09/03/2016

Camacho "Shellback"

« Camacho Shellback », une version limitée très spéciale qui disait, c'est bon, c'est nouveau, si seulement !!!

Petite parenthèse très courte sur les origines sur la désignation « Shellback », sachez que dans la marine américaine, le « Shellback » est le nom donné aux marins qui franchissent pour la première fois l’équateur, à cette occasion une cérémonie d’intronisation, très sérieuse et organisé et consigne tout le déroulement de cette opération dans un livre de bord, nom du marin, date, heure, latitude et longitude exacte, le « Pollywogs » le têtard en français, devient à son tour un respectueux « Shellback ». C'est beau, n'est-ce pas...

Voyez, vous aurez au moins appris quelque chose aujourd’hui, merci « Camacho ».

La suite, attention, ça pique les yeux ! Cela commence par la bague, ce sticker vert fluo « marketing oblige », ma foi, conviendrait certainement mieux à une boîte de préservatifs qu’un cigare, bref, admettons, je suis peut-être trop « Old school » pour en apprécier toutes ses nuances. Personnellement, je me suis fait violence pour me le procurer chez Davidoff, comme prendre des risques fait partie de mes attributions de blogueur, je devais tenter cette expérience sensorielle inédite de ce « Shellback ». Oui, je sais, quelle idée ?

Esthétiquement, rien à dire, c’est proprement roulé et soigné, la cape maduro satinée emmaillote un corps musclé d’une souplesse modérée. Difficile de faire mieux dans le genre.

Olfactivement, je reste suspicieux sur son parfum ! En effet, la cape d’origine équateur est particulièrement bien trop mielleuse pour être honnête, mélange de vanille, de bonbon, analogue un peu à ce que l’on trouverait dans certains tabacs à pipe de contenance sirupeuse, des saveurs plutôt sucrées qui flattent insidieusement les sens du béotien, à l’instar des exhausteurs de goût d'une pizza surgelée. Cela ne correspond pas vraiment à ma vision, pour un cigare annoncé d’origine, principalement Nicaraguayenne. Je trouve très étrange pour ma part ce package olfactif que nous sert "Camacho" dans cette cape « Habano équateur ».

Passons ! A cru, je dirai pas mal épicé !

Dès l’allumage, les premières sensations s’envolent sur un démarrage assez sec et râpeux en bouche, peu d’onctuosité, très roboratif. Ce « Camacho » souffle un vent chaud avant l’orage, dans cette consistance bien assise et de loin très subtile dans sa forme, beaucoup de terre et de poivre et beaucoup de rien dans cette triste fable. Un cigare qu’apprécieront certains amateurs de saveurs rassasiantes et nerveuses, dont la puissance bombe le torse, dans une parodie machiste et clownesque, localisés surtout, très au fond du palais, dans les coulisses du désespoir. Inutile de parler d’équilibre ou de « rancio », vous l’aurez bien compris, ce « Camacho » ne fait pas dans la bienveillance, il choisit de jouer consciemment sur le terrain d’entraînement d’un porte-avions de l’US Navy ou la sensibilité et la subtilité resteront vestiaire, juste bon pour les tapettes et la bleusaille !

Sur l’ensemble rien de vraiment captivant, très pauvre en goût, très asséchant aussi et sans aucune évolution ! D’une persistance très volatile, ce cigare assoit son dégustateur face à un peloton d’exécution. D’un faible intérêt gustatif, ce « Shellback »se joue de vous sur un seul acte et vous donne en prime le mal de mer, en effet j’en ai le bide tout retourné. On se croirait, en pleine tourmente sur le 180eméridien, à bord d’un frêle esquif, ballotté et fouetté par les embruns iodés, manquerait plus qu’une mouette pour se faire chier dessus, mais qu’est-ce que l’on voyage avec « Camacho » ? Que dire de plus, son prix prohibitif bien sûr, 17chf, une bagatelle pour une si belle aventure !!

Ma note 8/20, il lui manque juste sa moitié, la plus importante qui n’est autre qu'un peu d'aromaticité et de rondeur, vachement beaucoup ! Oui, je suis d'accord avec vous, c'est trop facile de tirer sur les ambulances. Bonne dégustation tout de même, pour les autres.

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous cape: Nicaragua, cape: Equateur
  • Format: toro
  • Taille: 150mm x 20mm
  • Bague: 50
  • Poids: 14.8gr
  • Année: 2016
  • Prix Suisse: 17chf

shellback_camacho.jpg

Camacho "Shellback"

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20 

15:46 Écrit par Edmond Dantes dans Camacho, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Cher ami,
Hé ben dite donc mon cher Edmond, en Côte d'Ivoire on dirait que ta bouche ne porte pas caleçon.

Très bien écris, d'une sobriété musclée.
Bravo

Écrit par : Georges Paulin Aplogan | 09/03/2016

Répondre à ce commentaire

Salut Edmond,

Depuis le rachat ainsi que les changements de liga de toute la gamme, les cigares de cette marque sont devenues de bouses, en or, certe, mais des bouses quand même.

Écrit par : Pierre | 06/04/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.