01/10/2015

Cigare Perfecto Colorado-Claro "Davidoff"

Certains trouveront ce format désuet, mais ce petit perfecto Colorado-claro vaut tout de même le détour, et mérite de s’y attarder un moment ! Comme vous, je suis plus enclin à fumer des formats moins atypiques comme tous ceux de la famille des ‘parejo’ ( les formats longilignes). En effet le perfecto appartient sans contexte à la mythologie du cigare, du fumeur obèse riche est impérieux derrière son énorme bureau ! Dont les caricatures foisonnent depuis plus d’un siècle les journaux, un peu moins aujourd’hui, quoi que ? Beaucoup l’ont oublié et chassé de leur mémoire, qu’on ne peut même pas les blâmer puisqu’il en existe aucun souvenir pour la plupart d'entre eux. Beaucoup de jeunes aficionados d'aujourd'hui appartiennent par la force des choses à la génération ‘robusto’, un format très adaptéà nos modes de vie, dont je fais aussi partie. Fumer de nos jours un perfecto pourrait s’apparenter à de la provocation, à une prise de position de "nanti-nostalgique" d’un monde perdu et illusoire, le signe fédérateur d'une certaine caste bien pensante et arrogante (bien sûr je plaisante et je m'égare encore). Bref, si vous voulez en savoir un peu plus sur la genèse de cette ligne Colorado/ claro, je vous invite à potasser l’interview d’Hendrik Kelner réalisé dernièrement sur le blog, donc voici le raccourci sur ce lien 

Je vous avouerai que j’ai longuement hésité à confirmer ce choix, ce format me semblait trop court à mon goût, eh oui ce n’est qu’un short perfecto ! Des a priori vite oubliaient comme vous pourrez le constater par la suite, car agréablement surpris par ce petit cigare. Comme tout cigare Davidoff, on peut être étonné au premier abord par le manque de souplesse, cette fermeté suspicieuse pourrait s’apparenter à un cigare mal humidifié, mal conservé ! Mais rassurez-vous, malgré vos doutes la construction et  la combustion ainsi que le tirage restent toujours exemplaires, c’est juste un simple constat et non une pléthore élogieuse pour cette marque ! Pour rappel: ‘un cigare très souple n’est pas forcément le signe que le tirage et la combustion seront bons’ ne jamais l'oublier.  

Visuellent cette petite torpille à la cape finement veinée de couleur Colorado/ maduro développe suavité ainsi qu'une certaine animalitéà la fois, faîte de cuir, de boisé et de note de vanille. Cette persistance olfactive augure une dégustation très ambitieuse et très flatteuse au nez.  

Premières bouffées, premier ressenti ! Dès les premières minutes, c’est une sensation pleine et roborative, plutôt rassasiante et suave qu’offre ce perfecto, très poivre blanc très localisée sur l'arrière du palais ! Ne pas oublier que les toutes premières minutes de fumage, en raison de sa forme très conique les saveurs émaneront principalement de la cape et de la sous- cape car très peu de tabac de tripe au niveau de sa construction. Une particularité qui a son importance dans son évolution qu’aucun autre format ne peut prétendre ! Après plus de 15 minutes, le cône s'évase, s’agrandit pour laisser place à une plus grande proportion de tabac de tripe, les saveurs s’arrondissent en caressant les papilles, les saveurs se font plus terreuses et plus crémeuses, herbe grasse de foin de fin d’été et épice de type anis étoilé émoustillent les papilles par une telle complexité aromatique. Ce départ heureux me provoque un excès salivaire, une sensation que je n’arrive toujours pas à m’expliquer, car déjà obtenue sur d’autres dégustation. Celle-ci apporte rondeur ainsi qu’une longueur très agréable et douce en bouche. D’une consistance mesurée, ce premier temps expose, explose avec brio son rancio délicat et équilibré, mais sans perdre de son caractère. 

Dans un 2ème temps, l'onctuosité toujours bien présente s'accorde maintenant d'une fraîcheur ( genre fenouil ) occultant les effets poivrés du début. D'une belle amplitude, cette seconde partie s'enrichit ensuite de nouvelles notes plus consistantes, plus corpulentes comme le réglisse et le cuir, des saveurs moins complexes et plus linéaires que je qualifierai de confortable !  

Le final, ( 3ème opus) n'est qu'un copier-coller des sensations précédentes, mais d'une consistance plus appuyée et évidente à ce stade de la dégustation, ce perfecto assure un service sans accroc de bonne justesse. Rien d'irritant à déplorer, juste de nouveau l’apparition du poivre au moment juste où la cape commence à se rétrécir, une sensation qui semble être en lien direct avec le goût de la cape ! et quelques notes perceptibles d’ammoniac sur la fin maintenant, rien de trop détestable. Avec à peine 2 cm de cabot à ce stade de l'analyse, je ne déplore toujours aucun effet indésirable qui pourrait m'obliger à l'abandonner, sauf peut-être la douleur d'une brûlure ! Comme épilogue, ce cigare a su me séduire dès les premiers ronds de fumée par une belle explosion des saveurs, suivit d'une parfaite maîtrise évolutive de ses arômes qui a pour conséquence d'offrir un fumage équilibréà la puissance moyenne. Un cigare, un goût, un format atypique que je ne serai vous déconseiller, à tester si vous êtes curieux. Son seul défaut, trop court ! On aimerait prolonger ce plaisir avec quelques centimètres supplémentaires avec un long perfecto par exemple. Ma note de cœur, qu'il n'en déplaise à certains de mes détracteurs, un 15/20 bien mérité.             

  •  Origine: tripe: Dominicaine, Sous-cape: Ecuator Connecticut sun grown, cape: Ecuator
  • Format: short Perfecto
  • Taille: 120mm x 20mm
  • Bague: 52
  • Poids: 10.6 gr
  • Année:
  • Prix Suisse: 14€

les_cigares_selon_edmond_cigare_perfecto_davidoff.jpg.jpg


Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20    

20:46 Écrit par Edmond Dantes dans Davidoff, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.