11/09/2013

Hoyo de Monterey "double corona" 2001

Parfois, une rencontre éphémère devient très vite inoubliable !

Ce double corona provient de la cave d'un ami grand amateur de bonnes vitoles, ce privilège pour moi de le fumer aujourd'hui, n'existerait pas sans la passion qui m'anime. Eh oui ! C'est grâce à ce blog que je rencontre régulièrement des personnes formidables auquel parfois au détour d'une conversation, l'opportunité de se voir proposer ce genre de cigare devient magique. Un grand merci à cette personne 'Olivier N'. Un Hoyo de Monterey de 2001, 12 ans d’âge, mes amis, ça ne se refuse pas ! 2001 une année difficile à oublier malheureusement symbolisée par les tragiques attentats du 11 septembre, et des choses parfois bien plus légères comme l'arrivée de ‘Shrek’ des studios DreamWorks !

Cette même année, sur une petite île, un cigare prenait place dans sa boîte dans une fabrique de la Havane, en dehors de tous les conflits que la planète devrait faire face jusqu’à nos jours, et c'est bien plus d'une décennie plus tard après un repos salvateur, une attente de 12 années ! Réduit à 2 bonnes heures de dégustation l’instant d’après ! Ça laisse songeur, vous ne trouvez pas !

Laissons place maintenant à mon ressenti. Premier constat, ce serait l'absence de profondeur des arômes que dégage cette cape, complètement hermétique, enfin presque. Tout à fait normal me direz- vous, pour un cigare de cet âge, les senteurs se veulent très discrètes, très gouleyantes, mélange de bois précieux, de boisé, presque imperceptible. Les cigares dit « vintage » ont souvent cette singularité.

Niveau construction et conservation : R.A.S, ce cigare semble avoir été confectionné  il y a quelques mois ! Disons que la cave d'où il provient, celle de Davidoff Genève, cet ‘HDM ‘ ne craignait pas grand-chose sauf d’être choisi pour ma plus grande satisfaction. Passons aux choses plus sérieuses, l’allumage ! Avec tout de même quelques appréhensions, je procède délicatement à la coupe à l'aide de ma fidèle guillotine, pour ensuite immédiatement l’embraser avec ma torche, comme  à mon habitude et bien plus pratique aux allumettes.   

Dès cet instant crucial, sortant de sa torpeur, la bête commence à respirer timidement, doucement le tirage s’éveille, prend de l'envergure, la fumée s'épaissit, s'enrichit, comme ressuscité d’outre- tombe ! Toutes ses molécules organoleptiques reprennent vie, pour vous décocher à la première bouffée une salve de saveurs, une explosion pleine de suavité, exaltant des notes de chocolat praliné, de moka et de boisé avec une aisance et une contenance à faire passer un ‘D4’ au rang de jeune mouflet impertinent et prétentieux. Eh, oui ce double corona joue dans la cour des très grands cigares. La longueur en bouche frise l'insolence et sa rondeur celle de la concupiscence. Dans un 2ème temps, celui-ci toujours plus voluptueux, il prend définitivement son envol, rien ne peut troubler sa vivacité retrouvée, tranquillement ils vous délivrent des saveurs de terre, de fruits secs et de chocolat au lait. Équilibré, précis, la balance des arômes suit un tempo sans hiatus. Une mélodie du bonheur divisée en deux mouvements, d'un côté une force modérée et de l'autre une légèreté rondement exécutée.( La gravité des TwinTowers réduites à néant et la bonhommie d’un ogre vert ). Une analogie franchement tirée par les cheveux, petite pensée en mémoire de ce triste jour.

La suite sur ce 3e temps, ne me surprend pas moins. Les saveurs endémiques évoluent sur des notes plus corpulentes, plus capiteuse. Toujours de bonne mesure, et d’une absence totale d’amertume ce cigare se déguste bien au-delà du 3e tiers, un vrai régal. Ma note de cœur 17/20, un cigare que je conseil vivement d’essayer, même dans sa version la plus récente.

  • Origine: tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine
  • Format: double corona
  • Taille: 194mm x 19.4
  • Bague: 49
  • Prix suisse: 10,9€  ( Gestocigars )

kwak_hoyo de monterey

 

kwak_hoyo de monterey

kwak_hoyo de monterey


 Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

17:43 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Hoyo de Monterey | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Kwak , chocolat , cigare ... quel beau mélange ! Je n'ai pas encore eu l'occasion de déguster cette Hoyo et j'avoue que ta description me donne envie. Fidel à la marque je ferais surement un tour dans ma civette pour voir si il en a ! A+ l'ami

Écrit par : EM | 18/09/2013

Répondre à ce commentaire

En effet cette bière merveilleuse s'accorde très bien avec ce cigare. Si jamais tu ne trouves pas, j'ai récemment trouvé une adresse qui possède encore de jolie pièce des années 2000.

Écrit par : Edmond | 18/09/2013

Répondre à ce commentaire

Belle dégustation pour un grand cigare, le meilleur Hoyo et qui vieillit très bien mais se révèle excellent même plus jeune. Du cubain pur jus.
J'ai trouvé la Kwak mais pas "le verre du cocher" (quelle histoire!) qui va avec. Tes photos sont "léchées au p'tit poil" et aiguisent l'appétit.
CIGARE !

Écrit par : Cape ! | 21/09/2013

Répondre à ce commentaire

Magnifique l'histoire de ce verre ! J'ai commandé ces verres à Kwak sur le site " SAVEUR BIÈRE", je leur fait un peu de pub car le site est très bien, tu y trouves des centaines de bière du monde entier.
On peut trouver la Kwak maintenant à super U, mais elle reste très rare tout de même !

Écrit par : Edmond | 21/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.