28/02/2013

Macanudo maduro crystal

Un petit cigare sympathique sans grande prétention fumé ce dimanche en extérieur lors d'une petite marche dans la campagne neigeuse.

Je me suis procuré ce cigare lors d’un séjour dans le nord de la France ( la civette de Béthune), cela faisait quelques mois que j’attendais patiemment de le déguster, avec toutefois une certaine appréhension ! Ce macanudo maduro à la cape très sombre, plus proche entre nous de l’oscuro me laissait présager une dégustation corsée et puissante sur des saveurs empyreumatiques. Mais j’ai tout faux comme quoi, il ne faut jamais être influencé par la couleur de la cape et de son parfum aux notes de brioché, de chocolat noir et butyrique. Et bien grande surprise, ce macanudo maduro est tout le contraire, il développe de belles saveurs très douces et crémeuses, sur des notes de moka et de chocolat noir. La puissance reste moyenne tout au long de ce fumage jusqu’au 3e tiers, sans amertume, sans piquant. Malgré une complexité aromatique assez minime, qui n’est aucunement rédhibitoire, ce cigare se défend très bien sur ce registre équilibré ‘puissante/ saveur’, très simple et sans surprise qui en fait un compagnon de balade idéale pour une balade en forêt ou une sortie rackette ! ma note de coeur 12/20

Origine: tripe : dominicaine, mexicaine, Sous-cape: mexico san andrean, cape:  connecticut broadleaf
  • Format: robusto
  • Taille: 140mm x 19mm
  • Bague: 50
  • Prix France: 4/5€

 

macanudo maduro crystal, cigare macanudo

macanudo maduro crystal, cigare macanudo

 

Crianttrès mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Macanudo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/02/2013

Padron classic 2000 "robusto"

Ce cigare trainait au fond de ma cave depuis novembre 2011, un peu oublié, bousculé de droite à gauche au fil des remaniements de mon humidor, ce padron avait perdu de mon intérêt ! Voyez déjà cette bague marron que je trouve d'un bof et pas très avenante, d'ailleur très proche de celles des Montecristo. Pour moi, une jolie bague est toujours flateuse à mes yeux, je trouve dommage que certaines marques ne l'ont toujours pas compris. Passons ce détail, que dire visuellement, la cape est assez rustique, un peu rugeuse et dégageant des arômes de feuille morte, de sous bois. Dès le premier tiers, une sensations onctueuse et nerveuse s'en dégage avec un côté très rassasiant et d'une bonne puissance, la combustion est régulière avec une cendre très fine et blanche. Les saveurs sont terreuses et boisés avec quelques notes de café crème qui nous ammène sur un 2e tiers toujours plus rond, mais peu évolutif agrémenté de notes subtils de noisette grillé, fin du 2e tiers un bouchon m'oblige à le couper d'un bon centimètre ( défault de construction ). Le derniers tiers devient plus empyreumatique et moins agréable, note de bois brulé, de café noir, trop d'amertume qui n'est pas du tout ma tasse de thé. Ce cigare est pour ma part un bon cigare, rien d'exceptionnel ! mais il se défend bien grace à cette équilibre puissance/ rondeur avec une bonne présence en bouche. Ma note de coeur 13/20 Sourire
 

Origine:tripe : Nicaragua, Sous-cape: Nicaragua, cape:  Nicaragua
  • Format: robusto
  • Taille: 127mm x 19mm
  • Bague: 48
  • Prix Belgique: 8,60€ 

 

padron2000

padron2000

 

Crianttrès mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Padron | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/02/2013

Boris Becker 15e festival du cigare à Cuba

LA HAVANE - L'ex-tennisman allemand Boris Becker sera l'invité vedette de la 15e édition du Festival du Havane qui aura lieu du 26 février au 2 mars dans la capitale cubaine, a annoncé mardi le groupe Habanos SA.

boris becker, cigar becker,cigare boris


Plus jeune vainqueur du tournoi de Wimbledon, Boris Becker participera à toutes les activités de cette semaine du cigare, au côté d'un «nombre important de personnalités d'envergure internationale des mondes de la musique, du cinéma et de la gastronomie», ajoute Habanos SA qui donnera la liste complète de ces participants de prestige à l'ouverture du Festival. «C'est la première fois que je vais à Cuba, dont on m'a conté beaucoup de merveilles», a indiqué Boris Becker, 45 ans, cité par un communiqué de Habanos SA.

«J'y vais avec beaucoup d'envie de connaître la grande culture de ce peuple», a-t-il ajouté en précisant qu'en tant qu'amateur de cigares, ses préférences allaient aux Montecristo et aux Partagas, les deux marques qui seront à l'honneur de ce 15e Festival du Havane.

Une des nouveautés du Festival sera le Cooking Show Tabac et Gastronomie, qui verra les chefs croates Grgur Baksic, Zoran Simunic et Pantelija Pekic préparer des plats inédits en utilisant comme ingrédient le tabac cubain. Comme chaque année, des dégustations de tabac et d'alcool seront organisées qui marieront cette année les cigares cubains avec des vins de la région espagnole de La Rioja.

source internet:  fr.canoe.ca

13:30 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Voulez-vous être garçon d'honneur ?

Extrait du site Weddinglee

"Après avoir envoyé quelques cartes d'invitation pour à ses demoiselles d'honneur, son fiancé a décidé qu'il voulait aussi une façon créative de demander à ses garçons d'honneur d'être présent à leur mariage. "

cigare_mariage,

"Cigares...Scellé à la cire rouge avec un 'M'"

cigare_mariage,

"Enveloppé dans une lettre aux armoiries de la famille de son fiancé, imprimé sur du papier parchemin avec des bords déchirés"

 


06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Divers/ insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2013

Lilo Galante dit le cigare

Carmine “Lilo” Galante est né le 21 février 1910 dans un appartement d'East Harlem. On le surnommait "the Cigar", car il n'était pas rare de le voir fumer un cigare.
Ses parents étaient des immigrés italiens originaires de Castellamare del Golfo*. Galante est très vite devenu un voyou et à onze ans, il faisait déjà parti d'un gang. Sa première arrestation date de 1924. Il avait volé des bibelots dans un magasin et fut envoyé dans une maison de redressement pour adolescents, où il était considéré "incorrigible". En 1926, il purgea une courte peine de prison pour attaque et vol. Au début de l'année 1930, il a été arrêté pour implication dans le meurtre d'un policier, mais il fut innocenté faute de preuve. Le 25 décembre 1930, Galante et 3 de ses amis étaient assis dans une voiture lorsque un policier s'approcha vers eux et dégaina son arme. Les 3 hommes tirèrent vers le policier et s'enfuirent à pied. Galante glissa lorsqu'il courait et tomba par terre. Le policier l'attrapa et l'assomma. Au quartier général de la police, il fut identifié comme étant un des quatre hommes qui avaient braquer la brasserie Liebman à Brooklyn. Malgré les coups des policiers, il ne révéla jamais les noms de ses complices. Il fut jugé coupable et envoyé à la prison de Sing-Sing, d'où il sorti en mai 1939...suite sur alpacino66

 lilo galante


06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/02/2013

Cigare El Gordito du club "Cubaneria"

Un cigare, une découverte que j’aimerais partager avec vous. L’originalité de sa création par le club cigare ‘Cubaneria' de Monthey en Suisse, c’est l’histoire simple de 13 potes, 13 copains, tous amateurs de bonnes choses et épicurien dans l'âme, dont l’ambition folle un jour à germer dans leurs têtes, de créer et de vendre leur propre création. Ce rêve est devenu une réalité en 2009, ce parcours atypique, vous pouvez le retrouver en détail dans un article du site ( 24 heures ). Cette histoire peu commune m’obligeait à déguster cette ‘el gordito’, et c’est chose faite grâce à Juan Luis, un membre de ce club que je remercie.
El Gordito signifie en Espagnol ‘le gros’, ce qualitatif est une marque d’affection dont personne ne s'offusque en Amérique latine pour désigner une personne qu’on affectionne avec tendresse. Cette dénomination lui va comme un gant avec ses 10 cm pour ses 60 de cepo, ce joli trapu bien gras aux allures de petite ‘saucisse fumé’ lui confère un visuel gourmand et très appétissant, et ni voit voyez rien de péjoratif dans cette description personnel et populiste, car la revendication des membres du ‘Cubaneria' se voulait de « casser l’image snob qui colle aux fumeurs de havanes souvent rédhibitoires. » ( pas tous bien sûr ! )
La double nuance Colorado/ maduro lui procure une petite touche distinguée et raffinée, très séduisante et peu commune. Son parfum léger évoque le cuir, ainsi que l’odeur d’un grenier aux souvenirs passés de vieux objets. Dès l’allumage, une fumée très enveloppante et généreuse enivre l’espace d’une fumée blanche aux notes torréfiées de café et de cuir. La rondeur, ainsi que la longueur en bouche est tout à fait satisfaisante et gouleyante. Aucune agressivité ne vient troubler cette dégustation. Je le fume très facilement, au contraire de certains cigares nicaraguayens qui parfois devienne trop corsé et acre à partir du 2/3e tiers. Doté d’une puissance légère qui n’est pas pour me déplaire rend cet ‘El Gordito' très agréable et fort sympathique. Un cigare que je termine à m’en bruler les doigts. Ma note de coeur 15/20

Un cigare disponible à la vente sur le site ( Lecigare ) ou sur le site du club ( Cubaneria Cigar Club )

el gordito cubaneria, club cigare montey,cubaneria, el gordito

el gordito cubaneria, club cigare montey,cubaneria, el gordito

 

el gordito cubaneria, club cigare montey,cubaneria, el gordito

Article du 16.04/2011 paru dans ( journal.24heures )

Il s’appelle El Gordito. «Le petit gros», en espagnol. Un cigare de 10?cm de long pour 2,4?cm de diamètre, fabriqué au Nicaragua mais entièrement conçu à Monthey. «Nous avons reçu les premières pièces il y a une semaine. Il est très ferme, opulent. Juste le caractère que nous recherchions», s’émerveille Nicolas Bontems, membre du Cubaneria Cigar Club de Monthey.

Ce cercle a été fondé en 2009 par treize copains, tous amateurs de bons cigares et «épicuriens dans l’âme». Ouvriers pour la plupart, ils veulent casser le cliché du chef d’entreprise plein aux as et fumeur de havanes. «Beaucoup de gens autour de nous, notamment des jeunes, apprécient les cigares. Mais ils ont honte d’en fumer en public, à cause de cette image un peu snob», constate Michel Vanay, président du Cubaneria. D’où l’idée de mettre sur pied de soirées de dégustation, de s’échanger des conseils concernant les meilleurs achats à faire et d’aller à la rencontre de la population – par exemple en tenant un stand au marché montheysan.
Nicolas, Olivier et les autres fument relativement peu. Un cigare par jour, deux par semaine, ce plaisir-là n’a rien de compulsif. Il suppose, en outre, de ne pas avaler la fumée. «En hiver, à cause du froid, je ne fume presque pas. Pas question de le faire à l’intérieur», ajoute Michel, ouvrier d’usine. Sur les treize membres de la bande, seuls trois s’adonnent aussi à la cigarette.

Proche du monde du vin
Tous les deux ou trois mois, les fondateurs du Cubaneria se réunissent pour goûter de nouveaux «modules». Objectif: découvrir et nommer les divers arômes et subtilités du tabac. En lisant leur «table des saveurs», on trouve des termes tout droit sortis d’un manuel d’œnologie: agrumes, tanin, noisette, pain d’épices, gouleyant, etc.

«Le monde du vin et celui du cigare sont très proches, confirme Philippe Gex, vigneron-encaveur à Yvorne et fin connaisseur des havanes. Le langage y est très riche. C’est qu’on a le temps de parler en buvant ou en fumant!»

C’est lors d’une de ces soirées privées qu’est né le rêve de créer un cigare exclusif. Entre les amateurs valaisans et le représentant d’une maison nicaraguayenne, le courant passe. Il leur fait goûter plusieurs modules. Les Chablaisiens votent. «Nous avons sélectionné trois feuilles de tabac, cultivées dans trois régions du pays, explique Manuel Valero. Mais seul le fabricant connaît les proportions exactes.» Ils choisissent aussi la taille et l’épaisseur de leur cigare, qu’ils espèrent à la fois «passe-partout» et goûteux. Première commande: 40?boîtes de 25?cigares. Quant à la bague noire aux couleurs du Cubaneria, elle sera imprimée aux Etats-Unis.
«L’investissement de départ est assez important», admet Olivier Sierro. Mais en évoquant le côté «terreux, animal, torréfié et vieux grenier» de El Gordito, le caissier du club se dit heureux d’avoir tenté ce pari. Compte tenu des frais de douane, le cigare local sera vendu au prix de 12?fr.?80 aux membres sympathisants. Et peut-être le trouvera-t-on bientôt dans quelques magasins spécialisés de la région.


06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/02/2013

Humidor "Winston" Michel Maillard

Michel HAILLARD (né en 1959)

Boîte à cigare « Winston » Authentique boîte cigares (humidificateur), revêtue de parement de laiton, queue d'alligator, dents de phacochère, bois de cèdre. Pièce unique, signée. Haut. : 22 cm. Prof.: 30 cm. Larg. : 43 cm Cigar box « Winston » Authentic cigar box (humidifier) with brass siding, alligator tail, warthog teeth, cedar wood.

source: ventes aux enchères Drouot

 

humidor cigare,cigare croco,crocodile cigare, cigare conan,cigar conan the barbarian

06:03 Écrit par Edmond Dantes dans objets | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/02/2013

Couteau suisse/ option coupe cigare

Couteau Suisse coupe cigares en métal argenté.

couteau suisse cigare,coupe cigare suisse

couteau suisse cigare,coupe cigare suisse

source: Couteau-suisse

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans objets | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/02/2013

Lukkarinen Hannu cigare

Hannu Lukkarinen (né en 1949 ) [1] est un finlandais illustrateur , dessinateur et artiste bande dessinée .

Il a publié, entre autres, des versions comiques Arto Paasilinna romans valet aux cheveux et Ronkoteus . En outre, il a tiré quatre albums Adventures Grisefothin de Nicholas appelé le Moyen Age en Finlande et de la mer Baltique, situées dans la bande dessinée, qui est basé sur Ruusuvuori Juha manuscrits.

Lukkarinen est illustré par les mots, «environ 70 livres du Kalevala dans le soldat inconnu , livres pour enfants, manuels scolaires . journaux Illustrations qu'il a fait. Helsingin Sanomat , en plus des illustrations et des affiches publicitaires pour des clients différents.

source: wikipédia

Lukkarinen Hannu cigare

Lukkarinen Hannu

Lukkarinen Hannu cigare

Lukkarinen Hannu

photo Jussi Helttune

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/02/2013

Autopsie d'un cigare

autopsie_cigare.jpg

 

Cliquer sur la photo.

Designed by remyjm


06:00 Écrit par Edmond Dantes dans outils | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/02/2013

Mes dix commandements...

J’aimerai dans cet article aborder des questions que beaucoup se posent et ni voyez aucun prosélytisme dans mes propos, je m’adresse à des personnes majeures, conscientes que le tabac sous toutes ses formes est nocif pour la santé, le tabac tue, le tabac provoque des cancers, etc…petit rappel pour ceux qui l’auraient oublié.

Avec mon expérience et humilité, voici quelques conseils utiles à ceux qui voudraient un jour voir s’opérer en eux la magie du tabac noir, et qui par manque de témérité resteront sur le seuil de leur convoitise. Comment, par quoi commencer ? Un jeune amateur peut être déconfit lors d’un premier contact avec une civette, surtout si celle-ci ne lui apporte aucun conseil. Une mauvaise expérience tuera dans l'oeuf, toutes vos ambitions. Les différents points ci-dessous, vous aideront à aborder certaine de vos interrogations. 

1er conseil : Éviter de vous rendre dans la première civette du coin de votre rue, du type ‘tabac/presse/loto’, la chance que votre buraliste prenne le temps de vous conseiller est quasi nul, beaucoup les vendent, mais peu les fument ! Je comprends qu'ils ne puissent s'attarder avec un client indécis, tiraillé par le doute de ses choix. À proscrire, même si sa cave est relativement bien garnie. Il y a parfois de belles exceptions, adresses recensées dans la revue ( L'amateur de cigare ).

Vous y reviendrez plus tard avec plaisir lorsque vos certitudes, vos expériences personnels seront plus assurées. Préférez une véritable civette, tenue par un hédoniste passionné, loin d'être avare de vous transmettre quelques préceptes cigarophiles.

civette cigare

2e conseil : Le désir de fumer le cigare doit être réfléchi, on se lève par un matin en se disant « tiens aujourd’hui je me taperai bien un Cubain ! » même si je respecte les mœurs de chacun, « se taper un Cubain » peut être ambigu et mal interprété de nos jours. Souvent, la motivation et l’envie sont suscitées par une tierce personne, un ami, un parent qui se livre depuis quelques années à ce rituel étrange. C’est toujours plus facile de commencer avec quelqu’un, mais rien de rédhibitoire à démarrer seul, je fais partie de cette catégorie !

3ème conseil : Concerne le savoir. Pour jouir avec délectation d'un cigare, il est indispensable de connaitre pourquoi, comment et où est-il conçu ? Tout ce travail en amont, vous permettra d’apprécier intelligemment votre premier ‘habanos’. Divers sites internet et blog vous apporteront des informations utiles dont le mien, bien sûr ! Beaucoup de livres sont également disponibles, inutiles de vous ruiner avec de nouvelles parutions, si vos poches sont percés préférer les bonnes occases sur Ebay ou Priceminister. Pour quelques euros, vous obtiendrez des recueils convenables pour parfaire votre enseignement. Voici quelques titres ( le livre du connaisseur de cigare, la grande histoire du cigare, L'ABCdaire du cigare, Manuel pratique de l'amateur de cigares, Habanos...et bien d'autres )

 4e conseil : votre premier achat, par quel cigare commencer ? Ce choix déterminera votre motivation à renouveler cette expérience. Commencer par un bon cigare, même si votre perception à l’apprécier à sa juste valeur n’est peut-être pas pas aboutie. Un mauvais cigare vous découragera à jamais de poursuivre votre parcours initiatique. Pour exemple ; il serait étrange de conseiller à un futur amateur de vins de commencer par une piquette de pochard, quel intérêt ? Que le seul but de vous dégoûter à jamais.

5e conseil : Choisissez un module de taille modeste avec un temps de fumage de 45 à 60 minutes, ne vous lancez pas dans un module trop long par défi ou pour amuser votre entourage. L’apprentissage et la gestion du temps sont primordiaux dans le fumage d’un cigare. Certains trouveront l’expérience très ennuyeuse, voire trop longue et pour d’autres extraordinaires. Chaque individu à sa personnalité, une sensibilité différente qu’il devra gérer en fonction du moment et de ses humeurs. Il faut beaucoup d'abnégation et de patience pour apprécier un cigare les toutes premières fois, et cet apprentissage de la gestion de temps s’optimisera naturellement au fil de vos dégustions. Un jour vous pourrez affronter ce légendaire cigare, un ‘Lusitania' double Corona de chez Partagas' un magnifique Cubain d’environ 2 heures de pur bonheur ! Mais avant cela, soyez patient et persévérant durant cette phase pédagogique. Et surtout ne pas commencer un cigare si vous n’êtes pas certain d’avoir le temps nécessaire de le terminer.

lusitania partagas

Lusitania Partagas

Voici quelques modules les plus adaptés qui s’offrent à vous : corona gorda, short robusto, Rothchild, petit robusto, corona, petite corona, ils demandent tous en moyenne des temps, variant de 45 à 60 minutes. Pour ensuite vous essayer rapidement au format robusto de ( 60 à 1hs30). Un format appréciable et goûteux, devenu la taille de prédilection de nombreux amateurs d'aujourd'hui. Voici pour démarrer une petite sélection de bons cigares pas trop puissants que vous apprécierez. Sachez qu’un gros module est toujours plus facile à fumer qu’un cigare plus fin, un gros diamètre ne doit pas être une entrave à votre sélection, privilégier ce genre de format dès le départ.

- short robusto ( Trinidad )/Cuba

- Petit churchill ( Romeo & Julieta )/Cuba

- petit edmundo ( Montecristo )/Cuba

- petit corona n°4 ( Montecristo )/Cuba

- corona gorda, le punch punch ( Punch )/Cuba

- Rothchild clasico ( Don Tomas )/ Honduras

- robusto, specially ( Ramon allones )/Cuba

- robusto, short churchill ( Romeo & Julieta )/Cuba

- robusto, regios ( Saint Luis Rey )/ Cuba  

6e conseil : Une fois munie de votre petit matériel ( coupe-cigare, allumette, briquet à gaz) dont votre civette préférée vous aura gracieusement offerte. Vous serez paré. Choisissez un début d’après-midi ou un après déjeuner, sur votre terrasse, au bord de l’eau ou à l’ombre d’un arbre. Un endroit si possible tranquille et reculé qu’il conviendra de choisir avec attention au risque d’être dérangé par des promeneurs pas toujours complaisants avec l’odeur de votre cigare. Éloignez-vous des endroits publics trop fréquentaient les jours de beau temps, la terrasse des cafés bondés les jours d’été. Eh oui pas facile pour un citadin d’assouvir sa passion sans être qualifié d'empesteur.

Voilà, disons donc que cet endroit rêvé s’offre enfin à vous. Assis sur votre banc à l’ombre d’un châtaignier, coupé du monde et ( sans portable), je précise ! Fumer un cigare est une pause, un arrêt sur image, un moment de réflexion si vous fumez seul ou un moment de convivialité si vous le partagez entre amis. Les sonneries intempestives, vous oubliez.

 

banc arbre

7e conseil : Ne vous précipitez pas sur l’allumage, apprivoisez-le avant. Faites connaissance en le manipulant, en l’humant. Tous vos sens doivent être en éveille, la vue, le toucher, l’odorat et l'ouïe. Eh oui ! l’écoute de votre cigare auprès de votre oreille vous renseignera sur son état, en exerçant une légère pression entre le pouce et l'index, il vous murmura son état de conservation. « Un son de ‘chips’ ou de ’Rice Krispies’, trop sec il sera et inversement un son sourd et gras trop humide il deviendra. »

Pour la coupe, humidifier légèrement la tête, utilisez votre guillotine de façon que la lame soit bien à l’équerre, juste en dessous des prémisses de l’arrondi à peine à 1 mm suffira, à cet endroit vous trancherez fermement et sans trembler. Ce travail accompli, il convient maintenant de l’allumer.

Diverses méthodes s’offrent à vous, allumettes ou briquet gaz. Votre "Zippo vintage" laissez- le avec vos autres reliques, vous savez ce carton dans lequel vous conservez ( bandana, badge ACDC, sac US et lettre de vos ex petit amies )  vous l’oubliez !, les vapeurs d’essence nuiraient irrémédiablement votre cigare.

Un conseil, commencez avec de grandes allumettes de 10 cm maximum en prenant soin de la craquer à bonne distance pour éviter les relents de souffre. Ensuite, approchez- le en le tournant sur lui-même, en effectuant de brève inspiration, le pied du cigare doit s'embraser pendant quelques secondes. Une fois l'extrémité éteinte le pied doit être uniformément rougeoyant. Vous pouvez souffler légèrement dessus pour activer cette braise pour l’égaliser. Eh Voilà ! votre cigare allumé, la dégustation peut commencer.

coupe cigare

8e conseil : Le rythme d’inspiration conseillée et donnée d’1 toutes les minutes ( prodigué par Zino Davidoff dans son livre ) personnellement je trouve cette minute assez longue, 30 à 45 secondes me semble déjà pas mal. Moins de 20 secondes, votre cigare risque de chauffer inutilement et de bruler toutes ses matières organoleptiques et aromatiques des feuilles qui le composent, les molécules dégradées laisseront place à de l'âcreté et une sensation piquante et désagréable. Un cigare se consume lentement à bonne température de façon à accroitre dans les meilleures conditions son bouquet d’arôme. Au même titre qu’un bordeaux se déguste à 17-18°, un rosé à 9-10°, un champagne à 7-8°. Le contrôle de cette température reste intuitif nul besoin d'une sonde de cuisson, passer juste le pied du cigare devant votre lèvre pour ressentir cette chaleur, absente: le cigare s'éteint, un rayonnement trop intense: le cigare est en surchauffe.

langue,récepteur langue,récepteur sensoriel

9e conseil : On n'inhale jamais la fumée au risque de vous rendre malade ou de vous faire tousser comme un tuberculeux, même si pour certains cela peut paraître une évidence. La fumée se savoure, se mange, se mâche afin d'exhausser au mieux ses arômes. Cette sapidité se propage dans votre bouche grâce à tous les récepteurs sensoriels de votre langue au nombre de 4 ( acidité, amertume, salé et sucré), ensuite après 4 à 6 secs, expulsez là lentement, pour permettre une légère olfaction. Je déconseille vivement la rétro-olfaction que je juge trop agressive pour les cils olfactifs de votre cavité nasale. Bien sûr, elle ne nécessite pas d'être réitéré à chaque bouffée pour apprécier pleinement votre vitole, mais juste une phase transitoire à votre dégustation.

olfaction,retro olfaction,fumée cigare

10e conseil : L'heure fatidique approche pour votre compagnon d'infortune de rendre son dernier souffle. Prosaïquement, vous éviterez de l'écraser ou de le balancer comme un mégot. Les restes d'un cigare se nomment le "cabo", le rituel consiste simplement à le déposer dans votre cendrier ou ailleurs pour qu'il s'éteigne de lui même avec égard. Inutile et superflu de se signer ou de faire un voeux !

cigare cendrier, cabo cigare

Edmond

08:24 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités, Cigare | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2013

Cave à cigare "Durango"

Nos Caves calcaires sont des éléments tout à fait originales, elles sont conçus pour être transmise aux générations suivantes. Les humidificateurs sont sculptés à la main dans de gros blocs de calcaire d'Indiana, un produit naturel, fabriqué à partir de matériau poreux de milliers d'années, de sédiments fossilisés. Ce matériau a été la principale composante de nombreux bâtiments célèbres, y compris la Maison Blanche, l'Empire State Building, et le Pentagone.

Application de petites gouttelettes d'eau distillée dans le matériau poreux, humidifie l'intérieur de sorte que la cave n'a pas besoin d'humidification supplémentaire. Le couvercle est en verre trempé gris avec un joint pour préserver l'humidité.

Ces humidificateurs sont une exclusivité Durango, made ​​in USA est construite pour durer éternellement. La cave pèse environ 60 kilos et équipée d'un hygromètre digital, d'un kit de nettoyage, un coupe-cigare en acier inoxydable.

source: Durango

Prix: 950$

 

Durango_Humidor.jpg.

Limestone_process.jpg

humid_cart_thmb.png

 

 

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Cave à cigare | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/02/2013

Skull Ring cigar

 

customringz

Bague en argent 925 + zirconium rouge. prix 103€

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans objets | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dégustation "Gran Corto Honduras" Te-Amo.

Une dégustation qui ne fait pas l'unanimité. Moyenne sur les 12 participants: 53/100. les 3 autres avis viendront s'ajouter par la suite à cette liste.   

Voici les résultats du 1er groupe, pour cette 2e dégustations du Te-Amo gran corto Honduras. Je vous laisse juger des premières impressions. J'espère que prochainement, les autres suiveront ! ainsi que la motivation de déguster les 2 suivants. Je comprends que certains d'entre vous, ne puissent le déguster dans des conditions optimales. Pas facile de se poser en terrasse avec ce froid de canard, le temps d'un cigare. Pourtant cela devrait vous réchauffer, le ‘gran corto’ à la réputation d’avoir une très bonne combustion. Alors que pensez-vous de celui-ci ?

Je compte sur vous pour me faire parvenir vos appréciations cette semaine.


 

Antoine

Comme le précédent, on peut dire que ce Te-Amo a une belle gueule.

Agréable surprise qu'a été ce moment de dégustation après la légère déception du "Te-Amo Dominicain". Pour ma part, j'ai constaté une montée en puissance entre les 3 tiers avec des notes végétales (bois) jusqu'à obtenir une fin fort sympathique. Bref, une petite heure de plaisir!!

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :3/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :15/25

Perception et sensation des saveurs :6/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :12/20

Total :63/100

 

Alain

Ce cigare un brin rustique et d'aspect plaisant délivre une petite heure de fumage (si l'on va au bout!) sans grand plaisir.

A cru, les promesses agréables d'un nez mêlant arômes légers de chocolat et de miel seront vite démenties lors du fumage qui ne révèlera ni richesse ni évolution aromatique notables mais une fadeur "savorique" rédhibitoire. Si la puissance est moyenne, la longueur en bouche est absente et la rondeur inexistante, sinon acide et âcre. Tirage, combustion et cendre corrects ne rachèteront à aucun moment ce cigare sans épices ! Un dégazage au début du 3è tiers (mais peut-on diviser ce type de module en tiers ?) pour tenter d'éliminer un piquant et une amertume s'accentuant, sera inutile. S'il me pique la langue, ce TE-AMO Blend Honduras linéaire et peu goûteux ne me brûlera pas les doigts...

L’aspect visuel :1.5/3

Le toucher :3/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :6/25

Perception et sensation des saveurs :2.5/10

Puissance :5/10

Longueur en bouche :2/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :6/20

Total :40/100

 

Obélux

Ma note globale sera donc de 14, ce cigare est nettement plus agréable que la version dominicaine, déjà a cru des senteurs florales étaient présentes alors que la première dégustation brillait par son absence de saveurs. Je ne pourrais pas parler en terme de tiers sur un cigare de ce type, pas contre a l’allumage j’ai découvert durant les 10 premières minutes des saveurs de raisins grillés, très vite briochés, ce qui m’a rappelé la saveur particulière des pains aux raisins quand ils sont encore tièdes.Par la suite des parfums de cacao sont venus compléter la gamme aromatique, ce cigare est beaucoup plus présent que le précédent, les aromes sont bien présents, je n’ai pas constaté de présence de poivre, ni d’amertumes, juste des saveurs chaudes et briochées, par contre je me dois de souligner une nouvelle fois la qualité de conception, mon module était parfait, et la cendre reste un modèle du genre. Donc ce Blend Honduras m’a séduit face au manque de caractère du précédent et je trouve que le rapport qualité prix et sans aucun doute une des principales qualités de ce cigare. Ma note de Cœur devrait plutôt s’établir autour de 13 mais ayant donné 12 à la version Dominicaine je suis tout de même obligé de noter une différence notable. Le plus juste aurait du être de donner un 11 pâlichon au premier cigare, mais ne regrettons rien, les jeux sont fait. Pour moi ce Blend Honduras aura réveillé ma curiosité, et comble mes attentes sans qu’il s’agisse d’un cigare exceptionnel mais je le trouve honnête et le quatrième tiers et resté présent 10 bonnes minutes, comme quoi ce cigare avait pas mal de chose à me raconter . . . 

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :2/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :20/25

Perception et sensation des saveurs :6/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :6/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :14/20

Total :72/100

 

Edmond

J’ai eu beaucoup de difficulté à retrouver les saveurs d’un cigare du Honduras dans ce gran corto ! Pas franchement mauvais, j’ai apprécié la première approche du test du ‘nez’, un doux parfum composé d’un mélange de cuir, de fumé et de boisé sec assez agréable pour commencer. Dès la mise à feu de cette mini-fusée, la perception est assez généreuse et gouleyante à la fois. Par contre une fois mis sur orbite, il faut creuser pour distinguer sa palette aromatique ! exercice difficile, vu la longueur en bouche très courte de ce module. Ce que j’ai pu distinguer entre autres, ce sont des notes de café léger, de cuir et de goudron sur ce prélude, rien que j’excelle. Côté saveur/ puissance, cela reste correct ma foi. Cela lui donne tout de même du corps malgré une richesse et évolution aromatique assez pauvre. 2e tier/ 3e tier, difficile de les dissocier sur un format aussi court, la sapidité devient plus torréfiée, plus empyreumatique ainsi qu’une fortaleza en hausse. Pas du tout à l’image du Honduras, voire plus proche d’un cigare du Nicaragua. Un cigare qui peut surement plaire à certain, par son côté corsé et moins effacé que le précédent le ( gran corto Dominicana). Ah, j’oubliais ! avant de le déguster, je lui ai infligé une cure à 80% d’humidité pour le réhydrater un peu pendant environ 10 jours. Cela a sensiblement aidé je pense à une meilleure approche gustative, le cigare étant plus moelleux, plus humide.

L’aspect visuel :3/3

Le toucher :3/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :15/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :10/10

Longueur en bouche :2/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :9/20

Total :60/100

 

Alex

Première impression : bien construit, tirage parfait, de ce point de vue, il n'y a rien a redire .
En revanche, niveau gustatif, je serai plus sévère . J'ai trouvé ce cigare plat, assez fade mais pas mauvais pour autant ! C'est tout le problème de cette vitole : Rien d'extraordinaire mais rien de franchement mauvais non plus !
Toujours deux moitiés plutôt que les trois tiers. Un peu plus punchy sur la fin mais avec une pointe âcre.
Bref en conclusion :
Toujours un très bon rapport Qualite/Prix. Un cigare idéal pour un débutant …

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :1/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :4/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :9/20

Total :50/100

 

Thierry

Un cigare qui démarre très bien sur de la noisette grillée finement poivrée, mais qui devient très vite âcre. Combustion excellente. Bague très mal collée. Aspect plus que correct. Au toucher, le centre du cigare est plus mou que les extrémité, donc remplissage irrégulier.

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :1/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :4/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :5/20

Total :46/100

 

Ludu ( EMS )

Ce module de blend du Honduras a bien meilleure apparence que son cousin Dominicain, la cape est sombre, jolies nervures, très légèrement gras. J’y sens une odeur de chocolat, un peu de reglisse, et le touché est ferme sans être un bout de bois. Cela s’annonce intéressant. Une fois allumé, c’est terriblement léger, et je ne sens presque rien en bouche, je ne suis pas loin de vérifier que le cigare est allumé, puis progressivement un peu de douceur. La premiere moitié les aromes sont presque absents, très courts en bouche, et la puissance arrive très progressivement.En seconde partie, J’y trouve une saveur un peu épicée, légerement poivrée, mais cela reste timide. J’avais décapité la bête plus serré que lors de la dégustation de la version Blend Dominicain, le tirage est donc plus raisonnable.
Une combustion assez bonne mais légèrement de travers qui a demandé une correction en seconde partie. J’en profite pour dégazer, et je ne sais pas si cela a eu l’effet inverse que celui souhaité, j’ignore si une telle chose est possible, car malheureusement l’âcreté s’est présenté, et cette sensation de piquant va rapidement prendre toute la place laissant une fin désagréable.En conclusion, j’ai préféré ce blend du Honduras à la version Dominicaine, néanmoins je ne pense pas qu'il soit représentatif du terroir du Honduras.

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :2/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :8/25

Perception et sensation des saveurs :3/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :2/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :2/3

Combustion :2/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :7/20

Total :41/100

 

Gwendal

Avec une couleur plus foncée, ce module en impose. Il est très nervuré mais agréable au touché, je note une bague mal collée, dommage.
Je le trouve plus odorant que le Dominicain et plus appétissant. le tirage à froid est facile et me donne un goût de foin, herbacé.
Allumons-le! Come le 1er, la facilité de fumage est au rendez-vous. C'est légé, herbacé et légèrement poivré. Le 1er tier est dans la douceur avec un peu d'amandes grillées mais il s'installe une amertume. A la différence du Dominicain, la cendre tombe rapidement. Le 2em tier gagne en acidité, c'est dommage! Ca pique un peu mais je continu. La comustion est moins droite, je le corrige avec mon chalumeau. Les saveurs n'évoluent pas, ce cigare reste bon mais peu gouteux. Je reste sur ma faim et suis un peu déçu avec cet Honduras qui décroche la note de 55/100 ; vivement la suite !

L’aspect visuel :1/3

Le toucher :2/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :7/10

Puissance :4/10

Longueur en bouche :5/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :1/3

Note intuitive :10/20

Total :51/100

 

José

Tout d'abord, j'ai dégusté ce cigare dans de très mauvaises conditions. Froid et humide, un peu malade…
Contrairement au Dominican blend, l'aspect de cet Honduras blend était plus que douteux. De la colle presque sur toute la cape et quelques tâches plus claires que la couleur dominante.
Un peu dur au toucher mais très agréable au nez. A cru, j'ai trouvé de l'abricot. Un démarrage pas top, un peu âcre. Par la suite ça c'est rapidement amélioré mais j'ai trouvé la puissance non maitrisée, un peu en dent de scie. Bien que je n'ai pas dû rallumer mon cigare, j'ai dû ajuster sa combustion à plusieurs reprise.
Vu les chiffres, cette vitole s'en tire tout juste avec la moyenne. Mais je renouvellerai l'expérience dans de meilleures conditions. 
 

L’aspect visuel :1/3

Le toucher :1/3

Le nez :3/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :6/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :2/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :10/20

Total :52/100

 

William

Une belle cape foncée, assez rustique. L'aspect est encore gâché par la bague collée à la va vite.

Des arômes boisés le long du cigare, bien moins ternes que la version Dominicana.

Une jolie combustion malgré une tenue de cendre moins bonne que pour le premier cigare.

La puissance évolue légèrement mais sans agressivité.

Ce cigare s'en tire donc mieux que le précédent, malgré un format peu avantageux.

 

L’aspect visuel :1/3

Le toucher :1/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :6/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :8/10

Rondeur en bouche :2/3

Tirage :3/3

Combustion :3/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :10/20

Total :56/100

 

Damien

Voila encore un cigare qui a de la gueule, et une belle gueule qui plus est. Il y avait de la puissance et du goût, mais aussi trop d'amertume, c'est vraiment dommage, parce qu'il m'a nettement plus plu que son cousin dominicain. Et malheureusement, la qualité de la pose de la cape laisse franchement à désirer...Bref, je suis déçu, ça pourrait être nettement meilleur et nettement mieux fini...Mais je ne désespère pas, j'aime à croire que ce sont là des défauts de jeunesse, je le garde dans un coin de ma tête et je retenterai un jour la dégustation. 

En tout cas, si les deux derniers montent en puissance et en goût toujours en gardant cette maîtrise (et si possible sans amertume), je pense que nous allons passer de bons moments à contempler nos volutes.
 

L’aspect visuel :3/3

Le toucher :3/3

Le nez :1/3

Richesse et évolution aromatique :12/25

Perception et sensation des saveurs :5/10

Puissance :7/10

Longueur en bouche :7/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :2/4

Cendre :2/3

Perception du 4e tiers :0/3

Note intuitive :8/20

Total :54/100

 

Erwan

L’allumage est aisé et les premières bouffées offrent une saveur fruitée, légère et assez agréable. Ce début prometteur me fait penser à la saveur fraiche et végétale d’un Cumpay (Nicaragua). Le tirage ouvert permet de grosses bouffées ce qui est plaisant. Le cigare ce met en place assez rapidement avec une combustion droite et une cendre résistante.L’évolution gustative va malheureusement tout gâcher dès le fin du 1er tiers avec une dominante grillé et âpre en bouche me faisant penser à un gout de carton brulé. Je fume tout de même le cigare jusqu’à sa moitié en espèrent un changement de cap, en vain…Cette saveur particulière ne me plait gère et je mets donc fin à la dégustation.Bilan mitigé pour ce cigare qui malgré un physique et une construction de bonne facture ne m’a pas convenu niveau saveur et cela dès la fin du 1er tiers. Dommage !

 

L’aspect visuel :2/3

Le toucher :3/3

Le nez :2/3

Richesse et évolution aromatique :10/25

Perception et sensation des saveurs :4/10

Puissance :6/10

Longueur en bouche :4/10

Rondeur en bouche :1/3

Tirage :3/3

Combustion :2/4

Cendre :3/3

Perception du 4e tiers :2/3

Note intuitive :8/20

Total :52/100




06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

16/02/2013

Bill Cosby

Lorsque j'allume un bon cigare, je le décris en disant: ". Il s'agit d'un bon cigare". Mais dire simplement qu'un cigare est bon n'est pas assez bon non plus. " En dégustant la saveur d'un cigare j'exige mon palais qu'il soit aussi intelligent à reconnaître des choses telles que des arômes de terre, de café, de haricots, de Cannelle, de sous bois." Pour voir ce que cela signifie, je suppose que je pourrais prendre un brin de persil, une poignée de terre, quelques grains de café, une pincée de Cannelle, une vieille chaussure, et un morceau de bois, puis les rouler dans une cape Connecticut et le fumer.
Mais non ! Je pense que je vais rester avec le contenu de mon humidor et simplement dire que mes cigares ont le goût du tabac.

Bill Cosby.

thumbs_bill cosby locker room cigar, tailored dreams.jpg

IJ6TD00Z.jpg

67d6166835201fabca3e12fb69db280e8eeebf.jpg

bill-cosby-sammy-davis-cigars-poker4.jpg

bill-cosby-cigar-sillouhette.jpg

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/02/2013

Civette d'un autre temps.

Voici mon coup de coeur pour cette civette, situé à San Diego photographiée par le site "abrillantmelody". L'ambiance 19e est respectée dans le moindre détail, même les vendeurs sont d'époque. Cette boutique n'est pas un musée, elle existe belle et bien dans l'état de Californie. Je la trouve extraordinaire, manque à ces photos le doux parfum des cigares que doivent embaumer cette endroit.  

 
 
 
 
 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Divers/ insolite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/02/2013

Mel Ramos ( pin up cigar )

Enfin, j'ai trouvé qui se cachais derrière ces peintures de femme dénudée à califourchon sur d'énormes cigares ?

Pamela Anderson a laissé tomber son manteau pour lui, Paul McCartney a acheté une de ses pièces, et Claudia Schiffer a essayé d'avoir sa peinture de nu où elle se prélasser un hot-dog afin de le détruire. Il est l'un des plus grands artistes de l'Amérique, voire qu' Andy Warhol.
Avec une carrière construite sur les super-héros improbable de peinture et  les "cigars Naked Ladies", Natif de Sacramento Mel Ramos a enfin une vie de one-man-show avec beaucoup, beaucoup de femmes !!

Né le 24 juillet 1935 à Sacramento, il commence des études artistiques dans cette même ville en 1953. Il expose pour la première fois à la galerie David Stuart en 1965 et en Europe à partir de 1971. Le musée Oackland de Californie lui consacre sa première exposition rétrospective en 1977.

La peinture de Mel Ramos fait partie du pop art. Comme Roy Lichtenstein, il s'inspire, au début de sa carrière, de l'imagerie des comics américain, en peignant les effigies de Batman ou de Flash Gordon. Il aborde ensuite le thème de la Pin-up, dont les figures se détachent sur des fonds représentés par des logos de marques. Vers les années soixante-dix, il détourne des classiques de l'histoire de l'art comme l'Olympia d'Édouard Manet ou l'Amour et Psyché de Jacques-Louis David.

source: wikipédia

 

 

 

8414208_1_l.jpg

544804m.jpg

cimg41502.jpg

have_a_havana.jpg

mel ramos 2005

body cigar

 

 

308028_315449798553782_1474916222_n.jpg

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/02/2013

Tour gastronomique Davidoff

Visite gastronomique en Suisse le 22 mars 2013


Davidoff et le chef Martin Dalsass (18 points GaultMillau) vous amène à découvrir un monde de plaisirs et de la gastronomie.
Vivez une combinaison raffinée de la haute gastronomie, vins exclusifs, cognacs sélectionnés et cigares Davidoff.
Le nombre de participants est limité. S'il vous plaît réserver par mail: gourmet@davidoff.ch

Prix 250 CHF par personne.

 

14:20 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Cave à cigares "Mastro de Paja"

Splendide, cette armoire à cigares Mastro de Paja fabriquée en Italie est absolument surprenante. Réalisée avec des matériaux de qualité et un excellent savoir-faire, cette armoire à cigares Mastro de Paja vous propose un rangement aéré et précis pour 77 cigares. Avec des finitions soignées autant à l'intérieur qu'à l'extérieur, cette armoire à cigares ne pourra qu'être à la hauteur des attentes des fumeurs de cigares.

Accessoires fournis :

  • 1 hygromètre à aimanter dans la cave
  • 3 humidificateurs à mousse séparables, qui se clipsent pour ne faire qu'un
  • 3 compartiments (2 petits, 1 grand) pour ranger des accessoires
  • 11 supports de 7 cigares chacun, individuels et amovibles
  • 1 clé

source: smoking

site: Mastro de Paja

Prix: 1380€

 

 

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Cave à cigare | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/02/2013

Roméo & Julieta short churchill

Mon premier mot qui qualifierait ce short Churchill, serait indubitablement, "Gourmand". Un accord parfait entre mer et terre, pour ce cigare boisé au parfum discret et ajustement paré d'une cape au goût iodé, il courtise mon nez avec délice et délicatesse. La construction de ce short, à la fois ferme et moelleux est impeccable, sans défauts apparents, m'annonce que de bons présages. La tête, une fois tranché exhibe une tripe bien aérée, dont l'allumage extrait de ses entrailles fumantes; des notes pâtissières, de noisette et de fruits secs. La bonne longueur en bouche dévoile un joli bouquet d'épices ainsi qu'une rondeur sans équivoque et rassasiante. L'équilibre puissance/saveur est bien maîtrisé et évolutif, qui nous amène sur un 2e tiers plus torréfié et analogue au préambule de cette dégustation. Le final plus âcre, moins plaisant demande un repos salvateur, un affinage de quelques années pour qu'il devienne excellent. Il y a des chances que je revienne de Cuba à Avril avec une jolie boite de 25 de ces petites merveilles, que je conserverai avec attention pendant au minimum 2 ans pour éliminer cette vilaine âcreté du 3ème tiers. Ma note de cœur 16/20 Rigolant un cigare à déguster sans modération.


  • Origine: tripe: Cuba, sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Taille: 124mm x 19,8mm
  • Format: robusto
  • Bague: 50
  • Prix Gestocigars: 8€

 

 

 

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Romeo & Julieta | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |