15/05/2013

Davidoff Belicoso Supremo "White Edtion 2011"

Les Davidoff ‘White Edition’ symbolisent le succès des éditions limitées à la Dominicaine. Très identifiable par cette bague blanche et singulière posée au niveau du pied. Un cigare séduisant au premier abord par une nomenclature atypique : Un tabac de tripe provenant de 3 zones de culture différentes Dominicaines (San Vicente Ligero, Piloto Ligero, San Vicente Visus ), d’une sous cape Péruvienne et d’une cape Dominicaine criollo. Suivi d’un long vieillissement pour les feuilles de ligero de 5 ans au minimum, ce qui caractérise également cette ligne ‘White Edition’.

Pour cette dégustation, j’ai choisi de confondre ce Beliscoso Supremo à mon goût et mes attentes, et en toute objectivité !

Mes premières impressions concernent ces arômes, que je qualifierais de suave et de boisé ! Assez troublant, car plus proche des senteurs d’un cigare Cubain. La cape épaisse laisse deviner au toucher toute son ossature, comme le ferait un animal amaigri. Un cigare visuellement rustique qui mériterait un remplissage plus dense et régulier, je pense. La cape présente aussi un léger piquant et salé à la fois, déjà perçu sur les cigares de la marque, genre ( puro d’oro ).

Dès l’allumage, la sensation onctueuse et roborative donne de suite le rythme à cette intro, la musique s’exécute sur des notes de café, poivre noir, et de pain toasté. Un Jolie trio qui peine malgré tout à s’équilibrer, un peu asséchant sur ce démarrage ! Mais laissons-lui le temps de se positionner et de laisser ses feuilles fusionner. Effectivement au bout d’une bonne vingtaine de minutes, les arômes s’uniformisent sur une très bonne persistance et d’une rondeur très agréable et gouleyante . Un 2e tiers plus corpulent se profile à l’horizon composé de notes plus mielleuses et plus suaves, contrebalancé par des notes de café et de caramel, vraiment intéressant. Une belle évolution qui ne cesse de me surprendre !  Ce Beliscoso semble tout donner, peut-être un peu trop, et trop vite surtout ! humm…

Inévitablement cette belle surprise n’est que de courte durée. Car l’arrivée au galop de monsieur ‘Muscle ’ interrompt progressivement cette douce mélodie. Dans un premier temps, c’est du coude à coude, le cigare s’équilibre un court instant, mais ensuite l’aromaticité cède pour laisser place à cette force écrasante qui envoie tout voler sur son passage dès le prélude du 3e tiers. Une véritable pétulance suicidaire sur fond de paysage lunaire où les velléités impuissantes n’ont fait qu’accélérer sa mort. Sans cette puissance, ce cigare était sur le point d’accéder à la grandeur,  et ainsi devenir un de mes plus beaux coups de cœur de l’année 2013 ! Très frustrant de s’imaginer que l’on tient quelque chose de bon, et que la minute suivante tout se voit  ruiné. Vraiment dommage. Ma note de cœur 12/20 Sourire    

 

  • Origine: tripe: Dominicaine, sous-cape: Péruvienne, cape: Dominicaine
  • Format: belicoso
  • Taille: 140mm x 20
  • Bague: 52
  • Prix Suisse: 15/16€

white edition 2011 davidoff

white edition 2011 davidoff

 
Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

       

08:12 Écrit par Edmond Dantes dans Davidoff, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.