26/09/2012

Edito Allegro ( robusto )

Coup de projecteur sur un cigare français de la marque "Édito" connu et méconnu, certain en ont surement déjà entendu parler ! Pour rappel les cigares Édito sont fabriqués à partir de tabac dominicain, Nicaraguayen, hondurien et péruvien pour être ensuite roulé en France à la Chapelle Guinchay en Saône et Loire, je trouve cela étonne d'ailleurs ! La marque est divisée en 2 catégories, la gamme "Allegro" issu de tabac d'origine cubaine et la gamme "piano" d'origine dominicaine. Les cigares "Allegro" bague rouge sont plus rassasiant et puissant ce que j'ai pu constater lors de cette dégustation, les "piano quand t'a eux se veulent plus doux.
Comment se fait-il que cette marque soit autant snobée par de nombreux amateurs et magazine ( ADC) ?. Est-ce un problème de communication ? sans doute involontaire de la marque ou simplement une discrétion voulue par Mr De Guisa ?
Première approche visuelle sur ce robusto que je trouve assez rugueux et veineux, limite rustique un peu comme un "El Credito", orné d'une bague bordeaux avec en son centre ce " é "que je trouve...bref ( sans commentaire) Quelle est l'histoire de ce nom "Édito" ? je serais curieux de connaitre l'historique de ce nom ? Une région si riche en histoire aurait pu être une source d'inspiration beaucoup plus onirique. C'est mon humble avis.
 
Les senteurs sont attrayantes, légèrement butyriques et animal, avec une cape au goût salé assez singulière, qui stimule ma curiosité avec intérêt et m'oblige à me concentrer sur la suite de cette dégustation.
Dès cette mise en bouche, le cigare allumé biensùr ! une sensation onctueuse sur fond de boisé, rehaussée de note balsamique et sucrée se révèle enchanteresse pour le plus grand plaisir de mon palais, un premier tiers audacieux. La cendre est ferme de couleur grise, sa combustion reste excellente et régulière accompagnées d'une fumée blanche et grasse, aucun défaut n'est à signaler.
J'aborde le 2e tiers avec grand appétit, celui-ci en effet devient plus capiteux et corsé, plus animal aussi, avec une sensation de fraicheur en arrière-plan pas qui n'est pas anodin !, cela me rappelle étrangement l'ammoniac ! La rondeur en bouche reste toutefois satisfaisante et rassasiante, mais puissance quant à elle devient vite crescendo sur le milieu du 2e tiers et l'emporte sur les saveurs.
Un 3e tiers toujours d'une puissance endémique, un choix malheureux au détriment des arômes, dommage ! Aucune amertume cependant n'apparaît sur ce final, ce qui est un bon point je ne dirais. Mais je regrette amèrement ce premier tiers qui m'annonçait une jolie musique, mais cette transition à partir du 2e tiers était trop brutale à mon goût avec une perte notable des arômes. Même si j'apprécie en général les cigares qui ont du corps, cette allegro est limite entêtant, saoulant. Ma note de coeur sur mon ressenti, 12/20 pour ce curieux cigare. Certains l'apprécieront surement à sa juste valeur, que je trouve d'ailleurs excessif !
 

Origine: tripe : Dominicaine, Honduras, Pérou, Sous-cape: Dominicaine, cape:  Equateur
  • Taille: 127mm x 20mm
  • Bague: 51
  • Prix Suisse: 12,6€ 

cigare edito

edito_02.jpg

cigare edito

 

Crianttrès mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

06:00 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Tu as bien du courage de parler de cette marque ! Personnellement je suis un peu froissé/agacé par ce Mr Da Guisa qui nous prend (les amateurs et les bloggeurs) pour des pigeons. Je n'en dirais donc pas plus sur lui…

Écrit par : EM | 26/09/2012

Répondre à ce commentaire

Je sais ! je comprends ta position. Mais laisse lui tout de même une chance. Je sais que c'est un passionné, peut être maladroit ?

Écrit par : Edmond | 26/09/2012

Répondre à ce commentaire

J'ai lut avec attention votre commentaire et vous en remercie.
2 précisions: 1 mon nom est de GUISA (je dit ça juste pour la forme) ensuite le prix du robusto Allegro et à 12€60 le piano à 12.30 par contre le rotchild (qui est à comparer avec un robusto cubain coûte 11.50 pour l'Allégro et 10.80 pour le Piano)

Enfin, et pour répondre au comentaire non signé "Tu as bien du courage de parler de cette marque ! Personnellement je suis un peu froissé/agacé par ce Mr Da Guisa qui nous prend (les amateurs et les bloggeurs) pour des pigeons. Je n'en dirais donc pas plus sur lui…"

Contrairement à ce que pense ce Mr ou cette dame, je n'ai pas pour habitude de prendre les gens pour des pigeons.

Je suis interressé de savoir ce qui la froissé ou fait dire ça et suis à sa disposition pour en parler 03 85 23 1.2.3.4 ou 06 09 40 88 70.

Concernant la presse, ça fait longtemps que je ne me formalise plus, même si j'ai eu une conversation récement avec un des responsables de l'amateur du cigares pour lui dire que je trouvais ça inadmissible.

Ca changera peut être un jour si des amateurs comme vous interviennent, mais sincèrement je trouve que ce serais la moindre des choses d'en parler de temps en temps.

Encore merci pour l'interret que vous avez porté à EDITO et au plaisir de vous recevoir sur place si vous en avez envi.

Cordialement

Écrit par : Valéry de GUISA | 26/09/2012

Répondre à ce commentaire

Monsieur de GUISA,
Ne connaissant pas votre production, je ne me permettrai pas de porter un jugement quel qu’il soit sur vos cigares, je trouve seulement leur prix un peut trop haut de gamme et surtout pas à la portée de toutes les bourses. Toutefois je salut ici votre intervention sur ce site : vous avez l’honnêteté de laisser vos coordonnées ce qui est de plus en plus rare de nos jours.
C’est fort honorable d’essayer de produire des cigares ‘made in France’ même si la matière première proviens de contrées lointaines qui bénéficient d’un climat plus adapté a ce type de production, de toute façon l’assemblage et le choix des ‘cépages’ demande un savoir faire qui peut très bien être développé localement.
Vous semblez ne pas avoir bénéficié des différents appuis dont a pu bénéficier récemment les cigares Navarre (appuis politiques, médiatiques ou autres, là n’est pas la question) mais comprenez bien qu’à mettre plus de 10 euros sur un cigare, nous sommes tentés de nous refugier sur des valeurs sures cubaines où le risque gustatif et les mauvaises surprises sont tout de même limitées. A titre d’info je savoure un montécristo N°4 en vous écrivant : ce n’est pas un sommet mais le rapport qualité prix me semble très raisonnable et en plus il a le prestige du terroir cubain. L’instant du cigare reste une invitation au voyage.
Pour reprendre les infos glanées sur un autre blog consacré aux cigares (clin d’œil à Thierry), je trouve l’initiative de Jean Claude Charlet de la Manufacture des Cigare des Mascareignes Itée fort intéressante : des cigares entre 4 et 6 euros, avec un catalogue non négligeable : voila à mon avis une idée commerciale à développer pour promouvoir une nouvelle gamme et l’ouvrir à un large public. Franchir la barre de 8 euros me semble un frein financier non négligeable par les temps qui courent.
Pour ma part j’ai déjà essayé de gouter a votre production, mais je suis au regret de vous informer que l’approvisionnement de votre production est très restreinte, voir même quasi introuvable, dans les civettes que je fréquente, mais étant de nature curieux je vous assure que je ne vais pas rester longtemps dans l’inconnu et espère pouvoir très rapidement combler cette lacune.
Bien à vous

Obélux

Écrit par : obelux | 26/09/2012

Répondre à ce commentaire

Merci à vous Mr de Guisa, j'apprécie votre intervention et votre franchise sur le blog.
Personnellement je ne suis pas ici pour casser du sucre sur le dos de tout le monde ni d'en verser ! je respecte le travail de chacun. Je trouvais simplement injuste et anormal que vos cigares soient snobés dans le paysage cigarophyle français. Je suis d'accord avec Obélux sur le fait que les tarifs sont assez prohibitifs dans l'ensemble et qu'il est difficile de s'en procurer, 2 facteurs qui semblent mettre un frein à votre productivité. Concernant l'amateur de cigares, nous sommes en droit de se poser la question " y a-t-il des droits d'entrée pour figurer dans ce magazine ?"

Écrit par : Edmond | 27/09/2012

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Edmond,

Je viens de lire ta dégustation et les commentaires qui l'accompagnent. A la suite de ces informations, je me suis mis en quête de trouver un endroit où me procurer un de ces modules… Comme toi et bon nombre d'amateurs, lorsque je goûte un cigare, qu'il soit Puro ou d'une autre origine, je cherche à la fois les saveurs associées à un caractère affirmé. Les Especiales N°2 que j'ai eu la joie de goûter à nouveau grâce à toi sont une exception dans la cave où cohabitent Churchill, Magnum 46, D4, Salomones, 8-9-8, Lusitanias, P2, Epicure N°2, Edmundo... Ils sont plus doux, plus fins, possèdent moins de caractère que ses voisins et sont moins rassasiants. Pourtant, ils me procurent un plaisir intense et différent.

Si je prends l'avis des "collègues", j'aime à me faire ma propre opinion. Je suis donc allé sur le site Edito et là, stupéfaction, il n'y en a, finalement, pratiquement que dans la vallée du Rhône, dans l'Hérault et quelques autres points de vente répartis entre Paris et le sud-ouest… Bien sûr, rien à Cherbourg mais cela n'est pas étonnant… Et comme la vente par correspondance est, je crois, toujours interdite en France, je ne suis pas prêt de me faire mon idée sur ces modules...

Il me parait tout de même curieux, après quelques années où cette marque est commercialisée, de ne pas avoir, au moins dans les villes représentantes des régions, de distributeur capable de fournir l'ensemble des marques de cigare disponibles sur le territoire.

Est-ce un problème de production ? Un problème commercial ? Y a t'il une sorte de ségrégation mettant au banc les nouveautés de peur de faire de l'ombre au marques bien implantées ?

Je suis lecteur de l'Amateur de Cigares depuis le numéro 1. Je devrais plutôt dire que j'étais lecteur... J'ai du rater au moins 2 années complètes. Je ne les ai pas tous eu en mains car à l'abonnement, je préfère aller chez mon marchand de journaux, discuter un peu avec lui et, parfois, il est arrivé qu'il ne soit pas livré de ce magazine.
Un magazine qui a bien changé depuis sa création avec comme rédacteur en chef Jean-Paul Kauffman où la dégustation primait. Plus de publicité, de dessin de plus ou moins bonne facture accompagné de commentaires souvent incompréhensibles ou carrément idiots, une ouverture aux alcools, à la cuisine, au véhicules et accessoires de luxe... C'est ce qui me plait le moins finalement dans ces pages à la couverture en papier glacé et au format commun aux autres revues… Au lieu de démocratiser, de mettre à la portée de chacun le plaisir de déguster, l'envie de découvrir ce monde fascinant du cigare, l'Amateur agit comme si cet univers devait être réservé à une élite. C'est bien dommage et c'est peut-être aussi la raison pour laquelle les cigares de Monsieur de Guisa sont interdits d'articles a contrario des Navarre qui ont eu droit à un test dithyrambique dès leur mise sur le marché. Ils répondent certainement au goût de beaucoup d'amateurs... Et de copains... Pas au mien…

En bref, si j'ose dire vue la longueur de mon écrit, je goûterais volontiers aux Edito le jour où la civette à côté de mon magasin y aura droit.

Peut-être que Monsieur de Guisa a t'il eu, enfin, un article dans l'Amateur ce que je lui souhaite. Il a bien du mérite d'oser mettre sur le marché des cigares roulés en France et de se battre contre l'établishment dans un contexte économique difficile mais qui, parait-il, s'améliore (si, si, ils l'ont dit au journal ce midi et ce soir). Qu'ensuite ses modules correspondent au goût de chacun, c'est l'affaire de l'amateur, le vrai, pas la revue… Encore faut-il pouvoir se faire une opinion. Enfin, je lui tire mon chapeau pour avoir laissé ses coordonnées sur ton blog ce qui peut être risqué. Peut-être oserais-je lui téléphoner...

Rendez-vous au prochain commentaire et, en attendant, je me fais un grand plaisir depuis maintenant une petite heure, avec mon Lusitanias qu'accompagne un Lagavulin de 18 ans, très tourbé et pourtant laissant mon module s'exprimer.

Bien à toi et à tous ceux que le cigare réjouit.

Emmanuel

Écrit par : Emmanuel Grynberg | 04/10/2013

Répondre à ce commentaire

C'est ce qui s'appelle du commentaire ! Emmanuel
Je comprends ta frustration, ainsi que tes interrogations ! Pourquoi ne parle t-on pas des cigares Édito dans l'ADC, le plus simple serait de leur poser la question.
Je pense que je devrais pouvoir arranger cela...

Écrit par : Edmond | 05/10/2013

Répondre à ce commentaire

Pour ce qui est du cigare Navarre, il a fallu du temps à l'ADC pour s'y intéresser ! Mr Frontère a eu aussi sa traversé du désert. N'oublions pas que ce monsieur vient du monde de la pub bien avant celui du cigare ! Et ce n'est pas un reproche, bien au contraire.
Dans ce domaine, la séduction à beaucoup d'importance au près des médias, surtout lorsqu'il en reste qu'un !

Écrit par : Edmond | 05/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.