23/12/2012

Total Recall ( Arnold Shwarzeneger )

Extrait du livre "Total Recall" dernière biographie d'Arnold Schwarzeneger, un passage du livre est consacré à sa passion du cigare.

total-recall-biographie-arnold-shwarzenegger.jpg

 

De mon côté, je ne pensais qu'aux cigares. Pendant que Maria allait à ses rendez-vous, j'ai visité la manufacture de Partagas où l'on fabrique les Cohiba, les Punch, les Montecristo et autres marques légendaires. Je suis fasciné par les usines et pour peu qu'un produit me passionne je tiens à voir comment on le fabrique. J'adore voire produire et assembler des voitures, façonner des chaussures, souffler le verre. Ou encore me rendre chez Audemars Piguet en Suisse, la fabrique de montres de luxe, pour observer le travail des techniciens dont les tenues blanches, les gants et les couvres-chefs protège les mécanismes de la poussière. Ou faire une halte dans les boutiques de sculptures sur bois en forêt-Noire, en Allemagne, où l'on confectionne des personnages et des masques religieux. Cette usine cubaine était le paradis du cigare. imaginez une immense salle de classe contenant une centaine d'élèves, pourvue de pupitres et de banc en bois à l'ancienne. les hommes et les femmes assis aux pupitres roulaient les cigares. Au milieu, comme à l'école, trônait une estrade. S'y tenait quelqu'un qui lisait les nouvelles à haute voix. Mon espagnol étant rudimentaire, je ne comprenais pas tout, mais il s'agissait d'informations assaisonnées de propagande. Pour s'asseoir en un tel endroit en distillant ce genre de harangue, mieux vaut avoir un talent de fantaisiste, voire d'amuseur, comme lorsque Robin Williams fait le DJ dans " Good Morning Vietnam ". Ce gars là avec cette gouaille, le débit d'une mitraillette, et il agirait constamment les mains. Je suis certain qu'il aidait les ouvriers à passer le temps. Ils traitaient ce tabac d'exception comme de l'or. C'était fascinant. J'avais vu ce type de mesures de sécurité dans les mines d'or et diamants en Afrique du Sud, mais nulle part ailleurs. À leur arrivée, les ouvriers et les ouvrières entraient en file indienne dans une grande salle parfaitement humidifiée où les grandes et longues feuilles , merveilleusement entretenues, étaient suspendues. Chaque ouvrier avait droit à un quota de feuilles plus trois cigares pour usage personnel. Mais ces cigares-là n'atteignaient pas, de loin, la qualité des feuilles, la règle étant: " Il est interdit de rouler un cigare pour soi-même." Et le contrôle était strict. Le tabac est précieux. On doit le cultiver puis le traiter d'une certaine façon. Il faut le préparer. Le faire sécher avec soin jusqu'à ce qu'il devienne brun, prêt à être roulé. Tout doit être parfait et les cubains y excellent. Ils bénéficient du climat idéal, des meilleurs sols, et héritent d'une tradition: des générations de passionnés se sont consacrés au roulage des cigares en recherchant constamment de meilleurs moyens d'atteindre la perfection. Il suffit de voir comment se confectionne un cigare: d'abord le cœur, doté d'une qualité différente; puis l'enveloppe, qui doit être une feuilles sans la moindre nervure. Quand on observe d'épaisses nervures sur un cigare, c'est qu'il s'agit d'un produit de moindre qualité ou d'une malfaçon. On peut s'en procurer pour huit dollard la pièce, qui se fument bien, mais rien à voir avec des cigares haut de gamme comme les Davidoff, les Montecristo ou les Cohiba. Enfin, j'observais les ouvriers apposer la bague. Comme pour tout, il faut que l'étiquette ait de l'allure. Un fumeur de cigare prête beaucoup d'attention à la marque. En particulier si elle semble étrangère, d'apparence cubaine, vive et latine, avec des rouges et des jaunes et parfois une belle silhouette féminine. Les cigares cubains méritent leur réputation. On trouve partout des contrefaçon mais l'expert peut renifler le faux en quelques secondes car le cigare cubain exhale une forte odeur d'engrais. Cela paraît bizarre, mais c'est ainsi. C'est délicieux à fumer, mais le néophyte sera déconcerté par l'odeur qui se dégagera quand il ouvrira la boite. 


06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Livre/ DVD/ Application | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.