30/01/2014

Double Edmundo Montecristo

Lors de mes petites escapades professionnelles au Portugal, je profite toujours d’allier l’utile à l’agréable, en profitant si le temps me le permet de visiter les civettes des environs. C’est chose faite avec un passage obligé à la Casa Havaneza de Porto, sorte de franchise exclusif à ce pays, ainsi sur les conseils avisés du taulier, un Portugais francophone, très sympathique de surcroit ! Mon achat se porte sur ce double Edmundo de chez Montecristo, un cigare vendu uniquement en boîte de 3, 10 et 25. Au Portugal contrairement à la France, la Suisse ou la Belgique les cigares ne se vendent pas à la pièce, hormis ceux proposés en tube aluminium. Malheureusement le choix devient vite très limité ! Impossible dans ce cas espérait fumer un Behike lors de votre passage au Portugal sans être obligé de vous procurer une boîte de 25. Je suis passé avec regret à côté du « Descobridores » de Punch Punch une belle édition régionale du Portugal vendu en boite de 10 ! snif !

Ce double Edmundo, ainsi que son petit frère le petit n°2 sorti en 2013, nous dévoilent aujourd’hui leur nouvelle et unique « alliance » tant attendu ! Cette nouvelle bague conserve les mêmes codes couleurs, mais vient s’agrémenter d’une fine dorure appliquée sur ses nouveaux reliefs à l’emporte-pièce. Une transition que je trouve très élégante et noble. Rien d’ostentatoire, ni ‘m’as-tu vu !’ ni baroque et outragent, celle-ci au contraire redonne au marasme de l’ancienne, une seconde jeunesse de distinction qui semblait cruellement lui manquer.

Ce "double Edmundo" rejoint cette longue liste des robusto extra, un format toujours plus apprécié par de nombreux amateurs d’aujourd’hui pour leur qualité aromatique, un succès qui ne se dément pas avec ce nouveau Montecristo.

D’entrée celui-ci déploie ses meilleurs atouts, éffluves subtils de cuir, de chocolat et de boisé, à cru la perception plus piquante présage une cuisine roborative et réconfortante.

Dès l’allumage, une belle suavité contrebalance avec acidité, elle synchronise à merveille ses notes de noisettes fraîches, de foin humide, d'agrume et de poivre blanc. Ce bouquet associé à une force relativement légère révèle un rancio plutôt bien équilibré. Après 20 minutes, les arômes s’arrondissent avec brio sans pour autant céder à la platitude et l’ennui.

Doté d’un assaisonnement persistant, le poivre se distingue dans ce premier opus comme la fleur de sel exhausse le parfum d’une crème caramel !

En 2e partie, les arômes devenus plus présents, s’uniformisent pour laisser place à des saveurs plus forestières, de bois verni, de badiane et de clou de girofle. S’ensuit une puissance légère en augmentation ou richesse aromatique rythme avec désinvolture ou perception rythme avec harmonie. Un cigare tout en paradoxe, dont l’opposition de ses notes composent ensemble une musique toute en nuances, d’un côté cette petite astringence et de l’autre ce côté débonnaire et douceâtre...

Pour conclure, le final garantit un fumage pondéré, sans trop d’amertume déplaisante. Laissant le soin au dégustateur de puiser jusqu’à la dernière salve de fumé bleu, sans fomenter un rictus amer.

Un 3e temps goûteux sans grande surprise aromatique, ou d’emblée le torréfié marquent de son empreinte ces derniers instants de fumage.

Dans sa globalité, ce double Edmundo a réussi à me convaincre, toujours fidèle aux saveurs bien distinctes des « Montecristo », si vous appréciez cette marque, vous y trouverez votre compte. Un bon cigare à découvrir, ma note de cœur 14/20.

  • Origine:tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine
  • Format: robusto extra
  • Taille: 155mm x 19.6mm
  • Bague: 50
  • année : 2013
  • Poids : 13,4 gr
  • Prix Portugal : 15€ ( Casa Havaneza )
  • Prix Suisse : 11,5€

mtc.jpg

mtc2.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase

17:29 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Montecristo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Flagship Store Zurich décembre 2011


17:06 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités, Zino Davidoff | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/01/2014

Présélection du concours photo 2013

Vous les attendiez, eh bien les voici !

Veuillez trouver les 19 photos sélectionnées par le jury composé des ( caves Adorini, de Thomas Mathys Davidoff Geneva, des cigares Navarre, du maroquinier Patrick Fallon, des cigares VDS, et d’Ana markovic ) que je remercie encore pour leur patience ainsi que de leur disponibilité à effectuer un choix le plus cohérent possible. Dans l’ensemble, je trouve cette sélection assez juste. Certains seront forcément un peu déçu de ne pas voir leur photo, mais c'est comme ça « c’est le jeux ma pauvre lucette ! » 

Encore un peu de patience les amis ! Pour connaitre enfin les 3 gagnants, je laisserai le soin à l'Amateur de cigare de choisir la photo du vainqueur, ensuite viendront la seconde et 3e place.

( Afin d'éviter qu'un participant ne puisse remporter les 3 prix à lui seul, une seule de ses  photos pourra prétendre à chaque place sur le podium.)   

 

PRE_SELEC.jpg

Cliquez sur la photo pour agrandir.

14:28 Écrit par Edmond Dantes dans Concours photo 2013/ 2015 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/01/2014

Histoire de bague...

Franck, jeune créateur et amateur de cigares depuis 20 ans se consacre aujourd’hui au relooking de meubles et la fabrication d'éléments décoratifs à base de recyclage. C'est tout naturellement que l'idée lui est venue de recouvrir de bagues de cigares toutes sortes de pièces qui entourent notre quotidien afin de leur donner une seconde vie.
Sophie, sa compagne et tapissière en ameublement restaure des fauteuils qui seront ensuite recouverts de centaines de bagues. Un véritable travail de patience ! Chaque pièce est unique. Si vous ne savez que faire du vieux guéridon de grand- mère, n’hésitez pas à les contacter pour partager vos idées avec ces deux artistes français pour d'autres applications originales.


leur blog: b2ccreationdecoration

IMG_0004.JPG

IMGP8794.JPG

IMGP7126.JPG

17:13 Écrit par Edmond Dantes dans objets | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/01/2014

Bolivar Coronas Gigantes "2008"

Que penser de ce Gigantes de 2008 . Est-ce que ce cigare est forcément meilleur 4 ans plus tard, voire plus ? Une question que beaucoup d'amateurs se posent un jour ou l'autre. Quel cigare peut prétendre à un long ou moyen repos sans risquer de les retrouver un jour vidé de toute essence aromatique. Aucun ne peut effectivement le prédire, car l'alchimie qui s'opère dans un cigare est une science difficile à maîtriser, trop de paramètres ( qualité intrinsèque des feuilles de tabac, séchage des feuilles, fermentations, conservation, etc)) peuvent anoblir ou ruiner un cigare après 5 ans, 10 ans de conservation ! Sachez aussi que le processus de vieillissement en boîte ne sera plus comparable à celui-ci s'opérant dans les différents process dans les fabriques de cigare. Les seuls à pouvoir revendiquer un repos salvateur seront ceux vendus en cabinet ( boîte de 50 cigares essentiellement ) pour les puristes. La synergie entre eux sera plus optimale et positive qu'un seul cigare entreposé parmi d'autres modules différents.

Sachez qu'un cigare est une véritable éponge, absorbant toutes les odeurs des cigares environnants que vous entreposez dans votre cave. Il est toujours conseillé de les isoler par module et marque afin de garantir un meilleur affinage.Je sais, pas toujours évident en pratique !

En vieillissant, un cigare aura tendance à s'arrondir et s''harmoniser pour donner naissance à des dégustations plus subtiles. La règle serait d'opter pour celui dont la richesse et la force, atteint un seuil supérieur à la moyenne en matière d’arôme/ puissance. Un cigare trop léger supportera difficilement le cap des 3 ans, sans perdre tout intérêt gustatif. Mais cette équation ne peut être malheureusement garantie ! Il reste toujours des inconnus dans cette opération, une part de mystère et de magie que nos précieuses vitoles se garderont de nous livrer.

Mais revenons à ce Bolivar, couronné dernièrement de ses 5 bagues dans son ‘éditions 2013’ par l'ADC.

Dès les préliminaires, l'approche olfactive développe habilement une palette riche, de cuir, de café, de chocolat ainsi que d’accents butyriques de beurre rance, des odeurs qui transpirent ostensiblement de ce corps ferme et osseux. La cape Colorado/ Maduro exsude un petit goût de sel comme le ferait votre peau après une sortie en mer, une très belle entrée en matière pour ce Bolivar ! Dès la mise en bouche, les premières bouffées déroulent un tapis soyeux de saveurs onctueuses et évolutives ou la terre, les fruits secs, la crème, et cette touche de poivre vert bien présente dans ce préambule donne à ce Bolivar une touche tonique en bouche bien singulière !

Après seulement une petite demi- heure, c’est une envolée et une véritable explosion de saveur, plus ronde les unes que les autres, ainsi qu'une longueur qui se prolonge avec plaisir jusqu'au seuil de la perception. Un démarrage roboratif surprenant et sans réserve qui me laisse tout de même inquiet, soit cette histoire risque de devenir mémorable ou insignifiante !

Mais des signes m'annoncent déjà la couleur des prochaines volutes, ce Gigantes passe subitement de l’onctuosité à une sécheresse étonnante dès le 2e temps ! Un désert où il sera difficile d'y trouver une oasis ou d’y creuser un puits. Avec regret la suite devient plus linéaire et plus gouleyante, surfant maintenant sur des notes empyreumatiques en demi- teinte et peu convaincante. Ce cigare semble épuisé, essoufflé, vidé de toute sa quintessence. Rien de très mauvais, mais rien de très bon, je dirai ennuyeux sur la fin de ce 2ème chapitre, ainsi qu’un dénouement sans réel plaisir au final léger et plus puissant, sans âcreté, sans piquant, mais insipide et fade pour ma part ! Il me manque l’essentiel, du goût ! Certains y trouveront peut-être le signe d'un excellent cigare si le but recherché est effectivement ce genre de conclusion.

Ma note de cœur 14/20, pour un très bon cigare concentré sur ses 35 premières minutes.

Malheureusement, en 2008 je n'ai pas fumé ce cigare. Est-ce que cette édition aurait su me séduire à l'époque ? Je ne saurai le dire.

  • Origine:tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine
  • Format: churchill
  • Taille: 178mm x 18,6mm
  • Bague: 47
  • année : AGO 2008
  • Poids : 13,8 gr
  • Prix Suisse: 10,2€ ( Gestocigars )

 

b1.jpg

Accompagné d'un rhum Cubain de Mulata 15 ans.

B2.jpg

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase

17:37 Écrit par Edmond Dantes dans Bolivar, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

13/01/2014

Fin du concours photo 2013

concours photo8e.jpg

 

Juste un grand merci à ceux qui ont pris le temps de participer à ce jeu que j’organisais pour la toute première fois sur le blog. Et qui sait ? peut-être une édition 2014 !

Que va-t-il se passer maintenant ? La question que vous vous posez tous, je me doute bien.

Comme j’ai pu l’expliquer à certains, je ne fais pas partie du jury pour des raisons que vous comprendrez. Pour y remédier, j’ai pris le soin de faire appel à tous les contributeurs de ce concours dont ( Davidoff, Adorini, Navarre, Fallon, Vegas de Santiago, le Speakeasy de Genève) pour effectuer un choix chacun de leur côté de 5 photos. D'ici à la fin du mois, une présélection de toutes ces photos pourra prétendre à l’élection de 3 gagnants.

Ce choix final sera inhérent à ma personne, et certains comme dans tout concours seront forcément déçu de ne pas être dans le peloton de tête. J’espère que vous serez tous « fair-play ». Ce n’est qu’un jeu avant tout qui a pour but de rassembler des passionnés sur le thème du cigare et non de les diviser !

Soyez- donc patient, le temps que tous me retournent leur sélection cela va prendre un petit moment je pense.

L'album photo.

 

08:44 Écrit par Edmond Dantes dans Concours photo 2013/ 2015 | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

10/01/2014

Lusitania "Gran Reserva 2013"

Quelle chance ! De vous compter aujourd'hui l'histoire de ce "Lusitania Grand réserva 2013", un véritable concentré du savoir-faire Cubain, les Grand réserva pour rappel sont issus de tabac ( cape, sous-cape et tripe) vieilli au minimum 5 années. Ce qui en résulte souvent des cigares exceptionnels ! Pour ceux qui se régalent déjà de sa version classique, ce "Grand réserva" est la quintessence du meilleur de Cuba. Je sais malheureusement que tous ne pourront le déguster, car vendu exclusivement en coffret de 15 pièces ! A un prix exorbitant de 45 ( en France) le module, freinera les ardeurs de certains ! 5000 coffrets à la vente donneront aux bourses les plus chanceuses de s'offrir l'extase que procure ce double corona.

Pour celui-ci en provenance direct de l'île, offert par une amie Cubaine n'ont pas subi les aléas du transport, les différents lieux de stockage jusqu'à votre civette la plus proche. Même si aujourd'hui les choses se sont considérablement amélioré, il y a toujours une petite différence de maintien. Pour la connaitre, il faut un jour se rendre à Cuba pour l'apprécier.

Bref, à première vue ce module est physiquement identique au Lusitania que je connais, même longueur, même cepo. Mais étrangement je le trouve plus rond, plus charnu et plus lourd aussi, après vérification sur ma petite balance, il affiche 19,8 grammes contre 18,5 grammes pour sa version classique. Sa cape Colorado/ maduro brillante et grasse développe des arômes humides et suaves de chocolat, un mélange fait de café et de chicorée pour ceux qui connaissent, ainsi que des senteurs plus communes de boisé. Mais après avoir cherché un moment, la chicorée me semble la plus distincte comme nouvelle émotion olfactive.

Pour la suite, après 20 bonnes minutes de mise en température de ce bâton de premier choix, la perception divine et onctueuse explose ses saveurs douces, crémeuses et grasses déployant à foison ses notes de vanille, de miel et de bois précieux. Cette mélodie du bonheur évolue crescendo à la manière d'un ballet, tel le Boléro de Ravel.

Après 1 heure, chaque saveur s'enrichit d'une nouvelle, plus intense, plus moelleuse. Le rancio ( l'équilibre arôme/ puissance) procure un rythme très bien équilibrer, sans hiatus. Complété par de subtil note de fruits confits et secs, de brioché lui assurant sans offense un peu plus de corps. Quant à la rondeur, celle-ci exalte, la longueur en bouche se prolonge, galvanise mes papilles et caresse délicieusement ce pur moment d'allégresse.

Voici maintenant environ 2 heures que je me délecte de ce cigare, de son souffle convenu, devenu plus rassasiant, plus roboratif. Bien entendu son évolution n'outrepasse plus le seuil de la convenance, les saveurs s'accordent désormais sur une appréciation plus grave et sombre, de torréfié, de café noir et de réglisse qui régente ce final avec brio, sans aucune fausseté ou vilaines notes désagréables, comme laigreur et le piquant qui pourraient venir galvauder cette dégustation. Dans les 5 derniers centimètres, le cigare s’épuise, difficile de prolonger cette séance plus longtemps car la combustion a considérablement ralenti, je me résigne à labandonner avec nostalgie après 2h30 de fumage de bonne compagnie.

Un conseil, prévoyez un petit liquide daccompagnement comme ce petit rhum des Philippines « Don Papa », qui sharmonise parfaitement avec ce Lusitania, légèrement acidulé de notes confites. Une très belle découverte aussi, à consommer avec modération afin de ne pas masquer les saveurs de votre cigare, personnellement je me contente toujours dun godet à liqueur pour la quantité maximale à déguster.

Pour ma part ce Lusitania Grand réserva 2013 couronne toutes mes dégustations passées. Un véritable met de choix pour amateur averti. Ma note de cœur 19/20.

  • Origine: tripe: Cubaine 5 ans, sous-cape: Cubaine 5 ans, cape: Cubaine 5 ans
  • Format: double corona
  • Taille: 194mm x 19mm
  • Bague: 49
  • Prix France: 45€  ( 675€, la boite de 15 pcs )

LU01.jpg

LU02.jpg

LU03.jpg

lus.jpg

Lusitania Gran reserva 2013 & Lusitania

Leurs couleurs est quasi identiques.


Petite vidéo dénichée par mon ami Cape qui résume très bien en image mon sentiment sur ce cigare !

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase

08:33 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Partagas | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

09/01/2014

J'irai dormir chez vous à Cuba

Un petit partage de l'émission d'Antoine de Maximy "J'irai dormir chez vous" qui se déroulait à Cuba. Un bon petit moment à passer en sa compagnie, si vous ne l'avez jamais vu. Vous verrez que rien n'est simple à la Havane ! Bon visionnage à tous.


08:25 Écrit par Edmond Dantes dans vidéo | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

08/01/2014

Davidoff 2014 "The Years of the Horse"

Voici la deuxième édition limitée dans la veine du calendrier chinois. Suit la précédente édition Davidoff 2013 "The year of the Snake" ( l'année du serpent ). 2014 selon le calendrier chinois est l'année du cheval, d'où le nom "The Years of the Horse" ( l'année du cheval ).

Cigar Nouvelles | Davidoff_Cigars Davidoff @ 2014 Année de # cigares cheval


Cette édition limitée se distingue sur deux points importants. Pour la première fois Davidoff adopte ce nouveau format, un Double toro de 6 x 60 pour cette série spéciale. La seconde est que la feuille de cape utilisée provient de aussi de la région de "Yamasá". Ce tabac particulier a déjà été utilisé dans d'autres éditions limitées comme la récente "série anniversaire master Éditions 2013 Club House", ainsi que la ligne des Puro d'Oro. Selon Davidoff, la fermentation est plus longue ce qui lui confère une couleur plus foncée.

 

Davidoff_2014_Year_Of_The_Horse


Présenté dans une boîte 9 cigares, chacun aura un prix de 31,00 $ ( 23€ ) sur le marché américain. Et sera produit à seulement 5000 boîtes.

Cape: Yamasà, Sous cape: San Vicente, Tripe: Olor Seco, San Vicente ligero, Piloto visage, Hybride Seco.

 

Article: facciamopuff

 

 

16:18 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/01/2014

Testing cigare Jacques Dutronc avec Zino Davidoff

Un document extraordinaire de 1988, déniché dans les archives de la RTS ( télévision suisse ) par mon ami Antonio. A voir et à revoir. Jacques Dutronc se prête en toute modestie au jeu de la dégustation à l'aveugle avec comme professeur Zino Davidoff.

Couper_2.jpg

20:26 Écrit par Edmond Dantes dans Personnalité, Zino Davidoff | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |