14 juin 2015, sur le pont des Bergues où nous étions déjà 550 personnes. Ici c’est différent, bien plus ciblé, ça demande de la patience afin que les gens vous fassent confiance, vous reconnaissent, sans réseau c’est très difficile, voire impossible. C’est seulement vers la fin de l’été dernier, que j’ai pris la décision de me lancer dans cette aventure.

dîner_blanc.genève.jpg

Dîner blanc à Genève, sur le pont des Bergues en 2015.

Edmond : Comment  a été perçu ce projet autour de vous ?

Guillaume : Plutôt favorablement, très positif dans l’ensemble, quoique, certains de mes amis m’aient qualifié de grand malade, mais ça, à chaque fois j’y ai droit, dès que je me lance dans un nouveau challenge ! Personne n’y croyait lorsque j’ai organisé la soirée « Roy’Halle de Rive » en 2013 et 2014, un concept déjà imaginé autour de la gastronomie et qui a rassemblé plus de 300 personnes un jeudi soir de novembre, pour seulement 120 chf vous aviez accès à un superbe buffet à volonté, concocté par les 23 commerçants des Halles. Je me souviens de la réaction de la ville de Genève qui m’a pris pour un illuminé ce jour-là, « votre concept ne marchera jamais, surtout pas ici ! » Il m’a fallu tout de même plusieurs semaines de négociation pour les faire fléchir et obtenir toutes les autorisations. Résultat, le Chef étoilé, Philippe Chevrier de « Châteauvieux », est venu et devenu par la suite parrain de cet évènement, et tous les commerçants ont été ravis. Pour cet évènement cigare, c’est un peu le même défi, on me prend toujours pour un fou, bien entendu, c’est dans le sens d’une idée follement géniale ! Mais avec Ludovic Dupont, fondateur de YOUR CONCEPT BY EVENTS, nous sommes conscient que cette soirée est un risque, comme à chaque fois d’ailleurs mais sommes persuadés de sa réussite.

chalvin_chevrier.jpg

Guillaume Chalvin, Armelle Chalvin et Philippe Chevrier ( chef étoilé de Châteauvieux )

Edmond : Quelle est le point fort de cette soirée ?

Guillaume : Le point fort de cette soirée reste ma plus grosse difficulté dans son organisation. C'est-à-dire, je devais trouver un lieu synonyme d’art de vivre et de bien-être pour accueillir 150 fumeurs de cigares ! Un défi très lourd aujourd’hui, faute d’espace approprié dans les hôtels ou les restaurants, avant que « l’hôtel Richemond » représenté par Mr Hilty accepte cette idée, alors que celui-ci ne possède aucun fumoir mais une infrastructure avec une extraction de fumée sur l’extérieur grâce à de grandes vitres au plafond rendant possible cet événement ! Mais le vrai plus de cette soirée est de pouvoir fumer sans restriction, tout en restant à table si vous le désirez, inutile de sortir sur une terrasse en extérieur ou de vous rendre dans une autre pièce. Cet aspect de confort était vraiment important pour moi, je veux que tout ce petit monde soit zen ce jour-là, pour ce moment de convivialité, de rencontres, et de découvertes gustatives et olfactives ! Autre originalité, je ne fais appel qu’à des entreprises locales qui gravitent autour du cigare et du luxe qui auront pour mission de nous faire découvrir leurs produits, leurs passions et leur savoir.

Pour plus d’informations, veuillez télécharger le programme sur ce lien ou contacter Guillaume Chalvin directement par téléphone au/ 079 179 82 17 ou par mail sur/ gc@yourconceptby.com

Attention, les places sont limitées !

15:10 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.