16/04/2014

La Couronne "civette cigare à Nyon"

DSC09557.jpg 

Un endroit vers lequel j’invite tout hédoniste à se rendre un jour, c’est bien la civette de Nyon « La Couronne ».

Une véritable institution comme on en rêverait de voir plus souvent qui abrite la plus grande cave à cigares de Suisse en matière de surface. 

Ce lieu magique, divisé en 2 parties distinctes, d’un côté les cigares (parfaitement humidifiés dans 4 petites salles en alcôve) et de l’autre celle des alcools avec un choix exhaustif des meilleurs crus du moment (Armagnac, Cognac, Rhum, Whisky) aiguise l’appétit du chaland.

Le boss, Alexis Aazam règne en maitre sur son château, secondé par ses fidèles ministres Dominique Boyé et Olivier Leboudec. Tous trois, symbolisent l’élégance et l’humilité de ce métier, malgré leurs visages fermés (je dis ça pour le portrait de famille qui pourrait en impressionner plus d'un). Mais rassurez-vous, une fois que les masques d’une séance photo tombent, Alexi et Dominique vous accueillent avec bienveillance et enchantement en vous invitant à découvrir les lieux, si nécessaire ils se tiendront à disposition pour vous servir de guide et ainsi partager leur savoir sur leur passion du tabac noir, une avidité qui brille au plus profond de leurs yeux. Deux personnages très attachants, qui vous feront vite oublier le temps d’un après-midi femme et enfants !

Sachez qu’Alexis Aazam de par son expérience aiguisée dans le cigare, est aussi coauteur du livre ‘Cigare'. Un ouvrage voulu résolument graphique où dessins, photos, textes s’entremêlent dans une joute verbale de citations et diverses analyses ‘psygaristiques’. Un livre enivrant qui encourage à la rêverie, au plaisir d'une jolie fumée bleue...

( prochainement interview d'Alexis Aazam sur le blog )   

6aa092398b2e8b532ae7c121c82f6ffd.jpg

Alexis Aazam, Olivier Leboudec, et Dominique Boyé sur la droite.

( photo d'Alban Kakulya )

DSC09561_redimensionner.JPG

DSC09562_redimensionner.jpg

DSC09556_redimensionner.JPG

Le livre "Cigare"

DSC09571_redimensionner.jpg

DSC09551_redimensionner.JPG

DSC09570_redimensionner.JPG

moi même et Alexis. 

Rue de Rive 34, 1260 Nyon "Suisse" ‎
+41 22 361 16 53 
La boutique en ligne sur CIGARPASSION‎

20:23 Écrit par Edmond Dantes dans Adresse, Les bonnes civettes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/04/2014

Partagas "Presidentes" perfecto

Le cigare cubain d'Irving Schott inventeur du blouson ‘Perfecto' en 1928, clin d’œil éponyme au module Perfecto ( un format très répandu à cette époque) qu’Irvin arborait fièrement, sûrement comme accessoire fétiche pour négocier, discuter les coûts de production avec ses fournisseurs et revendeurs. Aujourd’hui 86 ans plus tard, rien n’a changé, enfin presque ! Le blouson ‘Perfecto' existe toujours et fait toujours le bonheur de certain ‘jeuns’ désabusé et révolté ! Sans le savoir Irving a aussi inventé le ‘marketing social et intemporel’. Quant au cigare ‘Perfecto', lui a perdu de son faste et de son engouement auprès des amateurs, bien malheureusement ! Quelques formats subsistent encore chez quelques marques dont le ‘Presidentes de chez Partagas' dont je viens tout juste de déguster. Ce format atypique en forme d’obus et un peu ventru, synonyme d’une Amérique ostentatoire et impérialiste. Aujourd’hui détrôné par des formats comme le robusto.

 

Perfecto01.jpg 

 

Après cette petite anecdote, voici mon sentiment concernant ce ‘Presidentes' ( mis en boîte en 2012), je précise ! Il se peut que cette année ne soit pas des plus flatteuses pour ce module. Son parfum boisé très léger contrebalance avec une odeur de poudre ( genre artifice, pétard…) dissimule parfaitement ses aspirations, difficile de savoir de quoi est fait l’animal . Au toucher, la fermeté risque de présenter une gageure pour la suite du fumage ! Je pense à une fâcheuse préservation de son habitat ou d’un défaut de roulage ( trop serré).

Le démarrage agréable suave et onctueux me fait penser au Siglo VI, mais la comparaison s’arrête vite là. De suite une certaine corpulence prend vite le relai, signifié par des arômes plus intenses, meuble verni, réglisse, poivre et café définissent d’emblée ce premier temps dans un bouquet que je trouve assez classique dans l’ensemble, analogue à une bonne cuisine de terroir. Une sensation réconfortante dotée d’une belle puissance mesurée. Le tirage par contre n’est pas très aisé, il faut redoubler d’efforts pour obtenir le bon volume de fumée, ce que je craignais un peu dès le départ. Je décide donc de couper un peu plus haut, au-dessus de la partie plus compacte et ferme de la tête, cela semble rectifier sensiblement la fluidité de la fumée et de résoudre ce problème.

   

À part, ces quelques déconvenues techniques, ce Perfecto trace sa route, onctueuse et intense avec une amélioration de sa rondeur, celle- ci accompagnée d’une longueur copieuse et rassasiante illustrée par des notes de noisette torréfiée, de café et d’épices. Des accords simples et persistants, fredonnant une mélodie efficace et enivrante.

Le 3e temps, offre sans surprise une perception toujours plus riche et puissante. Surfant sur des saveurs lourdes et empyreumatiques. Un final ordinaire sans grande surprise, déséquilibré par une puissance écrasante, suscitant beaucoup d’amertume dans les 15 dernières minutes.

Ma note de cœur 13/20, pour un bon cigare qui manque de subtilité et de finesse à mon goût. ‘Un véritable cigare de motard en perfecto !’ je sais, le jeu de mots était trop tentant, trop facile…

 

  • Origine: tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine 
  • Format: perfecto
  • Année: 2012
  • Taille: 158mm x 18.6mm
  • Bague: 47
  • Poids: 13.9gr
  • Prix Suisse: 7,5€ 

perfecto1_redimensionner.jpg

perfecto2_redimensionner.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20                   

10:42 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation, Partagas | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/04/2014

Tour gastronomique Davidoff 2014

Couper_8.jpg

cliquez sur la photo pour visualiser le fichier PDF.

Bâle (ots) - Sous la devise « Time Beautifully Filled », le « Davidoff Tour Gastronomique » 2014, cette année en Suisse, vous fera vivre de délicieux moments exclusifs de bonheur. Que ce soit une avant-première de film, une exposition d'art ou la découverte de grandes envolées culinaires - sept expériences uniques attendent d'être explorées et expérimentées.

Le « Davidoff Tour Gastronomique » 2014 vous invite à sa 10è édition, pour un voyage culinaire parsemé d'expériences exceptionnelles. La passion de Zino Davidoff pour le temps - au final le luxe suprême - marque encore cette année. Sa Vision confère à chaque soirée une note individuelle et transmet, à sa manière originale, ce qui lie Davidoff aux hommes dans le monde entier - le plaisir de la beauté et de l'élégance, du bonheur et de la vie. La connaissance des traditions, associée à l'innovation et au sens de l'élégance fonctionnelle sont les clés de la réussite de la marque Davidoff. Elle rassemble ces valeurs au travers des sept étapes somptueuses du « Davidoff Tour Gastronomique » 2014 :

L'inauguration promet d'être synonyme de plaisir à l'état pur, le 28 avril chez Jacky Donatz, au restaurant du club de FIFA Sonnenberg à Zurich. Les spécialités culinaires des légendaires CigarMen de GaultMillau des dix dernières années seront présentées, en leur compagnie.

Une soirée avec musique festive, associée à un menu à 4 plats puis le plaisir d'un bon cigare attendent les invités le 10 mai au restaurant Le Chef de Meta Hiltebrand à Zurich.

Le 11 juillet, Jörg et Regula Slaschek vous surprendront avec une fête estivale et de nombreuses délicieuses surprises au restaurant Attisholz, à Riedholz (SO).

Tanja Grandits, désignée Cuisinière de l'année par GaultMillau, vous invitera le 21 août pour une soirée classique du « Davidoff Tour Gastronomique » dans le restaurant Stucki et vous présentera un vrai défilé d'arômes uniques.

de la soirée du « Davidoff Tour Gastronomique » chez Bernard et Guy Ravet, la tradition se mêlera à la cuisine moderne le 28 août, dans la magnifique ambiance des jardins de l'Ermitage Ravet à Vufflens - Le - Château (VD).

« Culinary Art » sera votre sésame pour le 1er septembre. Cette soirée d'un autre genre sera placée sous le signe de l'art ; vous pourrez philosopher avec Jana Euler en personne à propos de ses oeuvres d'art. Ensuite, André Jäger, Maître de la Haute Cuisine, vous offrira un élégant dîner dans la galerie d'art de Zurich.

« Gourmet Meets Cinema » : telle sera votre devise le 29 septembre. Les gourmets pourront profiter d'un dépaysement total sous le signe du Festival du Film de Zurich. La soirée à bord du MS Davidoff sera parfaitement complétée par l'avant-première d'un film, accompagnée de personnalités issues du septième art. Le célèbre cuisinier Hans-Peter Hussong régalera les invités de toute sa virtuosité en cuisine.

Calendrier du « Davidoff Tour Gastronomique » 2014

  • 28 avril 2014, Début : 19h00, Les 10 ans du Davidoff Tour Gastronomique.Reunion of the GaultMillau « Cigar Men Of The Year » chez Jacky Donatz, restaurant Sonnenberg/ Club de la FIFA à Zurich.  
  •  10 mai 2014, Début : 18h00, « Gourmet Meets Party » Meta Hiltebrand, restaurant le Chef, Zurich.           
  •  11 juillet 2014, Début : 19h00,Fête estivale auprès des « Gault Millau CigarMan 2014.Jörg Slaschek, restaurant Attisholz, Riedholz (SO).                            
  • 21 août 2014, Début : 19h00,  « Le fabuleux spectacle des saveurs » Tanja Grandits, restaurant Stucki, Bâle.
  • 28 août 2014, Début : 19h00, « Le Dîner des Générations » Bernard et Guy Ravet, restaurant L'Ermitage des Ravet, Vufflens-le-Château (VD).
  • 1er septembre 2014, Début : 18h30,  « Culinary Art » Avec André Jäger dans la Galerie d'art de Zurich.
  • 29 septembre 2014, Début : 18h30, « Gourmet Meets Cinema »  Avec Hans-Peter Hussong sur le bateau Davidoff.

Le « Davidoff Tour Gastronomique » 2014 propose une série d'expériences pour les amateurs de haute gastronomie, d'invités passionnants et d'élégants cigares en compagnie d'autres aficionados, pour entre 170 - 300 CHF par personne et par événement. Le nombre de places est limité pour ces soirées.

Vous trouverez de plus amples renseignements sur davidoff.com, par téléphone au 061/279 36 28 ou par mail à gourmet@davidoff.ch

Contact:

Oettinger Davidoff AG			
Corporate Communications				
Hochbergerstrasse 15
4002 Bâle, Suisse
Tél. +41 61 279 36 24
media@oettingerdavidoff.com
oettingerdavidoff.com 	
davidoff.com 

10:35 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/04/2014

Cuba "Gardien des trésors des Caraïbes"

Très joli documentaire sur les trésors de Cuba et de sa restauration, diffusé ce dimanche 6 avril 2014 ! Un reportage étonnant sur la volonté de conserver leur patrimoine si fragilisé et le souci permanent du relogement. La solution, faire cohabiter l'archéologie avec ses habitants sans forcément les obliger à partir dans la mesure du possible. Une vision bien différente de la plupart des grandes villes mondiales.

Couper_5.jpg

cliquez sur la photo pour accéder à pluzz vidéo.

08:46 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités, Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/04/2014

Davidoff Blend Millénium "Toro"

Riche et puissant ! résume très simplement en 2 mots mon souvenir concernant le robusto Millénium Blend, fumé voici déjà quelques mois maintenant. Loin d’être convaincu par ce format, aux saveurs très capiteuses et épuisantes pour mes délicates papilles.  Je renouvelle cette fois- ci l’expérience, avec un format Toro, un très jolie module aux accents de chocolaté, de café au lait d’une belle suavité olfactive. D’un poids généreux, ferme et moelleux, ce Toro présente les meilleurs atouts de la marque, celle d’une perfection visuelle ! Où, même les détracteurs de Davidoff ne peuvent pas rester insensible au charme d’une jolie cape si finement nervurée et ajustée.  

Après cette analyse plustôt  dithyrambique, je vous le concède mais toutefois objective ! Passons à la mise à feu de cette fusée. Et essayons d’y trouver du réconfort ou de l’inconfort le cas échéant dans sa mise en impesanteur.

Dans un premier temps, après 10 bonnes minutes de fumigène odoriférante et onctueuse,  l’exaltation de notes de fruits secs, de terre, de foin et de café offre un bouquet aromatique de bonne rondeur sous l’égide d’une perception toutefois végétales  dans cette introduction. La longueur en bouche reste correct, mais un peu asséchante. Dans l’ensemble, la puissance/ arôme augure un équilibre relativement bien structuré, une forme de douceur et de force tranquille à la fois.

Pour le moment rien d’analogue dans son humeur avec le format plus roboratif du ‘robusto’.           

Une 2e partie sans réel changement, agréable et rassurante ! Un peu comme une mélopée  monocorde et grave d’une chanson de Johnny Cash pour ceux qui connaissent cet artiste si subjectif. Un cigare bien réglé, ou l’aigreur du végétal  flirte habilement avec les épices, le poivre et le café avec une certaine connivence, sans altercation. Manque un peu de gras en bouche pour la rondeur et de fraîcheur sur la longueur, une perception affable et honnête justement équilibrée dans ce 2² opus bienveillant.

Dans sa 3e partie, je note une augmentation mesurée de sa richesse aromatique. Une sensation lissée ( bien plus jolie que linéaire ! ) moins acrimonieuse pour cette dégustation. Un cigare au caractère timoré qui commence à sortir de son apathie dans ce dernier chapitre offrant plus de corps et de force dans un final plus brioché et torréfié, sans basculer pour autant dans des flagrances cuisantes.

En conclusion, j’ai trouvé ce toro plus appréciable que le robusto ( à mon goût personnel ! ) Un cigare que je qualifierai de très juste, peut- être trop juste !  Très équilibré, mais qui manque surtout d’aromaticité et de surprises. Cela reste un bon cigare, mais trop prévisible pour ma part. Ma note de cœur 14/20.

  • Origine: tripe: Dominicaine, sous-cape: Dominicaine, cape: Equateur
  • Format: toro
  • Année: 
  • Taille: 153mm x 20mm
  • Bague: 50
  • Poids: 17 gr
  • Prix Suisse: 18€ 

millénium blend toro_redimensionner.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase           

16:32 Écrit par Edmond Dantes dans Davidoff, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/04/2014

CUBA THEM ( A. Ramiro Fernández )

 CubaThen-cover-JPEG.jpg

 

Le cigare, c'est aussi ça...

Images rares et classiques de la collection A. Fernández Ramiro ( The Monacelli Press, 2014 ), avec une préface et des poèmes de Richard Blanco*, rassemble des photographies d’une époque fascinante de l'île de Cuba. Par exemple, la photo de la couverture (ci-dessus) montre Joséphine Baker et le chanteur italien Ernesto Bonino à La Havane en 1952. Selon cet article par Lorna Koski, c'est le deuxième livre basé sur la collection de Ramiro A. Fernández d’origine cubaine.

eye-cuba10.jpg

A.Ramiro Fernández

Fernández, qui vit dans le quartier de Chelsea à New York, a quitté Cuba à l’âge de  huit ans en 1960, plus tard  il devient éditeur photo. En 1981, alors qu'il travaillait comme réceptionniste au « Museum of Modern Art » , un homme est venu avec un album sous le bras de gravures à l'albumine* pris par le photographe cubain José Gómez de la Carrera d'origine espagnole, il les a proposé au conservateur John Szarkowski de lui acheter. Le commissaire n'était pas intéressé. Ramiro Fernández décide d'acheter l'album lui-même et le paye en plusieurs versements. Ce fut le début de son travail de collectionneur, qui s'étend maintenant des années 1850 à 1970, de nos jours Ramirez continue encore son travail d’archiviste de la mémoire Cubaine, en achetant parfois des photos de Cuba sur eBay par exemple, ou de simples donateurs. Il s'agit du deuxième livre basé sur sa collection unique au monde, le premier était « I was Cuba ».  

*Photographie albuminé : L'emploi de l'albumine ( ou blanc d' oeuf ) pour la prise de vue avait déjà été suggéré par Niépce de Saint-Victor en 1847, mais il fut rapidement remplacé par l'emploi de gélatine. A la même époque, on utilisa le blanc d'œuf pour l'obtention des tirages positifs sur papier. Ce procédé sera très utilisé jusqu'au début de ce siècle.

*Richard Blanco : 

Ci-dessous quelques photos tirées de l'album "CUBA THEM" en 2014.

cuba-then8.nocrop.w840.h1330.jpg

eye-cuba08.jpg

Cuba-Then-Page-30-Havana-Harbor-1925-2.jpg

page-two.jpg

eye-cuba04.jpg

eye-cuba09.jpg

Couper.jpg

Couper_2.jpg

Cuba-Then-Page-45-Un-Cafecito-1957-2.jpg

Cuba-Then-Page-179-C.Romero-E.deLaCruz-1946-21.jpg

César Romero, né à New York d'un père italien et d'une mère d'origine cubaine. César, dont le grand-père maternel était poète révolutionnaire "José Martí", est vu ici avec l'actrice mexicaine Elena de La Cruz, assis sur le Paseo del Prado, La Havane en 1946.

Ce magnifique livre est actuellement disponible sur le site Amazon au prix de 28$ seulement !

16:05 Écrit par Edmond Dantes dans Actualités, Livre/ DVD/ Application | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/03/2014

Le saviez- vous ?

Le plus gros cigare réellement fumable était le Koh-i-Noor ( nom donné aussi au célèbre diamant de 186 carats ), un module mis au point par Henry Clay avant la Seconde Guerre mondiale pour un maharadjah. Mais le roi Farouk d'égypte, souverain de 1938 à 1952 et grand amateur de cigare s'en faisait fabriquer aussi un du même acabit sous le nom de "Visible ". Tous deux mesuraient 45,7 cm pour un diamètre de 18.6mm.

Pour la petite anecdote concernant ce personnage si singulier. Farouk était un client de la boutique de Genève du temps où Zino officiait, un jour il commanda 40 000 Havanes, ce qui lui aurait coûté la bagatelle de 500 000£ de l'époque. Zino et le Docteur Schneider insistèrent pour qu'il paie cash sa commande en raison de dettes qu'il avait contracté en Italie !

IL42_Fouad_03.jpg

le roi Farouk et son fils Fouad II.

17:50 Écrit par Edmond Dantes dans Histoire, insolite, Le saviez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Brick House Teaser ( Gordito )

Brick House est une marque déposée en 1937 par JC Newman le fondateur, cette marque a sûrement connu un véritable succès à l'époque en important du tabac cubain pour confectionner ses cigares. Ce n'est qu'en 2009 que Brick House renaît de ses cendres grâce à l'initiative d'Éric et Bobby Newman la 3ème génération de cette famille, mais seul le nom subsiste, en effet la production est essentiellement issue de tabac Nicaraguayen, des cigares sans grande prétention pour ma part, sauf celle de proposer des prix défiant toute concurrence sur un marché US déjà bien saturé par des cigares similaires ! Mais ma foi, toujours curieux de dénicher un truc sympa au détour de mes pérégrinations. Mon choix s'est porté sur ce petit format joufflu un "Gordo" pour cette très brève dégustation. Au nez, rien d'excitant et rien de très appétissant, les senteurs insipides de végétaux secs dominent l'ensemble, caractérisé par des notes légères de feuilles mortes et de terre.
Passé l'allumage, la perception offre d'emblée une certaine générosité par un volume excessif de fumée, celle-ci délivrant un petit côté roboratif poivré, minéral et de café "bouillu" la rondeur reste à son image, assez moyenne ! Et la longueur des sentiments se suffisent à lui- même, c'est-à-dire "court", mais l'ensemble reste étonnamment équilibré, il se fume sans grande évolution aromatique, mais devient très vite ennuyeux. Un fumage assez linéaire qui se consume sur un seul tempo d'environ 35 minutes.  Que dire de la construction trop fragile,  comme un vilain coup de soleil, la cape s'étiole en desquamation et finit par ressembler à un pétard déflagré   !     

Oubliez le côté dégustation, ce cigare peut éventuellement convenir lors d'un apéro mexicain entre potes accompagnés de tortilla et de guacamole, bien arrosé d'une téquila bon marché en fera le compagnon idéal ! Comme pour le vin, entre la vinasse et les grands crus, un large fossé les sépare depuis bien longtemps.
Bref, un cigare sans grand intérêt gustatif, ma note de cœur 8/20.

  • Origine: tripe: Nicaragua, sous-cape: Nicaragua, cape: Nicaragua
  • Format: gordito ( short toro )
  • Taille: 90mm x 23mm
  • Bague: 56
  • Poids:10,6 gr
  • Prix France: 6,5€

brick house.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase  

09:05 Écrit par Edmond Dantes dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/03/2014

Arturo Fuente "Rosado" Toro

L'Opus X, le fer de lance de la marque ! Symbolise la réussite exemplaire d’Arturo Fuente dans sa quête de l’excellence avec la naissance du premier puro Dominicain en 1992. Oui, mais encore ! Déjà plutôt pas mal me direz-vous, en effet. Mais connaissez-vous la ligne ‘Rosado' d’Arturo Fuente présentée officiellement en décembre 2009 ? Pourquoi ‘Rosado', la singularité de ce cigare provient de sa cape sungrown d'equator d’une nuance très rare, la couleur ‘Rosado' un brun rougeâtre très rare, feuille provenant des étages foliaires inférieurs de la plante pour un goût plus doux, moins ostentatoire, vieilli entre 8 à 10 ans, the flavour ‘old school’ en anglais. Une signature olfactive des plus singulière, à la manière d’un onguent à base de miel, très crémeux très loin d’un Carlos Fuente au tempérament plus impétueux et poivré. Cette ligne se décline entre 4 modules de grande taille d’où l’appellation Magnum : ( R52-robusto, R54-toro, R56-gordo, R58-torpédos).

Pour cette dégustation,  le ‘Toro’ me semblait approprié, parfaitement en adéquation  avec  son époque. Un beau format ‘tendance’ ! sans être vulgaire.

Au nez, les senteurs, véritable ‘madeleine de Proust', difficile à percevoir dans un premier temps car tellement différent d’un Cubain ou d’un Nicaraguayen, mais tout doucement la perception d’un souvenir lointain rejoint le présent avec douceur, sous forme d’une chantilly ‘maison’ parfumée d’un soupçon de miel, ainsi que l’odeur d’un gâteau finissant de refroidir. Rien de sirupeux pour autant, voire même écoeurant comme certain blend trop sucré parfois ( Je pense à un Villa Zamorano par exemple ). Ici, la suavité manifeste le désir certain de vous séduire simplement, sans démesure avec bienséance et sans prosélytisme.

Dès les premières aspirations, c’est un élan de générosité qui afflue divinement en direction de mon épithélium olfactif ( Zone se situant 3 cm derrière votre pif, en gros la carte PCI qui gère les bonnes et les mauvaises odeurs ). Une perception aigre-douce entre suavité et acidité écume agréablement mes papilles, la rondeur manifeste s’illustre par des notes de miel, de pruneau et d’agrume subtilement réprimer. Quant à la longueur, celle-ci s’éternise avec brio sur des notes plus grasses et agréables. Une introduction gouleyante et sans aspérité qui insuffle une ferveur aromatique très fertile, après tout justes 20 minutes.

Le 2e temps, n’évolue guère dans l’amplitude de ses notes ! Les saveurs deviennent plus confondues, tout en gardant cette onctuosité qui perdure depuis le début. Mais rien d’ennuyeux pour autant, les notes évoluent modérément vers le poivre noir, les fruits secs, le foin gras d’alpage offrant un regain d’intérêt dans la suite de cette dégustation. Celle-ci offrant un bouquet d’une belle amplitude, d’une force moyenne lui offrant plus de corps. Un cigare parfaitement équilibré, d’une longueur avide de convoitise qui se consume avec aisance et élégance pour mon plus grand plaisir.  

Ce 3e temps, gras, tourbé n’en finit pas de me régaler avec ses notes poivrées et de briochées. Une onctuosité endémique maîtrisée d’un bout à l’autre qui ne peut laisser indifférent l’amateur. La rondeur, la longueur s’unissent avec intelligence comme le ferait un duo instrumental, telle une guitare basse pour la rondeur et le souffle continu d’un accordéon pour la longueur ! Une harmonie sans hiatus gratifié d’une perception rassasiante ou ‘final’ règne avec satisfaction.  Je le trouve même meilleur qu’un opus X, moins acide dans son intégralité. La seule chose que je pourrai lui ajouter pour obtenir une certaine perfection, ce serait juste un soupçon d’amertume afin d’obtenir un échantillon exhaustif des saveurs dans un unique cigare. Ma note de cœur 17/20, pour une qualité/prix/ plaisir. ( pour tous les amateurs )

  • Origine: tripe: Dominicaine, sous-cape: Dominicaine, cape: Equateur
  • Format: toro
  • Année: 
  • Taille: 158mm x 22mm
  • Bague: 55
  • Poids: 17,9gr
  • Prix France: 10,9€

ashton rosado.jpg

 

ASHTON.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase          

15:03 Écrit par Edmond Dantes dans Arturo Fuente, Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/03/2014

Coupe cigare XXL "CREDO"

Si vous êtes comme moi addict de la guillotine, ce coupe-cigare XXL vous conviendra ! Le seul, je pense sur le marché à offrir un diamètre de coupe de 70 ( 28 mm). En effet aujourd’hui difficile de décapiter proprement un gros module sans risquer de l’abimer avec les standards de coupe actuels. Je pense à des cigares comme le nouveau Cohiba Magnificos avec son embonpoint de 58 et autres formats à vous déboiter la mâchoire ! N’étant pas très fan de l’emporte-pièce qui peut parfois vous dépanner, je suis ravi que la marque CREDO et anticipé ce problème avec cette guillotine XXL façons paires de ciseaux. Avec une prise en main parfaite et ergonomique, malgré mes paluches de maçon mon index et mon pouce entrent et ressortent sans aucune difficulté, un aspect non négligeable. Le diamètre de coupe permet un décollage de la tête franc et précis, sans effort grâce à un large débattement des doigts. Efficaces pour tous les moyens et gros formats connus à ce jour.

Un outil indispensable que j’ai déniché sur le site SMOKING.fr, testé et approuvé par votre dévoué serviteur « Les cigares selon Edmond » au prix modique de 11,9€.

http://www.smoking.fr/

SAM_2070.jpg

Un diamètre de coupe impressionnant !

SAM_2083.jpg

SAM_2072.jpg

CREDO XXL

 

17:31 Écrit par Edmond Dantes dans outils, Shopping | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |