30/04/2013

Dalia 8.9.8 Partagas

Qui ne connaît pas encore le Dalia 8.9.8 ? Ce cigare emblématique du catalogue Partagas est apparu milieu, fin de l’année 1970 sauf erreur de ma part !  Un cigare qui ne laisse pas indifférent l’amateur qui recherche la quiétude et la certitude de passer un agréable moment en sa compagnie, il fera là, un choix salutaire. Ce 8.9.8 présente des atouts très séduisants, une cape rugueuse de couleur Colorad, ferme et moelleuse aux embruns de bois précieux, de chocolat qui lui apporte de suite ce côté fin et gourmand, un parfum unique et inimitable, digne des meilleurs cigares cubains. Dès l’allumage, l’onctuosité enrobe et tapisse votre palais d’un gras d’une belle suavité composée de valeur végétale d’écorce, de tourbe, de fruits secs et de café au lait. Simultanément toutes ces notes se reconnaissent et composent ensemble une jolie musique, douce et équilibré avec une bonne présence en bouche. Les arômes se fondent et ne font plus qu’un, une alliance parfaite ! La longueur, ainsi que la rondeur sont aussi excellentes. Une fois rodée, le 2e tiers dévoile un aspect plus rassasiant, avec plus de corps qui s’illustre par des notes champêtres, de terre, de foin brulé et de chocolat, le tout sans vous irriter les yeux et le gosier ! Un fumage savoureux, fidèle à lui-même du début à la fin. Une fin, plus riche encore ! Avec un contre-balancement parfait arôme/ puissance qui ne finit pas de m’étonner ! Plus brioché, plus chocolaté ce Dalia exulte avec élégance sa dernière plaidoirie, avant de s’éteindre dans un tonnerre d’applaudissement. Heu !…désolé, si j’en ai trop fait…Un véritable ‘Happy-end’. Ma note de cœur 17/20 


Au début des années 90, au plus fort de la crise économique cubaine, faute de boîtes (!!!), ce dalia a été commercialisé un temps comme "Selección privada N°1", vendue dans une boîte classique à  l'intérieur de laquelle, un ruban de soie jaune maintenait les cigares et les distinguaient des “Partagás de Partagás".

Les 8-9-8 boîte non vernie étaient des "coronas grandes" ( plus courts, 155 mm contre 170 mm ) et plus minces (cepo 42 contre 43). Leur création était antérieure aux Dalias. Leur production a été arrêtée en 2002 ou 2003.

JM Haedrich

  • Origine: tripe: cubaine, sous-cape: cubaine, cape: cubaine
  • Format: Dalia
  • Taille: 170mm x 17
  • Bague: 43
  • Prix Belgique: 13.9€
  • Prix Cuba: 7.2€

partaga 898

partaga 898


Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

 

 

21:20 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Partagas | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Mille Fleurs, D4, P2, 8-9-8, Lusitanias (ceux que j'ai fumés) quels bouquets, quelle gamme ! Partag...AS !

Écrit par : Cape ! | 03/05/2013

Répondre à ce commentaire

On ne peut plus d'accord avec ta dégustation, ce cigare, c'est presque une symphonie ! Un accompagnement avec un vieux porto, un whisky speyside (genre Glenlivet 18 ans d'age) ou un Islay (Le Isle of Jura 16 ans) rend ce moment des plus savoureux en un moment inoubliable où on dirait que le temps se suspend pour te permettre de profiter plainement de la qualité de ce joyaux...Je pense qu'outillés de la sorte, des amis peuvent refaire le monde, un dahlia de cette qualité en main...Je ne suis sans doute pas objectif, tant pis...

Ce cigare est sans conteste un de mes préférés.

PS : Edmond, continue de nous raconter la suite de ton périple cubain, tu ne nous a pas tout dit encore ! Allez, continues !
Dami

Écrit par : Dami | 13/05/2013

Répondre à ce commentaire

Merci, Dami de m'encourager.
Je réfléchis au 3e opus cette semaine.

Écrit par : Edmond | 13/05/2013

Répondre à ce commentaire

Dommage qu'il soit si peu régulier ! Sur les huit fumés cette année, deux furent exceptionnels (dont celui que je savoure en ce moment même, le dernier, un régal!) un autre bon et les cinq autres juste moyens, bûchés ou quelconques. Il me laissera donc sur un grand souvenir mais hélas peu enclin à en racheter. Mais "carpe diem" alors je profite de cet ultime (?) 8-9-8 envoûtant d'un bout à l'autre. P..... qu'il est bon !!

Écrit par : Cape ! | 03/11/2013

Répondre à ce commentaire

Malheureusement, c'est souvent la cas aujourd'hui avec Cuba !
C'est difficilement compréhensible. Le pire de tous, c'est bien le D4, un jour c'est extraordinaire, la seconde fois c'est quelconque.
J'ai encore quelques 8.9.8 que j'ai ramené de Cuba, pour le moment ça va pas trop mal.

Écrit par : Edmond | 08/11/2013

Répondre à ce commentaire

Je me retrouve en quasi-totalité avec tes dires. Je viens de me griller mon premier 8.9.8 et quel envoutement! Une allure sobre, une combustion parfaite, seul le purin m'a paru trop boisé à mon goût...
Vivement la chaleur du soir pour continuer sur ce module, encore 9 en stock!

Écrit par : marcus | 28/05/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.