19/02/2014

Davidoff Year of Horse "Toro"

Après le format Churchill de 2013 pour l’année du serpent, voici la nouvelle édition Davidoff sur le thème du nouvel an chinois 2014 avec ce joli module, un Grand Toro cette fois-ci pour célébrer dignement l'année du cheval en Chine et dans le monde entier. Une idée marketing qui fait son chemin et semble connaître un véritable succès auprès de Davidoff, un cigare aujourd'hui très convoité par tous les inconditionnels et collectionneurs de la marque. À 30€ pièce, il reste malheureusement inaccessible à beaucoup d'entre nous ! sa rareté, uniquement 5000 boîtes pour le monde entier dont 3000 pour le marché américain justifie entre autres son prix très élevé. N'y voyez aucune analogie avec le cheval cabré de la célèbre marque de voiture, même si au final chacun des deux pourra surfer sur le succès de l'autre ! Ne reste que pure coïncidence. Même celle-ci, 1906 date de la naissance de Zino Davidoff et année du cheval aussi ! Bref, ce cigare a toutes les raisons de rester une exception dans les annales de l'histoire de la marque.

Aujourd'hui, avec toute mon objectivité, je vous livre mes premières impressions sur ce fumage. Petite analyse visuelle et tactile pour ces préliminaires, un cigare qui peut s'enorgueillir d'une bonne fermeté, tout en restant de bonne souplesse. Bonne charge de tabac avec un poids de 23,3 grammes (pour exemple un double corona Lusitania de chez Partagas fait environ 23 grammes). Les flagrances de chocolat épicé et de notes butyriques offrent au nez un doux parfum de bon augure, l'ensemble filtré par une cape d'origine Dominicaine ( Yamasa ) reconnaissable à son aspect mat et satiné finement veiné, gratifié d’une fermentation plus longue d’où cette couleur plus sombre, maduro.

Après quelques minutes de fumage, ce Gran Toro offre une perception généreuse et roborative, bien exprimée par des notes de poivre, de terre, de fruits secs torréfiés et de sous bois humide. Un démarrage qui ne laisse pas insensible et très prometteur. La rondeur ne fait qu'un avec une persistance relativement agréable et très bien équilibrée.

Dès le 2ème temps, je le trouve plus capiteux sans grande évolution de ses arômes, une perception semblable à celle d’une cuisine asiatique ! Un cigare très justement pimenté qui domine l’ensemble de cette dégustation, aux accents de pain brioché et d'amande torréfiée, de gingembre, des valeurs très proches d’un cigare comme le puro d'oro dont je retrouve partiellement quelques accords ici et là dans l’ édition limitée. Un cigare pour amateur aguerri et large d'esprit, désireux de découvrir de nouvelles sensations, et pourvu de papilles familiarisées à ce genre de cigares, abondant et soutenu. Les déçus du cigare Cubain, y trouveront un certain réconfort dans cette justesse à tenir son point d’orgue, cette forme de linéarité rigoureuse et maîtrisée ! Afin de garantir des sensations, des arômes sur plusieurs milliers de cigares et non sur 2 ou 3 boîtes seulement, comment il est fréquent de rencontrer sur son île voisine.( Cuba ! )

Pour ce 3ème temps, le duo richesse aromatique/ puissance propose un final très excessif et assez enivrant, exhalant des notes de café "portugais", de réglisse. Un cabo que je préfère abandonner qui ne représente plus que 4 cm, donc rien de représentatif à l’ensemble de cette dégustation, rien de rédhibitoire en soi.

Pour conclure, j’ai beaucoup apprécié ce moment, malgré un certain manque de surprise dans sa seconde moitié, mais vite oublié par un équilibre/ arôme bien contenu de belle complexité.

"Une question toutefois légitime ; Que penser de cet « engouement » pour les éditions limitées ? En général, des éditions spéciales, des réserva et des Gran réserva ! Beaucoup trop de marketing à mon goût qui fausse un peu notre jugement et notre équité à apprécier un cigare. Et je passe sur le merchandising ! Je sais ça fait vendre…le cigare est un business comme un autre ma foi."

Ma note de coeur 15/20, un très bon cigare que j’ai très justement accompagné d’une eau-de-vie de vin acheté au Portugal, moins noble par son nom que son homologue « armagnac » ! Mais tout aussi délicieux.

  • Origine: tripe: Dominicaine Olor Seco, San Vicente ligero, Piloto Viso & Hybrid Seco, , sous-cape: Dominicaine San Vicente, cape: Dominicaine Yamasa
  • Format: Toro
  • Taille: 152mm x 24mm
  • Bague: 60
  • Prix Suisse : 30,5€

h1.jpg

h2.jpg

h3.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase

16:10 Écrit par Edmond Dantes dans Davidoff, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.