12/08/2013

La Ley ( robusto )

Ce robusto fait parti des nouveautés de l'année 2012, un cigare créé par l’association de Didier Hougevanel déjà inventeur de la marque " Nicarao "que vous connaissez sûrement et celui d'un autre nom du cigare Nicaraguayen, Mr AJ. Fernandez qui produit déjà outre-Atlantique les marques ( Lotano, Diesel, la Herencia, Emilio, etc.) Aujourd'hui Didier revient nous présenter une nouvelle ligne intitulée "La Ley ", un cigare atypique composé d'une Liga du Honduras et du Nicaragua décliné en deux modules pour le moment, un robusto et un Mareva. Un mélange très tendance en ce moment. En effet pour avoir testé d'autres cigares élaborés de cette Liga, l'alliance de ces 2 terroirs apporte beaucoup de rondeur, de légèreté et de volupté au fumage. La subtilité du terroir du Honduras mêlée aux saveurs plus capiteuses du Nicaragua confirme un mariage heureux, prouvé à maintes reprises aujourd’hui.

Comme toujours, difficile de critiquer la fabrication de ce robusto, l’aspect est soigné, joliment vêtu d'une cape colorado/ maduro, d'un moelleux juste et ferme aux flaveurs gouleyantes de bois précieux et de chocolat au lait. Comme souvent avec les créations de DHV, je reste toujours dérouté et agréablement surpris par sa volonté à induire en erreur l’amateur que je suis, eh oui ! Les effluves ne révèlent en rien les saveurs communes et très reconnaissables d’un cigare du Nicaragua.

Bref, ses vacances en Aveyron ( à Salles-Curan ) sont pour moi l'occasion de vous donner mon ressenti sur ce cigare. Je vous plante rapidement le décorum médiéval qui sied très bien à mes dégustations, château du XVe, vieilles pierres, magnifique patio, petite table ronde blanche en fer forgé, une bougie prêtée par la maitresse des lieux, le tout sous un magnifique marronnier d’âge séculaire, une température extérieure de 23°. Me voici parti pour environ 1h30 de dégustation. De 21h à 22h30, voilà la raison de la bougie ! « Pas con Edmond... ! »

Dès l'allumage, les cinq premières minutes accrochent un peu le palais, petite sensation piquante et végétale assez rustique. Passé ensuite ce délai d’échauffement et ainsi qu’une mise en place des différents acteurs de cette pièce en 3 actes. Notre robusto prend petit à petit de l'assurance se chargeant d'onctuosité et de suavité, d’un bel effet rassasiant. Mélange apprécié par de belles notes végétales et de fruits secs, de jeune cuir sur fond épicé de poivre blanc. Relayé d’une rondeur et d’une persistance en bouche riche de bonnes corpulences. La fumée généreuse, enveloppante m’offre un instant de sagacité et de rêverie au fumeur que je suis. La combustion ronronne comme un vieux ‘Diesel' délivrant ses plus belles saveurs.

Dès l’amorçage du 2ème acte, les sensations deviennent plus roboratives et épicées, les notes de chocolat, de café et de cuir, de clou de girofle se fondent avec équilibre dans une puissance/ arôme des mieux maîtrisés.

Le 3ème acte s'illustre par un final plus saturé encore plus intense, aux saveurs saillantes et corpulentes. Les notes torréfiées deviennent vite asséchantes sur les 4 derniers centimètres, avec l'apparition rapidement d'une âcreté dont je ne suis malheureusement pas client. Rien de bien important, car on ne juge pas un cigare à son purin ! Même si certains apprécient de s’y brûler les doigts.

Dans sa globalité, ce robusto au caractère bien trempé, musclé m'a séduit, mais j'aurai préféré prolonger ce plaisir plus loin pour ne laisser qu'un cabot de 2 cm !

Ma note de cœur 16/20 – moins 2 points pour ce final difficilement appréciable. Qui nous laisse un juste 14/20.

  • Origine: tripe: Nicaragua/ Honduras, sous-cape: Nicaragua, cape: Nicaragua
  • Format: robusto
  • Taille: 130mm x 22
  • Bague: 55
  • Prix Belgique: 11,9€

 

la ley

la ley

la ley

09:52 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Concernant les photo . Le point de vue est souvent bien choisi, mais je trouve parfois que les effet de couleur/style que tu leur rajoutes sont trop "envahissant" et ne permettent pas de bien visualiser le cigare.

Écrit par : mazzz | 23/09/2013

Répondre à ce commentaire

Je comprends ton point de vue. Mais ma vision du cigare est de les traiter avec plus de romantisme et de rêverie, essayer de raconter une histoire à travers une photo. Beaucoup de blogs préfèrent le côté plus académique afin de garder l'identité la plus proche du cigare, choix que je respecte. En effet on ne distingue pas toujours le cigare sur mes prises de vue, mais ce n'est pas le plus important. Une dégustation est avant tout un moment de convivialité avec soi-même, qui laisse à l'esprit le soin de divaguer au grè de son inspiration. Voilà pourquoi mes photos ne sont pas une projection de la réalité, mais plus une projection artistique du cigare. Chacun est libre de les apprécier ou pas !

Écrit par : Edmond | 24/09/2013

Répondre à ce commentaire

Le cigare ? C'est la lenteur, la contemplation, le rêve et tes photos reflètent harmonieusement cet esprit. L'amateur ( étymologiquement "celui qui aime") de cigare est à sa façon un poète, pas un consommateur.

Écrit par : Cape ! | 24/09/2013

Répondre à ce commentaire

Merci à toi de défendre mes valeurs ! :-)

Écrit par : Edmond | 25/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.