17/02/2016

Hermosos n°4 "Anejados" d'Hoyo de Monterrey

Pour rappel, la ligne « Anejados » fraichement débarquée en 2015, est censée offrir des cigares vieillis en boîte, affinés si vous préférez, pendant une période de 5 à 8 ans maximum. Une seconde bague « Anejados » atteste cette longue attente, avant sa mise sur le marché, sur le dos de la boîte, la date d’emballage permet de vérifier l’année de conditionnement, ainsi qu’un second tampon de contrôle « Revisado » (contrôlé), pour preuve incontestable de la traçabilité du module en question. Eh bien, avec tous ces éléments, nous sommes en effet rassurés !

Etrangement cet « Hermosos n°4 » n’apparaît nulle part dans les nouveautés 2015 (durant le XVIIe festival Habanos), deux modules étaient officiellement présentés, un « Piramides de Romeo & Julieta et un « Churchill de chez Montecristo, pas de trace de cet « Hoyo ». C’est bien une première, car ce cigare appartient à une nouveauté 2016, déjà disponible fin janvier, bien avant le XVIIIe festival de la Havane de février !! Je trouve cela formidable, c’est un peu un « Anejados Sorpresa », un petit cadeau d’Habanos pour nous faire patienter un peu. Vous me trouvez sarcastique, oui un peu, j'avoue !

Revenons à ce cigare, ce « Corona Extra » et oublions un peu son histoire. D’aspect la cape est d’une belle couleur cuivrée colorado, de texture assez grasse et soyeuse, elle cintre parfaitement et sans faux plis ce corps musclé et souple à la fois. Délicatement boisé, sur un fond aigrelet cacaoté, cet « Hermosos » a toutes ses chances de me soumettre à ses caprices olfactifs. Ce premier contact suggère déjà des choses vraiment intéressantes, à ce stade, je suis très surpris par sa nature très juvénile, pour un cigare « âgé ».

Dès sa mise à feu, la sensation en bouche développe de la nervosité et un caractère courageux, enthousiaste. Ça sent la poudre à canon, le poivre explose de suite en bouche comme un coup de semonce avant la bataille.

Dans un premier temps, passé ces quelques minutes où l’infanterie se repositionne prés à en découdre, le calme s’installe jusqu’à la ligne de front, sur ce terrain gras et velouté, ou la fumée des canons semble devenir bienfaisante et apaisante. Cette torpeur flottant dans l’air, au léger goût suret persistant, canaliser et apprivoise cette dégustation sur des arômes de noix fraîches, de poivron et de boisé humide, aux saveurs épicées. Au loin, à la lunette, je perçois dans cette brume, la forme fantomatique mais perceptible d’un ennemi tant redouté, l’ammoniaque ! Sa présence amicale m’étonne et trouble ma perception, me poussant vers mes retranchements dans une incertitude déconcertante, celle d’étayer encore ma controverse sur l’identité réelle de ce cigare. Dans sa forme, cet « Hermosos » offre un relief plutôt plaisant et équilibré. Sa consistance moyenne s’accompagne d’une longueur harmonieuse et épicée, ou rondeur peine à s’asseoir dans cette première partie, mais rien de très fâcheux dans l’ensemble.

Sur le second temps, je reste toujours partagé, ce cigare me semble bien vert ! Un cigare âgé possède une identité bien plus ronde. Cette complexité aromatique que nous recherchons tous, à tendance à se niveler au fil des années dans une linéarité raffinée et élégante. Le cigare perdra aussi de sa force dans son intensité gustative. En somme, l‘encéphalogramme des saveurs devient en général plus végétatif en quelque sorte et plus harmonieux à la fois, suivant la nature du cigare.

Bref, à ce stade de la dégustation, je le trouve toujours très onctueux en bouche et de très bonne consistance, révélant maintenant une rondeur corrigée, aux saveurs subtiles et contrastées. Sa fumée diffuse des notes plaisantes et organisées, de boisé humide, de champignon et de café crème épicé, légèrement poudré d’une douceur ‘meringué’. La rétro olfaction confirme une puissance irritante, et confirme son caractère préado, déjà affirmé et policé à la fois pour un « Anejados ». Dans sa globalité, je le trouve confortable et agréable à déguster. Un cigare aux saveurs soutenues qui persiste tout au long de cette dégustation vers une consistance toujours crescendo.

Pour terminer, et sans surprise ! Cet « Anejados » termine son voyage sur une musique impérieuse, de poivré, de champignon, de terre, de vieux cuir et de saveurs torréfiées un peu lourdes et empâtées pour les apprécier, le tout sur un final cuisant, assez singulier ma foi, ce cigare me rappelle étrangement la partition jouée d’un grand robusto de 2014, un « Juan Lopez, exclusivo Benelux » dégusté récemment. Bien évidemment, ce n’est pas exactement la même chose, mit à part son agrément très semblable à celui-ci ! Ma note de cœur entre 11 et 16/20, 11 pour l’« Anejados » vendu comme tel ! Et 16 pour cet « Hermosos n°4…        

  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: corona extra
  • Taille: 127mm x 19mm
  • Bague: 48
  • Poids: 12gr
  • Année: 2008/2011( je ne sais plus ! )
  • Prix Suisse: 18chf  

hoyo de monterrey_anejados.jpg

 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20 

17:41 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Hoyo de Monterey | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.